• Sale temps pour Genève?

    teleferique ombre.jpgTrois nouvelles récentes pourraient en inquiéter plus d'un, assemblées. Mais nos socialistes - des picoreuses des prairies émaillées de fleurs et du loup y es-tu aux tueuses embusquées à cou rouge, toutes protégés des embruns de la concurrence sous les plumes de la poule Grand Etat, ne semblent pas imaginer que leur voisine, la poule aux œufs d'or, puisse cesser de pondre ou ne pondre que des œufs en plomb.

    "Toutes les pièces de théâtre ont fini par créer un monde à côté de la vie, qui se fait illusion à lui-même et finit par se croire vivant."  (Jules Renard)

    Lire la suite

  • Deux PDC à la Mairie de Bardonnex: pour quoi faire?

    Guex Crosier Lavarini.jpegLuc Lavarini (PDC et Entente en photo avec Béatrice Guex-Crosier, maire) a été élu adjoint ce 27 septembre avec 481 voix contre 402 à Nicolas Vernain (Bardonnex Alternative). L'argument de l'outsider vaincu - pour une représentation proportionnelle des partis à l'exécutif communal - a sans doute fait mouche. Avec six des dix-sept sièges du Conseil municipal, Bardonnex Alternative se retrouve conforté dans son rôle de parti de l'opposition. Le PLR (4 sièges) va-t-il jouer les supplétifs muets ou béni-oui-oui du PDC et Entente (7 sièges) ou va-t-il chèrement faire payer son rôle de parti pivot de la politique communale?

    Les prochains conseils municipaux vaudront peut-être la peine d'être suivis. Une majorité se dégagera-t-elle pour construire, après 20 ans d'errance, une nouvelle école à Bardonnex? Notez que ce n'est pas le seul enjeu de la législature de cette commune frontalière de 2300 habitants qui est la mienne...

    Lire la suite

  • La solastalgie du président du Conseil d'Etat genevois

    hodgers rencontres du développement.jpg

    Antonio Hodgers a ouvert la grand messe qui se tient jusqu'à dimanche en la cathédrale Sicli, au coeur du Geneva green downtown comme le disait Mark Muller. Le prédécesseur oublié de l'actuel conseiller d'Etat chargé de l'aménagement du canton parlait du PAV, le fameux futur quartier Praille Acacias Vernet. Une première réalisation massive et granitique s'élève bien dans le quartier Pont Rouge, une réalisation des CFF. Mais cette "Gotham City" ne fait pas partie du périmètre PAV, lequel inscrit son losange tronqué à l'est de la route des jeunes, cette voie construite dans les années 30 pour occuper les chômeurs, quand l'industrie était encore le fer de lance du développement de Genève et qu'on ne passait pas son temps à discourir sur les limites de la croissance. 

    Aujourd'hui Genève, c'est 390'000 emplois et 500'000 habitants, a d'emblée rappelé Antonio Hodgers. Normal, la ville est un pôle d'attractivité. Dans 20 ou 30 ans, il en sera peut-être différemment, quand les travailleurs et leurs employeurs auront intégré toutes les potentialités du télétravail. Sauf que ce rapport de presque 4 travailleurs pour 5 habitants est sans doute unique au monde et n'a d'explication que l'histoire de la cité Etat et d'une géographie enfermée dans une frontière tracée en 1815, comme jadis l'était la ville dans ses remparts. 

    Lire la suite

  • UDC, Armée: double non!

    IMG_1741.JPEGC'est le dernier jour pour poster l'enveloppe du devoir civique à Genève. Depuis que le vote par internet a été abandonné, lequel continue de fonctionner pour les Suisses de l'étranger - ce qui démontre une fois de plus que nécessité fait loi -, il ne restera plus que la traditionnelle urne ouverte le dimanche entre 10h et midi, soit après le culte ou la messe. Mais la messe et le culte étant passés de mode, le scrutin du dimanche est lui aussi largement tombé en désuétude.

    Notre société, qui a troqué ces rituels communautaires contre des rituels hédonistes perd en cohésion, en raison d'être même. Elle s’effiloche. Sans que les discours creux du vivre ensemble n'y puissent grand-chose. Cette évolution contemporaine n'est pas sans expliquer l'engouement des gens, des jeunes en particulier, pour les comportements grégaires que sont les manifestations pour conjurer les peurs de notre temps. Greta et le joueur de flûte de Hamelin ont-ils quelque chose en commun?

    Lire la suite

  • Fin d'un monde, fin du monde: propos de bistro?

    incendies californie.jpgBistro ce matin avec un ex député divers droites mais indépendant, qui fréquentait et fréquente volontiers les esprits de tous bords, sans préjugés ni qu'en dira-t-on, devenu dubitatif sur le monde qui va et qui vient et qui n'avait pas encore lu l'excellente interview parue ce lundi dans la galaxie Tamedia (dont la Tribune*) à propos de la lutte contre le blanchiment d'argent et l'art de la cosmétique comptable, son bain quotidien. Le privilège de l'âge sans doute.

    On glose sur la république des médecins, qui semble régner en maître du haut de leur savoir - lequel s'avère bien incertain et bien moins péremptoire quand on les fréquente de près. Dans les médias, ils assènent leur vérité, leur mode de gouvernance à des politiques, coincés entre ces experts, la peur de mourir de leurs administrés (l'opinion publique), le principe de précaution pascalien (mieux vaut croire en la médecine que pas) et une navigation pragmatique, à vue, dans une mer pleine d'écueils où les boussoles ne servent à rien.

    Lire la suite

  • Noces de diamant à Compesières

    IMG_1751.JPEGFêter ses noces d'or est banal. Il n'est plus rare de voir des couples passer le cap de 60 ans de vie commune: des noces de diamant. Les Municipalités invitent les jubilaires à un bon repas (que reçoivent les mal-portants, les placés en EMS, les veufs?).

    Quel est le sens de cette sympathique attention? Une prime à la fidélité, à la longévité, à la patience réciproque, , à la fécondité, à l'amour? Une mienne amie m'a raconté avoir reçu cette invitation l'an dernier. La Mairie n'avait pas noté que son époux était décédé prématurément...

     

    Lire la suite

  • Deux adjoints et l'école du XXIe siècle

    compesieres vu du ciel est leman bleu.jpg

    J'ai visionné tardivement le bon reportage que Léman bleu a consacré à ma commune de Bardonnex à l'occasion de l'élection partiel d'un adjoint ce 27 septembre. Deux candidats se disputent le siège laissé vacant à la suite du décès subit et malheureux de Daniel Fischer, élu au premier tour le 15 mars dernier. Surprise, l'un et l'autre ne semblent pas enthousiastes à l'idée que l'école de Compesières puisse être construite à l'emplacement du centre communal. C'est une bonne nouvelle. Sauf que ni l'un ni l'autre n'a eu le courage de désigner le bon emplacement. 

    Pour le connaître, posez-vous une question simple: si le canton était responsable de la construction des écoles primaires, où la construirait-il dans la région? En toute logique et en bonne pratique écologique, la réponse est là où habite la majeure partie des écoliers

    Lire la suite

  • Baroud d'honneur des constituants genevois

    conseil etat prestation guiraud.jpg

    François Longchamp, l'homme qui ne voulait plus être conseiller d'Etat, fut le premier président durable de la République et canton de Genève durant 4 ans et demi de décembre 2013 au 1er juin 2019, grâce au vote majoritaire des 80 constituants qui, copiant la Constitution vaudoise mais en fait séduits par le modèle rhénan de Bâle-Ville, ont instauré, pour la durée de la législature portée à 5 ans, la présidence du gouvernement genevois - un budget de 8,5 milliards de francs quand celui d'Auvergne-Rhône-Alpes ne dépasse pas 4 milliards d'euros. 

    François Longchamp crut bon de se tailler un département présidentiel sans autre poids que celui de la Genève internationale (dirigée par Berne et par les grandes puissances), le Grand Genève mais sans ambition ni moyens et les communes où il s'est enlisé dans une illisible politique de désenchevêtrement des tâches, sans oser toucher à ce qui fait le scandale: la fiscalité et la péréquation. Pour le reste il a passé son temps à cornaquer ses collègues, tous des bleus sauf Maudet. 

    Lire la suite

  • Quelle est la qualité des médias suisses?

    qualite des medias 2020 synthèse.jpg

    Le Temps perd quelques plumes, la Tribune a disparu du palmarès depuis sa quasi fusion avec 24 Heures, la NZZ trône toujours en tête du concours de beauté de la presse suisse publié ce matin. Cependant le renommé quotidien zurichois se fait coiffer au poteau pour la troisième année par l'émission phare de notre chère radio télévision nationale Echo der Zeit, une doyenne née en 1945. Le CQM 2020 valorise, négativement, Watson, un média d'information en ligne dont la version française verra le jour en 2021, mais pas (pas encore?) Heidi.news ni Republik ni Bon pour la Tête ni d'autres acteurs plus spécialisés ou plus confidentiels ou régionaux.

    A l'heure où le Covid remplit les gazettes plus que de raison, les vide de leurs dernières publicités et où les élus fédéraux renvoient leur débat sur l'aide aux médias en novembre, le constat des enquêteurs de l'Association fondatrice pour la Qualité des Médias en Suisse donne du grain à moudre. La qualité diminue, la concentration des titres continue d'augmenter, "un petit nombre de rédactions décide de qui reçoit ou non quelle publicité et sous quelle forme, qui fera scandale et qui sera traité avec bienveillance par les médias".

    Peut-on imaginer un monde sans média? 

    Lire la suite

  • Un sermon à Compesières

    IMG_1751.JPEGOn est au Liban. Au début des années 80. La guerre fait rage. Des miliciens pénètrent dans la maison. Massacrent une famille. Sauf la jeune fille, infirmière, qui s'est cachée. Elle assiste à la tuerie, voit le visage des assassins. Quelque temps plus tard, un des miliciens saute sur une bombe. A l'hôpital, la jeune soignante le reconnaît. Il est à sa merci. Elle demande à Dieu la force de ne pas se venger. La force de pardonner?

    Peut importe que le renoncement à la vengeance et le pardon ne soient pas la même chose, le curé de Carouge qui dessert désormais aussi la paroisse de Compesières, ne s'arrête pas à ce détail. Il raconte cette histoire vraie pour illustrer l'évangile du jour: il faut accorder son pardon non pas sept fois comme le prescrit la loi juive mais septante-sept fois sept fois.  

    Masqués, les 35 paroissiens ne pipent mot. Un sermon ne souffre pas la discussion. 

    Lire la suite

  • La fête nationale du 12 septembre

    sceau de la constitution suisse de 1848.jpgPandémie oblige, les Suisses ont fêté en petit comité le 1er août, date mythique de la création non pas de la Suisse mais d'un embryon d'autodéfense et d’autodétermination au coeur des Alpes, là où les armées de l'empire pouvaient être tenue en respect. En ce samedi 12 septembre, les Suisses devraient fêter la véritable création de l'Etat fédéral suisse.

    C'est en effet le mardi 12 septembre 1848, il y a 172 ans - le 175e anniversaire tombera en 2023,  que fut adopté la Constitution suisse. Deux chambres forment l'Assemblée nationale, comme aux Etats-Unis, mais la Chambre des cantons détient strictement les mêmes pouvoirs que la Chambre du peuple. Il n'y a pas de président en Suisse. A tour de rôle, chacun des sept ministres, égaux en pouvoirs, est élu président du Conseil fédéral, le conseil d'administration de la société civile suisse, par l'Assemblée fédérale et non par le peuple.

    Lire la suite

  • 9 février, 27 septembre, l'Europe, la Suisse et leur démocratie

    FB Benjamin Haegi.jpegIl y a quelques jours sur Facebook (qui n'est pas mon stamm préféré), je suis tombé sur les adieux au toujours plus grand réseau social d'un communicants genevois. Ce qui m'a intéressé, c'est la citation d'Umberto Ecco publiée en commentaire par un ancien conseiller d'Etat libéral, qui n'a pas toujours donné dans la langue de bois.

    La voici: "Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d'imbéciles qui, avant ne parlaient qu'au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité...On les faisait taire tout de suite alors qu'aujourd'hui ils ont le même droit de parole qu'un prix Nobel. C'est l'invasion des imbéciles".

    Lire la suite