Energies - Page 5

  • Bâle, Pasini, Satigny, France voisine: Non je ne vous ai pas oubliés!

    TG page 3 15 mars présidence.pngLes journées n'ont que 24 heures (hélas ou heureusement!). Donc point de billet sur ce blog depuis quatre jours. Mais plusieurs interventions dans la Gazette de la Constituante.

    De retour de son escapade studieuse à Bâle, j'ai rédigé quatre longs billets sans épuiser les sujets que j'avais en tête et un album photo. Pour ceux que la gouvernance de Genève intéresse, il pourront donc en lire quelques échos. Leurs titres sont notés dans la suite de ce billet (cliquez sur sur Lire la suite ci-dessous).

    Je profite aussi de ce billet pour répondre au commentaire que Nicolas Bonnet a eu l'amabilité de poster sous le billet "Une bombe B à Satigny". Je le publie ci-dessous et y répond.

    Je remercie également les très nombreux commentateurs des billets "PDC, la soirée des dupes", "Bientôt des zones suisses en France voisine" et "Adultère: Pasini a passé à côté du sujet". Vos commentaires, souvent fort intéressants, sont d'autant plus appréciés qu'ils sont signés.

     

     

    Lire la suite

  • Une bombe B à Satigny?

    bonnet solaire.jpg

    "Révolution! A Satigny on boude l'énergie fossile." Le sujet fait la une du supplément immobilier de la Tribune de Genève de cette semaine.

    Les frères Bonnet [cliquer sur l'image pour l'agrandir], vieille famille genevoise, possèdent comme d'autres quelques arpents de terre en zone constructible (Ne vous est-il jamais venu à l'idée de calculer la fortune des vieilles familles genevoises en additionnant les mètres carrés au prix du marché?) Mais ce n'est pas là que réside la bombe dont parle l'article. Tout au contraire.

    Les frères Bonnet achèvent cette année la construction de deux bâtiments zéro CO2 à Satigny. "Sans recourir aux énergies fossiles", ajoute le journal un peu témérairement. Car il faudra bien injecter quelques électrons dans la pompe à chaleur qui va dès l'hiver prochain sucer toute l'énergie que le soleil aura gratuitement luit sur la toiture et que des citernes auront conservées à l'ombre. Or, qui dit électrons dit forcément énergie nucléaire, n'en déplaise aux SIG qui nous servent des énergies propres, trop contents que les Français carburent à l'uranium.

    Lire la suite

  • Energie: huit communes ont voté non

    7 mars énergie carte.pngAvully, Carouge, Chêne-Bourg, Genève (seuls trois locaux ont dit oui), Lancy, Onex et les quatre circonscriptions électorales de Vernier ont voté contre la loi cantonale sur l'énergie. Normal pour la banlieue rouge. Plus étonnant pour Carouge, Chêne-Bourg, Lancy et quelques arrondissements de la Ville de Genève d'ordinaire plus "centristes". Les résultats détaillés sont ici [cliquer sur la carte pour l'agrandir]

    Au plan fédéral les jeux sont faits. Les animaux suisses n'auront pas d'avocat et les rentiers dès 2016 ne verront pas leurs rentes du 2e pilier réduites. On revotera sans doute sur ce dernier sujet. La hausse de l'âge de la retraite risque de reprendre les faveurs des Suisses qui préféreront travailler deux ans de plus pour toucher sa pleine retraite et éviter de vieillir "pauvres". Couchepin finira peut-être par avoir raison.

    Lire la suite

  • L'Asloca plus forte que jamais (actualisé)

    7 mars énergie.pngQuelques jours après avoir imposé ses vues sur l'aménagement du quartier de La Praille Acacias Vernets, l'Association de défense des locataires a failli remporter une nouvelle victoire. La nouvelle loi cantonale sur l'énergie n'a été acceptée que par 52% du corps électoral. Il est peu probable que les 10% de bulletins déposés ce dimanche dans les urnes et encore à dépouiller modifient ce résultat serré. De fait, à 14 heures, l'écart s'est légèrement creusé.

    Certes, le MCG, deuxième parti du canton (en sièges ex aequo avec les Verts, troisième en suffrages), et la gauche de la gauche, non représentée au Parlement avait dit non aussi à une loi qui fera porter le fardeau des coûts des économies d'énergie aux propriétaires et aux locataires. La bataille n'est pas terminée. Car, avant même de connaître le résultat des urnes, le Parti socialiste-Asloca a lancé une initiative populaire contestant ce mode de financement.

    En revanche, c'est une claque que les Genevois infligent à la majorité politique de ce pays en balayant par près de 80% des suffrages la baisse du taux de conversion du 2e pilier et partant le montant des rentes dès 2016. En revanche, c'est non à deux sur trois à l'initiative pour un avocat pour les animaux.

    [graphiques mis à jour à 14h]

    Lire la suite

  • La loi sur l'énergie et l'équité citoyenne

    spg lumière.pngça m'a fait penser à "g[e]'avance", vous savez le parti des patrons qui s'est présenté à la Constituante.

    Ce matin j'ai reçu un petit cadeau lumineux dans un grand sac blanc frappé du sigle vert de la SPG. Un nouvel OGM? Non une pub de la Société privée de gérance adressée aux journalistes pour informer nous autres que la SPG vote "oui à la loi sur l'énergie". Le contraire aurait été une information. Là on est dans la communication.

    Dans le cornet une boîte osram contenant une ampoule basse consommation torsadée de 11 w = 60 w, soit une économie de 80%, le tout délicatement posé sur un paillage vert et pascal ou printannier pour éviter les références non laïques.

    Lire la suite

  • Le pays dont la capitale n'est pas capitale

    european green city index photo.jpgQuestion: quel est le pays d'Europe dont la capitale n'est pas citée au nombre des capitales par une multinationale, leader mondial de l'électricité, qui vient de publier l'European green city index? Ne cherchez pas c'est évidemment la Suisse, dont la capitale n'est pas Berne mais Zurich!

    Notre capitale est donc dans le peloton de tête des cités vertes d'Europe. Sixième exactement avec un score de 82 devant Copenhague qui s'adjuge la tête du classement avec un score de 87, selon Siemens. Un ranking qui vaut ce qui vaut comme tous les rankings, mais le rapport est intéressant et le site internet mérite le détour.

    A propos de ranking, établissez votre propre cityranking avec le site lancé par Xavier Comtesse et ses copains. Voir ici et .

    Lire la suite

  • Quatre étoiles sans effet de serre

    air comme respirer gouvernement.jpgEt si les restaurateurs indiquaient sur leur carte non seulement la provenance des viandes, mais aussi leur signature carbone? A quand un compteur à effet de serre sur le tableau de bord de nos voitures? Qui se préoccupe du plan climat dans la région franco-valdo-genevoise?

    Les deux premières questions sont des suggestions proposées dans un petit film Air comme Respirer réalisé par Vania Jaikin en marge de l'étude COST23 * réalisée par trois chercheurs de la Faculté des sciences  économiques et sociales de l'Universtié de Genève. La troisième était une interpellation à l'adresse du panel réuni hier soir à la salle Frank Martin au collège Calvin.

    Le projet d'agglo, né dans le sillage de la loi fédérale de financement des infrastructures de transports des agglomérations, n'a pas mis à l'étude un véritable plan énergie pour la région, explique l'intervenante. Récemment, à l'initiative de quelques techniciens, un groupe s'est mis au travail dans le cadre du Comité régional franco-genevois. Il est à la recherche d'un pilote politique. C'était la seule info nouvelle de la soirée.

    Lire la suite

  • Du grain à moudre sur le réchauffement climatique

    méthane plumet sicences et vie sept 09.png"Les premiers agriculteurs ont-ils vraiment détraqué le climat?" demande Le Monde daté de samedi dimanche. C'est qu'une théorie court - celle de William Ruddiman - écrit Stéphane Foucart dans son artible, que le défrichage post paradis terrestre engagé par nos ancêtres paysans, condamnés à gagner leur vie à la sueur de leur front, serait à l'origine d'une de ces anomalies dans le taux de CO2, que la planète bleue connaît sporadiquement. Patatras, un chercheur de l'Université de Berne vient contester l'impact de cette première faute originelle.

    Dans Nature, la Bible des scientifiques, Thomas Stocker signale, en ce mois de septembre, sur la foi de ses travaux sur des carottes glaciaires, n'avoir nullement détecté la forme typique de CO2, qui aurait été la signature du forfait humain.

    Reste à invalider la cause de la seconde anomalie, à l'origine (?) du réchauffement climatique survenu quelques millénaires plus tard, que William Ruddiman met au compte de la culture du riz en Asie, qui est une grosse source de méthane, un gaz à effet de serre autrement plus préoccupant - 72 fois plus réchauffeur que le gaz carbonique.

    Lire la suite

  • Avenir Suisse et la taxe CO2

    taxe co2 avenir suisse.jpgAvenir Suisse est un gros vilain petit canard - financé par une dizaine de grosses entreprises suisses - qui aime bien taper du pied dans le politiquement incorrect. La dernière livraison de juillet de sa brochure aveniraktuell, diffusée seulement en allemand - pourquoi pas en anglais quatrième langue nationale? - discute la taxe CO2 sensée susciter chez nous autres consommateurs d'huile de chauffage un comportement économe, servant au passage à alimenter quelques politiques vertueuse comme des subsides à l'économie d'énergie et à réduire très modestement nos cotisations maladie. La taxe CO2 n'est pas un impôt mais une signal prix.

    En fait argumente Avenir suisse, en regard du yoyo des prix du marché, la taxe CO2 ne sert pratiquement à rien. Et vouloir la doubler comme le propose le département de Moritz en juin est une aberration à l'heure où il faut injecter du pouvoir d'achat dans l'économie.

    Ce n'est pas tout faut. Mais nos brain-stormeurs alémaniques pourraient aussi s'interroger sur les raisons de cette brusque flambée du pétrole qui n'a strictement rien à voir avec une saine évolution du marché. Il n'y a pas eu à ma connaissance de brutale chute de production ni de hausse énorme de la consommation. Le prix du brut n'aurait donc pas dû quadrupler en 2007 2008 et remplir les poches des producteurs et de toute la chaîne des intermédiaires. Au détriment de nous autres.

    Il est vrai que ce prélèvement historique n'était pas un impôt... Il est revenu en partie en Suisse via les achats faramineux de montres, de de joaillerie, d'immeubles, d'activités bancaires, de commissions sur le trading, de soins médicaux, etc. Mais pour Avenir Suisse, la dépense privée sont vertueuse. Pas la dépense publique.

    Idéologie, quand tu nous tiens...

  • Sous couvert de développement durable, la Migros saborde le sucre suisse

    migros sucre.pngA Pâques j'ai mangé des haricots du Kenya. Sans remord et même persuadé de manger carboniquement correctement. Les plus assidus d'entre vous - merci à eux- se souviendront des roses de l'action de Carème vendues par le protestant Pain pour le prochain et la catholique Action de Carème. Les roses venaient de Tanzanie aussi avec un beau label écolo. Moins gourmandes en Co2 que les hollandaises, elles étaient garanties les roses de là-bas. D'où ma consommation de haricots de là-bas.

    La semaine passée je suis tombé en arrêt sur le magazine M. Je le feuillette de temps en temps. Les magazines d'entreprise ont des sous et sont souvent bien faits. Et je découvre dans l'édition M23, en pages 38 et 39 rubrique "les champions de l'écologie, que le sucre de canne bio Max Havelaar, qui vient d'outre mer, est plus écolo que le sucre suisse, dont les paysans suisse font par ailleurs une pub subtile.

    Cette semaine la Migros enfonce le clou.

    Lire la suite

  • Des vertus de la longue queue

    nucléaire peut-on avoir peur.jpgLe 11 juin 2008, j'ai publié une billet sur ce blog intitulé "Peut-on être contre l'énergie nucléaire?" De nombreux commentaires ont été alors publiés. Puis le billet est tombé dans la torpeur des sous-espaces de la toile, gardant néanmoins toujours un index pointé vers la surface, où les internautes échangent chaque jour des milliards de messages. Et voilà qu'au détour sans doute d'une recherche sur internet, je vois mon billet repêché, réinstallé dans l'écume des jours. Et à nouveau au coeur du débat des pro et des antinucléaires toujours virulent.

    Merci donc à ces internautes de leur intérêt et de leurs commentaires fort bien argumentés au demeurant.

    PS: j'ai fermé les commentaires pour ce billet. Si vous souhaitez entrer dans le débat cliquez sur le lien ci-dessus.

  • Le train dévoreur d'énergie?

    siemens tgv.pngL'histoire séculaire du CEVA, ce tronçon de 17 kilomètres et d'une gare nouvelle, celle de Champel, dont les Genevois attendent des miracles et surtout la manne fédérale, me fait m'intéresser au chemin de fer. Une formidable aventure qui ne cesse de rendre des service à l'humanité et n'a pas fini de nous bluffer. Ainsi les TGV capables de transporter des centaines de passagers à 350 km/h et plus, d'un coeur de ville à un autre coeur de ville, faisant de ce moyen de transport le maillage moyen indispensable de l'Europe. A plus petite échelle aussi, le chemin de fer s'est imposé.

    Hier dans le Figaro, je suis tombé sur une petite nouvelle qui m'a interpellé. On apprend dans dans les pages roses du quotidien parisien que Siemens va vendre 100 TGV à la Chine. Les Français inventeurs du TGV et qui devraient fêter l'an prochain leur deuxième milliard de passagers transportés se sont donc fait souffler le marché, tout comme le Canadien Bombardier. Le conseiller national UDC Spühler, dont la success story ferroviaire étonne toujours, n'est pas sur les rangs, ils ne fabriquent que des trains de banlieue.

    Mon étonnement ne vient pas du succès de l'ICE alllemand, mais du fait que Siemens qualifie son véloce bijou de train "le plus écologique du monde" avec une consommation de 0,33 litre par siège et par kilomètre. Ce qui signigie donc que pour 100 km, ce TGV peu gourmand consomme 33 litres par siège.

    Lire la suite