Pays, paysans - Page 9

  • CRISPR bis: Sénilité et OGM

    ciseaux.jpgRassurez-vous, je ne vais pas vous reparler de l'Expo de Milan. Je n'y ai d'ailleurs pas rencontré CRISPR. C'est un ciseau à ADN que la nature utilise comme une des manières de désarmer les virus qui assaillent les organismes plus évolues. Un ciseau CRISPR, des chercheurs viennent d'en trouver une nouvelle variété en scannant une masse de bactéries.

    Comme le premier que j'ai déjà évoqué ici et qui excite les biodocteurs, le nouveau venu est associé à une clé, baptisée Cfp1, qui lui permet de se positionner à un endroit exact de la chaîne du programme de la vie pour la découper et éliminer un morceau de code défectueux ou lui ajouter un autre morceau de code. Il y en aurait bien d'autres des ciseaux à ADN.

    Gros avantage par rapport aux OGM, se réjouit The Economist, le bout ajouté peut venir d'une synthèse ou du même organisme du coup, de quoi désarmer les opposants? Wired et plusieurs autres revues en parlent ces jours dont ce site.

    Le nouvel (futur) instrument des couturiers du vivant promet de faire des miracles:une reconfiguration des cellules qui nous précipitent dans la sénilité. Des plantes et des animaux de rente plus résistants aux maladies. Un bond dans la maîtrise du vivant plus grand que la découverte des vaccins ou des antibiotiques.

  • La RTS et notre pain (notre bain médiatique) quotidien

    image.jpegOr donc rappelle le 19:30 de notre RTS publique et nationale à cotisation obligatoire, l'émission qui sans doute est la plus vue des Romands et qui participe donc à ce que les Romands tiennent pour vrai du bain médiatique quotidien, notre pain quotidien est trop salé. Et les hommes suisses consommeraient deux fois trop de sel par jour - 10 grammes. Ce faisant ils prennent des risques d'hypertension. Le 19:30 n'a cependant pas dit combien de Suisses meurent d'hypertension ou des effets collatéraux de ce régime trop salé. 

    En revanche, notre télévision n'a pas manqué de rappeler que 3000 Suisses meurent à cause des particules fines des moteurs, une manière sans doute et sans le dire d'accuser VW d'être une entreprise tueuse. Au fait, je n'ai encore rien lu de la différence effective d'émission de polluants que "corrigeait" le fameux logiciel caché. Est-elle à ce point qu'il faut stopper les 11 millions de véhicules volontairement faussés? On le comprend entre les lignes, mais on n'en sait rien. (Ça n'excuse évidemment pas la tricherie)

    Etrange aussi cette séquence sur la hausse des loyers à Genève. 

    Lire la suite

  • Ce qui distingue Vaud et Genève

    Lire la suite

  • A Genève, 4 toubibs pour 1000 habitants, 4 paysans pour 10'000

    image.jpgLa hausse des primes maladie nécessitera sans doute - non sans pleurs et grincements de dents - un rationnement des soins, une réduction du catalogue des soins remboursés, une prise en charge par l'impôt exclusivement des coûts de la dernière année de vie, plus de concurrence, des pénalités des comportements et consommation à risques, et quelques autres solutions non orthodoxes.

    Il n'est pas sain que des familles doivent rogner sur leur budget alimentaire ou culturel et continuent d'être contraintes par le jeu des cotisations aux caisses maladie obligatoires d'alimenter un système ogresque. 

    Lire la suite

  • MoinsESTplus, vraiment?

    image.jpgLa Ville de Genève à Milan, c'est aussi LessISmore, le fruit d'un atelier estival de la Haute école du paysage et de l'architecture. Elle n'était pas installée la semaine passée à l'Expo 2015, mais elle est visible sur internet sous la forme laconique d'une image et d'une légende. Les quarante projets ne sont pas tous utopiques, mais leur présupposé m'interroge. Ils partent de l'idée que les villes de demain, du moins leurs nouveaux quartiers devraient développer l'autosuffisance alimentaire. L'autarcie comme but pourquoi? 

    Parçe qu'il est bon de penser à l'envers du mode de vie actuel? Par simple esprit de contradiction? Parce que le repli est la nouvelle frontière de la nouvelle société idéale, sans échange, sans frontalier, sans étranger? Parce que la campagne doit être livrée à la nature sauvage? Parce que seule la proximité est garante d'une sécurité alimentaire? Parce qu'on astreint ainsi la communauté des habitants à des comportements sociaux dictée par un politburo omniscient... Parce que... Je me perd en conjectures.

    Lire la suite

  • J'y suis retourné, pour voir Genève et je n'ai rien vu

    image.jpgJ'y suis retourné, à l'Expo 2015 de Milan. Sans doute un brin de masochisme. Et l'envie de voir la présentation de la ville de Genève...

    Les petits pays sans moyens font toujours de la figuration. Les Africains empilent statuts de bois, colliers de pierre, grains, haricots, conserves et tissus divers, façon souk, les îles du Pacifique affichent des posters de mer et de poisson, la Palestine expose des crèches chrétiennes en bois d'olivier dont l'une à 1500 euros, des produits de la Mer morte, des tissus, de la céramique. Rien qui permette de répondre à l'ambitieux thème de l'Expo: Nourrir la planète. Energie pour la vie!

    Lire la suite

  • CRISPR

    Non, ce n'est pas le bruit d'une chips sous la dent ni le crissement des pas dans un gravier de granit fraîchement épandu. CRISPR, c'est, dit le dernier The Economist, la prochaine révolution qui va permettre de copier coller des brins d'ADN presque aussi facilement qu'on corrige un texte en quelques clics de souris et donc de corriger des maladies génétiques et de bricoler toutes sortes de choses bonnes, mais aussi affreuses au cœur même du noyau de nos cellules.

    Réfugiée à Cologny à cause d'un temps de chien provoqué par un volcan en colère, la maman de Frankenstein n'en avait même pas rêvé. Dans ce monde qui va si vite, je n'avais pas vu passer CRISP. Pourtant Google livre déjà des tonnes de liens, dont cet article en français de La Recherche. Bonne lecture!

  • Du lait à 85 centimes! Et Libération qui chante le pape vert

    image.jpgA part les familles qui compte chaque sous, qui sait combien coûte un litre de lait? L'autre jour, je suis allé chez les Zeller à Vernier.  Il pestait car, s'était- il épanché dans l'hebdomadaire Agri, "je gagne mieux ma vie avec le fumier que je méthanise qu'en vendant mon lait à 53 centimes le litre".

    Ce qu'il n'a pas dit c'est que Swissgrid lui achète son kWh a un prix fixe tandis que le prix du lait, en moyenne annuelle à 60 centimes soit bien moins de la moitié de la brique vendue, baisse en effet graduellement pour éviter 1) une surproduction coûteuse, 2) diminuer le cheptel gros producteur de gaz à effet de serre et 3) recoller avec le peloton des producteurs européens qui écoulent leur lait autour des 35 centimes. Vaste programme.

    Toujours dans Agri, je lis ce savoureux reportage dans le Toggenburg...

    Lire la suite

  • Nourrir le monde. Milan rate la cible

    image.jpgL'Expo universelle de Milan ressemble à un orchestre dont chaque registre jouerait une partition de son cru. Je garde pourtant de cette plongée d'un jour - combien de visiteurs passent-les plus de temps? - une belle impression.  Sans doute produite par ces dizaines de milliers de gens rassemblés sur l'immense avenue couverte où s'accrochent les pavillons nationaux. Quelle est leur quête? Que sont-ils venus venus chercher?

    Nourrir la planète, c'est le thème de l'Expo 2015. Une bien belle ambition. Par mégarde, je tape dans Google Nourrir le monde. Par on ne sait quelle mécanique, le moteur de recherche américain me livre un rapport de la FAO de 2009. Une FAO dont je n'ai pas visité le stand, mais l'organisation onusienne spécialisée dans l'alimentation et l'agriculture et basée à Rome est-elle seulement présente dans la capitale lombarde? La réponse, négative, me plonge dans le désarroi.

    Lire la suite

  • L'Expo universelle 2015 ne fait pas d'omelette sans oeufs

    P1070756.JPGPas d'omelette sans oeufs à Milan, La dernière invention d'une jeune pousse californienne qui promet de nourrir le monde plus efficacement et plus écologiquement que le circuit naturel grain-poule-œuf-omelette n´est pas montré sur le stand américain de l'Expo universelle Milan 2015. Du moins je ne ai pas vu et je ne crois pas qu'Obama, qui nous accueille droit les yeux au sommet d'un grand escalier - Poutine s'affiche mais ne dit rien sur le stand russe - en parle dans sa vidéo qui tourne en boucle.

    Les Américains, comme d'autres, ont accroché des salades, des choux et des fraises sur la paroi nord de leur bâtiment, façon sans doute de rompre avec l’horizontalité naturelle des champs qu'on peut dès lors bétonner sans scrupule. Je n'ai pas trouvé non plus sinon via des vidéos de cultures hydroponiques avec poissons recycleurs. Sur ce plan, le pavillon belge est bien intéressant, d'autres sans doute aussi. Frappant de constater dans cet Expo dédiée à l'alimentation pour tous que les nouvelles techniques culturales, sensées souvent le monde de la faim et de l'enfer climatique, ne dominent de loin pas la fiera milanaise.

    Lire la suite

  • L'ambassadeur Nordmann. Contre les accapareurs?

    image.jpgDans son costume gris, l'ex-diplomate François Nordmann n'est pas sorti de sa copie qu'il a lue avec attention. Travers professionnel d'un homme qui sait le poids des mots et le choc des postures? Nulle référence au thème imposé par l'Eglise catholique chrétienne qui l'invitait dans le cadre de son cycle de conférence "Les lumières de midi" à réfléchir à la question richesse et pauvreté. 

    Etonnante neutralité de ce grand commis de l'Etat pourtant retiré des affaires depuis quelques lustres. On ne connaîtra donc pas ses motivations profondes qui l'on conduit des années durant à courir les chancelleries au service de la Suisse. On ne saura rien de ce mystère qui fait naître les uns ici à Genève, temple des assurances, et d'autres à Dacca, à Addis Abeba ou ailleurs, où le pain quotidien est un combat quotidien.

     

    Lire la suite

  • Saisonniers kurdes en plaine turque

    image.jpgEntre la Cappadoce et Konya (l'ancienne Iconium - d'où le mot icône, dit le guide - aujourd'hui centre de pèlerinage des soufis - je n'aime pas trop les -isme, trop ghetto, trop idiot), la plaine s'étend à perte de vue juste barrée au sud par un volcan couvert de neige.

    La première partie a été épierrée par MacDonald, explique Adlem. Un travail de Sisyphe accompli par la multinationale américaine pour pénétrer le marché turc. Etrange conquête du royaume du doner kebab, sans doute pour les jeunes, une manière de se raccrocher à la modernité occidentale. On voit à gauche et à droite du car des milliers de champ hérissés des sillons caractéristiques qui recouvrent les tubercules qu'on vient juste d'enfouir. Le climat est rude à mille mètres d'altitude.

    Plus loin, la marqueterie agricole alterne le blé et la betterave à sucre qu'on arrose avec de petits jets, les même qu'on peut voir à Charrot, où le député Vuillod cultive des légumes en plein champ. On dirait dans la plaine de Konya des jouets d'enfant. Des ouvriers les déplacent régulièrement. Un autre travail de Sisyphe. L'irrigation abaisse la nappe phréatique. Déjà des diolines annoncent le risque d'effondrements du sous-sol. De temps en temps, des campements. 

    Ce sont des saisonniers, dit le guide, des Kurdes, ajoute-t-il sans plus de commentaires.

    Lire la suite