• Demain le film. Sans lendemain!

    image.jpegLe temps maussade d'un hiver chaud un samedi soir. Et le bouche à oreille ont rempli le cinéma City. Deux personnes me l'ont dit. Va voir Demain, tu comprendras beaucoup de chose. En effet. J'ai compris beaucoup de choses. J'ai rarement vu un documentaire autant truffé de clichés, d'idées reçues, limite malhonnête, total agitprop comme on disait naguère.

    Lire la suite

  • Le Grand Carouge(Lancy) ne fera pas le printemps

    Au fond vous pourriez militer pour un canton à trois communes! Remy Pagani éclate de rire. "Oui, mais c'est impossible de changer quoi que ce soit dans les communes genevoises," me répond le politicien. Grand défenseur des quartiers contre l'appétit des promoteurs avant de devenir tiers-ministre de l'aménagement urbain (l'autre tiers-ministre est  Antonio Hodgers et le troisième tiers est Doris Leuthard et la loi fédérale sur l'aménagement du territoire) Rémy Pagani est comme la plupart des politiciens convaincus qu'il y a trop de communes à Genève et que les doublons proviennent moins de sa cuisine que de celle du canton qui s'est arrogé des pouvoirs qui autrefois appartenait à la Ville de Genève. 

    Remy Pagani serait peut-être pour la fusion de la Ville et du Canton, comme à Bales s'il était sûr d'y conserver le pouvoir.

    Lire la suite

  • Marius, Fanny, César et l'islam

    image.jpegQui les entendra ces musulmans qui disent leur dégoût, leur horreur de Daech et de ses affidés meurtriers, qui n'en peuvent plus que leur religion soit salie par des assassins, que leur croyance soit dénoncée comme explicative du terrorisme et de l'embrigadement de jeunes (d)écervelés! Je remercie mon ami Gorgui Ndoye de le dire ce matin dans son blog et j'espère que les chrétiens, les athées, les laïques, les indifférents entendront sa protestation. 

    Comme tous les pouvoirs, toutes les religions ont du sang sur les mains. Comme les pouvoirs, elles doivent grandir vers plus de civilisation. Elles doivent mieux comprendre le message qu'elle porte et se libérer des formes anciennes pour être des ferments d'humanité, des porteuses de paix. 

    J'ai revu cette semaine la trilogie de Pagnol rediffusée par Arte, Marius, Fanny, César. Admirables acteurs, admirables films. Une peinture du temps jadis qui fait froid dans le dos et nous dit combien les imams catholiques (en l'occurrence) et ceux qui leur étaient soumis pouvaient en toute bonne foi (?) casser des vies.

    Lire la suite

  • Pourquoi la boîte à idées du gouvernement genevois restera vide

    2016-01-22_104217.pngFaute d'avoir obtenu des réponses des députés élus - qui ont renoncé en décembre dernier à fonctionner mais qui n'ont pas eu le courage de démissionner - le gouvernement genevois a donc décidé d'inviter ses 35'000 collaborateurs à lui envoyer de bonnes idées pour réduire le train de vie de l'Etat de Genève. C'est ça où les 42 heures avait dit le président Longchamp et son ministre des Finances Dal Busco, le 8 septembre dernier, en présentant le détail des 7,8 milliards de francs de dépenses prévues pur 2016.

    Gageons que la boîte à idées restera vide ou presque. O, je ne dis pas qu'aucune proposition sera déposée. Je prétends qu'aucune ne sera réellement opérationnelle. Pour la simple raison qu'il ne viendrait pas à l'idée des serviteurs de l'Etat de se faire hara kiri.

    Or seule un élagage de certains services voire de services entiers (et des lois qui les fondent) peut amincir l'Etat.

    Cas 1: pourquoi ne pas transformer en fondation le service de l'égalité des sexes et exiger que d'ici à 3 ans il trouve la moitié de son financement via un crowfunding

    Lire la suite

  • Le tunnel du diable

    image.jpegPas un gosse de Suisse à qui l'on n'ait pas raconter l'histoire du pont du Diable. Pour franchir les gorges du Goeschelen, il fallait bien un pacte avec l'esprit du lucre sinon à défaut de sacrifier à bonne fortune. Selon les épiques, c'était l'œuvre des waldstatten ces vaillants paysans guerriers dont l'épopée est au cœur du mythe suisse ou dès même mais financer par les marchands et quelques entrepreneurs du lieu qui pariait sur les bénéfices du passage entre la vallée du Rhin jusqu'à la mer du nord et la plaine lombarde.

    Le second tunnel routier du Gothard est-il le tunnel du Diable?

    Lire la suite

  • Mgr Morerod à Compesières... What else?

    P1100558.JPGL'église de Compesières est la plus grande des trois édifices catholiques de l'Unité pastorale Salève. L'UP, créée formellement en 2004, s'étend sur les trois communes de Veyrier, Troinex et Bardonnex, soit quelque 15'000 habitants, dont, je suppute, quelque 6000 à 7000 catholiques. Il y avait moins de 200 personnes ce dimanche matin neigeux pour assister à la messe célébrée par l'évêque de Genève Fribourg Lausanne, dont une vingtaine d'adolescents préconfimants. Une misère qui en dit long sur l'état de l'église catholique dans ce coin de terre.

    Qu'a donc dit le berger général à cette poignée d'ouailles?

    Rien!

    Charles Morerod s'est contenté de paraphraser les lectures du jour où il était question des Noces de Cana et des dons de l'Esprit. Un discours sans relief ni intérêt que n'importe quel curé de campagne aurait pu prononcer. L'évêque du diocèse s'est comporté comme un brave petit soldat sans envergure, alors que les gens sont inquiets, désécurisés et prompts à écouter les sirènes populistes.

    On s'interroge.

    Lire la suite

  • #bettersextalk

    #bettersextalk est un des projets en vogue aux Etats-Unis qui vise à civiliser les relations entre les filles et les garçons sur les campus américains. Un article publié le 9 janvier dernier par le New York Times en dit long sur le sujet. Le problème n'est pas nouveau. Il est même vieux comme le monde.

    La domination du mâle, le flirt plus ou moins consenti, le harcèlement, la séduction des filles, les langages informelles, le passage à l'acte, la claustration des femmes, la machisme, le féminisme, le tribalisme, Cologne... Mais aussi les universités américaines.

    Nous vivons une étrange société. Le choc de la nuit de la Saint-sylvestre est démultiplié du fait que les auteurs sont étrangers, issus d'une société qui ne tient pas les femmes pour égales des hommes. Tout comme les nazis ne tenaient pas tous les hommes comme égaux.

    Le choc est violent, explosif. Des peurs ancestrales de razzias, de vols des femmes, qui semblaient avoir disparu de nos sociétés avancées, comme la famine, remontent.

    Le choc passera. Comment dépasser la peur? Comment rétablir l'empathie, la sympathie?  L'émission Le monde en face #lmef de TV5 a diffusé ce soir une émission scientifique passionnante: "Entre toi et moi, l'empathie". Un début de réponse? L'ocytocine, un médicament? Parler, mieux comprendre l'autre. Partager. Immense chantier.

  • Les Bardonnésiens paieront 208'000 francs d'impôts de plus en 2016

    image.jpegLes Bardonesiens paieront donc 208'000 francs d'impôts de plus en 2016. C'est écrit noir sur blanc dans le procès-verbal de la séance du Conseil municipal du 17 novembre mis en ligne sur le site de la commune juste avant Noël, bien trop tard pour que des citoyens ne lancent un référendum contre cette hausse d'impôt sans fondement.

    Pour mémoire, les budgets juste équilibrés de ses dernières années ont toujours menti. Par pessimisme! Les comptes ont en effet toujours fait apparaître des excédents de revenus de plusieurs dizaines et même centaines de milliers de francs, de quoi constituer une réserve de plusieurs millions de francs au bilan. 

    Pourquoi ne pas puiser dans ce trésor de guerre sans intérêt avant de lever de nouveaux impôts? Les réserves accumulées permettent de tirer 200'000 francs pendant 15 ans...

    Lire la suite

  • Quel matrimoine pour Genève?

    teresa.jpgAu bout du lac de Genève, deux femmes illustrent l'accueil de la République dans la Confédération suisse en 1815. Elles ont fière allure à deux pas de l'horloge fleurie, en un des lieux les plus bruyants de Genève. La statue inaugurée à l'occasion de l'Exposition nationale de 1896 appartient au matrimoine genevois, pardon au patrimoine genevois.

    La langue française a hérité patrimonium de Rome, qui n'a intronisé ni impératrice ni papesse.  Certes le Littré définit le patrimoine sans distinction de sexe comme "les bien d'héritage qui descend, suivant les lois, des pères et mères à leurs enfants". Le patrimoine dont on hérite, ce sont des bâtiments, des terres, des papiers valeurs, des œuvres, brefs des biens qu'on peut échanger contre monnaie sonnante et trébuchante.

    Par extension, on s'est mis à  parle du patrimoine culturel, architectural, paysager, langagier, culinaire. On célèbre des Journées du patrimoine. L'Unesco apporte son crédit aux biens inscrits au Patrimoine de l'humanité. Il y en a actuellement 1031. Ces biens ne sont pas monnayable et ils n'appartiennent à personne et donc à tous. Et coûtent voire sclérosent.

    En anglais, inheritance et heritage distinguent ces deux sens du mot patrimoine.

    Et le matrimoine?

    Lire la suite

  • L'arabe comme seconde ou troisième langue!

    image.jpegChaque jour, je lis les blogs édités sur le site de la Tribune. Parfois je m'en vais butiner dans d'autres prairies. J'y trouve toujours des fleurs, des fruits savoureux, des réflexions que je partage, d'autres qui m'interpellent, d'autres encore qui me choquent et que j'essaie de comprendre. Sur Facebook, on trouve aussi des propos stimulants, noyées dans beaucoup de banalités. Tweeter alerte et pousse les portes de l'Internet qui sont innombrables. 

    Parmi les blogs de la Tribune, j'aime en particulier celui de Rémi Mogenet. Enseignant et poète dans la vallée verte, il me fait découvrir ce que l'école genevoise m'a toujours caché, la littérature savoyarde, ses sources mystiques et mythiques, ses légendes, bref tout un monde fabuleux, qu'il présente souvent en c'ontre-point au rationalisme parisien régnant. 

    Son dernier billet met ce rationalisme au défi. Celui d'introduire l'apprentissage de la langue arabe dans l'enseignement général. Je trouve cette proposition admirable. Elle serait une formidable main tendue au monde méditerranéen et moyen oriental qui nous effraie tant.

    Lire la suite

  • Bonne année 2016? Les gens sont pessimistes

    sondage 4 janv 15.jpgLes sondages valent ce qu'ils valent, ceux que les journaux lancent sur leur site web n'ont pas la prétention d'être fondés sur des échantillons représentatifs, mais ils livrent tout de même l'air du temps assez fidèlement. Sauf rares exceptions, les résultats sont d'ailleurs obtenus au bout d'une centaine de clics. Le premier sondage publié de l'année 2016 sur le site de la Tribune ne révèle pas un optimiste à tout rompre. près de deux tiers des internautes estiment que le monde n'ira pas mieux en 2016.

    Pourtant 2015 est sans doute une des rares années sans guerre  internationale ouverte. Certes, les tensions existent, des guerres civiles peuvent ici et là déborder, la mondialisation de l'extrémisme islamique apporte son lot de victimes, le flux des réfugiés est plus visibles sur nos écrans télé et soumets les institutions à rude épreuve, la pauvreté recule mais trop lentement, l'Europe vieillit et n'est pas aussi entrepreneuriale et croissante que les Etats-Unis.

    Le monde ira-t-il mieux en 2016 qu'en 2015?

    Lire la suite

  • Dans deux ans, on réélira le gouvernement genevois

    Le Premier de l'An, j'ai remis la main - grâce du rangement - sur le petit opuscule commis par un commis de l'Etat de Genève, proche du pouvoir, il y a huit ans (deux législatures sous l'ancien ordre constitutionnel, lequel ordre n'était pas encore régi par un président durable). André Klopmann brosse par le petit bout de la lorgnette un tableau sociologico-historico-politique plutôt désabusé de la Genève contemporaine, dans laquelle l'auteur regrette de n'y plus trouver l'Esprit, dont la cité fut, dit la légende, investie, par la grâce de quelques confluences humaines, qui font du lieu rien moins, de l'avis de l'auteur, que le centre de l'Europe, sinon du monde.

    En postface, Klopmann cite trois événements survenus à l'automne 2007 qui, si je l'ai bien compris, tempèrent un peu les raisons de son pessimisme: l'échec pour la deuxième fois d'Ueli Maurer dans sa tentative d'être un des deux sénateurs de Zurich à Berne..., l'exclusion trois semaines plus tard de Blocher du Conseil fédéral, deux faits remarquables et ce bémol: l'élection le 15 novembre 2007 du vigneron-encaveur de Peissy, le citoyen, UDC lui aussi, Eric Leyvraz à la première vice-présidence du Grand Conseil genevois, "une élection inattendue qui a rompu un tournus éprouvé", note l'auteur.

    Que dirait le publiciste aujourd'hui de l'élection de deux UDC pur sucre au Conseil fédéral, dont un est ministre des Finances, de la montée du MCG à Genève et de l'élection d'un des siens - un étrange transfuge - au Conseil d'Etat et d'un autre - un Genevois qui n'a pas sa langue dans sa poche - à la présidence du Conseil municipal de la Ville? Genève est-il affecté du syndrome tessinois? En 2018, verra-t-on l'élection de trois magistrats du bloc national au gouvernement?

    Esprit de Genève, où es-tu? Es-tu galvaudé par les populistes bornés ou souffres-tu de l'absence (momentanée?) de grands hommes et de belles âmes?

    Lire la suite