Pays, paysans

  • Un paysan de la révolution verte s’en est allé au ciel

    ACC971A4-D92D-49A4-B247-746AAC033E4E.jpeg8500 km sur les chemins de Compostelle, de Rome et d’ailleurs. Anita Nebel, ancienne adjointe de Collex-Bossy, a toujours eu Albert Marechal en admiration. Un paysan, un époux, un père, un maire, un marcheur. Comme on n’en fait plus. Elle a prononcé un long et bien bel hommage hier après midi dans l’église de Collex, pleine des parents et des amis du défunt. Quelques paysans, quelques élus à la retraite, deux adjoints enrubannés. Peu de politiciens actuels. Trop peu, dit un paysan, ancien député, ami de Landecy. *

    On meurt quand on peut. Albert n’a pas survécu un mois à son placement en EMS. Un sage sans doute qui avait su préparer les chemins du ciel. 

    Lire la suite

  • Le Temps parle de Bardonnex

    0C53390A-0573-4D3E-B0CB-72908DFCD804.jpeg

    « Bardonnex, c’est une tache verte dans un océan de bitume», dit l’ancien maire Alain Walder, qui réapparaît bizarrement dans le journal Le Temps ce matin. Le quotidien entame par ma commune un tour de Suisse à vélo électrique, histoire de raconter le pays aujourd’hui, 23 ans après la fondation du journal en 1998, né de la fusion du vénérable Journal de Genève et du Nouveau Quotidien. Une Suisse, dit Serge Michel, qui ne connaissait alors ni le smartphone ni la trottinette ni le 30 km/h dans les villes ni les influenceurs sur les réseaux sociaux. 

    Bardonnex, une tache verte. Sans doute. Et même bio, puisque les quatre maraîchers de Charrot ont tous pris le parti de laisser les herbes folles, le panic des marais, la renouée persicaire entre autres, envahir leurs champs. 

    Lire la suite

  • Panic et chardons à Bardonnex

    172D4E30-8E3B-4655-93BE-C528CC070984.jpegC’était la panique dans les campagnes il y a une semaine. Les pluies persistantes et parfois diluviennes promettaient des moissons d’enfer. Mon journal préféré s’inquiétait même d’un pain hallucinogène.

    Dans le même ordre d’idée, on m’a demandé tantôt si le prix de l’eau au robinet allait baisser vu que celle qui tombe du ciel est gratuite… Bonne question mais il faut déchanter.  Le prix de l’eau dépend plus de sa dépollution avant son retour à mère nature que de sa collecte. Aucun espoir donc d’une baisse des tarifs de la part du monopole public. 

    Lire la suite

  • L’orchidée pyramidale de la pente à luger de Charrot

    57126408-A78F-4B80-8CC4-084FFA6822CB.jpegQuelle chance d’habiter au pied du Salève et de se balader sur le chemins des vignes, entre Landecy et Bardonnex. A toute heure, la lumière est magnifique, la façade des varappes majestueuse, le ciel parfois tragique quand des trains de cumulus lâchent leurs averses le long de la masse sombre du et que le soleil sombre à l’ouest et allume le feu. 

    Sur le coteau on voit le jet d’eau et le lac au loin. Au bas du coteau on suit le vallon de l’Arande qui marque la frontière. C’est la saison des orchidées des champs. Un marqueur de la diversité écologique. 

     

    Lire la suite

  • Jules-le-Rouge était-il un empoisonneur?

    • 5EC7C917-179B-4A27-80C0-54A59F3D4D31.jpeg

    John Genecand, paysan à Bardonnex, a été porté en terre lundi dernier à Compesières par ses amis. Il était un petit peu connu pour ses volailles qu’il présentait au marché concours annuel de Carouge. Il fut un paysan consciencieux. Dans l’hommage rendu, sa soeur et ses neveux ont noté le soin qu’il a mis à semer son blé, à planter ses légumes bien droit, à désherber ses cultures maraîchères à la ratissoire. Comme tous les paysans nés avant guerre, il a rempli le mandat que la population suisse avait confié à l’agriculture: nourrir le pays en produisant du bon lait, de la bonne farine, de belles pommes de terre, de beaux fruits sans taches ni pourriture, des carottes bien droites et des salades bien vertes. 

    Les champs de John étaient propres, sans folle avoine, sans vulpin, sans chardons, sans gratterons. Sans bleuets ni pavots non plus. Telle était la campagne de la seconde moitié du XXe siècle, la campagne de nos pères et grands-pères, celle mon père Jules, dit Jules-le-Rouge. Étaient-ils des empoisonneurs, ces paysans nourriciers?

    Lire la suite

  • Agri-culture: poireaux lumières et colza bio

    CEBC39FC-0D55-4D6E-B098-DB9069CD3980.jpeg

    Agri-culture. C’est la dernière installation d’un designer hollandais original. Cherchant à marier technologie et création artistique, Daan Roosegaarde, c’est son nom, a diffusé en janvier dernier une vidéo de sa dernière trouvaille GROW: un champ de poireaux de deux hectares éteincellant de lumières bleues, rouges et violettes.

    Bon pour la croissance de ce légumes selon les biologistes qui ajustent les meilleures longueurs d’onde aux légumes et fleurs. Bon pour la planète puisqu’une plante vigoureuse est moins sensible aux maladies. Bon pour l’artiste aussi et son idée de montrer aux urbains sous le feu des leds combien ils sont redevables à l’agriculture et de les persuader que la techniques bien conduites ne nuit pas.

     

    Lire la suite

  • Du MEG au MAG, le Musée des anciens de Genève

    458E37AA-594F-44B4-96AC-72E222B5C66B.jpegDans bien des civilisations, on honore les anciens, pas seulement ceux que l’âge tient sagement à distance de l’écume des jours mais ceux qui ont forgé le monde où nous sommes. Certains par leurs actions, leur vie sont devenus des modèles, des idoles, des saints, des sages qu’on cite ou qu’on invoque. Le Musée d’ethnographie cherche un nouveau nom, annonce La Tribune.

    Qu’il soit donc baptisé Musée des Anciens de Genève (MAG),  le MEG! Et qu’il accueille dans ses départements le petit Musée des Suisses de l’étranger, basé à Penthes. Et que Compesières, son illustre château, bâti par l’ordre hospitalier des chevaliers de Malte, et ses dépendances deviennent une nouvelle annexe du MAG dédié aux Suisses de l’étranger et aux étrangers qui ont fait la Suisse. 

    Lire la suite

  • Un bruant à calotte blanche à Bardonnex

    4B0C97DD-4FA3-4F59-A48D-1EDDECB4A60D.jpegNous en allant promener sur le coteau des vignes de Landecy, nous croisons une équipe de messieurs harnachés de longues vues et d’appareils photos munis de gros téléobjectifs: des chasseurs d’images? Non une bande d’ornithologues guettant un oiseau de la taille d’un moineau: un bruant à calotte blanche. « On nous l’a signalé hier, avec un peu de patience nous le trouverons», dit l’un des chasseurs.

    La mobilisation des ornithologues tient à la rareté du volatile. Sur le site Ornitho.ch, ils ont déjà signalé sa présence. Rarissime. 

    Lire la suite

  • Bardonnex, un plan directeur: pour quoi faire?

    Capture d’écran 2021-01-29 à 22.22.40.png

    C'est la loi, les communes doivent réviser régulièrement leur plan directeur. Bonne fille Bardonnex est aux ordres. Elle a distribué à ses administrés cette semaine une édition spéciale du bulletin communal. L'ouvrage, remis sur rail en décembre 2015 - 6 ans déjà 1) - par l'élaboration d'un cahier des charges pour 75'000 fr 2), est déjà bien avancé. Il est en consultation jusqu'au 27 février, sans assemblée publique, covid oblige, ni zoom comme le déclassement d'Arare.

    C'est le bureau Urbaplan, qui semble truster toutes les études de la communes, qui est à la manœuvre et a produit un avant-projet de 154 pages. Combien coûte l'opération? Aucun budget n'est mentionné nulle part dans cette brochure illustrée par l'incontournable Marion Jiranek et ses dessins gentiment désuets, genre c'était mieux avant. Aucun immeuble locatif n'a eu l'heur de retenir la plume de l'artiste ou au goût de la Mairie.

    Lire la suite

  • Bardonnex: "Un beau mâle"

    gaspard tarueau barrillier.jpg"Un beau mâle." Un cri du coeur. Il sort de la bouche d'une habitante de cette commune naguère agricole, dont le nom est désormais cité presque tous les jours sur les ondes de la RTS pour son bouchon vespéral sur l'autoroute A1. Cette Bardonnésienne a visionné comme beaucoup d'habitants l'épisode Bardonnex de l'émission la Suisse est belle extraite des archives de la télévision romande. Diffusé pour la première fois en avril 1970, le film butine sans but ni scénario de hameau en village. C'est que Bardonnex, souligne le journaliste Pierre Verdan, ne compte pas moins de cinq agglomérations.

    Séquence nostalgie. Altérée par des plans sans originalité. Paresseuse, la caméra s'attarde sur les murs et les champs enneigés, plus que sur les habitants. Invisibles le boulanger, les bistrotiers, l'épicier, le facteur, le vigneron encaveur, les footballeurs et même le maire Delétraz, dont on entend l'interview en off. Heureuses exceptions, les ouvriers de la tuilerie briqueterie de Bardonnex, dont, révèle Le Courrier, l'Etat et un mécène viennent de prolonger la survie de deux ans, et Lucien et son taureau Gaspard, le "beau mâle".

    Lire la suite

  • PA, pas!

    petit-sale-lentille_istock.jpgDis moi ce que tu as dans ton assiette et je te dirais qui tu es. La politique agricole (PA) suisse est depuis des décennies décidées un peu au parlement fédéral et beaucoup au sein de l'Office fédéral de l'agriculture et de ses antennes, dont l'Union suisse des paysans et le chapelet des coopératives et autres entreprises, PME, associations et commissions qui la mettent en pratique. On cite encore le plan Wahlen qui nourrit  les Suisse durant la Deuxième guerre mondiale. Jusqu'à la chute du Mur de Berlin, on demanda aux paysans de produire, Berne s'occupant du reste (de liquider notamment les excédents).

    La Suisse vit-elle un nouveau tournant dans sa politique agricole? PA22+ est morte hier au champ d'honneur du Conseil des Etats, où les arguments de l'Union suisse des paysans ont fait mouche: stop aux PA (politique agricole), place aux PA (politique alimentaire). Au grand dam de l'Alliance agraire.

    Lire la suite

  • Alerte je taille, alerte je traite....

    parmelin aebi.jpg

    Un paysan-vigneron est président de la Confédération, Guy Parmelin, un Vaudois de Bursins (photo) dans le Grand Genève . Un paysan-éleveur est président du Conseil national, Andreas Aebi, un Bernois de Alchenstorf (photo) dans l'Emmental. Tous deux connaîtront-ils un sort heureux en 2021? Sur le front du Covid, sans doute. Le vaccin et le printemps réduiront la pression épidémique. L'économie devrait remonter la pente. On s'orientera sur l'avenir. Lequel? Show must go on et business as usual? Faute d'autres menaces hors la croissance démographique dont le notre contrôle n'est pas à notre portée, le climat redeviendra la rengaine commune car "nous pouvons tous faire quelque chose pour la planète". 2020 deviendra un souvenir qu'on oubliera sauf en 2025, 2030, 2035..., bref à tous les anniversaires qui fournissent aux médias le rituel de la remémoration. 

    2021 ça sera surtout l'année où les Suisses diront oui ou non à une Suisse délivrée des pesticides dans l'agriculture. On votera le 13 juin sur deux initiatives - «Pour une eau potable propre» et «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse» - contre lesquelles la majorité des paysans est vent debout.

    Lire la suite