Compesières

  • Femmes, soyez soumises…

    F89BB07F-470A-45B8-9450-7BAE397C440F.jpeg

    Nous sommes six lecteurs à l’église de Compesières. C’est mon tour ce dimanche. Dieu, selon Einstein, ne joue pas aux dés. Cependant le hasard ou le calendrier liturgique nous propose de lire la fameuse lettre du grand Paul où l’on trouve cette injonction bien connue et controversée: « Femmes soyez soumise à vos maris? »

    Que faire? Prétexter d’une jambe gourde pour se défiler, se soumettre sans mot dire, refuser de lire ce texte… Et si je proposais à la poignée de fidèles qui seront à Compesières à 17h de choisir, une fois n’est pas coutume, entre trois versions: C, E ou F.

    Lire la suite

  • Le rapport 2020 de l'Eglise catholique

    E8DA032A-76F1-4815-827C-AD79DC750220.jpegSoudain quelque chose m'a frappé à la lecture du rapport annuel de l'Eglise catholique de Genève. Mais où sont les catholiques, me suis-je dit? Combien sont-ils? Qui sont-ils? Quel est l'état de leur foi, de leur adhésion au fondamentaux de cette religion, la première du monde en terme d'efffectifs, issue de l'épopée du peuple juif il y a quelque 2000 ans? Des évangéliste américains - forcément - ont lancé le compte à rebours de la fête des 2000 ans de la résurrection du fondateur du christianisme. ça promet... de belles controverses.

    Lire la suite

  • Dieu nous bénira du haut des cieux (bis)

    839520D9-BCC8-489A-AC75-0E37AAD772E9.jpegA Tokyo, le cantique suisse a résonné dans sa version instrumentale. Combien d’habitants, Suisses ou non, de ce pays - un trou au milieu de l’Europe - ont entonné ce soir l’hymne national? La première strophe évoque le Ciel, où chacun peut loger qui le Dieu fort, qui une énergie ou une pensée, une âme attendrie, cette élévation des accents émus de nos cœurs pieux, que la loi de la gravité se charge de contrecarrer. Les Suisses, qui chôment le jour de la fête national depuis une génération seulement, ne gardent-ils pas, eux au moins, les pieds sur terre?

    La troisième strophe entonnée comme de coutume le 31 juillet à Compesières - ma commune a pris l’habitude de fêter avant les autres à la demande de l’amicale des sapeurs pompiers - pressent le Dieu fort, celui de la tradition judéo-chrétienne, qui est aussi invoqué dans le préambule de la Constitution suisse. « Dans l’orage et la détresse, il est notre forteresse. » Le fut-il dans la détresse virale qui bouleverse notre quotidien?

    Lire la suite

  • L’évêque de Genève et le diable

    B1CDA55A-BB1E-40DE-8E0B-CB156CE1BD35.jpeg

    Les catholiques de Genève Sud avaient rendez-vous ce dimanche sur le pré pour une messe bon enfant et importante. Un peu plus de 250 fidèles ont assisté à la cérémonie présidée par Pascal Desthieux, bras droit de l’évêque de Genève, Charles Morerod, établi à Annecy depuis son expulsion au XVIe siècle, puis à Fribourg depuis 1819. 250 fidèles, c’est plus qu’on en attendait mais moins que trois pour cent des baptisés de la région.

    Le point d’orgue fut l’inauguration officielle de la nouvelle unité pastorale qui réunit désormais sous l’administration de l’abbé Elie Maomou, débarqué de Guinée Conakry il y a deux ans, les paroisses de Carouge et des Acacias et celles de Veyrier, Troinex et Compesières.

    Au menu, le diable, cité dans le Livre de la sagesse, première lecture du jour. Mais le malin se fit discret et resta confiné dans le Livre, rédigé 30 ans avant notre ère si j’en crois les clés de lecture du magazine Prions.

     

     

    Lire la suite

  • La démission de Marx a été refusée

    80200D73-27A5-43EA-8C88-C6B576089E2A.jpeg

    La démission de Marx a été refusée. Marx, Reinhard, le cardinal de Munich, pas l’auteur du Capital et maître à penser des communistes. Empêtrée dans le scandale des abus sexuels, l’église d’Allemagne peine à trouver un nouveau souffle. Elle n’est pas la seule. Face à l'aveuglement de son église, Marx avait jeté l'éponge le 4 juin.

    C’est que ce scandale des abus et de l’emprise sur des êtres dépendants n’est pas l’égarement de quelques-uns, admet le pape François et les plus clairvoyants de ses ministres, mais bien l’égarement de l’église en tant qu’institution, un égarement systémique. C’est l’égarement d’une église, la plus grande de la chrétienté, celle de Rome, qui ne sait pas comment sortir de l’emprise que son propre clergé exerce sur elle, qui ne sait pas faire confiance et redonner leur place aux laïcs, dont bon nombre a fini par se détourner de l’institution. C’est l’égarement d’une église apeurée, qui s’accroche à ses doctrines empilées au fil des siècles et que trop de clercs, du haut en bas de la hiérarchie, tiennent pour éternelles comme des reliques, dans un déni spectaculaire du monde des vivants. 

    C’est dans ce temps de doutes et de renaissance - en cours sûrement mais dont l'issue reste mystérieuse -, que j’ai accepté ce dimanche de reprendre la présidence du Conseil de ma paroisse de Compesières

    Lire la suite

  • Comment réinventer Compesières

    FBD1AC79-2BF1-4EE9-AC9E-9C0AF9CECEE8.jpeg

    Compesières, c’est une image d’Epinal, un château du XVIe, une église de 1830, une école 1900, une ferme agrandie en 1930. Le site se meurt lentement. Sa mort va s’accélérer avec le projet saugrenue de la Mairie de construire la  nouvelle école à 300 mètres du site historique, faute d’avoir trouvé un architecte capable de bâtir une école du XXIe siècle au coeur de ce curieux hameau (à défaut de la construire, là où habitent deux tiers des habitants)…

    La ferme, elle, est désaffectée depuis plus de 30 ans. Le pouvoir politique municipal, qui siège dans le château, voit chaque année ses compétences rognées par le Canton. Et l’école, elle n’est plus en rénovation et peine à prendre le virage des technologies de l’information.

    Compesières, c’est encore l’église Saint Sylvestre. Elle se meurt aussi. 

    Lire la suite

  • Penthes est mort. Vive Compesières?

    29742CBB-5BD4-4817-AC8D-CD437C9F5CF2.jpeg

    L’affaire remonte au temps de Mark Muller, le conseiller d’Etat abattu d’un coup de poing - le sien - dans une soirée bien arrosée comme ce lundi 10 mai. Le maître alors du territoire et de l’urbanisme de notre petit mais beau canton avait dans l’idée déjà de reprendre la gestion du domaine de Penthes pour les besoins de la Genève internationale. Mais la fondation encore verte fit de la résistance. Avec succès. Genève lui octroya un nouveau bail de dix ans qui vient à échéance à la fin de cette année.

    Mais dès 2013, un nouveau projet était dans l’air et dans Le Temps: Penthes devait devenir lafuture Mecque de la coopération. En 2016, c’est l’association GVA2 qui ajoute son grain de sel. 

    09F2E423-1B22-473F-8322-968B0E84A628.jpeg

    Lire la suite

  • Grandes orgues à Compesières? L'avis de deux facteurs

    IMG_3241.JPEG

    Le projet de reconstruire l'orgue de l'église de Compesières et au passage de l'agrandir et de lui adjoindre un positif dans le choeur de l'église, chroniqué dans cette note, a suscité un commentaire d'un voisin et ami, facteur d'orgue de profession, que j'ai rencontré fortuitement sur le chemin des vignes que surplombe la tour d'eau de Landecy - ces eaux que la Mémoire de Bardonnex a naguère narrées - où nos chers SIG, dans leur recherche de se distinguer et de verdir leur image, pourraient avoir la bonne idée de créer un mur de grimpe original.

    L'avis du facteur d'orgue est carré. S'en ajoute un second reçu ce lundi. Ils me vaudront bientôt, je l'espère, une réponse de l'initiatrice de ce projet ambitieux. Dans l'intervalle, j'ai pris langue avec Carouge et Lancy, dont les églises catholiques accueillent des orgues de qualité et où des concerts sont donnés.

    Note mise à jour le 22 mars à 9h

    Lire la suite

  • Grandes orgues à Compesières

    CCCC84C7-628E-49BE-8426-14417A85D14C.jpegLa paroisse de Compesières a décidé, ce mardi 9 mars, de mandater Claire Vernain Haugrel, directrice du festival Les Musicale de Compesières, et Véronique Buchs Dewaele de poursuivre la recherche de fonds en vue de collecter 1,5 million de francs destiné à reconstruire et agrandir l'orgue de Compesières. L'instrument actuel fêtera son centième anniversaire l'an prochain*.

    Je me suis opposé en l'état à cette aventure.

    Lire la suite

  • Compesières: 1,35 million pour étudier une école préfabriquée en bois

    compesieres 2020 vu de la ferme est.jpeg

    Certains cantons* ou communes connaissent en Suisse la pratique du référendum financier obligatoire. Elle oblige les autorités à soumettre au vote populaire des crédits d’investissement dès lors que ceux-ci dépassent un certain montant. C'est un moyen d'impliquer le peuple souverain dans les choix stratégiques et une obligation pour les porteurs de projet d'informer la population pour obtenir une majorité. 

    Genève ne connaît pas cette institution - la Constituante s'est bien gardée de l'introduire mais a néanmoins introduit quelques Genferei** -  et s'en tient au référendum facultatif dont ses citoyens usent et parfois abusent. C'est ainsi que la construction des trams, l'extension de l'aéroport, la prison de Champ-Dollon, les constructions universitaires, les hôpitaux n'ont qu'à de très légères exceptions jamais été soumis au vote populaire. En revanche, les infrastructures culturelles et sportives sont plus souvent contestées.

    L'école de Compesières ne sera pas soumise au vote populaire oblgatoire. Fera-t-elle l'objet d'un référendum facultatif? La Mairie de Bardonnex demande 1,35 million pour seulement étudier la construction d'un bâtiment de 12 classes, en bois voire préfabriqué, à l'emplacement de la salle communale, un projet de 14 millions. 

    Lire la suite

  • Deux adjoints et l'école du XXIe siècle

    compesieres vu du ciel est leman bleu.jpg

    J'ai visionné tardivement le bon reportage que Léman bleu a consacré à ma commune de Bardonnex à l'occasion de l'élection partiel d'un adjoint ce 27 septembre. Deux candidats se disputent le siège laissé vacant à la suite du décès subit et malheureux de Daniel Fischer, élu au premier tour le 15 mars dernier. Surprise, l'un et l'autre ne semblent pas enthousiastes à l'idée que l'école de Compesières puisse être construite à l'emplacement du centre communal. C'est une bonne nouvelle. Sauf que ni l'un ni l'autre n'a eu le courage de désigner le bon emplacement. 

    Pour le connaître, posez-vous une question simple: si le canton était responsable de la construction des écoles primaires, où la construirait-il dans la région? En toute logique et en bonne pratique écologique, la réponse est là où habite la majeure partie des écoliers

    Lire la suite

  • Une école primaire à la Croix-de-Rozon

    IMG_1706.JPEGIMG_1713.JPEGQue pensent Luc Lavarini et Nicolas Vernain* (l'un comme l'autre absents des réseaux sociaux) de leur possible future fonction d’adjoint au maire de Bardonnex? Quelles inflexions voudraient-ils donner à la gestion communale, une fois élu le 27 septembre prochain (les chances de Lavarini sont certaines mais rien n'est certain dans un scrutin), si tant est que leur voix pèse dans le système municipal genevois, où le plus puissant des acteurs est, et de loin, le canton, ses lois, ses élus et les fonctionnaires et commissions spécialisées qui les votent et les interprètent. Rien?

    Ce dimanche, veille des vendanges, alors que le vote par correspondance a démarré, aucun discours n'a été prononcé à la Bossenaz, où le PDC et Entente, pas encore connu sous son nouveau label de Centre, avait réuni une poignée de militants, amis et sympathisants. On s'est donc rabattu sur le quiz proposé pour donner son avis. Et sur les conversations, un verre de vin à la main, qui forcément tournent autour de la Covid. Avec une idée en tête - fixe diront certains - la construction d'une école à la Croix-de-Rozon.  (photos du jour)

    Lire la suite