Aider la presse, forger l'opinion...

Les Socialistes veulent donc taxer les pub et le flux des données pour soutenir la presse d'information. Il en irait de la bonne santé de la démocratie. L'information est sans doute essentielle aux citoyens pour forger son opinion comme on dit aux feux des débats.

Forger une opinion comme on forge un fer à cheval. Sauf erreur, la forge a autant d'effet pour éliminer les impuretés, notamment le carbonne et durcir le fer, que pour le former au sabot du cheval. Un homme de métier le forgeron, qui sait manier la masse et frapper fort sur l'enclume, qui connaît les secrets du feu et des métaux. Aujourd'hui les forges industrielles fabriquent des aciers de mille qualités particulieres.

Que forge le journaliste? Est-il le seul à tenir la masse? Son indépendance est-elle garante de la qualité de ses papiers? Il fut un temps où les forges furent soutenues par les États. Le forgeron était au cœur de l'industrie de l'armement... Aujourd'hui c'est le fondeur de puces électroniques qui dominent les armes mais aussi la fabrication et la diffusion des informations.

J'écris ces lignes sur mon iPad, un outil conçu en Californie, fabriqué en Chine, qui tourne sur un logiciel propriété d'une des plus grosses multinationales américaines, qui me connecte au monde entier grâce à Swisscom (ou d'autres) et me met potentiellement sous le contrôle des grandes oreilles du président démocratiquement élu Obama...

Quelle est ma liberté? Est-ce que les 200 millions du PSS peuvent y changer quelque chose ou me garantir que si j'en touchais quelques pieces je forgerais mieux l'opinion publique glocale? Au fait les blogueurs individuels, les politiciens (au sens large) qui défendent leurs idées sur Facebook et contribuent à forger l'opinion publique recevront-ils quelques miettes de la manne socialiste? Sera-t-elle au contraire réservée aux professionnels des médias regroupés en rédaction? Sous quelle forme? Un site comme lesobservateurs.ch ou le magazine en ligne Domaine public seront-ils éligibles à recevoir cette aide? Questions essentielles.

Une chose est vraie. Le public tient l'information dans le même statut que l'air pur, il en a un besoin vital, mais n'est pas prêt à le payer. Pourtant l'air pur coûte surtout dans les villes et les pouvoirs publics se dépensent pour le conserver aussi propre que possible.

Commentaires

  • Très bon développement d'une idée socialiste pour égayer l'été ... !

    Je ne crois pas un seul instant que cette manne providentielle permettra la parfaite indépendance des journaux.

    De plus, le "Courrier" à Genève, journal de gauche, est régulièrement confronté à des difficultés de trésorerie.

    Qu'en pensez-vous ?

  • Ce serait tout de même bien de trouver un moyen d'encourager le journalisme d'investigation dont le modèle ne semble plus viable.

Les commentaires sont fermés.