C'est quoi l'opium du peuple aujourd'hui?

opium pavot.jpgLes jeunes socialistes de Genève demandent que le Parti socialiste suisse retire de son programme l'adhésion de la Suisse à l'Europe. L'Europe est à la peine. C'est une évidence. L'élan des pères fondateurs s'est figé dans une histoire qu'on n'apprend pas à l'école. Les peuples de l'Europe ne font plus assez d'enfants. L'Europe vieillit, elle va se dépeupler. Les peurs ont fait la place à l'espoir d'un monde meilleur.

Certes, l'Europe fut et est l’œuvre d'entrepreneurs soucieux de leurs intérêts - le pourquoi du coup de la JS - mais de politiciens soucieux d'éviter au continent un troisième cataclysme armé - on en les remerciera jamais assez. Le temps de "tous les prolétaires unissez-vous" est passé. Et voilà que cette Europe qui ouvre les frontières et met les travailleurs sur le même pied, trouve sur son chemin la Jeunesse socialiste genevoise... Marx doit se retourner dans sa tombe.

Quatre jours plus tard, la même JS réclame qu'on baptise une rue de Genève du nom de Mandela. Des élus du Conseil municipal de la Ville, qui adorent voter des résolutions pour le monde, ne manqueront pas de relayer cette demande. Et je suis prêt à parier qu'une majorité soutiendra cette initiative BCBG comme on disait naguère.

Mandela force évidemment le respect. Il a résisté à l'oppression. Il a permis une transition sans effusion de sang dans son pays. Espérons que ses successeurs sauront demeurer dans ses pas. Mais qu'a fait Madiba pour changer le monde? Moins sans doute qu'un Jean Paul II, dont, que je sache, la JS n'a pas demandé qu'une rue de Genève porte son nom...

Ces quelques propos de travers pour rebondir sur un article du bimensuel de The Economist Intelligent Life. Le magazine a interpellé six écrivains d'expression anglaise of course avec cette question: Qu'est-ce qui est l'opium des peuples aujourd'hui? Les réponses ne manquent pas d'intérêt et sont diverses:

- la nourriture, fast ou slow food, bio ou ogm, l'alimentation nous fascine, même si la peur de manquer s'estompe et que nous dépensons bien plus pour notre santé que pour manger.,

- les enfants, qui manquent et que nous adulons donc,

- la célébrité, que l'on peut acquérir via Facebook pour le meilleur et pour le pire

- l'internet, qui nous connecte

- l'air marin,

- les objets de design.

Un sondage bien sûr interpelle les internautes qui sans surprise note que le nouvel opium est l'internet, suivi des enfants et de la célébrité.

En Suisse, l'opium du peuple, c'est sans doute le capitalisme, qui a fait la fortune des caisses de retraite et dont les hoquets récurrents inquiètent les rentiers. La célèbre shareholder value n'est pas le fruit défendue que des seuls barons de l'économie, ventrus et fumant le cigare, mais aussi des petits porteurs que nous sommes tous.

Commentaires

  • Je trouve vraiment dommage qu'aucun "journaleux" à deux balles ne parle de Winnie, épouse héroïque de Nelson.

    Quant à Facebook ... ce développeur du narcissisme ambiant ... poster des photos de sa "gueule" prises devant un miroir ... ohhh ... le scoop !!!

  • Hello Jean-François, je fume vite "mon herbe" avant d'aller au travail... oui, je partage aussi l'idée de l'ouverture des frontières. Mais je pense que l'initiative des JS est une contre-réaction aux travers du dumping. Mauvaise contre-réaction, comme celle de certains verts à vouloir limiter la population en fermant les frontières. J'espère toujours qu'on trouve d'autres solutions que la fermeture, au sens propres et au sens figurés. Je n'aime pas la notion de contrôle non plus, mais pour les conditions de travail, c'est mieux en attendant mieux.

    Bonne journée !

    Geneviève

  • Cher Monsieur Mabut, juste une réflexion aux 3ème et 4ème paragraphes:
    a)"une rue de Genève du nom de Mandela" comme le souhaitent les jeunes socialistes: je me joins à eux. Genève, la Genève internationale y compris, a accueilli combien de militants, d'exilés, d'expulsés sud-africains, en groupes, ou personnellement, chez eux, partageant le logis et la nourriture et surtout la solidarité. Je pourrais en nommer! L'aéroport, l'ONU, le COE, la Jeunesse étudiante chrétienne, l'UNI, le CUC et la Cotmec et j'en passe...!proche aussi un peu plus tard, le secrétariat du MAAS (Mouvement anti-apartheid suisse) Des personnes admirables! Je peux en nommer! Genève c'est tout un monde et les Sud-africains sont infiniment reconnaissants et Genève mérite un Rue Mandela!
    b) "Mais qu'a fait Madiba pour changer le monde?" Il a donné sa vie, avec tout un peuple déshumanisé! Oui, l'Afrique du Sud est un microcosme du monde et un nouveau monde souffre des douleurs de l'enfantement!
    Nombre de ses successeurs l'ont déjà trahi et sont en train de le trahir même en ces jours de deuil national!!! Et par l'hypocrisie des plus grands de cette pauvre planète! Mais Jésus n'est-il pas trahi à longueur de siècles?
    Jean-Paul 2 a fait l'expérience du système communiste soviétique. Et le peuple polonais était déshumanisé par le système soviétique. Promu pape, il a exercé son pouvoir et a contribué au renversement du mur de Berlin (J'étais en Allemagne le jour de cette démolition!)Donc son pouvoir politico religieux a contribué à changer les pays occidentaux chrétiens (l'Europe). Pour une Europe qui se construit.
    Nous avons fait l'expérience - dans notre chair - du système "Christian National Socialism" de philosophie et de pratique nazies. Nous avons connu les murmures, peu avant De Klerk, des possibilités d'une "solution finale". Pas ou peu de "chrétiens" pour nous encourager, nous soutenir dans la lutte de Mandela! La honte de se faire étiqueter "marxistes et athées" par les autorités religieuses (y compris à Rome!)au Vatican!
    Je ne veux même pas mentionner l'Amérique latine,les communautés de base, la théologie contextuelle, dont Jean Paul 2 était viscéralement méfiant.

    Madiba pardonne et "nous aime" a-t-il clamé à Genève justement lors de sa visite en 1990. Et il inclut ses ennemis...tous. On ne peut pas faire moins.

Les commentaires sont fermés.