Plan-les-Ouates siège confinée. Et son maire que fait-il?

distillerie saconnex.jpgJ'ai raté l'article de la Tribune sur le premier conseil municipal virtuel de l'histoire de Plan-les-Ouates et de Genève.
 
On parle beaucoup du parlement fédéral ces jours, mais qu'en est-il des 45 parlements communaux genevois? Mai est le mois d'approbation des comptes 2019. Et le Covid n'arrête pas les mille douze petits et grands projets en cours ou à venir. Plan-les-Ouates, me dit un citoyen de cette commune qui a suivi l'assemblée confinée par internet comme une cinquantaine d'habitants, a ainsi voté un crédit de 2,8 millions de francs pour reconstruire la Distillerie de Saconnex-d'Arve.
 
Qu'une commune - une des plus riches du canton grâce à Plan-les-Watches - mette autant d'argent dans un hangar en éternit amiantée et sans aucun cachet ni valeur patrimoniale pour produire de la gnôle alors que les besoins sociaux vont exploser est tout de même fort de café, non?! Les municipaux ont-ils pris la mesure de la crise économique qui s'annonce?
 

Certes, le lieu, qui jadis était entouré de grands cerisiers blancs au début du printemps, a acquis ce sésame magique et intouchable: être devenu un mini-centre culturel (comme si on en manquait dans le canton...). Outre l'imprévoyance des élus qui ont racheté cette ruine sans même vérifier la présence d'amiante, se pose la question de l'exercice effectif des droits populaires en l'occurrence du droit de référendum. Il n'y a pas que le covid qui détruit notre société. D'autres virus gangrènent la politique. 
 
Plusieurs autres sujets étaient à l'ordre du jour, le 28 avril, dont l'approbation des comptes 2019 de la commune. Il est vrai que c'est devenu une formalité. Le Conseil d'Etat a d'ailleurs décidé de passer outre cette procédure.
 
D'autres conseils ont-ils siégé ou vont-t-ils siéger en mode confinée à Genève, notamment pour approuver les comptes 2019? Carouge ne se réunira que le 28 mai. Pour une verrée de fin de législature sans doute, avant la séance d'installation du 2 juin. Carouge.ch n'indique pas d'ordre du jour du 28. A Genève, le site du Conseil municipal est encore moins clair. Pas fameux pour la deuxième ville de Suisse. 
 
Dans ma commune de Bardonnex, le parlement municipal ne se réunira plus cette législature, me dit-on. Ce seront donc les nouveaux élus qui dès le 2 juin discuteront des décisions de l'Exécutif à propos de la pandémie et de la future école. La nouvelle Mairie leur proposera-t-elle de réviser le budget 2020?
 
Les grandes communes ont-elles déjà évalué les pertes fiscales liées à la crise du Covid? Qu'en dit Xavier Magnin, maire de Plan-les-Ouates et président de l'ACG? L'association des communes genevoises envisage-t-elle d'émettre des recommandations, de créer une task force sur le sujet avec le canton, de fournir au canton plus de moyens pour les urgences sociales à venir et par exemple de revenir sur son scandaleux refus en janvier 2019 de participer à la facture sociale(90 millions de la part des communes Cela équivaut à 5,5% de la facture sociale globale)? Autant de questions et d'autres dont on espère trouver des réponses dans les médias ces prochains jours.
 

covid distribution vivres demir sonmez.jpg

PS: A propos de la caravane de la solidarité traitée par les blogueurs Holenweg, Sönmez (photo) et Thévoz, bravo à l'extrême gauche, qui a réussi son coup de pub en démontrant que le filet social était un peu percé à Genève. On se demande toutefois comment se fait-il que seul Genève serait ainsi le refuge de tant de sans papiers, de clandestins? Pourquoi n'a-t-on pas vu ailleurs en Suisse de tels files d'attente? Manque de militants? Meilleurs efficacité du filet social? Y aurait-il un vice quelque part dans cette opération de charité? Est-ce une coïncidence que la distribution ait eu lieu aux Vernets, juste en face de la caserne affrétée par la Ville pour y loger et y nourrir les sans abris? D'autres associations oeuvrent en silence

Commentaires

  • Bonne question sur cette opération de charité.
    Voilà l'exemple type de l'information bâclée. Il manque totalement de perspectives dans les articles : Genève ne fais rien ? ailleurs comment cela se passe t'il ?
    Garder ses lecteurs, c'est donner une info complète, pas seulement relater un évènement

    Mettre en perspective, ce n'est pas critiquer l'action, mais s'approcher de la vérité.

    Greenpeace ont été les premiers à savoir que le spectaculaire met en lumière une cause, et depuis beaucoup suivent cette exemple parfois au détriment de ceux qui agissent discrètement.
    Les journaux privilégient le spectaculaire et zappe le reste. Une information vu à la loupe est presque une désinformation.

Les commentaires sont fermés.