- Page 2

  • Un beau SCORE!

    score grille des salaires.jpgDeux jours avant les élections, David Hiler dégoupille sa bombe. SCORE! Pour système coordonné de rémunération et d'évaluation, un outil qui rebrasse les cartes de la hiérarchie des métiers. Promis pour entrer en vigueur en 2013, SCORE verra sa mise en œuvre dépendre d'un nouveau patron. Entrée en vigueur annoncée pour 2016. Trois ans de retard. Normal?.

    C''est un cadeau pour le futur ministre des Finances. L'essentiel du boulot est fait. Reste à faire avaler la pilule aux syndicats. Mais le gouvernement a déjà mis pas mal d'édulcorants dans sa potion. Le système va coûter plus cher aux contribuables promet des hausse pour près d'un employé sur deux et aucune baisse de salaire. Toutes le entreprises ne sont pas logées à la même enseigne! Les employés de banque et d'autres à qui on annonce 20 a 25% de baisse de salaire vont apprécier.

    Lire la suite

  • Ce qui manque aux "Suisses"

    les suisses.jpgFinalement j'ai visionné jusqu'au bout, parfois distraitement, le premier des quatre épisodes "Les Suisses". Objet phare, mais non identifié, du mois identitaire que nous propose ou nous impose, comme cette horrible pub pour une voiture hivernale, notre bien aimée chaîne de télévision publique.

    Je m'attendais à une fresque épique, on nous a servi un brouet didactique qui répète une énième fois que Tell n'est pas, Morgarten sans doute non plus, le pacte de 1291 pas davantage, bref, comme l'avait déjà dit Ben lors l'exposition de Séville, la Suisse n'existe pas. What else?

    Lire la suite

  • Légumes oubliés d'une campagne électorale bien polie

    panier légumes saison.jpgEncore cinq jours de patience. Dimanche, veille de l'armistice de 14 et de la Saint-Martin, patron de l'impôt de solidarité, le Grand Genève connaîtra le gouvernement de son noyau central, le 22e canton suisse, qui commémorera, le 31 Décembre prochain, dans une modestie toute calviniste, en raison de l'incapacité de la mairie de la Ville de conduire proprement un petit appel d'offre, le 200e anniversaire de la Restauration de la République des patriciens, lesquels nouèrent, quelques mois plus tard la protestante cité de Genève, coincée dans ses remparts, et ses mandements, grossis de quelques territoires catholiques, enlevés à la Savoie et à la France vaincue, à ce qui est désormais notre mère patrie à tous: l’Helvétie.

    Encore cinq jours d'une campagne molle et polie qui verra les adversaires d'hier obligés jusqu'au printemps 18 de gouverner ensemble un canton de 480'000 habitants. Pour quoi faire? On ne le saura exactement en mai 14 quand les sept élus présenteront leur programme de législature au Grand Conseil qui devra l'adopter dans les deux mois qui suivent.

    Lire la suite

  • Stauffer va-t-il retrouver son siège au conseil d'administration des SIG?

    Un journaliste de la Tribune avait comparé Jean-Philipe Maître, alors ministre de l'Economie, de moulin à vent. Éric Stauffer ne sera peut-être pas ministre dimanche soir, mais force est de reconnaître qu'il ne brasse pas que du vent. De là à recevoir les félicitations du Conseil d'Etat pour services rendus à la République, il y avait un pas,... que le gouvernement a franchi.

    Le règlement à la hussarde du conflit entre les SIG et Enova qu'a réalisé le député maire d'Onex, a sans doute enlevé une épine du pied de la régie du traitement et de la distribution des eaux, de la distribution du gaz, de la production et de la distribution de l'électricité, de l'incinération des déchets, de la production et de la distribution de chaleur et du constructeur d'un réseau de fibre optique - bref un conglomérat digne héritier de l'ère soviétique - il a surtout donné une formidable opportunité au ministre de tutelle Maudet de tenir les rênes courtes au président des SIG et à son administration retranchés dans leur palais du Lignon.

    Tel un corsaire, Stauffer a usé des méthodes de pirate pour le bien de la République. Outre les félicitations du roi, il regagnera sans doute son siège au Conseil d'administration au printemps 2014, quand toutes les grandes régies verront leur gouvernance recomposée, dans la foulée des élections politiques de cet automne.

    Lire la suite

  • Genève Mali: les risques des métiers

    Le président de Reporters sans frontières déclare ce matin sur les ondes de la RTS, après l'assassinat de deux journalistes de RFi au Mali, qu'il faut continuer à aller partout, qu'il ne faut s'interdire ou interdire aucun territoire. Que les journalistes connaissent les risques et que ces risques valent d'être courus pour la liberté de l'information qui est la mère de toutes les libertés.

    Me revient en mémoire ces mots que d'aucun ont vigoureusement reprochés à Antonio Hodgers. Parlant de la thérapeuthe de La Pâquerette, le candidat au Conseil d'Etat aurait évoqué, sur sa page Facebook, les risque du métier.

    En clair, l'exercice de certains métiers peut être risqué et ce risque peut aller jusqu'à celui d'y laisser la vie. Vrai au Mali, faux à Genève où l'institution est désignée coupable de ne pas avoir appliquer le principe du risque zéro? La question est posée. Et se bousculent dans la discussion les autres vertus, le courage, la prudence, la justice, la tempérance.

    Lire la suite

  • La R'vue, c'est toujours con, hein!

    la r'vue.jpgDis, mec, la R'vue des G'nevois, c'est toujours con, hein!

    - Toujours Marcel, j'ai même entendu prononcé le mot de naftulihe.

    Paraît qu'on voit des nichons et qu'on parle de queue.

    - Tout juste, des nichons qui s' balancent sur une plage qui se débande autour du lac euh... de G'nèèève. T'auras compris que c'est dans le sketch de la plage des os vifs.

    Ouh, mais tu fais des jeux d'mots, on rigole bien alors?

    - À la première, hier soir, y avait pas mal de con...seillers d'la ville, tu sais ceux qui se con...templent sur la chaîne du grand ego local, y sont souvent un peu con...stipés.. Bin y zont pas mal rigolé et bien applaudi. Même que ma voisine n's'est pas endormie. Elle m'a dit n'avoir pas vu passer le temps. J'pense que leurs con...citoyens ne seront pas déçus.

    Lire la suite