• Je suis perdu et sans parti

    smartvote moi 2019.jpgConnaissez-vous Smartvote? Depuis quinze ans, ce projet offre aux citoyens le moyen de mesurer leur proximité ou leur éloignement politique par rapport aux candidats et aux partis lors d'élections parlementaires. J'ai donc répondu au 75 questions - pas toutes neutres et parfois ambiguës ou lacunaires - et me retrouve un peu orphelin.

    Le candidat le plus proche ne colle qu'à 59,8% avec mes réponses. c'est Nicolò Gori, un jeune PLR que je ne connais pas. Le second est la tête de la liste PDC, Vincent Maître, avec qui Smartvote me donne 57,3% d'affinité. On ne se refait pas, Je colle mieux avec le PDC et avec les Verts libéraux qu'avec le PBD et l'UDC. Et je ne suis, me dit Smartvote, ni très vert - trop dogmatique à mon goût - ni très rose - trop étatiste.  Ce que je savais. 

    Smartvote permet d'affiner et, question par question, de savoir où je converge et où je diverge. C'est assez instructif à la fois sur la manière de poser les questions et sur le choix des sujets et sur les réponses qu'on a pu donner rapidement. Testez-le! Smartvote sera à Uni Mail ce jeudi à 17h pour en débattre.

    Lire la suite

  • Le tocsin pour le climat. Mais dans quel état j'erre?

    cloche en verre.jpgAinsi notre vicaire épiscopal demande à nos clocher de sonner le tocsin pour le climat, samedi, entre 14h30 et 14h35, en solidarité avec les églises suisses et les mouvements chrétiens. "Les organisations chrétiennes de l’Alliance climatique, écrit Pascal Desthieux, demandent aux paroisses de toute la Suisse de soutenir le mouvement pour le climat en réglant l’horloge de leurs églises sur midi moins cinq ce samedi 28 septembre 2019 et/ou en faisant sonner les cloches des églises à 14.30 heures. 

    Cette solidarité sonore me paraît fort discutable. 

    Sonner le tocsin contre le réchauffement climatique (ou pour le climat?) et pourquoi pas contre Trump, pour Greta, contre Poutine et pour je ne sais qui... le page? Et pourquoi ne sonne-t-on pas le tocsin tous les vendredi contre le consumérisme, pour le véganisme, contre le chauffage des appartements (et des églises vides) et pour les éoliennes sur nos monts quand le soleil...?

    Lire la suite

  • Une semaine sans viande et une sans chauffage

    thermometre paris.jpgMais que fait la police! Ce que je reproche un peu aux marcheurs climatiques, tous âges confondus, c'est que la peur les motive - la peur de la canicule, de la montée des eaux, de la fonte des glaciers, des ouragans - et non un monde plus juste et plus pacifique. Ce que je reproche un peu aux marcheurs climatiques, c'est que l'Etat doit décider et faire le bonheur national brut (BNB) et non les gens eux-mêmes.

    Certes, je ne suis pas assez naïf pour croire que la main invisible du marché (ou de l'Etat) peut faire le BNB, même The Economist, qui consacre son édition de cette semaine onusienne à la crise climatique, n'y croit plus non plus. Et que les Etats, faute de mieux - c'est-à-dire nous dans les Etats démocratiques - doivent collectivement inventer des règles du jeu marchand qui nous incitent à moins produire de gaz à effets de serre. Non pas par peur d'un hypothétique enfer sur terre mais pour la simple économie des ressources rares et non renouvelables. Vaste défi.

    A notre niveau, nous pourrions opté pour une semaine sans viande et, cet hiver, pour des chambres et des bureaux à 18 degrés voire moins.

    Lire la suite

  • Maudit Maudet

    conseil d'etat photo officielle.jpg

    L'occasion était sans doute trop belle pour mon journal préféré. Que Pierre Maudet, dont la Tribune de Genève a été la première à révéler les turpides et les demi-vérités à l'origine de sa disgrâce politique du printemps 2018 - turpitudes que notre désormais mini-ministre-et-président-déchu se refuse toujours à nommer des fautes et des mensonges - que Pierre Maudet donc choisisse le principal quotidien de Genève pour dire sa rupture de collégialité à propos du budget 2020 est un bon coup médiatique. 

    Sauf que la rupture de collégialité remonte à plus d'un an et est le fait de Pierre Maudet lui-même, qui par son voyage "privé" à Abu Dhabi et ses mensonges subséquents a rompu la confiance qu'on avait en lui. S'en est suivi la  punition méritée qu'on sait, dont j'ai estimé par ailleurs que le Conseil d'Etat aurait été bien inspiré de mettre un terme.

    Sur le fond, pas un des ministres ne se satisfait sans doute du projet de budget 2020 ni du plan financier quadriennal.

    Lire la suite

  • Genève, rouge de honte?

    pfq Genève 2020-2023.jpgL'excédent de charges de 590 millions de francs, annoncé ce matin par le Conseil d'Etat genevois, doit se comprendre pour deux tiers comme une insuffisance de revenus. En effet, c'est la baisse des impôts des entreprises - la fameuse RFFA votée ce printemps par les Suisses et les Genevois,  qui explique un déséquilibre attendu. L'autre tiers est dû à l'augmentation des subsides aux assurés maladie (un projet conçu pour acheter les suffrages de la gauche en faveur de la RFFA. En vain. Bref, une nouvelle louche de politique sociale pour payer un système de santé en folie).

    La dette du Canton va donc augmenter: de 2,5 milliards d'ici 2028, dit le plan financier, rendu en même temps  que le budget (bravo!).

    Genève, rouge de honte? même pas. Chacun fait l'autruche. L'Etat de Genève peut emprunter à 0% voire à moins, le déficit n'est donc pas une catastrophe... Et puis, la dette, ce sont des routes, des égouts, des écoles, le CEVA, les HUG, UniGe... ce n'est pas rien.

    Lire la suite

  • Services publics: données en masse et misère de l'information

    certificat de maturité.jpgCombien vaut un certificat de maturité? Est-il plus cher à Genève ou à Lausanne? A Sion ou à  Lucerne? A cette question, les comptes publics sont incapables de répondre. Pourtant les écoles privées ont évidemment cette information. C'est qu'ils facturent leurs prestations pour vivre. (et ils sont forcément plus cher à Genève où le titre est décerné à 19 ans quand il l'est à 18 ans dans les autres cantons)

    Quel est le prix d'une appendicite ou d'un changement de hanche et qui paie la facture? Là encore, qui connaît la réponse avec précision? La facturation des hôpitaux à votre assureur maladie fait l'impasse sur le fait que la moitié du coût de l'hôpital est payé par une subvention générale qui figure au budget de l'Etat. 

    Lire la suite

  • De Bulle à Zoug en passant par chez vous

    100 francs nouveaux.jpgChacun sait que les Zougois sont des Suisses au-dessus de tout soupçon. Et que grâce à leur travail et leur frugalité - au fait quel est le bilan carbone du petit canton sans aéroport, où les valeureux Waldstâtten écrasèrent les troupes des Habsbourg sous les rocs et les rondins? - les Zougois sont parmi les Suisses qui paient le moins d'impôts. 

    Si je vous parle des Zougois, c'est que je prépare un cours que je donne tantôt au CFJM sur les budgets et les comptes publics. Et qui me fait replonger deux fois l'an dans la mécanique à complications multiples qu'est les miroirs comptables (c'est à dire marchands) des actions (et parfois des inactions) de nos élus, toutes couleurs confondues. C'est ainsi que les socialistes de Lausanne ou de la Ville de Genève se félicitent de l'excellente gestion de leur  ministre qui est de la même couleur qu'eux, alors qu'ils contestent la gestion des ministres du camp adverse et vice-versa.

    Mais revenons à Zoug et à Bulle.

    Lire la suite

  • Dire Dieu aux ados: un sacré défi

    dieu son fils et moi.jpgVoilà donc le journal Le Temps accusé de faire le jeu de la gauche. L'héritier du Journal de Genève et du Nouveau Quotidien, bêlerait de concert avec le troupeau des moutons qui ont peur du réchauffement climatique. Le quotidien suisse, propriétaire de Ringier - Axer Springer, (le groupe allemand étant détenu par un fonds d'investissement américain à hauteur de 42,5%), invite depuis une semaine les quelque mille candidats de Suisse romande à l'Assemblée fédérale à remplir sa Charte de la transition écologique, un questionnaire en pleine résonance avec la pensée unique en cours. Mais promis juré, cette charte n'altèrera en rien le sens critique de la rédaction. Le Temps est engagé mais pas militant.

    Lire la suite

  • "Il n'y a pas de recrudescence du racisme"

    continent premier racisme .jpegGlisser sur une peau de banane, c'est une mauvaise plaisanterie. Jeter une banane à un Africain est un acte raciste. Tout comme imiter le cri du singe qu'on entend sur certains terrains de football. Et quand le public s'en vient à soutenir les hurleurs et non le joueur, le racisme éclate dans toute sa violence.

    Quand un policier suisse traite un Arabe dans le huis-clos d'un commissariat de cochon d'étranger, le juge ne considère pas l'insulte comme relevant de la norme antiraciste inscrite à l'art 261 bis de notre code pénal, lequel prescrit que l'injure ou l'incitation à la haine doit être publique...

    Lire la suite

  • Refroidissement spirituel

    compesieres entre terre et ciel.jpg

    "On parle de réchauffement climatique, mais qu'en est-il du refroidissement spirituel?" A peine débarqué de sa Guinée natale, l'abbé Elie Maomou, vicaire depuis le 1er septembre des paroisses catholiques de Genève sud (Carouge, Acacias, Veyrier, Troinex et Compesières), a volé dans les plumes du politiquement correct. Il n'a pas raté sa rentrée.

    En ce dimanche de Jeûne genevois, il a drainé septante personnes - ce qui est une bonne assistance -  en l'église Saint-Sylvestre*, dont les archéologues ont déniché des traces dès le VIe siècle, alors que l'empire romain collapçait.

    L'abbé africain, qui avait préparé un texte rédigé, a préféré commenter la Bonne nouvelle de ce 8 septembre. Un texte exigeant pour qui le veut mettre en pratique et qui fait écho à ce mot devenu adage: "Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer au Royaume des cieux." L'abbé Maomou a lui quitté son pays et n'a pas caché que le détachement était douloureux. La météo est maussade et le thermomètre bloqué à 15 degrés.

    Lire la suite

  • Que faire pour le climat: de Landecy en passant par Bardonnex

    co2 heidi.jpgL'apéro de la rentrée des habitants de Landecy n'a réuni qu'une poignée d'habitants sous la fontaine. Les tartes et clafoutis aux pruneaux étaient pourtant excellents. On a parlé circulation bien sûr, des gendarmes couchés que la commune a prévu d'installer dans le village, dont la route tortueuse et les stationnements sauvages ne permettent de toute façon guère de dépasser les 30 km/h.

    On parle aussi du gymkhana de Bardonnex, que les douaniers suisses comme français font subir aux automobilistes qui empruntent sagement l'autoroute, matin et soir, provoquant des bouchons que notre chère RTS signale comme un métronome et qui reportent une partie du trafic sur le réseau vicinal, alors que les mêmes travailleurs passent devant la douane de Landecy à 50 km/h. 

    Mais pourquoi ne prennent-ils pas le nouveau bus 62, dont le terminus s'arrête au parking de Collonge-sous-Saléve ces travailleurs genevois? Voilà bien une bonne action qu'il pourrait faire sinon pour la quiétude des riverains du moins pour le climat.

    Surfant sur cette chaude actualité, Heidi.news, après nous avoir baladé dans les latrines du monde, les fromageries de l'Etivaz et coproduit un reportage fictionnel. embouche, justement, sur le mode kennedyen*, la trompette climatique. Jéricho nous voilà!

    Lire la suite

  • Les jeunes sont rares, leur mobilisation compte

    greta le pouvoir au peuple.jpg

    En Europe et en Suisse, les jeunes sont rares. Tout ce qui est rare a du prix. C'est ainsi que les vieux, dont je suis, regardent avec des yeux embués les jeunes se mobiliser pour le climat. Temps présent, qui porte bien son nom, nous a donc livré, ce 5 septembre, un reportage bon enfant, sans l'ombre d'un bémol. Les réseaux sociaux se chargent de colporter aux quatre coins de la planète le slogan en vogue: Que voulons-nous? La justice climatique! Quand la voulons-nous? Maintenant!", crié en anglais, of course, pour être entendu par le plus grand monde. 

    Ils ne marchent évidemment pas pour le climat qui n'en a cure comme la santé se fiche de ses coûts. Ils marchent pour eux, car les experts leur expliquent et ils les croient - comment pourraient-ils faire autrement - que l'urgence est là, que dans 15 ans l'enfer sera à nos portes, que trois degrés de plus c'est trois degrés de trop et qu'il est intolérable que les politiques fixent la neutralité carbone à 2050 alors qu'il la faut pour 2030.

    Lire la suite