blogs et net - Page 4

  • Le Courrier... de Fribourg?

    motion mettan 2411.jpgLe Courrier a été pendant plus d'un siècle le fer de lance des catholiques à Genève. Il était pour beaucoup le journal du Parti indépendant chrétien social et des Syndicats chrétiens, du Mouvement populaire des familles, bref la voix des migrants économiques (parfois politiques?) qui débarquaient en nombre des cantons catholiques dans la Genève protestante.

    Le prestigieux Journal de Genève était, lui, l'organe inofficiel des libéraux, tout comme la NZZ se réclame aujourd'hui encore du courant de pensée incarné par le PLR. Le journal La Suisse était rouge pas seulement par sa couleur. Quant à la Tribune de Genève, fondée en 1879 par un colonel américain qui voulait donner à la ville un journal non partisan, elle était associée au plus grand parti qui avait fait la république, le parti radical, aujourd'hui disparu, bien qu'un de ses éminents rejetons siège pour quelques mois encore à la présidence du Conseil d'Etat genevois. 

    Hier après-midi, François Longchamp s'est donc fait l'ardent défenseur de la Tribune de Genève et s'est opposé  à la décision entrepreneuriale de son éditeur, le groupe zurichois Tamedia, de délocaliser ses rubriques Monde, Suisse, Economie et Sports à Lausanne. Quatre cinquième du parlement genevois ont voté la motion Mettan (un ancien rédacteur en chef de la Tribune) non sans l'avoir émasculée en commission.

    Ainsi va Genève.

    Lire la suite

  • Doris, stp, abaisse le prix de ma Tribune!

    doris redevance rts.png

    Doris Leuthard module à la baisse le prix de l'abonnement obligatoire à notre chère Radio Télévision Suisse. A l'avant-veille de la votation sur l'initiative No-Billag, la ministre suisse des Telecom, dont les amis PDC n'ont cessé de truster le fauteuil de la présidence de la SSR, passe donc la note annuelle de 451 à 365 francs par famille. Un discount de 19%.

    "Dis Doris, quand est-ce que tu abaisses le prix de ma Tribune qui me coûte 636 francs par année?"

    La question est au cœur de la votation du 4 mars.

    Lire la suite

  • Alerte, les Chinois traquent nos vélos

    o-bike.pngAlerte, les Chinois traquent nos vélos. C'est un peu le fond et le ton de l'enquête publiée en première page du Tages Anzeiger ce matin. En cause, la société O-Bike qui, comme son nom ne l'indique pas, est une filiale d'Alibaba, l'Amazon chinois, un mastodonte de la vente en ligne mais aussi de bien d'autres services dans l'empire du milieu et ailleurs aussi. 

    Or donc O-Bike a déployé ses vélos en libre service dans la capitale économique de notre petit pays. Comme dans bientôt 200 autres métropoles du monde. Mais pas encore à Genève malgré que nous sommes, n'est-ce pas, La Capitale des organisations internationales. 

    Prolèmes, le prêt du vélo qui s'opère très simplement en quelques clics via l'ordiphone de chacun, génère toute une série de données qui vont aussitôt se nicher du côté de Pékin ou de Shanghai, bref pas dans nos bunkers suisses à nous.

    Lire la suite

  • Republik, BPLT, la démocratie, la liberté

    republik.jpg2'929'599 francs, c'est le niveau atteint ce dimanche soir, fête des mères en Suisse, jour de l'investiture en grandes pompes de Macron en France, jour de la troisième défaite consécutive des sociaux-démocrates régionales en Allemagne, lendemain du coup de semonce infligé à la ministre de l'Instruction publique par ses camarades à Genève et surlendemain du licenciement du patron du FBI par Trump aux Etats-Unis,... Près de 3 millions, c'est le niveau atteint par la souscription publique (crowdfunding) de republik.ch, un futur nouveau journal en ligne en Suisse allemande.

    En quinze jour, c'est un record, l'équipe espérait glaner 750'000 francs auprès de 12'000 souscripteurs. Du coup l'équipe y croit, rajoute un rédacteur et deux stagiaires, promet quatre enquêtes d'envergure et coûteuses supplémentaires par année... Tout ça parce qu'"il est temps de défendre la démocratie contre la barbarie". Erdogan, Le Pen, Trump sont désignés. En Suisse, la menace est le patron de la Weltwoche et conseiller national UDC... 

    Lire la suite

  • L'école est finie, les cahiers au feu!

    Je suis avec curiosité le live de ma consœur Marianne, presque trentenaire, au Royaume du web où les kids sont seigneurs et esclaves de leurs idoles. Comme les yéyés dans les années 60, les dicos plus tard, les rapeurs, les rockeurs, les valseurs, bref tout se qui fait, a fait, fera pschitt, pouet-pouet, bling, buzz le temps d'un temps.

    Lire la suite

  • Le maire de Bardonnex a l'oeil de lynx

    lynx compesieres.jpgContrairement à ce que pensent la plupart des habitants de Bardonnex, l'oeil de lynx, chronique sarcastico-humoristique de Bardonnex Information, journal local du PDC, ne fait pas référence au lynx qui surveille le centre communal de Compesières mais à la mythologie grecque*.

    L'oeil de lynx fait référence à un héros qui voit loin. C'est ainsi qu'hier soir, les participants à la soirée annuel du PDC de Bardonnex, ont eu la surprise, heureuse pour certains, d'entendre le maire de Bardonnex démontrer qu'il avait bien l'étoffe des héros, ceux qui savent voir loin et prendre les décisions qui s'imposent pour le bien de leur communauté.

    Or donc, le maire de Bardonnex a annoncé qu'il changeait son fusil d'épaule et que la toujours future école communale serait construite à La Croix-de-Rozon.

    Lire la suite

  • Comment les journalistes peuvent-ils regagner la confiance du public?

    irak tirs bagdad.jpgDans Edito, le magazine suisse des médias, Alain Maillard pose une question existentielle: "Comment regagner la confiance du public?"

    "Les "fake news", le "post-truth" ou encore les attaques directes de politiciens s'ajoutent à des sondages montrant que les médias d'information inspirent moins confiance. Faut-il revenir aux bases du métier ou changer nos pratiques?" demande le réd en chef?

    Ces questions m'inquiètent. Les journalistes d'information ont donc eu la confiance du public, naguère (quand l'état des technologies cachaient au commun les rapports des élus)? Nous aurions aussi abandonner les bases du métier. Les journalistes seraient en outre les victimes collatérales des politiciens qui nous entraîneraient dans leur chute de bonnes opinions.

    Lire la suite

  • Be API en 2017?

    IMG_3399.PNGQue sera le journalisme du XXIe siècle? Bien peu peut répondre à cette question. Et ce n'est pas la certitude qu'aucun métier ne va échapper à sa transformation, sous les coups à la fois des réseaux, des données et des APIs, qui permettent de s'y balader et d'en tirer profit (pas aussi aisément toutefois que de chausser une paire de bonnes chaussures pour gravir une montagne, du moins c'est mon cas, to be API est plus facile à dire qu'à faire), ce n'est donc pas cette certitude de la disruption pour tous qui va rassurer les journalistes. 

    Je viens de lire un article sur le sujet (The BBC as a platform? Get ready for APIs from news providers), trouvé via mon Flipboard. Le vaisseau amiral des bonnes rédactions embauche des développeurs d'APIs dans sa chambres de nouvelles (newsroom), l'auteur assénant d'emblée que les rédactions qui ne sauront pas exploiter les legos applicatifs des grands médias pour devenir une base créative de nouveaux contenus seront reléguées au rang des tailleurs de sabots de bois (la langue de bois, elle, se porte bien avec ou sans APIs)

    Lire la suite

  • Le journalisme en 2017? C'est à vous de jouer!

    IMG_3356.PNGNiemanLab publie ces jours une longue série d'articles sur un thème imposé: le journalisme en 2017. En ce temps où La défiance - l'arme de destruction massive la  plus corrosive et la plus sournoise - est à l'œuvre, en ce temps où les hoax (canulars) et les fake (fausses) news ravagent les réseaux sociaux, les journalistes seuls ne parviendront pas à rétablir la qualité de l'information.

    Chacun doit s'y mettre. Nous devons tous avoir le réflexe du journaliste, vérifier les sources, s'assurer de leur indépendance, de leur fiabilité, ne pas transmettre de rumeurs.

    Clic! - c'est si facile de partager, de retweeter - trop tard, nous voilà complice d'une désinformation, d'une manipulation.

    Lire la suite

  • La Tribune en 2017

    game of thrones.jpgAT&T (132 mia, 300'000 emplois) vient de racheter Time Warner (28 mia, 28'000 emplois) pour 86 milliards de dollars. Time Warner, c'est CNN, Time Magazine, The Voice, Game of Thrones entre autres. Entre nous, ça ne me dit rien ces milliards, sauf que le budget annuel de la Confédération atteint 67 milliards de francs).

    C'est un peu comme si Swisscom (11 mia, 21'000 emplois) avalait la SSR (1,6 mia, 6000 emplois). ça ne se fera pas car ces deux entreprises sont en mains publics et bardées de règlements.

    Ce que je retiens à ce stade c'est qu'aux Etats-Unis, les détenteurs des tuyaux achètent des entreprises de contenu pour les remplir, un peu comme jadis les imprimeurs ont édité des journaux pour faire tourner leur rotative.

    Lire la suite

  • Facebook est le Gutenberg du XXIe siècle

    gutenberg zuckerberg.jpgGutenberg a tué les copistes du Moyen Âge et favorisé la réforme protestante en réduisant le coût de production de la bible, en favorisant la diffusion des thèses de Luther, dont on commémorera en 2017 le 500e anniversaire.  En 1814, l'installation au Times de Londres d'une rotative à vapeur inaugura deux siècles de journaux imprimés à toujours plus grande vitesse, très bon marché, soutenant la diffusion de l'information (pas toujours citoyenne) des idées et des opinions (pas toujours républicaines), l'émergence de la démocratie, l'émancipation citoyenne.

    Nous vivons une troisième révolution technologique.

    L'Internet et ses millions de sites, Facebook et ses avatars ont "volé" aux éditeurs des journaux deux de leurs atouts: la lucrative réclame (emploi, immobilier, voitures et petites annonces) et la diffusion - désormais gratuit et instantanée - des idées et des opinions. La transformation s'est passée sous nos yeux.

    Lire la suite

  • Sacré Poggia, il a la santé!

    160426_Poggia_Mauro_01.jpgLa com consiste à faire du bruit pour détourner l'attention sur les sujets qui fâchent. Mauro Poggia n'est pas le moins doué en la matière. Hier sur son blog, il a accusé Berne de puiser dans les primes maladie genevoises pour alimenter les caisses des autres cantons. Ce matin, à la toute fin de l'entretien que le magistrat MCG a accordé à La Tribune de Genève, on lit cette vérité, qui n'est évidemment pas toute la vérité sur la nébuleuse de la santé:

    "Oui. Genève a un hôpital universitaire, où les salaires sont 10 à 15% supérieurs à ceux des autres cantons et une densité médicale qui incite à la consommation. C’est clairement l’ambulatoire – en cabinet privé et à l’hôpital – qui fait grimper les coûts." (Lire ci-dessous la déclaration de Maillard *)

    Plus facile d'attaquer Berne que de balayer devant sa porte. Qu'attend M. Poggia pour aligner les coûts de la santé par habitant à Genève sur ceux de Zurich ou du Canton de Vaud, dont les habitants, que je sache, ne sont pas en moins bonne santé que les Genevois?

    Lire la suite