Air du temps - Page 5

  • Cœur à cœur me sort par les oreilles

    coeur à coeur.jpgLe saviez-vous? Today is the Giving Tuesday. C'est une newsletter de l'Eglise catholique  de Genève qui me l'apprend. Le courriel précise: Cette journée internationale, créée en 2012, a pour objectif simple d’encourager les gens à faire du bien. La plus simple manière est de faire un don*. Dans le calendrier, le 1er décembre, c'est aussi la saint Eloi, ministre des finances du roi Dagobert I, celui de la chanson, orfèvre de métier, leur patron, celui des maréchaux-ferrant et, dans l'armée, du matériel.

    Créé en 2012 pour récolter les miettes du Black Friday, le Giving Tuesday a forcément son site Internet, powered by Swissfundraising, qui a lancé la version suisse de cette Journée internationale de quête.  

    Notre chère RTS n'en parle pas car elle a sa propre opération Coeur à coeur, dont elle nous rebat les oreilles avec ses promos maison insupportable. 

    Lire la suite

  • Harcèlement et jeux d'enfants

    alexis favre covid.jpgMercredi 11 novembre. Ce jour de la Saint-Martin et de l'armistice a vu le soleil percer la grisaille. On suit d'un regard distrait l'émission Infrarouge du sémillant Alexis Favre, au titre bien alarmiste "Covid, le crash sanitaire?". Son point d'orgue nous fait lever le sourcil. Dites-nous Alexis, pourquoi ne pas avoir parlé ce soir des cas de harcèlement à la RTS?

    La question paraît plus que téléphonée. Elle permet au brave Alexis un peu emprunté tout de même d'expliquer que la RTS n'est présentement pas le meilleur média pour débattre de ce sujet, qu'elle n'a rien caché de la situation - sauf que sans l'enquête du journal Le Temps, rien ne serait sans doute sorti - que des enquêtes sont en cours et que, promis juré, Infrarouge ne reculera pas si les résultats de ces enquêtes soulèvent des questions de portée universelle. Voilà! Candide est satisfait?

    Pendant ce temps, Le Temps ronge son os. Ce matin, il revient sur ces "dix jours du scandale sans issue visible" à l'occasion du retrait du chef de l'information, le temps de l'enquête.

     

     

    Lire la suite

  • Lit, tri, cri

    le cri.jpgLit, tri cri. Ces trois mots suffisent ces jours à qualifier la pandémie qui nous prend la tête depuis bientôt dix mois. Ainsi les lits manquent en Suisse romande pour traiter les personnes les plus gravement atteintes par le Sars-cov2, un virus de la famille de la grippe quoique plus virulent, plus infectieux, plus mortel aussi nous dit-on, encore que la statistique ne reflète toujours pas vraiment  l'hécatombe annoncée. Il est vrai qu'en ce début de troisième millénaire, nous - les riches et les Occidentaux - en sommes venus à détester l'idée de la mort et que mieux vaudrait jamais que tard. 

    Cette semaine France 5 nous a donné à voir la découverte de la tombe de Toutânkhamon par l'égyptologue Carter. Une sacrée aventure qui nous laisse sans voix tant en raison de la magnificence de cet ensevelissement hâtif et précipité qui nous stupéfie, que de cette étrange croyance d'un voyage vers un au-delà éternel et heureux, forcément heureux qui ne semble plus trop ravir nos contemporains que seul l'enfer du réchauffement climatique effraie. 

     

    Lire la suite

  • La renaissance du Journal de Genève?

    aventinus rachète le temps et Heidi.jpgLes banquiers privés renflouaient déjà le vénérable Journal de Genève jusqu'au jour où leur soutien disparut. Avec lui le plus vieux journal de Genève, dont on peut consulter les archives en ligne. Juste avant la fin du XXe siècle, on maria sa rédaction avec celle du Nouveau Quotidien, créé lui par Edipresse et Ringier, et c'est ainsi qu'advint Le Temps.

    Aujourd'hui Ringier vend Le Temps à la fondation Aventinus, présidée par François Longchamp, l'ancien et premier président durable du Conseil d'Etat genevois (le dernier aussi puisque les Genevois ont corrigé le plagiat vaudois des Constituants genevois en rétablissant le tournus annuel de la présidence). Sur le plan opérationnel, c'est Eric Hoesli, le premier patron du Temps, qui est à la manoeuvre. 

    Et Le Temps, augmenté du dernier né des médias d'ici, Heidi.news, migrera de Lausanne à Genève, deux quartiers jaloux l'un de l'autre de la métropole lémanique*. Pas en toute transparence, note l'ancien rédacteur en chef de feue La Suisse, Philippe Amez-Droz, ce midi sur la RTS (et dans la TdG): aucun chiffre, fait-il remarquer, ne figure dans les communiqués de presse. Que vaut Le Temps?

     

     

     

    Lire la suite

  • Maudit Maudet, maudit canton

    maudit maudet février 2013.jpgQuand l'alors ténor du PLR, encore enfant prodige de la politique genevoise, prétendait rappeler à la police qui était le commandant et aux tagueurs qui était Monsieur Propre et aux Roms qu'ils étaient bannis des ponts dortoirs et des rues marchandes, on voyait ici et là fleurir ce tag: "Maudit Maudet" (TdG 6 février 2013). Le jeune homme n'avait pas encore été saisi par l'hubris du pouvoir. 

    Voilà donc Maudet le maudit parti. Pour mieux revenir dit-il. Car l'homme à la mâchoire carrée appartient à ce quarteron d'idéologues, où l'on compte Décaillet et Blocher, qui clament que le peuple, seulement le peuple, a raison, toujours raison. C'est donc au peuple de trancher le nœud gordien que l'intelligence (de Maudet), la Justice (de Genève) ou la magnanimité (du Conseil d'Etat) n'ont pas su dénouer. 

    Lire la suite

  • Liberté d'expression, la France boycottée

    sofiane hanouna paty.jpg

    Liberté où est ta victoire? La France fille aînée de l'Eglise est désormais, depuis peu, le chevalier de la laïcité de combat qui fait de la caricature des religions la pierre angulaire de la liberté d'expression. Et bien évidemment des pays, où l'islam est religion d'Etat, s'offusquent, appellent au boycott de la France. Des croyants (ou qui croient l'être) se vengent, menacent cette Marianne impudique, prétentieuse, applaudissent ces parents bosniaques qui ont tondu leur fille parce qu'elle fréquentait un chrétien. La République vient d'excommunier cinq membres de cette famille, comme Rome excommuniait dans ses pires heures, comme tous les fondamentalistes croyants ou athées bannissent, tuent, condamnent au silence, au Goulag, aux camps de redressement.

    Je ne reconnais pas la France des Lumières dans ce combat de coqs où la cervelle du gallinacée semble avoir pris place dans la tête de trop d'humains de ce pays voisin que j'aime. 

    Lire la suite

  • La France, ses saints et ses martyrs

    hommage à samuel paty.jpgEvidemment, l'assassinat d'un enseignant est un acte innommable. Le meurtre de tout homme l'est. Tuer un humain est un blasphème, nous explique le prof Michel Grandjean dans une tribune publiée par la Tribune de Genève, car l'humain est à l'image de Dieu et "blasphémer, c’est porter atteinte à l’honneur de Dieu". Le blasphémateur est donc l'assassin et non le caricaturiste ou l'enseignant ou le journaliste qui montre la caricature. Tout meurtrier est blasphémateur.

    La démonstration est subtile. Trop sans doute pour renverser le point de vue ordinaire de bon nombre des croyants (et pas seulement en Dieu): est blasphémateur celui qui s'en prend au sacré, c'est à dire à ce que des hommes ont cru, compris, déclaré comme sacré d'une révélation. Le fait est que Jésus, dont les chrétiens se réclament, n'a laissé aucune trace écrite. Dieu, YHWH ou Allah non plus. Bouddha si mais c'était un homme. 

    Lire la suite

  • La fourmi chinoise et les cigales

    ant group.jpg

    Sommes-nous des cigales et sont-ils des fourmis? La question n'est pas nouvelle mais la lecture sidérée et un peu inquiète d'un des derniers éditos de The Economnist m'incite à cette question. Certes le réchauffement climatique est une affaire sérieuse et les questions de genre aussi sans doute et celle que la vie des noirs compte encore davantage et les jeunes ont trouvé là trois bonnes raisons de se mobiliser. 

    De quoi donc les occuper, avec leurs études, leur boulot ou leur recherche d'emploi, leurs loisirs et leurs sorties (en mode privé, covid oblige), et les rendre peut-être un peu aveugles à d'autres fatalités. Que plus de 800 millions d'êtres humains ne mangent pas leur faim, ce que le prix Nobel de la paix au PAM a rappelé, que la covid est dangereuse mais que ce n'est pas la pire des faucheuses et qu'à ce jour aucune pandémie n'a éradiqué la race humaine et... que Ant (la fourmi) pourrait dominer nos modes de paiements, de crédit, d'assurance.

    Ant est de très loin première entreprise de paiement, de prêt et de placement électronique du monde. Le montant des (ou de ses) transactions se comptent en milliers de milliards ... Ant connaît tout de ses clients à tout moment, bien mieux qu'une banque qui ne peut compter au mieux que sur un rapport trimestriel. Pour l'heure Ant est confinée au milliards et demi de Chinois.

    Lire la suite

  • "Fratelli tutti" et le PDC

    fratelli tutti.jpg"Fratelli tutti". "Nous sommes tous frères", rappelle le pape François dans sa troisième newsletter aux évêques publiée le 4 octobre, fête de la saint François d'Assise. La nouvelle n'en est pas vraiment une dans le monde chrétien, puisque nous sommes tous également enfants de Dieu, malgré nos différences de genre ou de couleur, nos cultures et nos histoires, nos querelles et nos exclusions. 

    "Fratelli tutti" - Wikipedia lui consacre déjà une notice intéressante et le site français sur la doctrine sociale de l'église une longue analyse* - traite de l’amitié entre les humains. La pierre d'angle de l'encyclique est cette histoire bien connue du bon samaritain, cet étranger honni qui sauve un juif agressé par des brigands que ses coreligionnaires ignorent et abandonnent agonisant au bord du chemin. Fratelli tutti est un grand texte, long, dense, foisonnant, qui intègre nombre d'allocutions et de discours de l'évêque de Rome et clôt le triptyque des encycliques de François: Lumen Fidei (relation avec Dieu) et la célèbre Laudato Si’ (relation avec la terre).

    Le programme politique du pape est clair**. Est-ce la raison qui incite le parti démocrate-chrétien suisse à chercher son salut et une renaissance en se rebaptisant Le Centre/Die Mitte/Allianza del Center?

    Lire la suite

  • Et maintenant la pluie. Vivement 21!

    bruno peki humoriste.jpg«De toute façon, le Covid est en train de bousiller ma jeunesse, alors autant bosser!» Bruno Peki, 21 ans, humoriste dans la Lettre de ce 2 octobre d'Heidi.news série "Sortir de la crise".

    Quand j'entends ce genre de plainte d'un beau jeune homme blond, bien mis, intelligent sans doute, et plein d'humour dit-on, je pense aux millions de jeunes de son âge, projetés en 1940 dans le plus effroyable conflit que la terre a porté et qui fut déclenché au cœur de l'Europe, au cœur de ce continent où tout l'art reflète les envies de l'homme libre et l'amour d'un Dieu cloué sur une croix et ressuscité. Et je me dis que la Covid, avec son million de morts, la plupart très âgés et souvent affectés d'autres morbidités, reste sans commune mesure avec d'autres tragédies. 

    Lire la suite

  • La solastalgie du président du Conseil d'Etat genevois

    hodgers rencontres du développement.jpg

    Antonio Hodgers a ouvert la grand messe qui se tient jusqu'à dimanche en la cathédrale Sicli, au coeur du Geneva green downtown comme le disait Mark Muller. Le prédécesseur oublié de l'actuel conseiller d'Etat chargé de l'aménagement du canton parlait du PAV, le fameux futur quartier Praille Acacias Vernet. Une première réalisation massive et granitique s'élève bien dans le quartier Pont Rouge, une réalisation des CFF. Mais cette "Gotham City" ne fait pas partie du périmètre PAV, lequel inscrit son losange tronqué à l'est de la route des jeunes, cette voie construite dans les années 30 pour occuper les chômeurs, quand l'industrie était encore le fer de lance du développement de Genève et qu'on ne passait pas son temps à discourir sur les limites de la croissance. 

    Aujourd'hui Genève, c'est 390'000 emplois et 500'000 habitants, a d'emblée rappelé Antonio Hodgers. Normal, la ville est un pôle d'attractivité. Dans 20 ou 30 ans, il en sera peut-être différemment, quand les travailleurs et leurs employeurs auront intégré toutes les potentialités du télétravail. Sauf que ce rapport de presque 4 travailleurs pour 5 habitants est sans doute unique au monde et n'a d'explication que l'histoire de la cité Etat et d'une géographie enfermée dans une frontière tracée en 1815, comme jadis l'était la ville dans ses remparts. 

    Lire la suite

  • Fin d'un monde, fin du monde: propos de bistro?

    incendies californie.jpgBistro ce matin avec un ex député divers droites mais indépendant, qui fréquentait et fréquente volontiers les esprits de tous bords, sans préjugés ni qu'en dira-t-on, devenu dubitatif sur le monde qui va et qui vient et qui n'avait pas encore lu l'excellente interview parue ce lundi dans la galaxie Tamedia (dont la Tribune*) à propos de la lutte contre le blanchiment d'argent et l'art de la cosmétique comptable, son bain quotidien. Le privilège de l'âge sans doute.

    On glose sur la république des médecins, qui semble régner en maître du haut de leur savoir - lequel s'avère bien incertain et bien moins péremptoire quand on les fréquente de près. Dans les médias, ils assènent leur vérité, leur mode de gouvernance à des politiques, coincés entre ces experts, la peur de mourir de leurs administrés (l'opinion publique), le principe de précaution pascalien (mieux vaut croire en la médecine que pas) et une navigation pragmatique, à vue, dans une mer pleine d'écueils où les boussoles ne servent à rien.

    Lire la suite