Cannibale, halal, casher et Cie: notre télé et son catéchisme

Capture d’écran 2015-04-08 à 14.02.37.png"Le corps et le sang du Christ, allégorie cannibale d'un rituel très catholique...". Mais diable, quelle mouche laïque a-t-elle bien pu piquer notre télévision publique qui, cette semaine de Pâques, nous livre à l'heure du souper et de la messe du 19.30 son condensé de catéchisme multiculturel? ça a commencé lundi avec le christianisme, réduit comme le bouillon au seul catholicisme, et à la consommation forcément cannibale du corps de leur Dieu et  au pain et à l'eau durant les 40 jours de jeûne du Carême.

Mardi soir, c'était au tour des musulmans, également contraint à ne manger qu'après le coucher et avant le lever du soleil, durant le ramadan et en tout temps à vérifier que leur nourriture et d'autres comportements sont bien purs, halal.

Ce mercredi, on passera sans doute à la mode casher, puis on découvrira les interdits alimentaires bouddhistes et hindous et la semaine aura passée. Et la TSR aura rempli son cahier des charges qui est de parler de tout le monde également. Sauf que les chrétiens, qui sont encore majoritaires dans ce pays, n'auront eu droit qu'à 2 minutes 30 de "bonheur", pas une de plus que les autres.

Mais quel bouillon!

L'abbé Morard nous donne une raison toute protestante de manger le corps du Christ et de boire son sang. "Il s'agit de faire église" dit-il pudiquement. Morero au secours! Rien sur le mystère de la présence réelle qu'est en fait le rituel de la communion, rien sur le salut des pécheurs. Tout le monde il est beau et gentil aujourd'hui. Ouf, pas d'interdit alimentaire. Il n'y a plus que quelques restaurants à proposer un plat du jour de poisson le vendredi. "Heureusement il y a Pâques, fête de la Résurrection et là tout est permis", conclut la journaliste, qui pense sans doute que tout le monde sait ce que c'est que la résurrection, mais qui, sans le savoir, ne se trompe pas, sauf qu'elle a oublié l'amour. Saint-Augustin a dit: "Aime et fais ce qu'il te plaît!"

A cette sauce-là, la religion ne risque pas d'être l'opium du peuple.

<iframe src='//tp.srgssr.ch/p/rts/embed?urn=urn:rts:video:6680767' width='620' height='349' frameborder='0' name='Le christianisme est une des religions les plus libérales en matière alimentaire'></iframe>

Pas mieux du côté de l'islam. La croyante qui zigzague entre les gondoles d'un supermarché, dit: "La contrainte, c'est de lire scrupuleusement les étiquettes en petits caractères. L'observance est évidemment une libération. L’experte de service nous explique l'égorgement rituel. La croyante explique que cette pratique vide l'animal de ses toxines. L'islam est donc une simple question d'hygiène alimentaire. Quant au porc, on ne sait pas pourquoi le pauvre animal est impur. Sans doute parce qu'il est celui qui ressemble le plus à l'homme... Mais ça la journaliste ne le dit pas. Elle se contente de constater que les commerçants suivent la tendance.

<iframe src='//tp.srgssr.ch/p/rts/embed?urn=urn:rts:video:6683332' width='620' height='349' frameborder='0' name='Les interdits alimentaires prescrits par l’islam sont censés être suivis par 5% de la population suisse'></iframe>

Qu'en pense l'autorité de surveillance de notre saint média?

Commentaires

  • je viens de lire ce texte. Par chance, j'avais écouté la TSR. Tout à l'heure, le prêtre va passer dans ma chambre et offrir l'hostie. Quelques miettes de pain. Que je vais recevoir dans ma main comme on reçoit l'Amour. Et je resterai avec LUI dans le silence de l'Union. Hors espace-temps. Encore au moment où j'écris. C'est une force, une responsabilité, et ça reste un Mystère. Une consolation.
    Comme l'Esprit soufflait sur les eaux, l'Esprit de Jésus ressuscité, respire en moi, si je LUI suis présente.

Les commentaires sont fermés.