Et maintenant la pluie. Vivement 21!

bruno peki humoriste.jpg«De toute façon, le Covid est en train de bousiller ma jeunesse, alors autant bosser!» Bruno Peki, 21 ans, humoriste dans la Lettre de ce 2 octobre d'Heidi.news série "Sortir de la crise".

Quand j'entends ce genre de plainte d'un beau jeune homme blond, bien mis, intelligent sans doute, et plein d'humour dit-on, je pense aux millions de jeunes de son âge, projetés en 1940 dans le plus effroyable conflit que la terre a porté et qui fut déclenché au cœur de l'Europe, au cœur de ce continent où tout l'art reflète les envies de l'homme libre et l'amour d'un Dieu cloué sur une croix et ressuscité. Et je me dis que la Covid, avec son million de morts, la plupart très âgés et souvent affectés d'autres morbidités, reste sans commune mesure avec d'autres tragédies. 

On n'a pas tout vu sans doute. Les prophètes de malheur tiennent le haut du pavé, l'expertise, les micros. les journaux et les réseaux font le reste pour démoraliser les gens car le pire est toujours plus vendeur, c'est bien connu. Et voilà que la pluie tombe. L'hiver sera-t-il long? Vivement 21!

Je pense aussi aux jeunes de l'âge de Peki, en 1990, le 3 octobre exactement, qui ont assisté, médusés mais pleins de rêves et d'ambitions, à la réunification allemande. Deux ans après la chute du Mur, alors que l'empire soviétique implosait ouvrant comme par miracle ses goulags dantesques à des libertés rêvées.

En 30 ans, l'Allemagne est devenue avec la France, après trois guerres fratricides, le pivot de l'Europe. N'en déplaise aux nationalistes, aux dresseurs de murs, aux Sam suffit derrière leur haie de thuya, où en serions-nous si les institutions européennes malgré tous leurs défauts n'existaient pas?

The Economist consacre cette semaine un de ses leaders à la montée en puissance germanique. Une montée en puissance trop prudente, selon le magazine britannique. Mais, à un an des prochaines élections outre-Rhin, qui connaît le nom du successeur de Merkel et, plus crucial encore, quelle sera la coalition au pouvoir? Il est vrai qu'avant d'être une grande chancelière, Muti était une inconnue sous l'aile de Kohl. 

 

 

 

 

Commentaires

  • Merci JFM pour cette lettre rédigée avec recul et optimisme. Mais c'est quand même un comble : ce sont les seniors qui donnent des leçons de positivisme à une partie de la jeunesse décidément plus bavarde que cultivée.

  • J'admets que cette partie de la jeunesse caliméro, me gonfle.

    Heureusement, il y en a d'autres, avec une vision d'avenir qui ne s'arrête pas à Ibiza.

  • Avec tout le respect à l écrit de M. P. Kunz, j aimerais dire que la jeunesse en question n est pas plus bavarde que cultivée. D une part, cette jeunesse d aujourd hui a plus de connaissance et de culture par rapport aux moyens à dispo ou offerts à l époque à la jeunesse des seniors et la prochaine future jeunesse aurait encore plus bavarde et plus cultivée et tant mieux, c est ainsi que va la vie!

    Par contre, vu l explosion de la cohésion sociale, les deux bouts de la vie, donc les Jeunes et les moins jeunes/seniors (suisses) sont les plus grands perdants. Le premier bout va vivre un chômage catastrophique aggravé lourdement par le Corona et les "âgés" considérés des "dépensiers mais à rien foutre". Par ailleurs, en principe qui paiera la rente (2ème Pilier et AVS) sauf cette génération dite jeune et si cette dernière continuera au chômage, c est la cata...A quoi sert les longues études des jeunes si en fin de compte ils se trouvent au chômage et à avoir échoué dans leurs études avant de trouver un job tout court ou un job stable. Ne tirons pas trop sur l ambulance ni et surtout pas en temps de guerre ni en temps de paix non plus.

    Pour ne pas être sur-réalistes, Jeunes et Seniors auront le même combat sauf si on veut marcher sur la tête et d allumer des gueguerres inutiles!

    Bien à Vous M. Jean François Mabut. Comme d habitude, libre à vous de me publier ou pas.
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.