Droit, justice

  • Le prix de l'esclavage et du colonialisme

    Mule.jpgLes vacances approchent. Forcément on en parle. Tant pis pour ceux qui ne pourront pas en prendre. Mais, mais, mais... Gare au Covid-19, martèlent les pub et les animateurs de notre radio télévision publique, la deuxième vague menace. Ici et là, on reconfine, prenez garde. Le discours tourne en boucle. La majeure partie du bon peuple prend ses libertés et déambule démasqué. En famille et entre amis, la tentation de la poignée de main, de l'embrassade est forte. 

    Hier, sous le soleil de juin, j'ai vu deux classes d'école emprunter à pied le chemin des Côtes-de-Landecy en direction de la tour d'eau centenaire, qui sert aujourd'hui davantage à accueillir les relais de nos smartphones - bientôt la 5 G - que de réguler la pression du réseau des eaux publiques. ça fait des années que je n'avais pas vu une course d'école pédestre. Le monde d'après est bon pour les mollets mais ne fait pas le beurre des caristes et des vendeurs de souvenirs. Les enfants ont pu emplir leur poumon des effluves cuivrées et soufrées de la bouille bordelaise, le traitement "bio" contre deux champignons importés au XIXe siècle des Amériques, sans lequel aucun vin ne serait possible. 

    Lire la suite

  • Casseroles de mai, mai, joli mai...

    casseroles.jpgCasseroles du 1er mai. Premier mai syndical.

    Or donc en ce jour béni dédié aux travailleuses et aux travailleurs, le traditionnel défilé sera remplacé par un concert de casseroles, où il s'agira de crier le primat de la défense des ouvriers et des employés. Ce qui est bien naturel. Il y a parmi eux des gens qui touchent des salaires, élevés voire très élevés, grâce à qui Confédération, cantons et communes peuvent financer les services sociaux, l'éducation, la santé, la culture et toute sorte de services publics, dont on imagine pas se départir d'aucuns. Pourtant la pauvreté annoncée - la baisse du PNB - risque bien de sonner l'heure des choix douloureux. La dernière livraison de The Economist est assez inquiétante à ce propos. 

    Casseroles du 4 mai. Lundi des Verts.*

    Lire la suite

  • La pauvreté, les autoroutes, la guerre

    anneesfolles.jpgOn sait que les années folles ont suivi la Grande Guerre et la grippe espagnole, la seconde ayant fauché plus d'humains que la première.

    Comment l'Europe et le monde se sont-ils relevés de la Grande Dépression de 29-33? La réponse tient en trois mots: pauvreté, autoroute, guerre. Ou si vous préférez chômage (sans assurance, donc migration vers les villes et les soupes populaires), New Deal (Keynes et Roosevelt) et réarmement. Le tous au temps des passions politiques, des fronts, fasciste et populaire, du national-socialisme, du communiste, (eugénisme et homme nouveau), du personnalisme chrétien aussi mais en sourdine (Barth, Maritain, Mounier, Teilhard...)

    Comment allons-nous nous relever de la Grande pandémie 19-20? 

    Lire la suite

  • Un monde meilleur? Que faire à Genève?

    demain sera meilleur.jpgDans mon village, deux familles ont affiché leur confiance sur leur maison. "Demain sera meilleur*, "Tout ira bien". Les banderoles sont ornées de mains d'enfants.  L'espoir est grand dans une partie de la population. A gauche surtout. Un monde nouveau serait à portée de main.

    J'écoute ce matin l'économiste François Bourguignon, auteur de la Mondialisation de l'inégalité, sur Les Matin de France Culture. Le discours de l'ancien chef économiste à la Banque mondiale n'est pas du tout optimiste. Les Etats sont en train de gravement s'endetter ce qui ne manquera pas d'augmenter la contrainte sur les dépenses publiques - ailleurs que dans la santé - et de pousser à la hausse des impôts. La dette n'est pas une panacée. Même si la France réintroduit l'impôt sur les grandes fortunes, son produit sera loin de suffire. 

    Lire la suite

  • Les Appels de Pâques

    hcr chiffres.jpgSur qui font-ils pression les partisans des Appels de Pâques? Sur les politiciens qui sont à la charnière de l'action publique et qui, à entendre ces appels, auraient le pouvoir de régler les conflits, de faire cesser le feu, de vider les camps de réfugiés en Grèce, de remettre leur dette aux Africains, de donner un masque à tout le monde, de déconfiner tardivement et de reconstruire un monde plus beau qu'avant? Ah, ce désir d'un dictateur éclairé! 

    Ainsi les églises chrétiennes ont-elles prié pour la paix dans le monde, pour que l'Europe ne s'effondre pas *. En Suisse, les églises appellent à signer la charte des migrations pour accueillir 5000 réfugiés, tam-tame Le Courrier. 778 signatures ce lundi matin.

    Lire la suite

  • ContinentPremier fête la journée des femmes au Palladium

    11e gingembre.jpg

    Le journaliste Gorgui Wade Ndoye, éditeur du site ContinentPremier à Genève - "le seul correspondant au Palais des Nations pour l'Afrique de l'Ouest", selon ses dires -ne manque pas d'ambition. A lui tout seul ou presque, il a organisé, ce 7 mars, une soirée au Palladium sur le thème "Femmes et citoyenneté à Genève". C'est la 11e fois qu'il répétait l'exploit sous l'appellation "Gingembre". Quelque 70 personnes ont  bravé la peur du coronavirus et ont assisté bien sagement à trois panels, après avoir dûment inscrit leur nom et coordonnées sur un registre - directives sanitaires obligent. Un bon nombre est venu grossir les rangs en plus pour la partie récréative de la soirée.

    On a donc vu trois entrepreneures africaines témoigner en quelques mots de leur projet et de leurs ambitions. 

    Lire la suite

  • Paix aux hommes de bonne volonté! Une messe chez les parpaillots

    cathédrale St Pierre.png"Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté!" Les anges sont des coquins. Leur chant de la nuit de Noël, rapporté par Luc, signifie-t-elle guerre aux hommes de mauvaise volonté? Je ne saurais dire. Ne retenons que ceci: tous les saints ont renoncé au glaive pour se faire entendre. La non violence n'a pas été inventée par le très vénérable Gandhi. 

    La guerre, comme la violence, comme la souffrance, comme l'injustice ne peuvent être légitimes. Mais combien de canons ont été et sont encore bénis et le seront encore longtemps? 

    Paix aux hommes de bonne volonté! Ce sera peut-être, je l'espère, l' "Ite missa est" de la messe des catholiques genevois en la cathédrale Saint-Pierre de Genève, le samedi 29 février prochain. Une première depuis 1535. Souhaitons a minima que l'événement contredira le dicton du jour:"Quand février prend un jour, souvent de catastrophes il est lourd"

    Lire la suite

  • La flèche de vérité

    marmite brisee papillotte.jpg"Quand du lances la flèche de vérité, trempe la pointe dans du miel." En signant mon dernier billet en forme de coup de gueule, je n'ai évidemment pas suivi ce proverbe arabe, lu dans une papillote enveloppée dans les couleurs de Genève en ce temps d’Escalade.

    Si les fonctionnaires genevois sont des privilégiés dans le monde du travail dans ce canton, les véritables privilégiés sont évidemment les héritiers, les doués, les entrepreneurs à succès, les rapides aussi, quoique dans ce monde de héros, tous ne sont pas à la même enseigne. "Le prix du sport", une intéressante série entendue cette semaine dans Vacarme sur la RTS, montre combien d'athlètes d'élite en Suisse peinent à boucler les deux bouts et paient longtemps, y compris pendant leur retraite, les sacrifies consentis pour monter sur des podiums.

    Lire la suite