Pascal Décaillet, Eric Leyvraz et le nucléaire?

thorium.jpgPeut-on sortir du nucléaire? Dans les décisions qui sont prises ces jours d'abandonner le nucléaire, on semble avoir oublié au moins trois choses.

  • Le tremblement de terre exceptionnel qui a ravagé la péninsule nipponne et qui est à l'origine de l'accident nucléaire,
  • le mode de gouvernance japonais qui a confié la politique énergétique à quelques-uns sans grand contrôle démocratique et
  • le réchauffement climatique, dont on n'entend plus parlé alors que l'Europe vit le printemps le plus chaud depuis le début du siècle. Un mal chasse l'autre...

 

On aura donc des centrales à gaz et à charbon et l'on espère réaliser en dix - l'Allemagne - ou vingt ans - La Suisse - des économies d'énergie sans précédent et construire une société où la sobriété sera exemplaire. Pour le reste, on compte sur les progrès des technologies solaire, géothermique, biologique, marine, éolienne, physique, chimique, électrique...

Ces deux derniers jours deux billets de la blogosphère de la Tribune ont retenu mon attention. L'un est signé Pascal Décaillet. Il tire le portrait élogieux de l'auteur de l'autre billet, le vigneron Eric Leyvraz de Peissy. Ce dernier blogue à l'occasion. Trop peu à mon goût. Sa dernière note s'intitule "La filière du thorium". L'ancien président de l'UDC genevoise s'y affiche avec son élégant nœud papillon.

Il est selon Pascal Décaillet un « cinglé d'énergie ». Est-ce que cette passion en fait pour autant un expert?

J'ai donc pris le temps de taper "filière du thorium" sur le net et suis tombé sur une fiche du Commissariat à l'énergie atomique le CEA français. Je ne suis pas un expert, mais la lecture de cette fiche m'a convaincu que la filière du thorium présente au moins autant d'inconvénients que d'avantages et quelques défis technologiques redoutables. Bref si le thorium est abondant, son exploitation est loin d'être simple et n'échappe pas non plus au cycle du plutonium. Ce qui n'est évidemment pas une raison pour ne pas poursuivre les recherches à ce sujet.

L'espace est une conquête commune, la sécurité énergétique de la planète est toujours un enjeu national et économique. Peut-être faudrait-il confier à l'Agence internationale pour l'énergie nucléaire des compétences accrues de mise en commun des savoirs et des expériences acquises au coeur des laboratoires de recherche.

 

Commentaires

  • Haha vous nous sortez le coup du réchauffement climatique? C'est un comble! Aux dernières nouvelles pour vous, c'était une grand conspiration d'ayatollahs écolos en sandales, non?

  • Le réchauffement climatique est une évidence et les températures plus élevées que la normale de ce printemps étaient prévisibles puisque le soleil étant passé par son minimum deux ans plus tôt reprend de l'activité.

    Quant au CO2, il ne faut pas être hypocrite, tout le pétrole, gaz, charbon qui pourra être extrait du sous-sol le sera. Le problème n'est donc pas tant la consommation que la production. Et les profits générés sont tellement colossaux que tout limitation de cette production est du domaine du voeu pieu. Ce ne sont pas les mesures alibis qui changeront quoi que ce soit. De la poudre aux yeux, seulement destinée à pomper encore plus d'argent aux consommateurs déjà abrutis de taxes (comme au Moyen Age!), à culpabiliser les consciences, et à accroître les inégalités entre les citoyens. L'économie et non le politique mène le monde. Les politiques ont abdiqué toute vision du futur, ils ne font que gérer le monde (très mal!) au profit de leur copains patrons de multinationales apatrides. Malheur à la masse des sans grade! Bonheur de la nomenklatura! La démocratie est un mot vide de sans quand sont interdites et réprimées des manifestations pacifiques en Espagne et en France. Paroles confisquées au profit d'un petit nombre qui se sont répartis les rôles. Journalistes compris.

    Une purge s'impose qui a pour noms décroissance, démondialisation, dépopulation. Il temps d'une prise de conscience pour adopter un programme qui puisse se réaliser dans la paix. Quand viendra la fin du pétrole (ce n'est qu'une courte parenthèse dans l'histoire de l'humanité) il sera trop tard. Les trois dé-s se feront alors dans la douleur, par une troisième guerre mondiale.

  • Johann: je crois que vous avez totalement raison! Et la 3ème n'est plus si loin! Mais peut-être que nous aurons encore d'autres surprises bien avant! je ne crois pas par exemple que les Allemands vont être tellement d'accords de payer les pots cassés des pays endettés jusqu'au cou. Mais qui sont les auteurs de ces endettements sinon les propres politiciens qui, comme vous dites si justement, gèrent le monde,mais très mal! Il suffit de lire les blogs dans la presse économique d'Allemagne: c'est effrayant! On parle même de forêts...qu'il n'y aurait pas assez d'arbres pour pendre tous les responsables (ce n'est pas moi qui le dit!), serait-on à l'orée d'une guerre civile, avant la 3ème??
    Quant à l'énergie, j'ai une toute autre idée là dessus. Il y a des solutions mais que personne ne veut suivre, finances avant tout! Voir mon blog les autres énergies dans cette même tribune

Les commentaires sont fermés.