Communes genevoises - Page 2

  • Penthes est mort. Vive Compesières?

    29742CBB-5BD4-4817-AC8D-CD437C9F5CF2.jpeg

    L’affaire remonte au temps de Mark Muller, le conseiller d’Etat abattu d’un coup de poing - le sien - dans une soirée bien arrosée comme ce lundi 10 mai. Le maître alors du territoire et de l’urbanisme de notre petit mais beau canton avait dans l’idée déjà de reprendre la gestion du domaine de Penthes pour les besoins de la Genève internationale. Mais la fondation encore verte fit de la résistance. Avec succès. Genève lui octroya un nouveau bail de dix ans qui vient à échéance à la fin de cette année.

    Mais dès 2013, un nouveau projet était dans l’air et dans Le Temps: Penthes devait devenir lafuture Mecque de la coopération. En 2016, c’est l’association GVA2 qui ajoute son grain de sel. 

    09F2E423-1B22-473F-8322-968B0E84A628.jpeg

    Lire la suite

  • BA nous fait voter sur les poubel.les. Et l’épicène?

    Capture d’écran 2021-05-17 à 17.40.53.pngOn ne sait toujours pas ce que pense Bardonnex Alternative (BA) du futur de Compesières. Sinon que la ferme abandonnée depuis plus de 30 ans devrait devenir une ferme pédagogique, genre Martine à la ferme,  bio évidemment, sans rapport avec l’agriculture qui nourrit 7,5 milliards d’humains, mais riche de cette nostalgie jardinière et paradisiaque en vogue chez les urbains. Le site internet de BA est muet tout comme sa page Facebook.

    Pas un mot non plus sur la future école de Compesières, dont l'implantation sera donc plus proche de Bardonnex que de la Croix-de-Rozon où vivent pourtant deux tiers de la population de la commune.

    Les autres partis représentés au Conseil municipal, PDC et PLR, ne sont pas plus diserts. Leur site n’est pas mis à jour. Quant à www.bardonnex.ch, il brille toujours par sa vacuité.  

    Mais voilà que, alerté par BA, La Tribune consacre un article à notre commune. C’est l’écopoint de Bardonnex qui déplaît et vaudra aux citoyens de se prononcer, en novembre 2021 ou en mars 2022, sur un crédit de 184’000 francs voté le 8 décembre 2020. Le référendum lancé en janvier a officiellement abouti.

    Lire la suite

  • L’autoroute honnie et les protestants

    417A1261-B69F-4424-B1F6-94A7B3CC429A.jpeg«Quand Genève finance l’autoroute qu’elle combat». Ce titre barre la page événement de La Tribune de Genève du 19 avril. Le journal local consacre un éditorial bien dans l’air du temps à ce «projet d’un autre siècle». Les Verts qui fournissent la matière à la rédaction applaudissent évidemment des deux mains. Peu importe qu’au passage, on mêle sans vergogne la ville de Genève, dont la majorité rose verte s’émeut du ruban bitumineux au point de le combattre par voie judiciaire, et le canton, qui collecte la manne fiscale des travailleurs habitant au-delà d’une frontière anachronique, dont une petite partie est reversée aux autorités voisines, Genève, ville et canton, restant largement bénéficiaire de l’accord de 1973.

    Ainsi donc, Genève, le canton, devrait dicter aux Savoyards comment dépenser le produit de la rétrocession fiscale transfrontalière, fruit du travail de ses ressortissants *. Belle hégémonie d’un petit chef lieu, la ville et son organe, dont la richesse, l’oubie-t-elle, qui lui permet de financer de généreuses politiques culturelles et sociales, provient d’un ensemble de facteurs historiques, économiques, culturelles et géographiques, dont nos élus urbains sont de bien dédaigneux hléritiers.

    Lire la suite

  • Un poisson d’avril

    C7695406-0F72-43EE-A0A3-A9EB5267FED9.jpegJ’ai trouvé dans momes.net une origine du poisson d’avril. La coutume de donner des cadeaux bizarres, de faire des farces ou d’annoncer de fausses nouvelles ce jour-là remonterait à 1564 quand le bon roi de France Charles IX - mais était-il bon? - décida que le début de l’année serait dorénavant fixée au 1er janvier. Le royaume célébrait alors le nouvel an à différentes dates. Les mécontents auraient pris l’habitude de marquer le 1er avril en offrant de faux cadeaux. De quoi est-on mécontent au XXIe siècle pour que perdure cette tradition?  

    Ce que ne dit pas momes.ch, c’est que 1564, c’est aussi  la publication des édits tridentins de la contre-réforme catholique et les années autour sont pleines de fureurs, de passions et de massacres. C’est en Europe, l’heure des guerres civiles entre les frères séparés catholiques et protestants. 

    Lire la suite

  • A Genève, on referme les petites douanes

    3DA813DA-FD36-4C2D-8C59-6582C843FBEA.jpeg

    Macron a décidé hier de confiner la France. Le Conseil d’Etat genevois a décidé ce matin dans une séance spéciale de refermer les petites douanes. A Landecy, les blocs de béton qui étaient restés sur le côté de la route viennent d’être remis en place.

    Lire la suite

  • «Comportement bah ouais» et poubelles genevoises

    081DDB7B-E6CB-427F-81F6-FABEFD8223B9.jpeg

    «Comportement bah ouais /J’ai dit comportement bah ouais /J’suis dans mon comportement bah ouais.» Je ne connaissant cette chanson qui a lancé en 2017 la nouvelle vedette française, Aya Nakamura, jusqu’à la lecture d’un papier ce matin dans Libération dans lequel Guillaume Lachenal rappelle que les injonctions répétées en boucle sur les gestes barrières, la distance social et le port du masque sont des vœux pieux, certes nécessaires, mais insuffisantes dans certaines circonstances pour endiguer et vaincre le virus.

    La preuve à Genève, où la magistrate chargée de la plus noble des tâches, celle de la salubrité publique, annonce dans la Tribune qu’elle va installer plus de poubelles, doubler les tournées de voirie aux endroits stratégiques pour que la ville soit propre durant cette longue fin de semaine, vestige d’une tradition, où jadis les chrétiens, alors très majoritaires, s’interrogeaient sur la mort du Christ et se réjouissait de sa résurrection. Joyeuses Pâques! 

    Lire la suite

  • Du MEG au MAG, le Musée des anciens de Genève

    458E37AA-594F-44B4-96AC-72E222B5C66B.jpegDans bien des civilisations, on honore les anciens, pas seulement ceux que l’âge tient sagement à distance de l’écume des jours mais ceux qui ont forgé le monde où nous sommes. Certains par leurs actions, leur vie sont devenus des modèles, des idoles, des saints, des sages qu’on cite ou qu’on invoque. Le Musée d’ethnographie cherche un nouveau nom, annonce La Tribune.

    Qu’il soit donc baptisé Musée des Anciens de Genève (MAG),  le MEG! Et qu’il accueille dans ses départements le petit Musée des Suisses de l’étranger, basé à Penthes. Et que Compesières, son illustre château, bâti par l’ordre hospitalier des chevaliers de Malte, et ses dépendances deviennent une nouvelle annexe du MAG dédié aux Suisses de l’étranger et aux étrangers qui ont fait la Suisse. 

    Lire la suite

  • Grandes orgues à Compesières? L'avis de deux facteurs

    IMG_3241.JPEG

    Le projet de reconstruire l'orgue de l'église de Compesières et au passage de l'agrandir et de lui adjoindre un positif dans le choeur de l'église, chroniqué dans cette note, a suscité un commentaire d'un voisin et ami, facteur d'orgue de profession, que j'ai rencontré fortuitement sur le chemin des vignes que surplombe la tour d'eau de Landecy - ces eaux que la Mémoire de Bardonnex a naguère narrées - où nos chers SIG, dans leur recherche de se distinguer et de verdir leur image, pourraient avoir la bonne idée de créer un mur de grimpe original.

    L'avis du facteur d'orgue est carré. S'en ajoute un second reçu ce lundi. Ils me vaudront bientôt, je l'espère, une réponse de l'initiatrice de ce projet ambitieux. Dans l'intervalle, j'ai pris langue avec Carouge et Lancy, dont les églises catholiques accueillent des orgues de qualité et où des concerts sont donnés.

    Note mise à jour le 22 mars à 9h

    Lire la suite

  • Grandes orgues à Compesières

    CCCC84C7-628E-49BE-8426-14417A85D14C.jpegLa paroisse de Compesières a décidé, ce mardi 9 mars, de mandater Claire Vernain Haugrel, directrice du festival Les Musicale de Compesières, et Véronique Buchs Dewaele de poursuivre la recherche de fonds en vue de collecter 1,5 million de francs destiné à reconstruire et agrandir l'orgue de Compesières. L'instrument actuel fêtera son centième anniversaire l'an prochain*.

    Je me suis opposé en l'état à cette aventure.

    Lire la suite

  • Nox et CO2 à Bardonnex

    atmo 3 mars 2021.jpgLes premières alertes à la pollution bourgeonnent avec ce printemps précoce. Hier l'indice français des particules fines 10 microns, visible sur atmo, encerclait le canton de Genève d'un halo rouge. Les sniffeurs genevois n'en mesuraient pas tant mais la vidéo explicative en ligne sur le site cantonal caricature un cœur battant tout noir dans une scénographie anxiogène.

    Le plan directeur 2021 de la commune de Bardonnex chiffre la pollution de l'air, précisément pour les oxydes d'azote et l'ozone qui sortent de nos pots d'échappement et qui reste en dessous des normes (voir ci-dessous). Le gaz carbonique, qui sort de nos cheminées et le méthane qui sourd de nos champ, ne donne lieu eux à aucune mesure chiffrée. Pourtant le Canton veut et doit réduire de 60% ses émissions d'ici neuf ans (2030).

    Que peut faire notre petite commune de 2320 habitants pour accélérer ce changement en profondeur? 

    Lire la suite

  • Bardonnex: marions-là!

    Compesières.jpg

    La Constitution genevoise dit que le Conseil d'Etat encourage la fusion des communes. Sans attendre, Bardonnex devrait sérieusement réfléchir à se remarier avec sa ou ses voisines avec lesquelles, sous la dénomination commune de Compesières, elle faisait ménage commun aux XIXe siècle (Perly-Certoux jusqu'en 1821, Plan-Le s-Ouates jusqu'en 1851)*.

    Est-ce que le plan directeur communal, dont la révision a commencé en 2015 et dont la consultation publique n'a duré qu'un moi, serait différent dans la perspective d'un mariage de raison à l'horizon 2030? Sans doute. Démonstration.

    Lire la suite

  • Un mois pour examiner le PDcom de Bardonnex

    croix de rozon vu de l'ouest google map.jpg

    De qui se moque-t-on? Covid oblige, la commune de Bardonnex, qui a mis quatre ans pour étudier l'objet, s'est finalement résolu à soumettre à ses 2320 habitants la révision de son plan directeur communal (PDcom) en distanciel. Elle nous a accordé généreusement un mois, ce mois de février, pour ingurgiter 154 pages d'un rapport, dont, au bas mot, les deux tiers sont des discours d'urbanistes en chambre, déjà lus à plusieurs reprises, donc des copier coller parfois hors sol, fondés sur des images et des concepts d'urbanisation sans grand rapport avec le terrain et le vécu des propriétaires et des habitants, à ma connaissance jamais consultés.

    Démonstration.

    Lire la suite