université - Page 2

  • "Fratelli tutti" et le PDC

    fratelli tutti.jpg"Fratelli tutti". "Nous sommes tous frères", rappelle le pape François dans sa troisième newsletter aux évêques publiée le 4 octobre, fête de la saint François d'Assise. La nouvelle n'en est pas vraiment une dans le monde chrétien, puisque nous sommes tous également enfants de Dieu, malgré nos différences de genre ou de couleur, nos cultures et nos histoires, nos querelles et nos exclusions. 

    "Fratelli tutti" - Wikipedia lui consacre déjà une notice intéressante et le site français sur la doctrine sociale de l'église une longue analyse* - traite de l’amitié entre les humains. La pierre d'angle de l'encyclique est cette histoire bien connue du bon samaritain, cet étranger honni qui sauve un juif agressé par des brigands que ses coreligionnaires ignorent et abandonnent agonisant au bord du chemin. Fratelli tutti est un grand texte, long, dense, foisonnant, qui intègre nombre d'allocutions et de discours de l'évêque de Rome et clôt le triptyque des encycliques de François: Lumen Fidei (relation avec Dieu) et la célèbre Laudato Si’ (relation avec la terre).

    Le programme politique du pape est clair**. Est-ce la raison qui incite le parti démocrate-chrétien suisse à chercher son salut et une renaissance en se rebaptisant Le Centre/Die Mitte/Allianza del Center?

    Lire la suite

  • De quel bois fait-on une école à Compesières?

    compesieres 4 projets.jpgEn bois, en béton, en verre, en fait peu importe le matériau, les cœurs des écoliers sont de chairs et leur esprit libre et créatif. La mode est à l'école en plein air. Mais ce mode libéral d’enseignement n'a pas été retenu par le monde politique à Bardonnex. Pas plus que l'enseignement à distance pourtant promis à un bel avenir en ces temps où le principe de précaution règne en maître.

    La nouvelle école de Compesières (12 classes) - en gestation de puis 25 ans - sera en bois. C'est à peu près la seule chose qui fait l'unanimité. Pour le reste, l'exposition des 29 idées architecturales ce mercredi 2 septembre a laissé le public dans l'expectative. La parcelle imposée aux concurrents paraît exiguë. Sa forme triangulaire coincée en zone agricole entre la route cantonale de Cugny, assez roulante, et le chemin des Remparts est un défi supplémentaire. 

    Lire la suite

  • La collapsologie envahit les théâtres genevois

    vous etes ici theatre.jpgL'écrivain genevois Bimpage vient de sortir Déflagration, écrit avant la pandémie, une histoire de fin d'un monde qui remet les idées en place. Claude Inga Barbey écrit dans la même veine le premier épisode de Vous êtes ici, une série collapsologique que 12 théâtres genevois vont interpréter ces prochains mois. Une première, un événement. La première est déjà complète, m'apprend Heidi.news dans sa lettre d'info quotidienne du 28 août*. Son réd en chef est le président de la République éphémère, le comité qui porte ce projet.

    Mais qu'ont-ils donc à s'inventer des lendemains qui déchantent, des catastrophes salutaires, des électrochocs sociétaux? Sommes-nous donc tous devenus des vieux ratiocinant: Que oui, il leur faudrait une bonne guerre pour remettre les pendules à l'heure! Qu'a-t-on faire du théâtre puisque la réalité de la covid rejoint la fiction? Il faudra sans doute voir Vous êtes ici pour savoir si le projet dépasse la télé-réalité. 

    Lire la suite

  • Déflagration: Stromboli et nostalgiose suisse

    deflagration.jpgLe Stromboli émerge solitaire à quelques encablures de Lipari, entre Naples et la Sicile. Le volcan éructe toutes les 20 minutes quelques tonnes de magma incandescent. La lave fumante dévale en blocs et pierraille la Sciara del Fuoco et va se perdre dans la mer tyrrhénienne, un spectacle féerique et confondant à la nuit tombée, quand le ciel immense couvre la planète de sa coupole étoilée. Rarement inquiétant. 

    Imagine-t-on sous nos pieds les fours de Vulcain brassant la roche en fusion, œuvrant à la dérive des continents, triturant dans des creusets infernaux les atomes du tableau périodique, où bourgeonnent des amalgames cristallins ou amorphes, nos Alpes?

    Lire la suite

  • Les messe d'après... comme le monde d'avant?

    compesieres colza vu de chez Thabuis.jpeg

    Alléluia, sonnez trompettes, jouez musettes, messes et cultes vont reprendre en Suisse dès le 28 mai, veille de la Pentecôte, la fête de l'Esprit saint. Ça tombe bien! Des esprits saints, c'est bien ce qui manque le plus en ce temps où la peur de la maladie érode le bon sens - je ne dis même pas la peur de la mort car le covir-19 ne peut frapper fatalement que les gens déjà affaiblis. *

    Dans la culture dominante qui est celle de la Suisse, les annonceurs de la "bonne nouvelle", simplifient le message et négligent la communauté musulmane, qui fête, confinée, ce samedi 23 mai, la fin du Ramadan, ou la communauté juive, qui ne (re)connaît ni Jésus ni Mahomet et leur image de Dieu, malgré des millénaires de recherche et de lecture attentive des textes sacrés.

    Au fait, la première messe à la cathédrale de Genève depuis 1535 aura-t-elle lieu? Initialement prévue le 29 février, elle est tombée victime de l'interdiction des rassemblements de plus de mille personnes et avait été reportée au 30 mai. Même à deux tiers vide, comme un stade de football, la retransmission en mondiovision pourrait dire que la messe d'après ne sera pas comme la messe d'avant.

    Lire la suite

  • Dis grand papa, pourquoi y'a pas l'école demain?

    capuccino.jpgPlace des aviateurs, côté sud, le soleil réchauffe à peine un petit 15 degrés biseux. Mateo écope le chocolat et la mousse de mon capuccino avant d'aspirer avec une paille en plastique emballée dans un papier voltigeur un sirop rouge. Trois ou traits suffisent. Il attaque ensuite sa croix à la vanille. Un rituel. Pas grand monde sur la terrasse où les tables ont été un peu éloignée. Des chaises fuchsia sont empilées. D'ordinaire on décrypte lettre à lettre les titres de la presse du jour. Le principe de précaution nous en prive. 

    J'irais bien à la ludothèque. Il saute de sa chaise et s'en va peser sur la poignée à 15 mètres. La porte est close. C'est quand que c'est ouvert? Regarde, c'est écrit sur la vitrine. Mais je ne sais pas lire. Mais si, prends lettre après lettre, morceau de mot après morceau: m+e? ME! me + r euh... MER. Très bien. Crrrr + e? CRE. Et d +i? DI. Et voilà MER CRE DI. Et c'est ensuite écrit 16 et 18, ce sont heures d'ouverture... 10 ,11, 12, 13, 14, 15 16 (ok!) 17, 18. Super! On reviendra cet après-midi à 4h. Retour à la croix à la vanille.

    Dis grand papa, pourquoi demain y'a pas l'école?

    Lire la suite

  • La mort, le mal, Dieu

    france 2 plus recherchees.jpg

    Quelle est l'audience de France Inter le samedi matin? Je n'en sais rien mais je me dis que un ou deux millions d'auditeurs ont entendu Véronique Fournier. Je ne connaissais pas non plus cette médecin de santé publique, cardiologue, responsable de l’unité fonctionnelle d'éthique clinique à l’hôpital Cochin. Elle n'a pas sa langue dans sa poche et dit avec des arguments de santé publique pourquoi il n'y a pas beaucoup de sens d'intuber un octogénaire ou un nonagénaire atteint du coronavirus. Choquant? Ecoutez-la!* 

    Lire la suite

  • Le Temps, Heidi, la presse de qualité, comment la financer

    sinclair heidi.jpgC'est la question du jour. Comment financer la presse? On ajoute de qualité désormais pour séparer le bon grain de l'ivraie: le journalisme d'investigation, qui ne s'en laisse pas conter, et le journalisme suiveur comme on suit un vague ami ou un politicien ou un scientifique sur Twitter. Entendez d'un côté - je ne dis pas à gauche ou à droite - des quotidiens du genre Le Temps, la NZZ, Le Monde, Die Welt, El Paìs, La Reppublica, Le Guardian, le New York Times, ceux qui ont encore les moyens de leurs ambitions (ce qui n'est pas le cas du Temps) et le reste qui va du family paper genre la Tribune de Genève au journal de boulevard genre le Blick (Le Matin n'est plus que sur le Net) et au régional genre Le Journal de Morges. Et bien sûr au gratuit genre 20 Minutes, plus fort tirage de Suisse. 

    Or donc le radical François Longchamp, poisson pilote de quelques mécènes via la fondation Aventinus, s'en va acquérir Le Temps, dit la RTS. Le Temps n'en dit rien. Forcément, on se demande si c'est une bonne nouvelle.

    /note augmentée le 3 mai à 9h30/

    Lire la suite

  • L'humanisme en Islam

    neuf poins énigme.jpgJe ne connais pas le Coran par coeur; ni la Bible ni le Tao ni les Upanishad non plus d'ailleurs*. Dieu m'en garde. Ces pensées pourtant m'interpellent car, quelles que soient leurs origines et leurs transformations au cours de l'histoire, elles participent du patrimoine mondial de l'humanité, comme on dit aujourd'hui du Lavaux ou des 1121 autres sites anoblis par l'Unesco.

    Elles ont été, sont et seront encore le fondement de la foi et de la vie de milliards de mes semblables. Bien plus nombreux que les adeptes de la peur du réchauffement climatique, les fans de Federer ou du Barca ou le milliard Chinois ou le milliard d'Indiens mêmes (trois humains sur terre sont chinois ou indiens). 

    "L'humanisme en Islam" est le titre ce dimanche matin de la deuxième des émissions religieuses de France 2, entre le bouddhisme et le judaïsme, avant le culte protestant et la messe catholique. La douce Leili Anvar tente de séduire deux vieux savants: un docte musulman et un docte catholique oriental. Tous trois sont dans leur mise et leurs propos à mille lieues des jeunes des banlieues islamisées que craint tant la France. 

    Lire la suite

  • #covid-19. Qui nous met donc à l'épreuve? Dieu?

    la croix ramadan.jpg"Que son Père le descende de la croix, s'il est bien le fils de Dieu?" Les spectateurs de la crucifixion ne disent rien d'autres que ce que nous disons tous. Qui peut être ce Dieu qui se prétend tout puissant et qui laisse mourir son fils sans rien faire! Ce scandale ébranle bien des chrétiens et en a dérouté plus d'un hors de la foi, dans une indifférence prudente ou un athéisme militant.

    Là où il n'y a pas de Dieu, la question de la mort et de la souffrance n'est pas moins cruciale. Et trouve des réponses variées, entre la soumission totale aux forces universelles et l'existentialisme au jour le jour, en passant par toutes sortes de philosophies ou de conceptions. 

    La pandémie virale fait réfléchir. "Cette crise est un laboratoire vivant", dit Bernard Crettaz que l'Echo Magazine présente comme thanatologue, c'est à dire causeur sur les confins ultimes. Ultimes? 

    Lire la suite

  • "Un monde malade"

    yanomani wik.jpgAlors que les églises et les temples sont vides et que les clercs ne sont plus reproduits (c'est surtout vrai en Europe où la cure d'âme est devenue psychothérapie remboursée par la sécurité sociale), France 2 diffuse le dimanche matin, Les chemins de la foi, islam, orthodoxie, judaïsme, bouddhisme, protestantisme, catholicisme, à chacun sa tranche horaire en fonction approximative du poids démographique et culturel de ces traditions.

    Il est 11h, quatre dominicains et autant de laïcs chantent la messe dans l'intimité d'un studio aux allures d'appartement aménagé et la fragilité des voix a capela. Coronna virus oblige, on est loin des cathédrales élancées au-dessus de nos vieilles cités et des orgues orgueilleuses. A plusieurs reprises, le célébrant parle d'un "monde malade".

    Notre monde est-il malade? L'est-il plus qu'autrefois?

    Lire la suite

  • "Les Huguenots" et la messe à Saint-Pierre de Genève

    pain et eau.jpgCe mercredi commence le "Ramadan chrétien", le Carême, un temps de frugalité - c'est très à la mode -, de réconciliation - ça l'est un peu moins - , de pardon - évoque-t-on ce mot libérateur dans l'école genevoise?

    A Genève justement, où la pensée dominante impose une stricte et parfois sourcilleuse séparation des églises et de l'Etat, l'événement prend une tournure historique. Ce mercredi des cendres, selon le rite catholique, où les croyants se souviennent qu'ils sont poussière, de cette poussière que le Créateur a façonnée avec l'eau et le souffle pour faire l'Adam, l'humain premier, homme et femme confondu.e.s, jusqu'à ce que Dieu personnifie le masculin et le féminin, et sans doute tous les genres...

    Ce 26 février, mercredi des cendres, donc, Les Huguenots, le maxi opéra de Meyerbeer, est donné sur la scène du Grand Théâtre de Genève. Un événement. Au Ve acte, ont entend le chœur des meurtriers: « Abjurez, huguenots, le ciel l’ordonne!» C'est le massacre de la Saint-Barthélémy, le 24 août 1572. 

    Samedi 29 février, une messe catholique sera dite en la cathédrale Saint-Pierre de Genève, une première depuis 1535, un "signe de bonne santé œcuménique", lit-on sur le site cath.ch, "ni une défaite ni un triomphe" écrit le professeur Grandjean dans la Tribune.

    Lire la suite