Démocratie - Page 8

  • Les journalistes comme les paysans?

    il est né le divin enfant.jpgSonnez hautbois, résonnez musettes...! Non ce n'est pas l'annonce de cette bonne nouvelle fêtée depuis l'an 336 par les chrétiens et dont notre monde marchand fait son beurre bien au-delà de ce mystère qui défie la raison, qui indiffère beaucoup, que nombre de raisonnants raisonnables rejettent, que d'autres combattent ou veulent confiner au domaine privé. Bref, Dieu s'est fait homme et pas n'importe lequel: le tout puissant est un pauvre, sans toit, fuyant le pouvoir, brûlant d'un seul et ardent désir - que les hommes s'aiment - fondant de ce fait la liberté, la justice, le respect des petits et la solidarité des grands.

    Non, la bonne nouvelle claironnée ces jours par le réd en chef de Heidi.news, le journal en ligne genevois né ce printemps, c'est que sa jeune rédaction a soufflé sous le nez du Club suisse de la presse de Genève le mandat de faire avec des fonds publics du journalisme constructif, du journalisme de solutions *.

    Lire la suite

  • TX Group imprimera-t-il encore des journaux dans 8 ans?

    tx group.jpgLes médias traditionnels sont-ils en train de disparaître? La question hante toutes les rédactions, y compris les rédactions digitales, sous leur ancienne forme radio TV ou sous leur nouvelle forme de pure player (né sur le net en français), mais qu'est-ce que le net à l'heure où les réseaux sociaux américains et chinois phagocytent l'attention des gens et les thunes de la publicité?

    Les médias traditionnels sont-ils en train de disparaître? Patrick Badillo, patron du Medi@lab de l'Université, analyse la question dans une chronique de ce jour dans la Tribune. Hier la Tribune a diffusé une succincte dépêche de l'ATS: Tamedia s'appellera désormais TX Group. L'assemblée des actionnaires du premier éditeur de Suisse a validé un plan de transformation annoncé fin novembre

    Lire la suite

  • Le CEVA est un train du XIXe siècle

    Oui, oui, les rames du Léman Express seront modernes, climatisées, flambant neuves, sorties des ateliers de l'industriel Stalder côté suisse et d'Alstom côté français. Des trains à comparer dès cette fin de semaine. Et peut-être même pas bondées comme le 12 à 18h. Les rails sont neufs aussi, entre Pont Rouge et Annemasse, fixés sur des socles en béton d'un mètre d'épaisseur, munis d'amortisseurs, histoire d'éviter au maximum la propagation des bruits solidiens. Et la cadence sera au quart d'heure d'Annemasse à Coppet. Les gares sont des hangars car on a renoncé aux briques de verre de l'architecte Nouvel, mais on a tout de même conservé celle de Chêne-Bourg en la déplaçant de 33 mètres... Pour tenir le budget nous raconte-t-on dans mon journal préféré ce jour.

    Et combien coûte ce joujou imaginé au XIXe siècle (ici la convention de 1912 et )? Pas un mot dans l'article du jour*. Mais rien de plus pour l'usager puisque les tarifs TPG ne sont pas revus à la hausse. On rase gratis.

    Lire la suite

  • La flèche de vérité

    marmite brisee papillotte.jpg"Quand du lances la flèche de vérité, trempe la pointe dans du miel." En signant mon dernier billet en forme de coup de gueule, je n'ai évidemment pas suivi ce proverbe arabe, lu dans une papillote enveloppée dans les couleurs de Genève en ce temps d’Escalade.

    Si les fonctionnaires genevois sont des privilégiés dans le monde du travail dans ce canton, les véritables privilégiés sont évidemment les héritiers, les doués, les entrepreneurs à succès, les rapides aussi, quoique dans ce monde de héros, tous ne sont pas à la même enseigne. "Le prix du sport", une intéressante série entendue cette semaine dans Vacarme sur la RTS, montre combien d'athlètes d'élite en Suisse peinent à boucler les deux bouts et paient longtemps, y compris pendant leur retraite, les sacrifies consentis pour monter sur des podiums.

    Lire la suite

  • Jour de manif des privilégiés genevois

    cartel photo manif.jpgOk, un syndicat, c'est fait pour défendre ses membres. Ok, une corporation peut s'enferrer dans un combat qui n'est pas forcément celui des individus qui la composent. Ok, les riches sont riches et le dernier numéro de Bilan sur les 300 plus riches de Suisse interpelle. Ok, une certaine gauche rêve de la démocratie socialiste - Piketty, Corbyn, Warren et Cie - qui promet la détestation des surperriches, les 1%, un salaire unique pour tous (alors que la sociale démocratie se contente de prendre un peu aux riches pour le redistribuer et grossir l'appareil d'Etat).

    Ok, Genève a ses pauvres qui échappent au filet social, souvent des paumés, des vagabonds, des décrochés, des accidentés de la vie, mais le canton est aussi un des lieux au monde où l'aide sociale est la plus développée. On peut évidemment encore et toujours faire mieux. 

    Mais le défilé actuel du Cartel intersyndical de la fonction publique genevoise est indécent. 

    Lire la suite

  • Qui a raison: Zaki ou Lombardi?

    zaki lombardi.jpgIl n'y a rien de nouveau sous le soleil. Les relations entre les journalistes et les politiciens ont toujours été tendus. Que Pascal Broulis ou Pierre Maudet poursuivent un éditeur ou qu'une entreprise envoie une menace de procès si tel article sort n'est pas nouveau. C'est le point de vue de Filippo Lombardi, ex-conseiller aux Etats tessinois et toujours éditeur du Corriere del Ticini et de Teleticino qu'il a fondé. Chacun est dans son rôle et c'est bien ainsi. 

    Pas du tout, les réseaux ont changé la donne. Chacun peut devenir un média à lui tout seul: voyez Trump et ses 65 millions de suiveurs sur Twitter, TéléBlocher ou TéléMélenchon, ou encore ces influenceurs qui diffusent leurs points de vue et leurs bons conseils sans passer par le filtre d'une rédaction qui s'attache en priorité à rechercher la vérité, à éclairer un sujet sous tous les angles, à être impartial dans l'intérêt bien compris du public et de la démocratie. C'est l'avis de Myret Zaki, ex-rédactrice en chef de Bilan, devenue influenceuse.  

    Lire la suite

  • Les Genevois du 24 novembre et Genève 2050

    Coup de frein à l'aéroport et deux non d'extrême justesse au "bétonnage" de deux sites au Petit- et au Grand Saconnex ce 24 novembre à Genève. Que n'aurait-on pas entendu si deux oui d'extrême justesse étaient sortis des urnes? Je parie que les opposants vaincus auraient usé de tous les moyens pour que leur cause l'emporte finalement.

    L'issue des scrutins posent un vrai problème de démocratie. Le génie suisse n'est-il pas en pareil cas de remettre l'ouvrage sur le métier et de trouver un meilleur équilibre?

    Souvenez-vous du 9 février 2014! 

     

     

    Lire la suite

  • Rupestre Genève

    Carte Petit et Grand saconnex.jpgRupestre, le mot naguère accolé à la ville de Lausanne par un co-maire de Genève vert avait quelque peu tendu les relations entre les deux bourgades sœurs ennemies lémaniques (on ne saurait parler de métropole en regard des gigavilles qui attirent désormais plus d'un terrien sur deux).

    Le sobriquet va-t-il s'appliquer à Genève? Les votations de ce dimanche sonne, entend-on, comme un coup de semonce à l'endroit de ceux qui n'ont que le mot croissance dans la bouche et veulent construire la ville en ville. 

    Genève ne va pas s'arrêter de croître. Ni son aéroport, placé désormais devant le défi d'être une plate-forme inventive et pionnière aux avions électriques.

    Lire la suite

  • On ne peut pas gagner avec de mauvais candidats

    2e tour 10 nov 2019.jpgGenève sera donc plus à gauche à Berne que jamais. Nulle doute que les deux nouveaux conseillers aux Etats Mazzone et Sommaruga, brillamment élus certes, devront verser beaucoup d'eau dans leur vin rosé et bio pour peser à la Chambre haute, une posture qu'avaient bien comprise les deux sortants Maury Pasquier et Cramer. 

    Reste que la moitié des Genevois ne seront pas représentés au Sénat fédéral. La faute à qui? La faute au PLR et au PDC qui nous ont proposé des candidats de seconde zone. Il suffit de comparer le deuxième tour de 2015 avec celui de ce dimanche pour s'en convaincre.

    Lire la suite

  • Robert Cramer aura-t-il sa statue à Annemasse?

    cramer ceva 2019 le temps.jpgA un mois de l'ouverture du CEVA, rebaptisé GenevaLakeExpress, Robert Cramer tire largement la couverture à lui dans un entretien assez complaisant que publie ce jour Le Temps. Or donc, c'est grâce à notre ministre du Territoire, devenu conseiller aux Etats et accessoirement - encore que - président de la vigne et du vin d'ici que Genève va  enfin connecter le réseau ferré suisse au réseau ferré haut-savoyard. Un projet conçu à la fin du XIXe siècle, signé en 1912 dans une convention engageant Berne et la toute jeune régie des CFF à prendre en charge deux tiers de la facture et réalisé un siècle plus tard. Ce laps de temps dit tout de la nécessité de cette liaison "designed in 1912". 

    Jamais les CFF n'y ont cru et c'est, dixit Cramer, parce que Zurich grâce au socialiste Leuenberger avait reçu une part de lion des financements ferroviaires que Genève put arracher la réalisation du tronçon Cornavin-Annemasse de la défunte ligne du Tonkin.

    Lire la suite

  • A Bardonnex, la chute du PDC est brutale

    bardonnex version fédérales 2019.jpg

    Libération fait ce matin le tour des grandes villes de France à quelques mois des élections municipales. Le champ politique y est méconnaissable depuis l'élection de Macron, un ex-ministre socialiste de l'Economie du gouvernement Hollande, qui fait une politique que ne dédaignent ni ce qui reste des démocrate-chrétiens en France ni ce qui fait figure de PLR dans l'Hexagone, Les Républicains. 

    Le génie suisse (une fondue à six fromages, cf ma note précédente) a permis aux Verts un score canon sur fond de peur climatique. Mais pas que. Les élections fédérales 2019 signent aussi un autre changement bien plus profond.

    Lire la suite

  • La vague verte fond sur le génie suisse

    conseil national 2019 2023.jpg

    Premier constat en ce dimanche d'élections fédérales, le scrutin proportionnel et le fédéralisme sont deux formidables amortisseurs de la politique suisse. Deux autres facteurs du génie suisse sont le référendum et l'initiative. Deux autres sont les délégations de compétences - qui sont dans les autres pays publiques -, aux syndicats pour la paix sociale, à l'économie privée pour les assurances maladie et la majeure partie de la prévoyance.

    Deuxième constat, le succès annoncés des Verts, portés par la peur du réchauffement climatique, ne va bouleverser le cours des affaires fédérales sinon à la marge seulement.

    Lire la suite