- Page 2

  • Commentaires sur le triangle des Bermudes genevois

    "Je viens de lire votre dernier blog. Deux/trois petits points à relever..."

    Claude Marcet a fini sa carrière de député en indépendant. Les comptes et la cosmétique, il connaît. Expert comptable, il n'a jamais ménagé l'Etat de ses commentaires et de ses critiques. Il fut de l'équipe qui fit voter dans les années 90 une initiative par le peuple pour un audit global de l'Etat http://www.halte.ch/frame_audit.htm. Arthur Andersen remplit plusieurs cahiers d'analyses, fit des centaines de suggestions, dont l'une consistait à tenir les politiques aussi loin que possible des affaires, confiant au Conseil d'Etat qu'un rôle d'orientation stratégiques...

    Le comité "Halte aux déficits" existe toujours.  http://www.halte.ch Il n'est plus trop mis à jour. Ces vieux combattants me font penser à ceux de 500 mètres de ville en plus. Des sages que la République accro a la dépense n'a jamais trop écoutés. 

    Lire la suite

  • Les Bermudes de David Hiler

    Étrange formule de David Hiler qui s'est confié au journal Le Temps, la semaine passée: "Le canton entre dans le triangle des Bermudes".

    Une zone dangereuse que ces Bermudes, mystérieuses même, où des navires et des avions se seraient perdus en nombre, faute d'y avoir trouvé des vents et des eaux favorables. Cependant, dit Wikipedia, selon un rapport du World Wide Fund for Nature en 2013, le triangle des Bermudes ne fait pas partie des 10 endroits les plus dangereux pour la navigation.

    Bermudes donc. Quelles sont ces pots au noir  qui plombent le navire cantonal? Et David Hiler, dont le col était ouvert et la mise approximative bien avant que le Grec Alexis Tsipras, qui ne veut pas payer ses dettes, ne remette cette mode à la mode, n'a-t-il pas contribuer à créer les Bermudes genevoises?

    Lire la suite

  • Stop! Écoutez cet épisode des Racines du ciel toutes affaires cessantes

    image.jpgTrouvez une heure dans votre agenda, posez-vous dans un fauteuil, plantez un casque sur vos oreilles, allez chercher le podcast de l'émission Les Racines du ciel de ce 15 février sur France Culture. Et écoutez, sans préjugé, sans stress, mais avec attention. Je vous préviens, c'est très dense, c'est même assez rock 'roll. Pas au sens du King, mais au sens du retournement, devant lequel le monde est, dit Annick De Souzenelle, grande prêtresse du jour, une femme (d)étonante, une femme qui accomplit ce que dit le poète: la femme est l'avenir de l'humain.

    Lire la suite

  • Nous sommes Charlie! Nous sommes Angela!

    image.jpgIls ont la même taille Angela et Francois. Il s'embrasse tendrement. Ils sont aux commandes de l'Europe. Angela et Francois nous ressemblent. On a l'envie que leur ambassade de paix à Minsk réussisse. Mais on a des doutes. Dans cette affaires de gros bras, nos deux Européens n'ont pas de quoi bander les muscles. L'Allemagne n'a pas d'armée et la France n'a plus ni les moyens ni l'intention de marcher sur Moscou. Angela n'est pas un Kaiser et Francois n'est que l'ombre de Napoléon. 

    Tant mieux dira-t-on. L'ère du XXIe siècle n'est plus à la guerre. Sauf que tout le monde ne vit pas à la même heure. Le dictateur Poutine est resté calé au XXe siècle (d'autres, djihadistes, sont au XVIe). Le PDG russe ne veut pas que l'OTAN s'installe à ses portes.

    L'ambassade de Minsk qui force les belligérants à s'asseoir à la même table est bonne, mais le couple Angie Charlie doit aussi retailler la stratégie du cousin musclé d'Outre Atlantique et de quelques collègues européens qui ne rêvent que d'arrimer l'Ukraine à leur espace commercial et de libre circulation. Ce n'est certes pas une stratégie belliqueuse en soi. Cependant, c'est bien ainsi qu'elle est perçue par le maître actuel du Kremlin.

    Lire la suite

  • Pas d'apartheid en Suisse?!

    Capture d’écran 2015-02-11 à 23.23.06.pngLe premier ministre français Manuel Valls a dit, le 20 janvier dernier, neuf jours après le sursaut républicain "Sommes Charlie", que la France connaissait des poches d'apartheid. En Suisse, les experts suisses chargés d'évaluer le vivre ensemble ne prononceront sans doute pas ce mot ce jeudi. Berne veut tout de même en avoir le cœur net et lance une enquête nationale biennale sur le niveau des discriminations.

    A l'encontre des étrangers ou de populations spécifiques? Pas seulement, semble-t-il. Les plaintes des Suisses qui nourrissent à tort ou à raison le discours de l'UDC et, à Geneve, du MCG, seront également collectées par StatistiqueSuisse, comme celles des Suisses qu’inquiète l'extrême droite.

    "Le nouvel instrument permettra de suivre les évolutions de la société dans différents domaines-clé comme le racisme, l'antiracisme, l'hostilité à l'égard des musulmans et des juifs ou l'intolérance. Les attitudes correspondantes ne sont pas déterminées sur la base d'une seule réponse mais d'un groupe de réponses. Ainsi, une attitude n'est qualifiée de raciste ou d'antisémite que lorsque les affirmations correspondantes de la personne concernée sont systématiques et répétées. L'instrument permettra également de connaître la perception des personnes interrogées quant à l'ampleur et à l'impact des mesures sociales et politiques, ainsi que l'évolution de cette perception." Communiqué du Conseil fédéral du 11 février.

    Voilà qui mérite attention.

    Lire la suite

  • 480'000/(924+137) = ... Genève

    image.jpgFacile mon équation du matin, non? Je vous laisse encore un temps et vous donne le résultat chiffré: 452. Le résultat doit être rond car on ne découpe pas les élus ni les électeurs ni les administrés en morceaux.

    Explication: 480'000 c'est le nombre d'habitants du canton de Genève, 924, c'est le nombre de sièges dans les 45 conseils municipaux du canton et 137, c'est le nombre de sièges dans les exécutifs. 452, c'est le nombre de Genevois par élus municipaux. 41% de ces 452 habitants ne sont pas citoyens. Ils peuvent élire mais pas être élus. Et Genève se dit une démocratie exemplaire.

    C'est évidemment une forfanterie.

    Lire la suite

  • #suissesfuites

    image.jpgRamdam, badaboum, la crème des médias nous sert une nouvelle louche de fuites. A 22h30 hier soir, l'Hebdo pousse son cri sur le net et publie un numéro spécial gratuit sur son app. Le méchant est une banque genevoise, enfin  une filiale d'un très grand établissement britannico-américano-helvéto-hongkongais qui a récemment investi trois vieux immeubles entièrement rénovés au quai des Bergues. Et a déposé en son hall d'entrée deux lions chinois dûment baptisés. 

    Très gros boulot de fourmi de 130 journalistes de la champions league européenne des médias qui ont donc contrôlé, recoupé, vérifié les données courant jusqu'en 2007 et divulguées (leaked) par Hervé Falciani. 

    Lire la suite

  • La Suisse (et l'Europe) a du pétrole, mais pas d'idées. Tant pis pour elle!

    image.jpgLa France n'a pas de pétrole, mais elle a des idées. Qui se souvient de ce slogan popularisé sous le moderne Giscard d'Estaing, un président à particule, dont on a pas su a l'époque s'il avait délaissé son Anémone... C'était au lendemain des chocs pétroliers, quand la Suisse avait expérimenté des dimanches sans voitures et sans lendemains. 

    Ces jours, le Valais s'inquiète de la disparition de la raffinerie de Monthey. Des emplois, un savoir faire sont perdus et une friche industrielle risque de demeurer là aussi longtemps que les installations des puits de mine de charbon fermés dans le nord. 

    Le gouvernement valaisan, qui a longtemps relayé les protestations des riverains contre la pollution de l'usine, cherche un repreneur. Pourtant, juste au-dessous de Monthey, dorment des millions de tonnes de gaz de schiste. Pourquoi n'en concède-t-il pas l'exploitation à quelques entreprises soucieuses de démontrer qu'on peut extraire cette ressource sans trop de dégâts collatéraux? Le Valais, si fier de sa houille blanche, pourrait devenir le champion de la houille brune et relancer une industrie pétrochimique dans la haute vallée du Rhône.

    Lire la suite