• Le quatrième pouvoir est-il bon pour la tête?

    barazzone savary.jpgLe quatrième pouvoir a-t-il contraint Guillaume Barazzone aujourd'hui, Géraldine Savary hier, x, y et z demain, à ne pas solliciter un nouveau mandat politique? Non. C'est accorder bien des pouvoirs aux médias professionnels (ou traditionnels). Les pressions sont venues d'ailleurs et bien souvent des partis même, dont ces politiciens ont été (et seront peut-être un jour) les porte-drapeau. Et leur décision, je veux le croire, ressort de leur propre examen de conscience.

    Politiquement, ces deux personnalités étaient devenues des poids morts, des risques trop importants pour leur parti respectif. La sanction qu'elles s'infligent peut paraître lourde mais elle s'impose et permet de remettre les compteurs à zéro. Elles en tireront même un avantage car c'est une vertu que de reconnaître son erreur. Leur acte sert de jalon. On leur en saura gré.

    Lire la suite

  • https://www.evote-ch.ch/ge, c'est fini! Un scandale?

    E VOTE IPAD VOTATION.jpgLa commission d'enquête parlementaire qui ne manquera sans doute pas d'être créée dira si l'abandon par l'Etat de Genève de sa plate-forme de vote par Internet www.evote-ch.ch/ge est

    - un scandale, montrant l'incapacité du Conseil d'Etat et du Grand Conseil de piloter un tel projet

    - un gaspillage des deniers publics ou simplement

    - l'aveu, sommes toutes heureux, que l'Etat ne peut pas faire tout tout seul ni réinventer la roue - ce dont les Genevois sont les champions.

    L'échec est retentissant et attendu (lire ici et ). Il dit hélas combien les Etats (mais peut-être n'est-ce que l'Etat de Genève et ses services informatiques) sont distancés en ce domaine comme dans d'autres par les entreprises privées, plus agiles, plus rapides, plus décisionnelles, plus rompues à la concurrence et au monde des TIC (technologie de l'information et de la communication), plus contraintes aussi de garantir la sûreté et la fiabilité au risque d'y laisser leur réputation ou leur peau. 

    Lire la suite

  • Tobi a dit: vaches sans cornes, policiers sociaux avec, UDC écornée

    rhino corne.jpgLa corne a naguère symbolisé à Genève l'un des squats le plus connu et le plus durable de la ville. Rhino. La corne a disparu. Comme les manifestations. Certes on défile encore pour ses conditions de travail ou sa condition tout court, "pour être comme un mec", pour que la rue nous appartienne (autant, plus que les bagnoles, mais c'est un autre sujet).

    Indignés ou gilet jaune, on l'occupe le macadam et ses ronds-points. Au risque de tourner en rond faute de leader, de peur d'être récupéré par un mouvement, un syndicat ou un parti. Et on se fait voler la vedette par les casseurs. Triste. Samedi noir pour les quidams. 

    Lire la suite

  • Tobi or not Tobi, journaliste!?

    Tobi était le nom du dernier cheval de la ferme de La Mure. Un cheval de labour. Mon père n'était pas un éleveur. Ses rêves d'enfants le portaient à s'envoler dans les airs devant les gouvernes d'un avion. Sans doute avait-il été impressionné par les rase motte d'un lointain cousin parisien, ingénieur de son métier qui avait participé à l'aventure polaire de Paul-Emile Victor. Il a laissé le souvenir de ces inventeurs de ces années là qu'Hergé a croqué en professeur Tornesol. Tobi fut rapidement remplacé par un Case, un de ces tracteurs débarqués des Amériques après la guère.

    Tobi est, ce 25 novembre 2018, un robot journaliste made in Tamedia. Tobi va livrer cet après-midi des dizaines de milliers d'articles sur les résultats des votations fédérales pour chacune des 2222 communes suisses. Des articles que l'on pourra même personnaliser.

    zobi.jpg

    Lire la suite

  • Les cornes oui, les couilles bof?

    genetique bovine suisse vache.jpgLa question la plus existentielle jamais posée lors d'une votation en Suisse sera donc tranchée ce dimanche 25 novembre. Faut-il oui ou non subventionner les cornes pour éviter qu'on les coupe (sur l'écornage, le  web ne manque pas de ressources ici, et notamment).

    Mais quid des parties génitales mâles qu'on coupe depuis la nuit des temps pour faire des bœufs (mais aussi des moutons, des cochons, des chapons), exception faite des taureaux de corrida et des quelques reproducteurs (cf la brochure Génétique suisse), que la nature impose encore, en attendant le genèse sans ogm du sperme artificiel. 

    Lire la suite

  • La peur une fois de plus au menu de notre RTS

    data land.jpg

    <Data>land, la nouvelle émission nationale de notre radio télévision publique prétend ce soir tout dire sur les puces électroniques cachées au cœur de nos intelliphones et leurs liens secrets avec les serveurs, qui sont eux toujours plus farcis de logiciels futés. C'est la fameuse intelligence artificielle qui trie, range des données par milliards, compare, construit des portraits robots. Des portraits robots qui nous ressemblent de plus en plus, exactement ce que recherchent les commerciaux, qui n'auront bientôt plus aucune peine à anticiper et à quantifier nos petits et grands désirs, nos petits et grands bobos, nos petits et grands états d'âmes. 

    Le fond de l'air est bleu, vert genre culture d'algue, plutôt froid, inquiétant, l'image hachée, numérique, truffée d'effets spéciaux, le ton et le fond sonore affirmé, anxiogène. Vous avez dit Minority Report, ce film de science fiction où un big brother anticipait la survenue des actes criminels?

    Pas un défenseur des robots sur le plateau. La messe est dite. Le 29 novembre 2017, avec Plus 3 degrés, la SSR nous l'avait déjà jouée terrorisante. Il s'agissait alors du réchauffement climatique. L'écran était jaune, surexposé. Caricatural! Indigne d'une télévision de service public! Cette nouvelle émission, sujet plus actuel oblige, a partiellement évité le piège.

    Lire la suite

  • L'histoire de Sylvie dans "Brise-glace" du journal "Le Temps"

    brise glace seropositive.jpgQu'est qui tue les quotidiens? La question hante les rédactions qui voient fondre leurs réseaux d'abonnés qu'elles ont si peu cultivés. C'est aussi le cas du Temps, dit son rédacteur en chef numérique dans une des dernières émissions de l'excellent Médialogue sur la RTS. Combien d'excellence dans les médias sous toutes leurs formes! Énormément. Mais voilà, il nous manque le temps et même la connaissance des choses. C'est ainsi qu'en refaisant un peu de mon retard, j'ai écouté avec attention "Le Temps est-il encore un journal?".

    Qui m'a incité à écouter Le combat de Sylvie, mère et séropositive, le dernière épisode de la saison 1 de Brise-glace, le premier Podcast du Temps (dont Le Bac à sable raconte la genèse). Saisissant.

    Lire la suite

  • Les gilets jaunes: Poujade au pouvoir!?

    gilets jaunes carte.jpgIls ne se sont pas encore trouvé un leader, les gilets jaunes, mais leur mobilisation partout en France marque sans doute une nouvelle rupture dans le champ politique hexagonal, de même nature que la déroute des partis traditionnels l'an dernier ou l'échec des syndicats des cheminots ce printemps à barrer la réforme de la SNCF. C'est la première manifestation nationale 3.0, relayée largement, il est vrai, par les radios et les télévisions.

    Eglises, partis, syndicats, les relais institutionnels sont laminés, place à la rue. Qui sera le Poujade des gilets jaunes? Qui sera le Beppe Grillo de ce Mouvement 5 étoiles à la française? (Le Eric Stauffer d'un MCG gaulois?)

    Lire la suite

  • Genève et ses "citoyens numériques"

    citoyen numérique emery torracinta 2018.jpgGenève se prépare à former des "citoyens numériques" titre mon journal préféré ce matin, illustrant son propos d'une photo des années 70 où semble rayonner une ministre devant des pc d'un autre âge. C'est inquiétant. A l'heure où tous les métiers sont peu ou prou transformés, sublimés, bouleversés quand ils ne sont pas tout simplement rayés de la carte de l'emploi, la capitaine de l'Instruction publique genevoise tire des plans sur la comète. 

    Evidemment on ne corrige pas des décennies d'errements et moins encore le cour d'un vaisseau dont tous les membres de l'équipage (sans compter les poissons pilotes assis au Grand Conseil ou dans nos facultés, veulent tenir à eux seuls le gouvernail de la pédagogie 3.0) d'un tonitruant "Barre à gauche" ou "Place aux puces" ou tant qu'à faire "Vive les GAFA". Au fait, de quel bord est la révolution numérique?

    Lire la suite

  • Pierre Maudet nous la joue-t-il à la Gérard Collomb

    Maudet et deux agents municipaux.jpgLe lendemain où sa journaliste préférée, ma consoeur Sophie Roselli, reçoit le mérité prix Jean Dumur, Pierre Maudet s'invite dans la Tribune pour rendre justice la Ville de Genève, honteusement recalée au dernier rang des smart-cities par Avenir Suisse, le labod'idées des grandes entreprises suisses.

    Pierre Maudet nous la joue-t-il à la Gérard Collomb, l'ex-ministre de l'Intérieur de Macron, redevenu cette semaine maire de Lyon? Notre président du Conseil dEtat, déchu de son trône, envisagerait-il de reprendre sa place de comaire de Genève, que son successeur Guillaume Barazzone va sans doute devoir abandonner, de gré ou par la force des urnes ou sous l'amicale pression de son parti? 

    Lire la suite

  • Les comaires de Genève doivent-ils tous démissionner?!

    audit cdc ville frais.jpg(Blog publié le 1er à 18h,
    mis à jour le 2 à 11h)  
    Quelle honte! Comment peut-on dépenser de telles sommes pour ses frais de bouche, ses costumes trois pièces, ses déplacements, des sorties nocturnes quand on touche un salaire de ministre (260'000 fr par an) pour des responsabilités pas bien élevées - les communes genevoises sont celles qui assument de loin le moins de compétences de toute la Suisse - , salaire auquel s'ajoutent des défraiements (13'200 fr /19'700 pour le maire/ + voiture + abo TPG et 1/2 CFF) et qu'on dispose de toute sorte d’occasions de déjeuner sans débourser une thune! 

    Que des avocats de haut vol, des médecins émargeant à l'assurance complémentaire (...) ou d'autres traders ou spéculateurs claquent leur fric est déjà problématique mais lorsque des élus sont ainsi pris la main dans le pot de confiture par le gendarme de l'administration, il n'y a qu'un mot: la honte. Et face à ce scandale, il n'y a qu'une action digne: la démission. 

    Lire la suite