Quel est l'avenir de la presse papier traditionnelle en Suisse romande ?

image.jpgVaste question n'est-pas! Quand je tape sur Google "avenir de la presse", je tombe sur des réponses... pertinentes. Elles doivent avoir quelque chose à voir avec mes autres recherches, de sorte que les réponses que Google m'offre ne sont vraisemblablement pas les mêmes que celles que recevraient mes voisins, mes confrères, les lecteurs de ce blog - sentiments confus de solitude, de traque, de service fin et adapté.

L'exact opposé d'un imprimé en somme. Les lecteurs d'un journal formaient une communauté virtuelle qui partageaient le même lot d'infos vérifiées. Un contrat de confiance quotidien, ou presque.

Qu'est-ce qu'un journal?

Descripteur, prescripteur, transcripteur, décrypteur, un journal c'est un instantané, un arrêt sur image, dont le contenu, le même pour tous les lecteurs, est imposé par les accidents de la vie pendant 24 heures et par l'agenda politique. La politique, car les journaux traditionnels restent fidèles à çe qui les a marqués à leur naissance, au XIXe siècle. Ils sont nés d'une innovation technique, la rotative, et ont accompagné depuis bientôt deux siècle l'émancipation des citoyens, l'avènement de la démocratie et du parlementarisme. 

Gutenberg et son imprimante à bras n'a pas enfanté la Réforme protestante, mais il en a assuré l'expansion. Quelle réforme prospérera grâce à l'Internet, à l'ordiphone qui remplace désormais le papier? Plus d'informations? Plus de citoyenneté? Plus d'émancipation? Plus d'autonomie? Plus de vérité? Plus de distraction? Plus de com?

Le monde est un village mais ses quartiers restent cloisonnés. 

Voici donc ce que Google me livre quand je tape avenir de la presse. La deuxième réponse donne le titre de ce billet. 

Vos reponses m'intéressent bien sûrs.

 PS: Pierre Haski a annoncé le 6 mars au Journal du Net que Rue 89 allait passer au Mobile First. http://www.journaldunet.com/media/publishers/pierre-haski-rue89.shtml

c'est aussi le cas de USA Today et du Gardian nous dit Sarah Marshall

http://sarahmarshall.io/post/113202992138/24-takeaways-from-the-ona-london-conference-on

et de bien d'autres sans doute.

Sur la situation de la presse suisse, on lira un long papier de Cyril Jost publié par l'INA en 2010, mais toujours bien pertinent. http://www.inaglobal.fr/presse/article/les-defis-de-la-presse-suisse?tq=6. J'ai trouvé cet article en tombant sur le site INAGlobal qui proposé une entrée via une carte du monde. http://www.inaglobal.fr/carte

Commentaires

  • Personnellement, l'avenir de la presse je m'en tape. Le monde bouge, bientôt il n'y aura plus de chauffeurs de taxis puisque Google investit déjà dans un concurrent de sa propre émanation, Uber, pour un service de transports urbains sans chauffeur.
    En revanche ce qui m'intéresse ce sont les journalistes. Les personnes, leur manière de transcrire les infos.
    Malheureusement, ils sont un peu devenus des fonctionnaires ou des salariés qui craignent pour leur place. l'indépendance d'esprit, il faut la chercher.
    Je suis un optimiste et je reste persuadé que ceux qui ont vraiment quelque chose à dire et qui savent le faire trouveront toujours un moyen d'être lus.

  • je prie que la Presse reste avec nous, qu'elle se répande de plus en plus, et que les journalistes soient des annonceurs de Bonne Nouvelle, même quand le "temps" est aux mauvaises nouvelles.
    La presse écrite doit durer: combien de lecteur n'ont pas accès à un ordinateur! La Bonne Presse, comme je la connaissais, enfant, dans le Jura, nous à ouverts au monde.

Les commentaires sont fermés.