Les indignes qui n'ont pas le droit de s'indigner

Roms évacué passerelle Jonctio.jpgHier à la radio, petit reportage sur nos indignés des Bastions. Face aux indignés du Mur des Réformateurs, une jeune campeuses nous explique son quotidien: la cuisine, la bibliothèque dans une caisse à pommes, les AG, le tipi où l'on se réfugie quand il fait froid. Rupestre et honorable à souhait mais sans perpectives, souligne le géniteur de ce mouvement.

Stéphane Hessel en profite pour faire la promo de son dernier livret: "Engagez-vous!", la suite de son petit brûlot "Indignez-vous!".

- Engagez-vous où? demande le reporter?

- Dans les partis politiques, dans les institutions démocratiques, souligne le vieux résistant, qui était encore hier soir sur Arte parmi les témoins européens, déportés pour opposition au nazisme.

"Les Roms, que la police déloge sous les feux des médias, n'ont pas le droit de s'indigner", me lance Marie-Cécile. D'un trait, nous voilà renvoyés à la réalité, les indignés des Bastions et toute la société genevoise.

podcast

Commentaires

  • Vendredi 28 octobre à 16 :00, au camp des Indignés du parc des Bastions, un atelier « Après vous être indignés, comment vous engagés ? »

  • "engager" Charly, "engager"...

  • Les Roms ont le droit de s'indigner, ils en ont le devoir, mais en aucun cas contre nos Institutions, et encore moins contre la police, mais bien contre les autorités de leur pays, et autres voisins terres historiques de cette population, sur le traitement dont ils sont victimes, là-bas !

    ABE

    Minet.

  • "en aucun cas contre nos institutions et encore moins contre la police"... mais qui donne (ou dénie) à qui le" droit de s'indigner" ? C'est un droit qu'on prend, pas un droit qu'on reçoit...

  • "mais en aucun cas contre nos Institutions, et encore moins contre la police"

    Si je peux me permettre si l'Homme au cours de son histoire ne s'était pas rebellé contre les autorités, la plupart des droits dont vous jouissez n'existeraient pas.

    La rebellion contre la police n'existe pas. La police protège simplement les institutions. Elle n'est qu'un pantin comme le peuple. Jusqu'à ce qu'elle finisse par prendre partie pour le peuple car il n'y a que le peuple qui est légitime.

  • Ce ne sont pas ces indignés d'opérette, bobos-branchés-baba-cool, qui vont s'engager.

  • @JFM
    Mais quand donc les suisses ont-ils le droit de s'indigner?

    car pour peu que l'on s'aventure hors des clous
    définis par Mr. X et Y,
    c'est le sabre des blogs qui s'abat et sable tous commentaires! comme celui-ci...?

    Avant de se plaindre d'une absence de droits d'indignés,
    faudrait déjà pouvoir les accepter ici, mister Mabut, non?

    car pour l'instant, il y a "cristallisation" d'opinions désignées comme acceptables:

    et pour ex,
    tous commentaires pour défendre les Roms dans leur situation de clandés y incl. fondant leur légitimation à tous délits sont OK,
    aucun commentaire contradictoire n'est accepté.

  • ça, ça m'a déjà sauté aux yeux...

    Il y a une branche de population, sympathique, certes, mais un peu risible, qui saute sur chaque occasion de manifester leur marginalité: ils font feu de toute occasion pour sortir tentes, tippis, yourtes, guitares et feu de camp, banderolles, etc...

    Ces indignés là me font sourire, et n'ont pas grand chose à voir avec le mouvement des citoyens que la crise met sur la paille.

  • La Suisse, une fois de plus, ridiculisée si on ajoute le Blancho à la liste!

Les commentaires sont fermés.