Veyrier pour la construction de 1200 logements à Vessy: vraiment?

barth facebook 2 oct 20111.jpgSurprise, sur sa page Facebook, je découvre la profession de foi de Thomas Barth, maire de Veyrier, libéral bon teint et soudain défenseur de l'urbanisation des Grands Esserts [cliquer sur l'image pour l'agrandir]. A la clé: 1200 logements à Vessy.

Comment donc Mark Müller a-t-il réussi à convaincre Veyrier, banlieue résidentielle sans forme, qui a acquis le titre statistique de ville, alors que la commune a longtemps bataillé contre les Grands Esserts, contestant le projet cantonal jusqu'au Tribunal fédéral et lui préférant l'urbanisation d'une couronne autour du village, toujours qualifiée de priorité sur le site internet de la Tribune?

A mon avis, le libéral Barth nous fait le coup de la gauche en Ville de Genève.

Souvenez-vous! Le premier  projet de déclassement du quartier Praille-Acacias Vernets étaient contesté par la gauche. Pourtant la gauche, majoritaire en Ville de Genève a accepté le préavis favorable au déclassement. Ce qui a permis à la gauche de lancer un référendum et de brandir cette épée de Damoclès sur la tête du patron de l'aménagement du territoire.

Coup réussi, Mark Müller a négocié avec Christian Grobet et les syndicats et le deuxième projet de loi a vu le nombre de logements sensiblement augmenter. Mieux tous les terrains de l'Êtat - la majorité des terrains du PAV - devront être des bâtiments locatifs et 70% d'entre eux devront répondre aux critères des LUP (contrôle des prix pendant au moins 50 ans, propriété des immeubles par des entités publiques ou assimilées).

Je parie que Veyrier va nous rejouer le scénario. Mardi soir, suivant son conseil administratif, les conseillers municipaux  voteront donc l'urbanisation des Grands Esserts. Et se réjouiront en cachette que des opposants lancent un référendum. Le peuple de Veyrier pourra donc voter et dire non aux Grands Esserts. Il sera alors temps de négocier

  • un projet réduit (de moitié comme les communaux d'Ambilly sabordé par Isabel Rochat)
  • la prise en charge des infrastructures notamment des écoles par le canton (un scandale quand on connaît la richesse de Veyrier) et
  • un désenclavement des Grands Esserts. Y construira-t-on une halte du Ceva (malheureusement ce rendez-vous a été manqué et dit combien le tracé de 1900 est absurde aujourd'hui) ou peut-être un téléphérique...

A voir ou à revoir, l'interview de Thomas Barth, le 23 novembre 2009.

Commentaires

  • La vacuité des propos de M. Barth, notamment concernant les "problèmes" du site des Grands Esserts, sont juste consternant...
    .
    Pourtant, il est un peu jeune pour pouvoir espérer de conserver le statue quo (Veyrier = ghetto pour riches) jusqu'à sa mort...

Les commentaires sont fermés.