Covid, malheur aux vaincus (infectés)

IMG_0527.PNGFaut-il accepter la règle coréenne? C'est, si je comprends bien, celle du contrôle social intégral qui va se mettre en place en Suisse. Par le moyen de l'app, qui traque les contaminés, et l'obligation qui nous sera faite de dénoncer toutes les personnes que nous aurons fréquentées un quart d'heure au moins, à moins de deux mètres, dans les jours passés, afin d'ordonner, sous peine d'amende, au-dites personnes potentiellement porteuses du virus de se faire dépister et de rester confinées dix jours au moins. En toute sécurité pour nos données, croix de bois croix de fer... Police et santé font-elles bon ménage, se demande le député socialiste Sylvain Thévoz? La réponse de Stéphane Guex-Pierre ne manque pas de finesse...

J'écris "si je comprends bien" - car j'avoue que j'ai un peu décroché depuis quelque temps. Je ne lis que d'un œil, je n'écoute que d'une oreille, et encore, les infos anxiogènes débitées interminablement avec ce ton juste assez alarmiste, ce débit abrutissant du reporter ou du chroniqueur, genre "Tu sais, on ne sait pas grand chose, mais dans le doute, fait gaffe... c'est ta vie qui est en jeu. Et t'en a qu'une, pas comme dans les jeux vidéo... Et puis, sois solidaire, si c'est pas pour toi, fais-le pour ta grand-mère."

C'est ainsi qu'aux "gestes barrière" qui ne sont que des usages évidents et quasi ancestraux en période de maladie contagieuse (se laver, garder ses distances, isoler et soigner les malades, mettre à l'abri les personnes fragiles), on a ajouté par décrets et ordonnances l'arrêt des usines, des chantiers, des écoles, des voyages, des visites. Maintenant, on ajoute la traçabilité électronique des contagieux qui s'ignorent. Et comme nous sommes tous des contagieux en puissance, c'est un flicage général de la société qui se met en place. 

Le pire ce n'est pas le flicage de l'Etat - encore que -, c'est le flicage de ses voisins* qui vous veulent du bien et vont vous dénoncer car vous sortez sans porter le masque réglementaire, mettant évidemment leur vie en danger (ce qui est faux mais peu importe). Tout en composant le 117, le bien intentionné voisin braque son smartphone sur vous pour prendre la vidéo qui prouvera ses dires et vous menace aux mieux de la justice au pire de la mise au pilori sur Facebook ou Instagram. 

Mais qui va donc arrêter cette folie?

Certes. C'est pour le bien de tous. Il s'agit de faire tomber le nombre des personnes qu'un contaminé peut contaminer à moins d'une personne en moyenne. Ainsi s'éteindra la pandémie, faute pour le virus de trouver assez de poumons pour se multiplier et poursuivre son oeuvre mortifère et pédagogique**.

Il s'agit encore, nous serine-t-on, d'empêcher la fameuse deuxième, puis la troisième vague qui pourrait, comme la première, submerger nos systèmes d'urgence*** et précipiter les autorités médicales et politiques à choisir les malades qu'on intubera et ceux qu'on soulagera simplement à coup d'oxygène et de morphine. Choix qui est clairement fait puisqu'il y a plus de décès du Covid en EMS qu'à l'hôpital. 

Quant aux questions de souffrance et de fin de vie, on les laisse aux religieux qui ne savent que prier et mettre la vie en dogmes et aux philosophes qui remplacent la prière par la volonté, le libre arbitre ou la fatalité et les dogme par les principes et la théorie - tiens, malin, Dieu s'est-il même glissé dans ce mot...

 

* Le flicage de ses voisins, c'est ce qui a tué Olof Palme. Qui se souvient de ce premier ministre d'une Suède pétrie de vertus dans une sociale démocratie qui était le Graal de la bonne gouvernance comme le local et le bio le sont aujourd'hui. Il fut assassiné par un homme de Cro Magnon avait titré l'Evénement du jeudi alors sous la gouverne de son fondateur Jean-François Kahn.  Un homme de Cro Magnon qui, argumentait l'éditorialiste, en avait marre qu'on le traite de danger public parce qu'il ne se couvrait pas d'un manteau en sortant de chez lui et pouvait tomber malade et de ce fait creuser les budgets sanitaires et sociaux. Bref l'homme de Cro Magnon avait éliminé le symbole de cette société bonne sous tous rapports. L'assassinat reste à ce jour un mystère

** j'écris pédagogique car à quelque chose malheur est bon.

*** Selon le patron du CHUV, mardi soir au 19:30, seuls 80 lits d'urgence ont été occupés au plus gros de la crise sur les 200 tenus à disposition. Que la Suisse est meilleure que la Suède. Evidemment, il ne peut affirmer qu'il a fait tout juste. 

Commentaires

  • "Mais qui va donc arrêter cette folie?"

    Je pense qu'il faudra faire de la désobéissance civile si nous ne voulons pas sombrer dans la folie.
    Il faut souhaiter que les chambres fédérales mettront fin à cette psychose entretenue par le CF et ses gourous de l'OFSP.

  • Obliger à rester chez soi pour 2 semaines, ce n'est pas la mer à boire.

    Donner ses contactes si on est contaminé, c'est logique, mais par prévention, comme pour aller au resto, non.

    C'est bien le flicage qui a permit à la Corée de bien s'en sortir.
    C'est donc un choix de société : flicage vs récession.
    Bref la peste vs le choléra.

    Mais si vous avez une meilleure idée pour limiter une 2eme vague prédit par la majorité des spécialistes, c'est le moment de faire des propositions.

    Le flicage est scandaleux, mais on n'a jamais dit que la vie était un long fleuve tranquille, la vie, c'est s'adapter, sinon on meurt.
    J'admet un flicage par des personnes sous serments, mais certainement pas par un barman. J'ajoute, c'est une mesure temporaire.

    Faire de la liberté un point centrale de la démocratie, oui. En faire un dogme, non. La maladie, la guerre nous oblige à repenser les limites pour survivre.

    Personne n'est certain qu'une mutation du virus en pire ne puisse pas arriver.
    La Suisse a été pris de vitesse par ce virus, personne ne pardonnera le gouvernement si ça arrive encore une fois.

    Si les médecins sont craintifs, c'est bien parce qu'ils ont des connaissances supérieurs aux lecteurs du Matin

  • Je rebondis sur l'appellation de "gourous de l'OFSP". En effet, on se demande ce qui les anime alors qu'ils semblent se contenter du mouvement tentaculaire introduit par le confinement. Leur dernier bulletin hebdomadaire est d'une pauvreté inadmissible en ce temps où le système sanitaire devrait apprendre à se renouveler et à inciter le système médical à déployer de nouvelles démarches thérapeutiques au lieu d'attendre "LE VACCIN" hypothétique et pour la création duquel on investit de grands moyens chez nous voire des milliards au niveau mondial.
    Alors que la recherche devrait comprendre ce qui, dans le sang, attire pareillement le virus. ou autres microbes.
    Ainsi le bulletin de l'OFSP donne le sommaire suivant :
    - déclarations des maladies infectieuses
    - Vol d'ordonnace
    - Voici comment nous protéger du coronavirus (avec les mesures de base)

    RIEN pour que les individus découvrent comment renforcer leur santé pour ne pas permettre au Covid de s'installer.
    Donc, que ce soit une deuxième vague ou un autre virus, le problème de l'insuffisance de la composition sanguine et de son immunité demeure. et nous serons pris par une autre épidémie, sans ne plus avoir alors les réserves financières énormes que le gouvernement vote actuellement généreusement, comme inconscient de tout ce que ces milliards promis représentent comme engagements sur plusieurs plans.

  • "Mais si vous avez une meilleure idée pour limiter une 2eme vague prédit par la majorité des spécialistes, c'est le moment de faire des propositions."

    La majorité des spécialistes ne signifie rien, les sciences n'ont rien de démocratique.
    Si je m'en tiens à ce que dit le Pr Raoult, nous sommes sur la pente descendante de l'épidémie qui est une courbe en forme de cloche comme c'est le cas, semble-t-il, pour la plupart des épidémies.

    https://youtu.be/ioRJU5vdIRQ

    Des spécialistes disent qu'il risque d'y avoir une seconde vague, voire une troisième, justifiant leur affirmation sur le fait que c'est arrivé avec la grippe espagnole. Toujours est-il que le Pr Raoult semble absolument serein, ce qui met à mal l'idée des médecins craintifs, et ne cède pas à cette psychose qui laisse à penser que ça y est, c'est la fin du monde et qu'il va falloir faire je ne sais combien de processions pour s'attirer les grâces de tous les dieux inventés par cet être chétif et malfaisant qui détruit notre si belle planète

    Pour rappel:

    grippe espagnol (1918-1919) : 30 à 50 millions de morts pour environ 1,8 milliard d'habitants

    grippe de Hong Kong (1968) : 1 million de morts pour 3,6 milliards d'habitants

    covid-19 (2019-2020) : 260 mille morts pour 7,7 milliards d'habitants

    Ne marchons-nous pas sur la tête? Avons-nous à ce point peur de nos propres ombres pour être prêts à abandonner nos libertés?

    "La Suisse a été pris de vitesse par ce virus, personne ne pardonnera le gouvernement si ça arrive encore une fois."

    Voici ce qui se passe quand nous laissons d'autres s'occuper de notre sécurité et de leur laisser le système de veille surtout quand ce système, l'OMS pour ne pas le nommer, traîne un tas de tares. Peut-on nous rappeler quelle a été la réaction de nos politiciens lorsqu'on s'est aperçu qu'il y avait un problème au Tessin? Je rappelle qu'il existait un plan suisse de pandémie influenza 2018 qui a fait suite à un plan antérieur datant de 2004 qui demandait qu'il y ait des stocks de masques, de gel hydro-alcooliques et autres matériels de protection à l'usage des citoyens. A-t-il été appliqué? Qui à l'OFSP ou de nos conseillers d'Etat en charge de la santé ont mis en place ces plans qui n'étaient que les suites logiques de la Loi sur les épidémie (Lep)?
    La réaction du CF a été un pis-aller. Que d'attente avant de décider le semi-confinement. Il est vrai que sans les fameux masques dont nous devions être pourvus, la seule solution était d'arrêter toutes les activités économiques. Et au niveau sanitaire, ça m'a semblé être une catastrophe. Pour ceux qui étaient malades, ça devenait difficile d'aller chez le médecin ou à l'hôpital. Téléphoner aux urgences ou au numéro fournis par nos autorités, fédérales et cantonales était devenu galère. Mais il n'y en a point comme nous, on va nous seriner que le CF et ses gourous ont bien travaillé.
    Aujourd'hui, nous sommes approvisionné en masques et en gel. A nous d'assurer notre sécurité, bien sûr, ce sera de notre poche. et là je ne parle pas des tests pour savoir si vous êtes porteur du virus, ce sera 450.- à 500.- CHF. Combien de fois devra-t-on faire le test car vous pouvez avoir été contaminé aujourd'hui ou pas et dans quelques jours vous aurez côtoyé d'autres gens avec les mêmes risques d'infection? Qui remboursera? Les assurances?
    La Confédération et les cantons ont surtout mal évalué les risques malgré les diverses alertes des années précédentes et soyez certains qu'au prochain virus, nous connaîtrons le même schéma lamentable. La santé c'est bien trop cher, la preuve, c'est qu'on essaie de faire des économie en voulant faire la santé un bien commercial qu'il faut optimaliser.

  • Vous dites 260 mille morts, j'aimerais bien savoir comment ils ont comptés les morts, sur un petit carnet avec des coches?
    Est-ce que vraiment toutes ces personnes sont mortes du virus?
    Le positif en fait il n'y a plus de morts du cancer, d'AVC, crises cardiaques, ni des coups de conjoints ou des parents sur leurs enfants, ni d'accidents de voiture par des conducteurs scotchés sur leurs portables ou alcoolisés.

    Muriel

Les commentaires sont fermés.