Bardonnex augmente les impôts

IMG_9351.jpgPourquoi ma commune de Bardonnex, qui, à ma connaissance, n'a pas un franc de dette et détient même un bas de laine de quelques millions placés sans doute à zéro pour cent ou pas loin, augmente-t-elle les impôts de deux centimes en 2016? Le journal de la commune distribué ce jour n'en dit mot. L'information tient en une ligne, comme si elle était honteuse.

Elle découle d'une décision prise par le Conseil municipal le 17 novembre. Ce même 17 novembre le Conseil a adopté le budget 2016 équilibré comme le veut la loi, qui prévoit des dépenses de 5,68 millions. A quoi serviront ces millions? Aucun détail n'est fourni. On sait juste que le maire et ses adjoints et les conseillers ont augmenté leurs jetons de présence. Quels sont les montants? Mystère.

Et n'espérez pas en savoir davantage sur le nouveau site internet de la commune. Sous des abords chatoyants, Bardonnex.ch n'est tout simplement pas à jour. Le dernier rapport administratif date de 2004. Les derniers comptes de 2011. Et encore ceux-ci tiennent en trois lignes. On en tire tout de même une information clé. Alors que de 2009 à 2011, les budgets annonçaient des bénéfices de l'ordre de 10'000 francs par exercice, les comptes ont eux bouclé avec des excédents de revenus moyens de 300'000 francs par an. Le tout avec un taux d'impôt de 40 et 41 centimes.

C'est un article paru ce lundi dans la Tribune de Genève qui m'a mis la puce à l'oreille à propos de la hausse des impôts de Bardonnex.

A Bardonnex, le taux passera donc de 41 à 43, y lit-on. «Les investissements à venir et les charges supplémentaires liées à la petite enfance nous ont amenés à faire ce choix», explique Alain Walder, maire PDC de Bardonnex. «Une hausse de 1 point du centime signifie 100 000 francs de plus pour la Commune. Pour le contribuable, la hausse est à relativiser», tient-il à préciser. Rompez, roulez, aurait-on l'envie d'ajouter.

Ainsi Bardonnex est la seule des petites communes du canton qui doit augmenter ses rentrées à cause de la petite enfance. Mais comment font donc les autres?

Quant aux investissements à venir, ça fait des années qu'on les attend. Mais sont-ils le fruits des bons choix?

Le rachat de la cure de Compesières a coûté cher aux deniers communaux. Cet espace doit servir à agrandir la mairie. A-t-elle tant de tâches nouvelles à accomplir ma chère commune qui nécessitent de s'étendre dans un bâtiment historique qu'on va transformer en bureaux? Je serais curieux d'en connaître la liste.

Je note pour le fun que dans le même bulletin communal, on lit un intéressant appel de quelques communiers, dont un ancien adjoint PDC un ancien conseiller municipal radical et un ancien régent de l'école communale, pour loger des requérants d'asile. Qu'attend donc ma chère commune pour mettre à disposition la cure vide de tout occupant?

bardo info.jpg

L'autre opération contestable, c'est la rénovation prochaine, annoncée par le maire en première page du Bulletin communal, d'une partie des communs de la ferme de Compesières, fermée au public et sans vie depuis bientôt 30 ans. Et son corollaire, la destruction de la salle des catéchismes. Une première étape de la rénovation de Compesières. Mais que va-t-on faire exactement de la ferme? Le maire le sait-il? Il n'en dit rien. Ces investissements coûteux n'ont donc aucune urgence.

Un autre investissement est tout aussi discutable. Il concerne un hangar commercial communal situé en bordure extérieure de la plate-forme douanière de Bardonnex. J'ai déjà eu l'occasion de l'écrire. Ce n'est pas à une petite commune de construire ce genre d'équipement. Elle ne devait mettre le terrain à disposition à bon prix à une coopérative ou une société d'entrepreneurs et leur laisser le risque de l'opération.

Bref, pour toutes ces raisons et quelques autres encore, la population devrait se prononcer sur cette hausse d'impôts, vous ne trouvez pas? Selon l'article 77 de la Constitution, il faut tout de même réunir les signatures de 20% des électeurs soit près de 370 paraphes.

(en photo le pilier communal de la Croix-de-Rozon)

 

Commentaires

  • Allez! Au boulot! Référendum! Mais c'est aussi l'occasion de voir un premier effet pervers de la nouvelle con-stitution qui augmente le nombre de signatures nécessaires, ou me tromperai-je?

Les commentaires sont fermés.