Un message de Grèce

Capture d’écran 2021-05-05 à 10.43.35.png"Coucou la famille :) Je vous écris de Thessalonique en Grèce, où je travaille en tant que bénévole pour l’ONG Quick Response Team (QRT). Cette ONG opère dans plusieurs camps situés autour de Thessalonique depuis 2015. Grâce à des dons privés et au travail des bénévoles, QRT approvisionne les résident·es de plusieurs camps en médicaments, nourriture et articles d’hygiène essentiels (couches pour bébé, savon, etc.)..."

"QRT, quid?", ai-je demandé à l'engagée volontaire. Qui m'a donné un pauvre lien, puis un plus riche vers Naomi, un projet d'entraide connexe, allemand et œcuménique, basé également dans la banlieue de Thessalonique.

"QRT a  transformé un hangar adjacent au camp de Diavata en un espace sécurisé pour les filles et les femmes, poursuit ma nièce. À «Casa Base», un espace ouvert tous les jours, elles peuvent suivre des cours de langue, de sport et d’art, ou simplement échapper à la réalité du camp pendant la journée.

En plus de mon travail sur place, j’aimerais bien faire une récolte de dons. Afin d’être le plus transparente possible, l’ONG a décidé que l’argent récolté par les bénévoles sera dépensé par elles·eux. Je pourrai donc décider ce pour quoi tout don sera utilisé. En ce moment, on a particulièrement besoin de nourriture et de couches pour bébé. J’aimerais aussi contribuer à l’achat d’ordinateurs grâce auxquels les filles pourraient suivre des cours en ligne...  Pour réunir les dons, j’ai créé une cagnotte sur PayPal que vous pouvez trouver ici: https://paypal.me/pools/c/8yTLZfQ5nI. Merci d’avance et des bisous."

Je suis en train de lire Yoga, où Emmanuel Carrère raconte sa quête de définir cet art de vivre ou d'être, sa déprime et, entre autres, sa rencontre, sur l'île de Leros, avec des Syriens - ou sont-ce des Afghans, en quête d'Europe et d'un port d'attache, à qui une anglaise donne des cours.

QRT reste assez mytérieuse sur elle sur les réseaux sociaux. Ma nièce en convient. En gros, je comprends qu'il y a du tirage entre l'ONG grecque et la direction du camp. "Leur but est plus de garder l’ordre et celui de QRT est de rendre la vie au sein du camp le plus vivable possible." Le propos est direct. Est-il juste? La Grèce est avec le sud de l'Italie et le sud de l'Espagne la porte d'entrée des migrants en Europe. Des pays de premier accueil confrontés à une mission impossible.

Reconnue par l'Etat grec, QRT dépend uniquement des dons privés. "Une association en particulier aide QRT et tu peux trouver plus d’informations sur leur site: https://naomi-thessaloniki.net."

Sur Wikipedia, il faut traduire la notice que l'encyclopédie en ligne consacre au camp de Diavata pour en savoir plus:

"(...) Le camp de Diavaton a commencé à fonctionner le 24 février 2016, avec 170 tentes et 130 dépendances, une capacité de 2 500 personnes, une alimentation électrique et des installations sanitaires (~50 toilettes, douches et lavabos). Au cours de sa première année de fonctionnement, le camp a hébergé plus de 2 500 personnes, pour la plupart des Syriens, des Afghans et des Irakiens déplacés par la guerre et les conflits internes. En 2017, les installations du camp ont été rénovées pour accueillir 390 personnes, dont la majorité étaient des membres de familles originaires d'Afghanistan et de Syrie.

En octobre 2019, des préoccupations ont été soulevées concernant des réfugiés " invisibles " résidant dans le dispositif Diavaton sans y avoir droit. En novembre 2019, le camp était surpeuplé. Ce mois-là, 71 arrestations ont été effectuées à la suite d'un incident au cours duquel 4 personnes ont été blessées.

En juin 2020, KEERFA (Mouvement uni contre le racisme et la menace fasciste) a organisé un rassemblement de solidarité à Diavata, lorsque le gouvernement a annoncé son intention d'"expulser" 25 familles vivant dans l'installation. En septembre 2020, il a été annoncé que les mesures de police à l'intérieur et à l'extérieur de l'installation seraient renforcées pour empêcher le séjour des sans-papiers. En février 2021, un incendie qui s'était déclaré dans l'une des tentes de l'installation a été éteint. En mars 2021, des foyers de coronavirus ont été signalés dans l'installation."

Capture d’écran 2021-05-05 à 11.10.28.png

Le camp de Diavaton n'est pas le seul en Grèce. Le site Closethecamps.org en dresse depuis 2003 la cartographie. 45 camps en Grèce, 39 en Suisse.

Le Haut commissariat aux réfugiés à Genève cartographie aussi tous les camps de migrants et centres de requérants d’asile. La Turquie ancienne puissance tutélaire du Proche-Orient qui partage une longue frontière avec la Syrie héberge plus de 3,6 millions de Syriens sur son sol et craint, comme l’Europe, l’afflux d’un ou deux millions supplémentaires si le régime Assaad après la réélection de Bachar en juillet décidait d’en finir avec les djihadistes qui tiennent encore la région d’Idlib où survivent plus de trois millions de Syriens.

Les reportages et analyses sur le conflit syrien se sont multipliés ces derniers temps à l'occasion du dixième anniversaire du printemps arabe. La Croix clôt ce jour une série de trois papiers d’où je tire cette infographie. A lire aussi le conflit syrien pour les nuls, trouvé sur le site https://souriahouria.com.

7C64C9DE-CA93-4D25-9749-1D1767850DB2.jpeg

Les commentaires sont fermés.