La photo que Blick en français a manquée

1D50B4D7-1A29-48BF-86D7-706E04795B95.jpegLibéré, délivré… chante la reine des neiges. En ce 1er juin, jour commémoratif de l’adhésion de Genève à la Suisse en 1814, le Conseil fédéral a fait enlever les blocs de béton qui ont obstrué la frontière genevoise durant le confinement du printemps 2020. La cammionneuse et son grutier commis à l’opération devant chez moi ont débarqué ce soir à 20h. «C’est notre dernier bloc qu’on enlève, dit-elle soulagée. Mais les Genevois les reverront ces prochains jours en ville pour la visite au sommet Poutine Biden.»

Ce jour est aussi la première édition en français du Blick, le journal de boulevard que jadis les employés de banque zurichois cachaient dans la NZZ pour découvrir dans le secret de leur bureau la pin-up de la page 3. Le Blick s’est assagi. Il est vrai que les pin-up sont largement disponibles sur le net dans des postures qui n’ont pas encore suscité de manifestations féministes. 

Le Blick s’est assagi et nous sert une gentille double interview sur le sujet le plus éculé de la Suisse: le Roestigraben. Les deux conseillers fédéraux sélectionnés sont bien sous tous rapports, les plus aimés dans leur région respective, dit le Blick. Exeunt les conseillers fédéraux UDC même si l’un deux est président en exercice. On retient les plus en vogue, les plus cool, les plus branchés: la Saint-Galloise parfaitement bilingue KKS et le super ministre de la santé qui sait allez aussi vite que possible et aussi lentement que nécessaire et qui a dérouillé son allemand scolaire en une année à Hambourg à 30 ans. 

Cette double interview ne figure pas ce soir parmi les articles les plus lus du nouveau journal gratuit, dont l’arrivée sur le marché romand, quelques mois après Watson, est de manger le peu de publicité dont la presse classique profite encore - le mot profite est mal choisi.

80D26BE8-AF43-43CA-9E60-01B3EFA2A86E.jpeg

Dans quelle langue a-t-elle été réalisée l’interview phare du jour? L’article ne le dit pas. Mais la version allemande publiée dans le Blick de Zurich est très semblable à la version française publiée en ligne dans le Blick en français. Seul le titre est très différent. Qu’on en juge dans l’image ci-dessus et dans ce document qui contient la traduction de l’article allemand effectuée par le logiciel de traduction automatique Deepl. 

 

Les commentaires sont fermés.