Vu du Salève: Genève... - Page 2

  • Pas pingre, la Suisse... suspicieuse

    2AB051AD-D062-4010-80B0-608DD063293D.jpeg« Le problème est plus profond. Les partis qui représentent les entrepreneurs n’ont jamais voulu que la Suisse dispose d’une statistique et d’une visibilité sur l’état de santé et sur le fonctionnement du tissu économique. En France, les entreprises ont l’obligation de transmettre à une centrale leurs comptes d’exploitation et leur bilan. Ils ne sont pas accessibles au grand public, mais à disposition des autorités. Il suffit d’avoir le numéro d’une entreprise pour connaître son état sur les dix dernières années. »

    Lire la suite

  • Genève sans commune mesure

    154C16D2-D2AE-438A-A25A-4BEBB3D5AF1A.jpegL’étude de Pascal Sciarini commandée par Thierry Apothéloz, ci-devant ministre de tutelle des communes genevoises, pour savoir pourquoi un des 924 élus sur cinq jetait l’éponge avant la fin de la législature a fait un flop médiatique. Face au Covid, il faut bien s’appeler Trump ou Biden ou être la neige ou le loup chez nous pour faire la une, même de la presse locale.  La réponse qu’on connaissait depuis longtemps tient en deux mots: impuissance et frustration. Et la réponse du ministre vaut son pesant d’immobilisme: formation et encadrement.

    Pour le ministre socialiste, c’est sans doute trop que de se demander si 45 communes pour un demi-million d’âmes dans un canton confetti, qui n’en a plus (d’âme ni même d’esprit de Genève), ne sont pas de trop - un confetti découpé en 45 morceaux inégaux, vous l’appelez comment? Un nanoconfetti? 

     

    Lire la suite

  • Des années de vie perdues

    77377374-6B22-4597-B0D6-D9D8137EA6F6.jpegDans l’actualité de cette semaine normalement hivernale, n’en déplaise à ceux que trois flocons ou quelques degrés sous zéro émeuvent, je retiens cette nouvelle de la surmortalité, en Suisse: onze années de vie perdues en moyenne selon une étude écossaise en cours de validation, citée par Le Temps.

    Où s’en sont allés ces vivants perdus? Au paradis? Onze ans de vie c’est un sacré pactole pour les EMS, semble me dire l’affiche du Matin Dimanche... annonçant un article publié dans La Tribune samedi soir.

     

     

    Lire la suite

  • Twitter censure Trump. A tort

    BA6B1891-2C35-40AF-B9BF-DF910080D92A.jpegOn dira que la pression était forte, mais la décision de Twitter (88 millions d’abonnés au fil Trump) et de Facebook (35 millions d’amis) de couper le fil privé du président Des Etats-Unis est problématique. Déjà des experts qui croient que le monde sera meilleur parce que les hébergeurs seraient des éditeurs claironnent leur victoire, ajoutant que les réseaux sociaux ont trop tardé à policer les autoroutes de la communication. Que dirait-on si un opérateur téléphonique coupait semblablement le fil ou si un concessionnaire d’autoroute interdisait l’asphalte aux chauffards?

    L’interdiction et le bannissement sont évidemment possibles, parfois souhaitables voire nécessaires. A condition qu’ils soient prononcés par des autorités publiques. Tel n’est pas le cas. Couper le sifflet à Trump, c’est contraire à l’ordre libéral et démocratique. La Chine et la Russie ne s’y sont pas trompées, qui s’esbaudissent et se rengorgent. 

    Lire la suite

  • Bardonnex: "Un beau mâle"

    gaspard tarueau barrillier.jpg"Un beau mâle." Un cri du coeur. Il sort de la bouche d'une habitante de cette commune naguère agricole, dont le nom est désormais cité presque tous les jours sur les ondes de la RTS pour son bouchon vespéral sur l'autoroute A1. Cette Bardonnésienne a visionné comme beaucoup d'habitants l'épisode Bardonnex de l'émission la Suisse est belle extraite des archives de la télévision romande. Diffusé pour la première fois en avril 1970, le film butine sans but ni scénario de hameau en village. C'est que Bardonnex, souligne le journaliste Pierre Verdan, ne compte pas moins de cinq agglomérations.

    Séquence nostalgie. Altérée par des plans sans originalité. Paresseuse, la caméra s'attarde sur les murs et les champs enneigés, plus que sur les habitants. Invisibles le boulanger, les bistrotiers, l'épicier, le facteur, le vigneron encaveur, les footballeurs et même le maire Delétraz, dont on entend l'interview en off. Heureuses exceptions, les ouvriers de la tuilerie briqueterie de Bardonnex, dont, révèle Le Courrier, l'Etat et un mécène viennent de prolonger la survie de deux ans, et Lucien et son taureau Gaspard, le "beau mâle".

    Lire la suite

  • Bonne année, bon blog!

    2021.jpgRetard à l'allumage? Pourquoi le 1er janvier ne conïncide-t-il pas avec le solstice d'hiver? Outre que ce 1er janvier n'a été imposé à tous les quidams en pays catholique qu'en 1622 - Genève, pays protestant, ne s'est mise à l'heure du soleil qu'en 1701 - ce jour de l'an neuf tombe dix jours après le début de l'augmentation de la durée des jours dans l'hémisphère nord.*

    Y aurait-il quelque chose à voir avec la durée des jours? Peut-être. Le jour raccourcit inégalement, rappelle à Noëlle le site étoile-des-enfants.ch.  Ce n'est que le 26 décembre que le jour commence à grappiller à nouveau de la lumière: le matin. 

    Un rapport quelconque avec la naissance de Jésus un jour plus tôt, dans l'instant où le temps est étale? Peut-être. Une semaine plus tard, le divin nouveau-né est circoncis. Et c'est le 1er janvier. Aujourd'hui c'est la 2021e** années  de l'ère commune du calendrier, une année proclamée par l'ONU en septembre 2019 année de la paix et de la confiance.

    Bonne année!

     

    Lire la suite

  • Demain, tous santons!

    santons de provence.jpgDemain, le film de Cyril Dion, - un lustre déjà - donne à voir un monde ensoleillé, bio, serein, délivré des conflits et des maladies. Il ne parle pas de la mort. Comme la publicité. Il nous parle de gens heureux, riches, sains et même solidaires, du monde dont on rêve et dont les utopistes ont fait et font leur beurre. La pandémie 2020, dit-on, nous met au défi de nous arracher du monde d'hier, de la compétition, de la concurrence, du profit et d'en bâtir un meilleur.

    Quand le vaccin aura donné au monde présent l'immunité de groupe, soit d'ici quelques mois, un an ou deux, sûr que chacun voudra vivre comme Demain. Cependant, les avions redécolleront, les autos s'encolonneront, la consommation régnera sur la terre. Comme au ciel? 

    Joyeux Noël!

    Lire la suite

  • Déchets enterrés à grands frais: Bardonnex bouge

    referendum bardonnex.jpgPas de référendum à Bardonnex contre le crédit de 1,35 million pour la nouvelle école sur le champ Mermillod, voté par 12 voix et 4 abstentions le 13 octobre par le Conseil municipal. La future école de Compesières sera vraisemblablement (hélas*) construite sur une parcelle exiguë, perdue dans la campagne, à trois cents mètres du hameau capitale de la commune de Bardonnex, parce qu'aucun élu n'a pas eu le courage de remettre sur le métier le projet bien intégré sous un toit de tuiles (de Bardonnex), lauréat d'un concours d'architectes réalisé en bonne et due forme à la fin des années 90, mais sabordé par un quarteron d'architectes fétichistes, qui ne jurent que par le béton et le cube**.

    En revanche, le 8 décembre, un crédit de 230'000 francs pour la construction d'une déchetterie enterrée sur la boucle du bus à Bardonnex n'a pas fait l'unanimité. Le projet est combattu par un référendum lancé par des voisins, dont Laurent Molnarfi, qui a créé un blog Ecopoint Bardonnex pour animer la campagne. Il avait déjà alerté la Tribune. Il est relayé sur son site par Bardonnex Alternative. Le PDC qui détient deux fauteuils sur trois à la Mairie décidera le 12 janvier de son opposition au référendum.

    Lire la suite

  • L'évêque Morerod ne manque pas de culot

    morerod charles.jpg"S’il y a un évêque qui n’a pas la langue dans sa poche, c’est Mgr Charles Morerod, en charge de Fribourg, Vaud et Genève..." Jacques Pilet consacre son édito publié dans Bon pour la tête ce vendredi aux propos du prélat dans la NZZ du dimanche 13 décembre, propos répercutés par cath.ch, puis - toute vérité n'étant pas bonne à dire, celle-ci a blessé - quelque peu édulcorés dans un communiqué à l'adresse des agents pastoraux.  Sa langue qui n'est pas de bois a redit que, tout compte fait, 170 prêtres devraient suffire amplement dans son diocèse contre les 345 actuels.

    Mieux vaut - on fait bien des kilomètres pour aller dans les centres commerciaux -  des cérémonies bien achalandées que des messes qui ne rassemblent qu'une poignée de fidèles taiseux. Je confirme. Les messes de Saint-Julien-en Genevois ou de Notre Dame de Genève sont plus motivantes. Certes, le Christ a bien dit qu'il est présent au milieu de ceux qui se réunissent en son nom, comme le constate le blogueur théologien et député socialiste Sylvain Thévoz, mais il n'a pas dit qu'un prêtre doit nécessairement être présent.

    Lire la suite

  • Dagobert (Scrooge) Supino

    supino heidi.jpgLa série Tamedia Papers, que le média en ligne genevois Heidi.news consacre à la pale copie d'un citizen kane de Zurich, le ci-devant Pietro Supino, et à son empire, TX Group (tout petit empire en regard des monstres médiatiques que sont bien d'autres éditeurs publics ou privés à l'étranger, mais néanmoins grand en Suisse et cupide nous dit-on), la série donc fait l'objet d'une publication concomitante traduite dans Republik.ch, un jeune média en ligne zurichois, plein de cette fougue, de cette énergie de ces idéaux, que le journalisme, le vrai, le pur, l'indépendant, le tenace peut faire un monde meilleur*. 

    Un petit tour sur Republik.ch me persuade d'une chose que je savais déjà. Le débat citoyen à visage découvert est plus vif en Suisse allemande que de ce côté-ci de la Sarine. 

    Lire la suite

  • PA, pas!

    petit-sale-lentille_istock.jpgDis moi ce que tu as dans ton assiette et je te dirais qui tu es. La politique agricole (PA) suisse est depuis des décennies décidées un peu au parlement fédéral et beaucoup au sein de l'Office fédéral de l'agriculture et de ses antennes, dont l'Union suisse des paysans et le chapelet des coopératives et autres entreprises, PME, associations et commissions qui la mettent en pratique. On cite encore le plan Wahlen qui nourrit  les Suisse durant la Deuxième guerre mondiale. Jusqu'à la chute du Mur de Berlin, on demanda aux paysans de produire, Berne s'occupant du reste (de liquider notamment les excédents).

    La Suisse vit-elle un nouveau tournant dans sa politique agricole? PA22+ est morte hier au champ d'honneur du Conseil des Etats, où les arguments de l'Union suisse des paysans ont fait mouche: stop aux PA (politique agricole), place aux PA (politique alimentaire). Au grand dam de l'Alliance agraire.

    Lire la suite

  • Alerte je taille, alerte je traite....

    parmelin aebi.jpg

    Un paysan-vigneron est président de la Confédération, Guy Parmelin, un Vaudois de Bursins (photo) dans le Grand Genève . Un paysan-éleveur est président du Conseil national, Andreas Aebi, un Bernois de Alchenstorf (photo) dans l'Emmental. Tous deux connaîtront-ils un sort heureux en 2021? Sur le front du Covid, sans doute. Le vaccin et le printemps réduiront la pression épidémique. L'économie devrait remonter la pente. On s'orientera sur l'avenir. Lequel? Show must go on et business as usual? Faute d'autres menaces hors la croissance démographique dont le notre contrôle n'est pas à notre portée, le climat redeviendra la rengaine commune car "nous pouvons tous faire quelque chose pour la planète". 2020 deviendra un souvenir qu'on oubliera sauf en 2025, 2030, 2035..., bref à tous les anniversaires qui fournissent aux médias le rituel de la remémoration. 

    2021 ça sera surtout l'année où les Suisses diront oui ou non à une Suisse délivrée des pesticides dans l'agriculture. On votera le 13 juin sur deux initiatives - «Pour une eau potable propre» et «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse» - contre lesquelles la majorité des paysans est vent debout.

    Lire la suite