A Pâques ou à la Trinité?

malbrough.jpgMalbrough s'en va en guerre,
Mironton, mironton, mirontaine,
Malbrough s'en va en guerre,
Ne sait quand reviendra. (Ter)

On connaît la chanson: la Trinité se passe, Malbrough ne revient pas. 

(Note mise à jour lundi à 8h et 10h)

La mobilisation contre le coronavirus (il ne s'agit pas d'une guerre façon Malbrough) est impressionnante. Malgré tout, 257 malheureuses personnes ont été victimes du Covid-19 jusqu'à présent en Suisse, dit le rapport de l'OFSP de ce dimanche. La moitié d'entre elles avait plus de 83 ans. 154 étaient des hommes (60%), 103 des femmes (40%).

Selon une nouvelle évaluation publiée le 26 mars, l'Imperial College de Londres considère que seul un confinement strict est à même de réduire le nombre des victimes. Malgré cela, sur la base qu'une personne infectée peut en contaminer trois, le Covid-19 pourrait emporter dans le meilleur des cas plus de 2000 habitants de notre pays dans les deux prochaines années - le temps de fabriquer un vaccin fiable. Sans aucune mesure, le monde aurait pu déplorer 40 millions de victimes et la Suisse plus de 70'000, estime l'Imperial College (le même ordre de grandeur que les chiffres publiés à la mi-mars par le Biozentrum de l'Université de Bâle et son neherlab via Nextrain). On sera tiré d'affaire lorsqu'une personne infectée contaminera moins d'une personne en moyenne.

coronavirus neherlab.org.jpg

Néanmoins, combien l'arrêt brutal des activités va-t-elle provoquer de dépressions, de pertes d'emploi, de faillites, de hausses d'impôts? Plus les semaines passent, plus la question économique va devenir cruciale. "Health or Wealth", titre à juste titre Daniel Warner dans son blog. "Notre santé vaut mieux que leur profit", un propos qui interpelle Pierre Kunz, un autre blogueur.

Alors combien de temps? En utilisant le calendrier chrétien que le Conseil d'Etat genevois vient de confirmer comme marqueur des rythmes scolaires, les prochains termes tombent à la rentrée des vacances de Pâques le 19 avril, après le pont de l'Ascension, le 21 mai, ou à l'issue du grand week-end de Pentecôte, le 31 mai? Et la Trinité? La fête du signe de croix tombe cette année de quarantaine (20+20) le 7 juin. Quant à la fête des travailleurs, le 1er mai, elle ne convient pas à la reprise du boulot. C'est de surcroît un vendredi.

Il est sans doute encore trop tôt pour annoncer la sortie de crise - déjà les scénarios s'élaborent (ici, et ) - cependant, après un bref retour de l'hiver ce lundi et mardi, la météo annonce 15 jours de  beau jusqu'à Pâques, nul doute que le confinement va devenir une sacrée épreuve pour les gens des villes. Plutôt que de menacer de resserrer les contrôles, nos autorités, qui ont plutôt bien géré la crise jusqu'à présent, devraient trouver des moyens d'alléger le confinement. A quand un hackathon sur le sujet? La balle est dans le camp du blogueur Sylvain Thévoz

On demande aussi un hackathon des médias audiovisuels, où le ton fait beaucoup la chanson. Car la tournée en boucle des professionnels qui font grise mine et sont tous nécessaires à la bonne marche de nos sociétés (les routiers par exmple), celle des héros dans les salles d'urgence (à l'exemple de cette infirmière évoquée par La Croix), celle des questions éthiques (faut-il confiner les résidents des EMS dans leur chambre?), celles des pays voisins ou lointain en crise, des hôpitaux sous l'eau, des policiers qui amendent, des pénuries de masques, des recommandations de toutes sortes, le tout assaisonné de vidéos de mon chat, de mon chien, de ma musique, de mon PQfoot, cueillies sur Youtube et sur Instagram et qui nous rendent un peu plus dépendants des géants du net, va très bientôt épuiser le public. 

En démocratie où les réseaux sociaux ont remplacé les discussions de bistrots, une information éclairée, fondée sur des sources fiables, pondérée est plus essentielle que jamais, à l'exemple de cette revue de presse publiée dans la Tribune de Genève. Encore faut-il que les habitants prennent du temps pour s'informer aux meilleurs sources et cessent de colporter des rumeurs.

Va-t-on vers un contrôle des réseaux sociaux ou ceux-ci vont-ils de leur propre chef resserrer les filtres? "Twitter löscht Corona-Botschaften von Bolsonaro", lis-je ce matin dans Die Welt, que Google me propose après avoir tapé Deutschland et coronavirus.

Les commentaires sont fermés.