#cobaty: Aménagement du territoire, le PDC coupé en trois

IMG_2581.JPGEtrange soirée à Uni Mail. Doris Leuthard a fait salle presque comble. A l'invitation de Cobaty, un club international de bâtisseurs, la conseillère fédérale PDC est venue en terre genevoise vendre la révision de la loi sur l'aménagement du territoire. Elle n'a pas forcé son talent.

A-t-elle convaincu? Réponse le 3 mars prochain. Charles Beer qui l'a accueilli votera oui comme le reste du Conseil d'Etat. Et le public? Le modérateur n'a pas procédé à un sondage d'opinion au terme d'un débat qui n'en était pas un, chaque intervenant se contentant d'exposer sa conviction à tour de rôle. (On peut retrouver l'essentiel du débat en une vingtaine de tweets sur #cobaty).

Blaise Matthey est contre la nouvelle loi parce que la loi actuelle lui convient. Elle énonce depuis 40 ans de beaux principes que les cantons n'appliquent pas ou peu ou à leur gré. Le patron des patrons genevois est de ceux qui croient que le peuple suisse aurait balayer l'initiative de Pro natura et qu'il n'y avait pas besoin de lui opposer un contre-projet indirect. Il ne veut donc pas de cette mouture un brin plus coercitive de la Berne fédérale. Dit en termes plus campagnards, cela donne dans la bouche de Luc Barthassat: Nous ne voulons pas du renard dans le poulailler. Que le candidat PDC au Conseil d'Etat, qui se dit agriculteur, soit en porte-à-faux avec AgriGenève n'est relevé par personne.

Ancien constituant - éphémère - PDC, Philippe Roch aurait bien voulu que les Verts ne se bercent pas d'illusions. Ils ont promis de retirer leur initiative si la nouvelle loi sur l'aménagement du territoire est votée le 3 mars. Le citoyen de Russin qui ferme la porte de son poulailler pour empêcher le renard d'y pénétrer était contre. Il craint que le Conseil fédéral futur, qui sera chargé de gourmander les cantons peu zélés dans l'exécution de la loi, soit aussi mou que celui qui a appliqué la LAT ces dernières décennies. De fait les cantons rebelles n'encourent aucune sanction d'aucune sorte. Ainsi va le fédéralisme.

Bizarrement Cobaty a invité l'ancien patron de l'Office fédéral de l'aménagement du territoire pour défendre la nouvelle loi qu'il a contribué à élaborer. Un pro. Tout de même, ça faisait deux anciens hauts fonctionnaires de la Confédération dans le camp des pour. Un message subliminal de cobaty? J'aurais bien aimer entendre Robert Cramer ou Michèle Künzler ou François Longchamp sur le sujet.

NB: J'avais déjà à plusieurs reprises tester la rédaction en ligne, au fil des débats, lors des premières session de la Constituante. J'ai ce soir tenté de restitué le débat via des Tweets. On peut les retrouver ici #cobaty. 140 signes, ça contraint à une certaine concision. Au prix parfois d'une langage un peu hermétique sans doute. Un exercice amusant.

Les commentaires sont fermés.