L'école genevoise: un dinosaure, une église

ge home du 2 mars.jpgJ'ai assisté jeudi soir, dans ma chère commune de Bardonnex, au point de situation organisé par la Mairie sur le projet de la nouvelle école de Compesières. Il y a plus de 20 ans, la commune a acheté la ferme de Compesières et six hectares attenants. Une nouvelle école devait y trouver place et remplacer ou agrandir l'école actuelle construite en 1899 par l'architecte Camoletti, alors en vogue à Genève, qui a laissé à la République nombre d'écoles et le musée d'art et d'histoire, devenu monument intouchable.

En 2013, l'ancienne école est toujours là, pleine d'élèves, flanquée de trois pavillons provisoires, le premier a passé 30 ans d'âge, le dernier en date a été bâti en urgence au printemps 2011 par la commune à la demande du DIP qui un an auparavant avait demandé et obtenu la fermeture d'une petite école à Croix-de-Rozon, où vivent deux Bardonésiens sur trois. Ce dernier pavillon qui a coûté 2 millions doit être démoli en 2017, car il est au bénéfice d'une autorisation de construire précaire...

On trouvera le compte rendu de cette soirée sur le blog de Bardonnex à cette adresse http://bardonnex.blog.tdg.ch.

Lors de cette soirée, rien n'a été dit sur ce que pourrait être l'école dès 2020 ou en 2030. Cette absence de perspectives et d'information dans un domaine aussi crucial m'a d'autant plus interpellé qu'au début février l'Etat de Genève a convié "une centaine de leaders d'opinion et dirigeants d'entreprises genevois à échanger leurs vues sur l'impact de l'innovation digitale dans leur travail et leur vie quotidienne". Voir à ce propos la FAO de cette semaine reproduite sur le site de l'Etat de Genève.

L'école serait-elle un dinosaure rebelle à la déflagration de l'Internet qui ne l'a pas encore tuée ou une église dans laquelle on se réfugie contre les hordes de sauvages bardés de smart phones et parlant un étrange langage? Genre: "Ok g nial mé j doi etre 2 aven 00h kar je ve D je né ché gran-mer pr dimanch"

Première question donc. Ne serait-il pas opportun de s'informer sur ce que pourrait bien être l'enseignement, l'école primaire dans 10 ou 20 ans, car au train où vont les choses, ce n'est pas avant 2020 ou 2030 que la nouvelle école de Compesières verra le jour, si tant qu'il fasse la bâtir à Compesières.

La construction d'une école primaire est encore de la compétence des communes. Très encadrées les communes. Elles ont juste le droit de payer. Tout le reste est borné par le DIP et les experts es pédagogie qui peuple le dinausaure - ou est-ce un église? - du bas en haut.

Petite question donc pour ne pas faire long. Peut-on imaginer que d'ici 10 ans, le DIP aura mis en place une nouvelle stratégie d'apprentissage des langues consistant par exemple à créer des classes bilingues dans certaines écoles, profitant de la formidable diversité culturelle dont Genève s'honore? Des filières anglais-français, portugais français, kosovar français, allemand français, catalan francais, italien francais, russe francais, espagnol francais, arabe francais,... Bref, que dès l'âge où l'apprentissage des langues se vit presque naturellement dans les familles bilingues, tous les petits Genevois ou du moins ceux qui le souhaitent puissent profiter d'un bain linguistique dans tout ou partie de leur scolarité obligatoire.

Quel ministre de l'éducation cantonal aura cette audace? Réponse le 6 octobre ou le 10 novembre prochain?

Les commentaires sont fermés.