Agenda 21, mais à quoi ça sert!

Atention sujet tabou. Surtout ne pas mettre en doute le réchauffement climatique et la part que l'homme y prend en consommant, pardon en gaspillant - péché de gourmandise  - les strocks de pétrole et de gaz patiemment accumulé par la nature pendant des milliers des millénaires. Pas de doute non plus que la sobriété joyeuse sauvera la terre et ses espèces, même l'homme, contre son gré s'il le faut. Bref tout ça se bouille dans la marmite de l'Agenda 21. Imventé en 20, l'Agenda effeuille les pages du calendrier dans chaque commune de ce beau canton qui est le nôtre.

La Ville rend public, ce jour radieux - entendez-vous les rossignols chanter - son premier portrait économique. Dis moi miroir, suis-je la plus prospère? Oui, répond la HEG-Genève, désignée portraitiste experte, dans un gros rapport, dont on ne connaît pas le prix. C'est la version allégée, "accessible au plus grand nombre", qui fait l'objet d'un document de 22 pages.

Il a fallu aller piocher dans les dernières statistiques. Pas toutes neuves les statistiques. Elles sortent du recensement des entreprises 2001-2008.

Et tout ça pour quoi? "Pour réfléchir aux fondamentaux économiques qui gouverne le développement..." répond la maire qui tourne chaque 1er juin selon un carousel bien établi. "Et de se poser une question essentielle: ce modèle économique est-il souhaitable, est-il soutenable sur le long terme?"

L'étude ne donne pas la réponse. ODemande-t-on à un baromètre de modifier le bal des cyclones et des anticyclones qui gouverne le temps?

Ne reste donc plus à Sandrine Salerno à inventer la machine à faire le beau temps durable...

Les commentaires sont fermés.