- Page 2

  • Le Conseil d'Etat pour la hausse de l'essence de 15 à 40 centimes

    2000 watts.jpgLe Conseil d'Etat ne perd pas le nord. Hier il a répondu à deux consultations du ministre fédéral de l'énergie sur le CO2 et SuisseEnergie.

    Pour le volet SuisseEnergie, nos sept sages demandent des sous pour le chauffage à distance. De quoi justifier et financer sans doute la centrale à gaz que les SIG projettent de construire au Lignon. Et pour faire passer la pilule aux radicaux et aux Verts qui n'en veulent pas, le Conseil d'Etat évoque la future injection dans les tuyaux non plus d'eau chauffée au gaz, mais d'eau réchauffée par notre bonne vieille terre. "A l'échelle de la Suisse, le Conseil d'Etat préconise en particulier un programme de géothermie à moyenne et grande profondeur," indique-t-il dans son communiqué de presse.

    Pour le CO2, le Conseil d'Etat opte pour une taxe maximale, propre à réduire ce gaz à effet de serre de 30% d'ici 2020, soit une hausse des carburants de 15 à 40 centimes (selon le prix du baril et le dergé de réduction du CO2), si l'on en croit la page 49 du rapport soumis à consultation (extrait ci-dessous). Contrairement à la taxe CO2 actuelle qui ne s'applique que sur le fioul, le produit de la taxe ne serait plus remboursé via les assurances maladie, mais affecté notamment aux rachats d'énergie solaire. Une information qui mérite un commentaire de l'Office cantonal de l'énergie. Demain sans doute.

    Le communiqué surfe aussi sur le concept en vogue de société à 2000 watts qui, en deux clics, m'a permis de découvrir cette vidéo virtuelle d'ìles solaires suisses.

    Accessoirement, on se demande si le Grand Conseil est au courant de ces options du Conseil d'Etat. Le député libéral Francis Walpen président de la commission de l'énergie n'est pas au courant: "Normal, dit-il, les réponses aux consultations fédérales sont l'affaire du Conseil d'Etat."

    Lire la suite

  • Le rêve de Mark Muller?

    L'univers de la toile réserve d'intéressantes découvertes. En butinant de-ci de-là ce week-end sur les blogs hébergés par la Tribune et par 24 Heures, je suis tombé sur Les petits bidules du Dalmuti qui a déniché une vidéo assez bluffante. Que je vous propose in situ en me contentant, faute de temps, de recopier la présentation qu'en fait Christian Anlicker: "Un excellent court-métrage par l’artiste Bruce Branit, mettant en scène un homme qui se construit un monde entièrement virtuel et holographique : il entreprend la construction d’un monument pour la femme qu’il aime. Une journée de tournage et deux ans de post-production."

    A propos de rêves urbains, j'ai bien aimé l'article que Jean-Noël Cuénod a consacré samedi aux rêves architecturaux parisiens. En me souvenant que la capitale française et sa banlieue hébergent plus d'habitants que la Suisse.

  • Les radicaux genevois s'égarent et le Grand Conseil aussi

    médecin généraliste.jpgAu pied du Salève, l'écran de Léman Bleu est souvent enneigé. Je ne regarde donc que rarement les débats de notre Grand Conseil. J'apprends ce soir par un communiqué du parti radical que 70 de nos députés ont volé vendredi soir au secours de nos pauvre médecins de premier recours, menacés par le grand méchant Couchepin de perdre quelques plumes dans la baisse annoncée des tarifs des laboratoires. Mais de quoi se mêlent donc nos députés?

    Je lis dans la résolution du parti radical que "le revenu moyen annuel des médecins de premier recours est d'environ 195 000 F par an (en 2004)." Il stagnerait depuis vingt ans précisent les radicaux sans démontrer le bien fondé de leur assertion.  Il "récompense" des horaires hebdomadaires de travail extrêmement lourds. C'est quoi au juste l'horaire d'un médecin? "La baisse de la rémunération des analyses de laboratoire entraînera, poursuit la résolution, une perte de revenus non négligeable, estimée à 15% par l’Association des médecins du canton de Genève (AMG)." Laquelle n'est évidemment pas juge et partie..., nos députés auraient pu demander une évaluation neutre. Enfin pour faire bon poids, la résolution ajoute: "De plus, les médecins indépendants doivent assurer eux-mêmes leur prévoyance professionnelle."

    Tous les indépendants voudraient bien gagner autant en moyenne. Quant aux salariés... Faut-il rappeler à nos chers députés, si prompts à courir au secours d'une corporation sans doute estimable, que l'essentielle de la rémunération des médecins provient d'une cotisation maladie obligatoire identique pour tous, que le cotisant soit riche ou pauvre.

    Lire la suite

  • Archamps: des petits pois à FLUX

    Plojoux patrice.jpgLe président des TPG, maire de la plus petite commune genevoise et photographe professionnel Patrice Plojoux informe sa communauté Facebook qu'il se rend ce matin à Archamps vernir l'exposition FLUX regard par dessus la frontière. Une idée du Conseil du Léman qui, à défaut de servir à quelques chose, montre les gens qui bougent. Difficile d'ailleurs la translation à travers les frontières, que chacun sait anachroniques, mais qui sont tellement identitaires pour les autorités passées, présentes et futures de notre puzzle politco-administratif régional et de leurs affidés.

    Je connais bien Archamps et son business park, j'y ai cultivé du blé, du maïs, du colza et des petits pois au siècle dernier.

    Lire la suite

  • La ville et la tuerie: rien à voir?

    tuerie winnenden.jpg"Nous ne savons pas comment faire. Sûrement nous ne referions pas les Avanchets, ni des tours de béton posées sur du gazon." Terrible aveu qui tombe - et ce n'est pas au hasard - au lendemain de la tuerie insensée qui endeuille l'Allemagne. L'aveu est celui de l'architecte Jean-Gilles Decosterd ce matin sur la RSR au chapitre des Urbanités qui consacre son émission du jour à la question "Les cités sont-elles criminogènes?"

    Lire la suite

  • Calvin, d'Augustin à Jean-Jacques

    saint augustin.jpgQue s'est-il passé exactement en 1727 à Genève entre les pasteurs Turrettini père et fils? Ce n'était pas le coeur de la brillante conférence donnée hier soir à la salle de la paroisse protestante de Carouge par le jésuite Jean-Blaise Fellay. Mais cette date marque un tournant dans l'histoire du calvinisme genevois.

    Qui vit alors une vraie bascule entre la damnation, à laquelle les hommes étaient voués dès l'origine, sauf quelques élus, quasiment tirés au sort par Dieu le Père sans mérite de leur part, et la révolution rousseauiste naissante. Jean-Jacques déclare que l'homme est bon et que c'est la société qui le corrompt. Une phrase, dont les protestants libéraux firent leur beurre, et qui, aujourd'hui encore, est le moteur de la plupart des partis politiques, de la pédagogie et de la Justice, note le théologien.

    La théologie de la damnation remonte à l'histoire d'Adam et Eve, au péché originel. Derrière Paul et l'épitre aux Romains, Augustin s'en fera le théoricien et inventera le salut de l'homme par la grâce de Dieu. Luther, moine augustinien, et Calvin en tirent leur théologie et pour Calvin la théorie de la double prédestination.

    La centaine de personnes réunies par le groupe oecuménique de Genève grand-sud ne bronche pas. Même si, à l'heure des questions, l'insistance du jésuite sur cette théorie aujourd'hui honnie par les protestants libéraux suscite un certain malaise. A quoi bon rappeler ce catéchisme qui gouverna Genève durant près de deux siècles? Mais Fellay insiste, même si la prédestination heurte nos esprits démocratiques, elle est bien au coeur du message calvinien.

    "Calvin, c'est le sommet de l'augustinisme", dit Jean-Blaise Fellay qui en connaît un bout. Voilà plus de trente ans que l'auteur du "Pari de Dieu" tourne autour du réformateur: un génie. "Il faut du temps pour tourner autour d'un massif montagneux", dit le guide de montagne qu'est le Valaisan.

    Lire la suite

  • Qui a dit que c'était une histoire d'homme?

    vicariat.pngLendemanins de 8 mars. Comme nombre (?) de catholique, je reçois ECRinfo, le bulletin de l'église catholique romaine de Genève qui en première page, sous le titre "Valeurs sûrs", affiche la Bible - enfin la page sur la Nativité de notre Seigneur, ce qui n'est pas tout à fait la même chose.  Pas trop de risque de se tromper. Mars oblige, il est surtout question dans ce numéro du sous, qui font (aussi) vivre l'Eglise. Et plutôt médiocrement en ces temps où pas mal de catholiques venus d'autres cieux - mais ceux du cru aussi - ne savent plus qu'à Genève - en ce 500e anniversaire de Calvin - les curés et les pasteurs et même les temples et les églises sont depuis plus d'un siècle entièrement à leur charge et qu'aucune subvention publique ne vient ravaler les façades.

    Surprise à la dernière page. Une photo découvre les "surprises de la maison de l'évêque de Genève" - on dit évêque auxiliaire en français politiquement correct, sinon on froisse la susceptibilité des quelques protestants que le cantons compte encore. La surprise, c'est que le seigneur des lieux -on dit monseigneur, trace sans doute de quelques moyenâgeries - le seigneur des lieux donc, 13 rue des Granges, est secondé presque exclusivement par des femmes.

    Point de parité on s'en doute dans ces "mystères", les patrons restent des mecs, vieux de surcroît - ce qui n'est pas de leur faute évidemment et nombre d'entre eux ont bien des mérites - Mais c'est un fait et le bon Benoît a sans doute raté le coche, à ce propos, de rentrer dans l'Histoire sainte. Les derniers événements l'ont cruellement rappelé. Ratzinger était une erreur de casting.

  • Roses de Carême et haricots du Kenya

    rose de carême.jpg- Cette semaine, c'était l'anniversaire d'Aurélie. J'ai acheté des haricots du Kenya. Ils étaient excellents!

    - Comment! Des haricots du Kenya! ça n'est pas de saison! Et l'agriculture de proximité et le réchauffement climatique, tu y penses?...

    Me voilà aussitôt épinglé grand pollueur, consommateur inconscient, complices des multinationales et j'en passe.

    - Ah bon, et les 150'000 roses qu'Action de Carême et Pain pour le prochain s'apprêtent à vendre, 5 francs pièce, le 14 mars prochains, d'où viennent-elles? De Tanzanie! Je ne vois donc pas pourquoi je me priverais de haricots du Kenya!

    - Oui, mais ces roses sont labellisées Max Havelaar...

    - Et alors? Mes haricots donnent aussi du travail aux Africains. Et, question bilan climatique, roses ou haricots prennent l'avion pour arriver en Europe*.

    - ...

    - Ton silence en dit long. Et c'est la Migros qui offre les roses. Une bonne action sans doute, qui lui vaut une publicité gratuite dans le calendrier des deux oeuvres d'entraide. C'est comme la Coop, dont la nouvelle carte de crédit verte, qu'elle émet avec le WWF et American express, permettra de financer le sauvetage des dauphins du Mékong. Ce qui n'empêche pas nos deux "généreux et opportunistes" commerçants d'étrangler l'agriculture de proximité, qui ne marche pas selon leurs lois.

     

    * Le calendrier 2009 de l'Action de Carême et de Pain pour le prochain cite un rapport de la fondation "myclimate" selon lequel, "les roses Max Havelaar d'outre-mer émettent quatre fois moins de CO2 que celles qui sont cultivées dans les serres chauffées d'Europe. Le chauffage, les engrais, l'emballage et le transport sont inclus dans ce bilan."

  • Genève ne fait pas partie des métropoles françaises

    balldur.jpgDéplacer les pions municipaux et redessiner les géographies communales et cantonales sont des exercices aussi périlleux dans l'Hexagone qu'en Suisse. Les 20 propositions que l'ancien premier ministre Balladur a remises hier au président Sarkozy pour réformer les étages inférieurs du millefeuille institutionnel français suscitent quelques émotions chez nos voisins. Pourtant l'essentiel de la réforme avait été dévoilée par Le Figaro le 12 janvier dernier. J'avais à ce propos publié un billet intitulé Napoléon a créé les communes, Balladur les réformera-t-il?

    A pas de Sioux, Balladur propose rien moins que de fondre les communes dans des intercommunalités et des métropoles et les départements dans une quinzaine de régions de 4 à 6 millions d'habitants. Trop ambitieux pour réussir?

    Dans la liste des agglomérations et des métropoles,  le rapport ne cite pas Genève. Pourtant avec ses quelque 700'000 habitants, notre agglomération flirte avec celle de Bordeau et se hisse au cinquième rang des régions urbaines les plus peuplées de France, derrière Paris, hors catégorie, Lyon, Lille et Marseille.

    La frontière empêche, il est vrai, Genève d'être citée. Encore que le projet d'agglo FVG rappelle que depuis 2005, la candidature franco-valdo-genevoise a été retenue parmi 15 lauréats, dont 8 projets transfrontaliers, dans le cadre de l'appel à coopération « pour un rayonnement européen et international des métropoles françaises ».

    Le rapport Balladur risque comme bien d'autres d'être "schubladiser". Il contient nénamoins quelques propositions qui pourraient inspirer les constituants au moment où ils aborderont la réforme des communes genevoises et la gouvernance future du Grand Genève.

    Lire la suite

  • Bien vache, la revue des députés!

    revue des députés aigles.jpg

    P3040030.JPGDeux vertes antimâles coupant les ambitions d'un Hodgers, Latin looser, exilé à Berne. Un Didier Bonny déchaîné parodiant un Décaillet obséquieux en diable. Un tir à vue cruel sur les vieux cons(tituants), passagers éphémères d'un EMS à la dérive [cliquer sur le lien pour voir le tableau]. Sept femmes en culottes courtes singeant les morveux du Conseil d'Etat dans un remake de l'école des fans. Un Jornot acerbe dans la peau d'Halperinus César, notoirement sans ego, enfin sans égal: "Ave moi!". Une Elisabeth Chatelain chéduigeante en Lolly B-olé!, elle-même fidèle à elle-même: spagnol!

    Et encore: une Emilie Flamand bien vache dans le rôle de Michèle Kunzler v.e.r.t.e. Le chien Renaud Gautier compissant la statue du commandeur Grobet, Johnny Hohl Stauffer hurlant "mais qu'est-ce qu'elle a ma gueule?!"

    La Revue des députés, dont c'était la première hier soir au Théâtre de l'Espérance, a reçu un accueil enthousiaste. Et mérité, même si quelques private jokes nécessitent de bien connaître le triangle des Bermudes de la vie parlementaire genevoise: Glôzu, la Tour Baudet et la salle de l'Alabama, où la crème des députés, ceux de la commission des finances, "posent leur cul", comme le précise le Pâquisard Pierre Losio dans un délicat petit intermède fiscal.

    Les dix-sept député-e-s dont dix femmes - parité non respectée! - ont relevé un sacré défi. Pourquoi cette roborative capacité de monter en six semaines une revue décapante ne produit pas autant de dynamique sur les bancs du Grand Conseil? Pierre Naftule a, ce n'est pas un secret, taillé joyeusement dans les textes initiaux. "80% de la copie vient de plumes libérales, révèle le vert Losio sur scène, le reste c'est de l'humour."

    Le Grand Conseil sans doute gagnerait en qualité et son image sur Léman Bleu aussi, s'il se dotait de quelques censeurs de même acabit!

    Lire la suite

  • Faire la fête avec Calvin

    Dermange.jpgcalvin muro.jpgCertains n'en ont pas cru leurs oreilles. Ce monde n'est pas perdu, soyez les témoins de l'espoir, jusqu'à profaner l'argent,... en faisant la fête avec des amis. François Dermange arrivait au teme de sa causerie. Un bruissement dans la salle. Cinq siècles de culture protestante ne vous préparent pas à des manifestations bruyantes. Sourire en coin. l'éthicien de la fac autonome de théologie de Genève mesure modestement son effet. Profaner l'argent, une parole qui entre bizarrement en résonnance avec l'air du temps et avec celui d'un autre temps, celui de Saint Augustin, quand le père de l'Eglise disait: aime et fais ce qu'il te plaît.

    "Calvin et la gestion des biens, quelle liberté face à l'argent", tel était le thème hier soir à Troinex de la première des deux conférences - l'autre aura lieu mardi 7 à Carouge -  organisées par la Conférence oecuménique de Carême.

    "Y a-t-il un ciminel dans la salle?" Personne n'a levé la main. Je suppose, poursuit François Dermange, qu'il n'y en a pas. Vous respectez donc le commandement "Tu ne tueras pas". Mais Calvin nous dit dans son long commentaire du Décalogue: est-ce que tu fais tout pour que l'autre vive? De même pour le commandement Tu ne voleras pas. Est-ce que tu fais tout pour que l'autre ne soit pas en situation de voler?

    Lire la suite

  • Stauffer: le choix du Conseil d'Etat

    com presse conseil d'Etat.pngStauffer Eric .jpgIl ne manquait plus qu'un habit de martyr à Eric Stauffer. C'est fait! En excluant du conseil d'administration des Services industriels le dénonciateur du salaire du président socialiste de l'agence publique de l'énergie genevoise et l'importation des déchets napolitains, le Conseil d'Etat apportera de l'eau au moulin de la minorité des Genevois qui pense que la République est efficace sur un point: couper la tête du fou du roi. Courageux, mais pas téméraire, le Conseil d'Etat n'a pas cru devoir convoquer une conférence de presse pour expliquer cette sanction disciplinaire.

    Pour le reste on sourira, à défaut de pleurer, sur la hiérarchie des décisions du Conseil d'Etat du jour. Qui annonce, en tête de son communiqué publié à l'issue de sa séance hebdomadaire, son "soutien financier pour contrer l'épidémie de rougeole... au Tchad"... [cliquer sur la vignette pour l'agrandir]

    Sur le fond, les députés mesureront que la logique d'entreprise prime sur la logique politique.

    Lire la suite