wiki, web, bot - Page 5

  • Karma Police, cookies, Snowden et le douanier Vionnet

    image.jpgJe suis les publications de Nieman Lab via un fil logé chez Flipboard - il paraît qu'iOS9.0 lance un concurrent de Flipboard - et je tombe sur un long article de The Intercept, qui révèle via les papiers de Snowden comment le gouvernement britannique espionne les gens en appliquant des traitements appronfondis sur des milliards de métadonnées pompées du web et des câbles qui passent à proximité, des cookies et autes traces que les internautes laissent volontairement ou non a chaque fois qu'ils se connectent et surfent sur la toile.

    Grâce à des outils, comme Karma Police ou Mutant Broth, par recoupement, regroupement, tri, association, collection, timing, localisation, etc, les espions de sa majesté décrivent, expliquent le journal, documents à l'appui, le profil de n'importe quel internaute et, de proche en proche, l'extraire de la masse des anonymes. 

    Naguère, je voyais sur la route devant la cour où je jouais au sable, le caporal Oberson, l'appointé Tornare ou l'adjudant Vionnet (le grand-père de Luc Barthassat que le ministre a cité jeudi au Grand Conseil à propos de la fermeture des routes secondaires non gardées par les douaniers). 

    https://theintercept.com/2015/09/25/gchq-radio-porn-spies-track-web-users-online-identities

    http://www.niemanlab.org

    Lire la suite

  • 1815: Tambora, Frankenstein, 19 mai

    image.jpgEn avril 1815, s'est produit, à l'autre bout du monde, un événement, dont le site du 200e anniversaire de l'entrée de Genève dans la Confédération suisse ne dit mot, mais qui a eu dans le monde un effet si profond qu'on lui doit rien moins que le Frankenstein de Mary Schelley ou la source du mormonisme aux États-Unis à toute sorte d'autres événements dont la mort de quelque 200'000 Européens victimes de l'année sans été de 1816.  

    C'est ce que rappelle The Economist dans un long article sur l'éruption du Tampora, un gigantesque volcan, lové au cœur de l'Indonésie, dont l'explosion refroidit la terre entière d'un bon degré et accru les précipitation de 3,6% et fut la cause de perturbations climatiques et météorologiques planétaires et des pluies qui inondèrent la région lémanique, un temps qui inspira Mary Schelley et provoqua l'immigration de nombre d'Européens, dont le père du fondateur des Mormons, entre autres,...

    Lire la suite

  • Une tablette pour chaque élève. Investissons 10% de ce qu'on bétonne!

    jenni.jpgPierre Jenni, patron d'une entreprise de taxis et ex-candidat au Conseil d'Etat genevois, a publié un commentaire bien intéressant sous un de mes derniers billets (Y a-t-il un tweetprof dans la classe?). J'y évoquais cette alternative: plutôt que de prévoir des budgets pour couler du béton et fabriquer des écoles et des collèges à un demi-million de francs la classe, on pourrait (devrait), comme le % Migros ou des fonds de décoration ou d'art contemporain qui fleurissent dans chaque commune comme au canton, créer et alimenter un fonds informatique.

    Exemple le CO de la Florence, qui a été entièrement rénové pour 41 millions de francs, aurait permis de dégager 400'000 francs, de quoi équiper chaque élève d'une tablette. Imaginons ce qu'on pourrait faire avec 10% de la somme investie dans les murs... 

    A noter que plusieurs communes, qui sans doute ne savent pas comment dépenser leurs excédents de revenus, subventionnent l'acquisition de bicyclettes électriques... et qu'on subventionne grassement les transports publics...

    Lire la suite

  • On a 50 ans

    terre dans des mains.jpgLa presse est en ébullition. Les fortunés du web ou des télécoms s'achètent de grands quotidiens qu'ils sauvent de la faillite ou d'une mort lente. Les fortunés suisses ont, eux, lâché leur journal de Genève. De ses cendres, est né Le Temps. Et voilà que ce quotidien suisse de référence est en vente. Est-ce ce choix stratégique qui a décidé Éric Hoesli à présenter ce jour sa démission? Soumis à la question, il reste coi ou capable de dix minutes de langue de bois sur la RSR. Quoi d'autre sinon? La chute d'Hoesli serait la rupture d'une digue éditoriale romande contre des Zurichois forcément avides de profit comme la RSR l'affirme? Cette vision manichéenne me laisse songeur.

    Les entreprises de presse, pas moins, pas plus que les autres, détestent laver leur linge en public. Les lecteurs, comme les clients, qu'on sonde régulièrement, n'ont rien à dire. La plupart ne sont pas des actionnaires. Ils se sont donc privés de la possibilité de participer aux choix stratégiques. Le serait-il qu'il faudrait qu'une majorité d'entre eux parvienne à s'unir pour peser un peu. Idéal ou utopie? Même La Cité n'a pas demandé à ses abonnés généreux leur avis sur la décision de sa direction de passer au rythme mensuel ou de placer Jean-Noël Cuénod à la barre.

    Il y a, en Suise romande, un titre qui poursuit vaillamment sa course et va le 31 octobre prochain fêter ses 50 ans. Domaine Public, le périodique des sociaux démocrates suisses romands, passé en pionnier, en 2006 déjà, au tout numérique, me demande si la Tribune pourrait signaler cet anniversaire.

    Par curiosité, j'ai passé au crible les événements survenus en Suisse en 1963, tels qu'ils sont répertoriés par quelques anonymes sur Wikipédia. Ça donne ceci. Une année étonnante 1963... J'attends avec intérêts vos réponses aux questions que j'adresse à ceux qui font DP aujourd'hui.

    Lire la suite

  • On a bonne mine mais on vieillit

    vieux couple de dos.jpgGoogle creuse son avantage*. Le moteur de recherche leader n'arrête pas de puiser dans la fabuleuse mine de données de l'Internet pour fabriquer de l'info. En l'occurrence de l'info tirée des statistiques, ce qu'on appelle en bon franglais le data mining. Assez fascinant.

    Google Public Data va rechercher dans les bases statistiques publics et met les données en forme. On peut même faire évoluer un paramètre souvent le temps de sorte que le graphique s'anime. Et de cette animation même ressort une nouvelle info. Un peu comme ces livres de dessin que l'on feuillette rapidement et qui révèle un petit film animé. Et bien de l'animation naît une nouvelle information qui reste cachée tant qu'on ne met pas en oeuvre la machine temporel.

    Exemples...

    Lire la suite

  • Smartvote n'aime pas Genève et réciproquement

    ricou smartvote.jpgLionel Ricou poste son profil Smartvote dans son blog. C'est, à ma connaissance, le premier à le faire. En d'autres temps, Charly Schwarz, geek patenté et naguère blogueur prolixe sur plusieurs blogs dont celui de l'Esprit de Genève (marque déposée), ou Votewatch, nous aurait entretenu de ce nouveau moyen de communication [On espère qu'il ne lui est rien arrivé de grave].

    C'est vrai qu'on n'entend plus guère parler de smartvote au bout du lac de Genève. C'est dommage, car c'est une des rares innovations politiques interactives que permet réellement l'internet pour  tracer le portrait de son candidat chéri. Bien plus utile que le vote par internet, qui a coûté des millions à la République et n'est toujours pas opérationnel dix après le lancement des premières études... C'est en effet en mars 2001 que le Conseil d'Etat a donné son feu vert pour tester la chose.

     

    Lire la suite

  • Fabio Lo Verso lance La Cité: interview vidéo

    La Cité en kiosque.jpgLa Cité mérite d'être lu. Évidemment! Pour l'heure, je n'ai lu que les quatre premières pages. Il est vrai que j'ai quinze jours pour avaler la suite.  A dose homéopathique. Ou plus pour ce numéro 0, que l'on peut acheter dans les kiosques Naville pour 4 francs 50. Car le numéro 1 pourrait ne paraître qu'en septembre selon l'ATS.

    Ou jamais. Car le projet ne sera lancé, dit son rédacteur en chef Fabio Lo Verso, que si cinq mille souscripteurs versent leur cotisation fondatrice. Ils ne sont guère plus de 750 aujourd'hui. Le numéro 0 saura-t-il en convaincre quatre mille autres?

    L'ex rédacteur en chef du Courrier, débarqué l'été dernier, et ex-actuel animateur* du blog de la maire de Genève, a répondu à quelques questions vendredi au Café Sud où il recevait ses amis.

    Lire la suite

  • La Cité est illisible

    lacité no 1.jpgC'est toujours triste d'ouvrir un journal et d'avoir le sentiment qu'on ne le lira pas. Parce qu'il est illisible. Techniquement illisible. Certes, il est près de minuit et la lumière du salon ne vaut pas la clarté du jour. Mais tout de même. Fabriquer au XXIe siècle un journal digne de Kim il Sung c'est fort!

    La Cité n'aura, dans cet état, sans doute pas de deuxième édition. Ma déception est grande et j'imagine que celle des quelque milliers de souscripteurs qui ont reçu le numéro 1 - avec deux jours d'avance - l'est tout autant.

    Même le Monde diplomatique (qui dispose d'une application Ipad) a fait des efforts typographiques pour améliorer sa lisibilité. C'est à croire que La Cité l'a fait exprès. Mais où diable sa rédaction a-t-elle trouvé cette police de caractère? Comment Erik Grobet a-t-il pu imaginer des colonnes de 11 centimètres de large! C'est un non sens total!

    Lire la suite

  • Dollars for Docs: Pro Publica va à la mine

    pro publica drog.jpgCombien les médecins touchent-ils de cadeaux des pharmas? Un sujet chaud. Aux Etats-Unis, la loi leur impose dès 2013 de publier des données à ce sujet. Certaines sociétés ont anticipé. Je serais curieux de savoir ce qu'il en est en Suisse.

    Pro Publica (ici et ) est une de ces nouvelles formes de financement de la presse. Les journalistes exposent sujets et budgets et démarrent leur enquête, lorsque suffisamment de lecteurs les ont financés. Les sujets sont de toutes sortes. Je suis tombé récemment sur celui-ci: Scraping for Journalism: A Guide for Collecting Data (Fouille journalistique, un guide pour collecter les données).

    Lire la suite

  • J'essaie Paper.li

    rotative paperli.jpgpaper.li sabbatini.jpgPaper.li c'est une jeune pousse romande en passe de conquérir le monde, me rappelle mon confrère Luca Sabbatini cette semaine dans la Tribune [cliquez sur la vignette de droite]. Paper.li s'est fait remarquer à Paris au Salon Le Web. C'est une tentative de marier les bons plans que vous avez sélectionné sur Twitter ou sur Facebook et de leur donner une allure de magazine sur le Web. Je ne suis pas renversé par mon premier essai. Peut-être que mes abonnements sur Twitter son trop ecclectique.

    En butinant un peu, je tombe sur un bon papier dans La Social News Room de Benoît Raphaël qui est sur le web comme chez lui. Pour qui voudrait comprendre l'histoire récente des aggrégateurs et aux astuces pour mieux découper et coudre la toile à sa façon, bref comme l'écrit joliment Benoît Raphaël pour marier "la proximité et la personnalisation de l’info :  deux graals des médias qui obsèdent les éditeurs depuis longtemps".

    Lire la suite

  • Le web a 20 ans. Qui va capter l'héritage d'un bien de l'humanité

    web social.jpgL'anniversaire est passé inaperçu. La naissance officielle du web remonte au mois de mars 1989. Mais c'est le 13 novembre 1990 que la première page web a effectivement été mise en ligne.

    "La première page Web est http://nxoc01.cern.ch/hypertext/WWW/TheProject.html ; la plus ancienne page conservée date du 13 novembre." peut-on lire dans la notice web de Wikipedia. L'info me vient d'un tweet envoyé hier qui fait référence à une interview du père fondateur de la Toile au CERN Tim Berners-Lee au ScientificAmerican.com.

    En deux mots, Tim Berners-Lee est inquiet. Des intérêts puissants veulent s'approprier le web, alors qu'il appartient à tout le monde. Il est urgent que l'UNESCO le déclare patrimoine universel de l'humanité... On imagine combien des divulgations de documents comme celles de Wikileaks vont renforcer les verrous.

    Lire la suite

  • Les journaux imprimés passeront-ils le cap de 2020?

    media en 2020.jpgEn préparant une conférence sur la blogosphère - ce qui m'a heureusement permis de levé le nez du guidon des blogs Tribune - je suis tombé sur cette vidéo -  "Les médias en 2020" - captée sur Viméo, dont je recommande le visionnement à tous ceux que l'avenir des médias collectifs préoccupe.

    Les journaux, les radios et télévisions généralistes, canaux prescripteurs d'une certaine pensée unique pour certains, vont-ils s'effondrer sous les coups des twitters, facebook et autres blogs qui telle une armée de mouches seraient en train d'étouffer et de se repaître des cadavres de ces Gulliver de l'ère gutenberguienne finissante?

    Lire la suite