Monde - Page 4

  • #covid-19. Qui nous met donc à l'épreuve? Dieu?

    la croix ramadan.jpg"Que son Père le descende de la croix, s'il est bien le fils de Dieu?" Les spectateurs de la crucifixion ne disent rien d'autres que ce que nous disons tous. Qui peut être ce Dieu qui se prétend tout puissant et qui laisse mourir son fils sans rien faire! Ce scandale ébranle bien des chrétiens et en a dérouté plus d'un hors de la foi, dans une indifférence prudente ou un athéisme militant.

    Là où il n'y a pas de Dieu, la question de la mort et de la souffrance n'est pas moins cruciale. Et trouve des réponses variées, entre la soumission totale aux forces universelles et l'existentialisme au jour le jour, en passant par toutes sortes de philosophies ou de conceptions. 

    La pandémie virale fait réfléchir. "Cette crise est un laboratoire vivant", dit Bernard Crettaz que l'Echo Magazine présente comme thanatologue, c'est à dire causeur sur les confins ultimes. Ultimes? 

    Lire la suite

  • La pauvreté, les autoroutes, la guerre

    anneesfolles.jpgOn sait que les années folles ont suivi la Grande Guerre et la grippe espagnole, la seconde ayant fauché plus d'humains que la première.

    Comment l'Europe et le monde se sont-ils relevés de la Grande Dépression de 29-33? La réponse tient en trois mots: pauvreté, autoroute, guerre. Ou si vous préférez chômage (sans assurance, donc migration vers les villes et les soupes populaires), New Deal (Keynes et Roosevelt) et réarmement. Le tous au temps des passions politiques, des fronts, fasciste et populaire, du national-socialisme, du communiste, (eugénisme et homme nouveau), du personnalisme chrétien aussi mais en sourdine (Barth, Maritain, Mounier, Teilhard...)

    Comment allons-nous nous relever de la Grande pandémie 19-20? 

    Lire la suite

  • Un monde meilleur? Que faire à Genève?

    demain sera meilleur.jpgDans mon village, deux familles ont affiché leur confiance sur leur maison. "Demain sera meilleur*, "Tout ira bien". Les banderoles sont ornées de mains d'enfants.  L'espoir est grand dans une partie de la population. A gauche surtout. Un monde nouveau serait à portée de main.

    J'écoute ce matin l'économiste François Bourguignon, auteur de la Mondialisation de l'inégalité, sur Les Matin de France Culture. Le discours de l'ancien chef économiste à la Banque mondiale n'est pas du tout optimiste. Les Etats sont en train de gravement s'endetter ce qui ne manquera pas d'augmenter la contrainte sur les dépenses publiques - ailleurs que dans la santé - et de pousser à la hausse des impôts. La dette n'est pas une panacée. Même si la France réintroduit l'impôt sur les grandes fortunes, son produit sera loin de suffire. 

    Lire la suite

  • Zundel et les migrants travailleurs

    zundel emmaus.jpg

    Que viennent chercher les migrants chez nous? La sécurité sans doute mais surtout du travail pour vivre, pour éduquer leurs enfants. Les discours encore dominants qu'on entend par médias interposés, à l'heure où "l'économie fait pression pour redémarrer", m'interpellent. Quelle est donc cette société qui rechigne à sortir, travailler sous prétexte qu'un risque existe d'être infecté? Ceux qui n'ont pas cessé d’œuvrer pour nous soigner, nous alimenter, nous informer depuis plus d'un mois sont-ils donc fous ou téméraires? 

    Certes, des milliers de gens meurent du virus et c'est tragique. Certes il a fallu le confinement pour éviter que les systèmes de santé ne s'effondrent et donner du temps pour doubler tripler les capacités de soins, sensibiliser les gens. C'est donc bien mieux armer qu'on peut affronter le risque et remettre la machine en marche. 

    Lire la suite

  • "Guerre" d'avant "guerre" d'après

    urne genevoise.jpgCertains à propos de la pandémie évoquent une guerre. D'autres ajoutent, du haut de leur "yaka", que les généraux préparent toujours la guerre d'avant.

    Nous serions donc en guerre contre le coronavirus et nous ne nous serions pas bien préparés.

    Si c'est une guerre, c'est une bien étrange guerre. L’ennemi est identifié quoique invisible et nous sommes tous désarmés, les militaires comme les civils, face à ce brin d'ADN, incapable de se reproduire sans que nous lui prêtions assistance*. Nos gouvernements auraient laissé la population exposée sans défense à cet alien mortel? Trop facile.

    Lire la suite

  • Raoult, Eisenstein, le virus et nous

    Rault Eisenstein.jpgLe prof Didier Raoult, tout le monde le connaît maintenant. L'infectiologue de Marseillais distribue contre le coronavirus de la chloroquine, un remède antimalaria*. Puisque c'est bon contre le virus et la mort qu'il répand par centaines et milliers, foi de tableaux de bord, pourquoi nous en prive-t-on, clame la sagesse populaire, faisant fi des éventuels effets secondaires des cachets. Même Le Monde se range à cet avis.

    Charles Eisenstein m'était inconnu jusqu'à la lecture ce matin dans La Croix de la chronique  Stop ou Encore. Son auteure Flore Vasseur cite le dernier papier du conférencier américain: Le couronnement, un essai de 70 pages disponible en français, où il pourfend la société de contrôle qui saisit désormais totalement nos vies sous couvert de coronavirus.

    Raoult a l'air d'un Christ qui aurait échappé à la crucifixion, Eisenstein a tout du Jésus aux Noces ce Cana

    Lire la suite

  • Covid19: soudain moins de cas en Suisse?

    covid 19 24 mars.jpgJe lis avec attention le rapport de ce mardi 24 mars de l'OFSP sur le covid 19, ce virus qui met en panne le monde, précipitant des millions de travailleurs au chômage technique. A ce jour, en Suisse, le virus n'a pas encore fait autant de victimes que la grippe saisonnière qui, selon les HUG, tuent entre 100 et 400* 400 à 1000 personnes par an. Demain ou d'ici la fin de la semaine, le cap des 100 morts aura été franchi générant des titres en gros caractères dans nos journaux**. 

    Dans le rapport, un graphique retient mon attention (cliquez sur l'image pour l'agrandir). On relève depuis trois jours une forte chute des cas testés positifs. 

    Lire la suite

  • Aurélie

    A cette heure (ce mercredi 25 mars, 10h30, jour de l'annonciation), à la chapelle mortuaire de Courrendlin, cinq cœurs serrés, enveloppés du silence des absents, disent un dernier adieu à Aurélie. Aurélie est ma nièce et a été emportée par un cancer du cerveau. le crabe l'a prise en 2011, lui a laissé sept ans de répit, l'a torturée 18 mois et a vaincu sa résistance courageuse et admirable le 22 mars, malgré les opérations, les rayons, les chimios. Elle avait 36 ans. Je pense à cette heure à tout ceux qui meurent de quelle que cause qui soit. Ils nous rendent humbles et égrènent en nous des chapelets de souvenirs qu'aucune série télé ne pourra égaler. 

    Lire la suite

  • "Un monde malade"

    yanomani wik.jpgAlors que les églises et les temples sont vides et que les clercs ne sont plus reproduits (c'est surtout vrai en Europe où la cure d'âme est devenue psychothérapie remboursée par la sécurité sociale), France 2 diffuse le dimanche matin, Les chemins de la foi, islam, orthodoxie, judaïsme, bouddhisme, protestantisme, catholicisme, à chacun sa tranche horaire en fonction approximative du poids démographique et culturel de ces traditions.

    Il est 11h, quatre dominicains et autant de laïcs chantent la messe dans l'intimité d'un studio aux allures d'appartement aménagé et la fragilité des voix a capela. Coronna virus oblige, on est loin des cathédrales élancées au-dessus de nos vieilles cités et des orgues orgueilleuses. A plusieurs reprises, le célébrant parle d'un "monde malade".

    Notre monde est-il malade? L'est-il plus qu'autrefois?

    Lire la suite

  • Confiner: dans quel sens vous l'entendez?

    confine di stato.jpgConfiner a deux sens: enfermer et toucher à une limite. Confiner est le mot de 2020. Dans son premier sens, il dit ce que sera peut-être la Suisse demain, de gré ou de force: confinée, enfermée, comme d'autres nations européenne avant elle. Dans son second sens, il dit que la lutte contre le virus atteint ses limites: limite sanitaire, limite économique, limite éthique, limite politique, limite logique.

    60% des Suisses sont pour le confinement, annonce Alexis Favre hier soir sur RTS1, qui n'a donné la parole qu'au camp du confinement. Dont acte. Et pour combien de temps? Être confiné dans un studio sans balcon n'a pas la même résonance que de l'être dans un six pièces ou un maison. Même avec le chant du voisin. Et quoi? On attend l'été que le virus couronné ait le bonne idée comme son compère le grippal de disparaître. Et l'hiver prochain, on fait quoi? On recommence?

    [Note mise à jour à midi]

    Lire la suite

  • La confiance est le meilleur antivirus

    conseil federal 16 mars 2020.jpg

    Comme toutes les crises, celle du coronavirus révèle nos peurs enfouies, ancestrales et même reptiliennes qu'on savait existantes mais qu'avaient gommées des couches de vernis civilisationnel.  Elle met à rude épreuve nos capacités de résilience. Et montre combien nous sommes inégaux face à l'adversité, le choc, le risque. C'est bien connu, la peur est contagieuse. 

    Comment endiguer simultanément un virus, dont les effets ne sont pas (encore?) cataclysmiques, et la peur sans précipiter le monde dans une récession majeure? C'est l'équation impossible que nos autorités doivent résoudre. Pour décrire la situation actuelle, je vous propose l'analogie d'une course de Formule 1. 

    Lire la suite

  • La Chine s'éveille en 2020

    pangolin.jpgI have a dream, ce rêve est un cauchemar. Je ne suis pas un adepte des théories du complot ni de la collapsologie ou de son proche cousin le çavapétisme. J'hésite donc à le coucher sur le web. Mais je me dis que je ne dois pas être le seul à l'avoir fait ce rêve. Et puis, stratégie maligne ou opportun hasard , la Chine gagne à tous les coups, puisque sa proie apeurée n'a plus les ressources de lui résister. 

    Tout commence, un matin au cœur du l'empire du milieu, Liu referme son livre de chevet: Lao Tseu, un contemporain mythique de Confucius, dont les citations émaillent ses journées comme celles de tous ceux ici et là qui se piquent de sentences un brin sentencieuses. Du genre "Il n'est rien qui ne s'arrange par la pratique du non-agir" ou encore "L'échec est le fondement de la réussite".

    Lire la suite