Genève dit oui de justesse à l'initiative socialiste et non à l'UDC

28 féd ge.jpgGenève dit oui de justesse à l'initiative socialiste pour des impôts équitables. La Ville l'accepte à 56 %. Le texte vise à fixer un taux d'impôt minimal pour les très hauts revenus, afin de lutter contre la sous-enchère fiscale et le tourisme fiscal.

Le canton rejette l'initiative UDC et plus encore le contre-projet sur l'expulsion automatique des étrangers. Les partisans de l'initiative représentent 45% du corps électoral. A noter qu'Onex, Vernier, Meyrin, Jussy et Aire-la-Ville disent oui à l'initaitve UDC.

La participation dépasse 53%. [cliquez sur l'image pour l'agrandir et sur ce lien pour suivre le dépouillement en direct]

Le rejet par les Genevois de l'initiative UDC et du contre-projet était attendu. Il est relativement faible. Il augure d'une adoption de l'initiative au niveau suisse. Ce que confirment les premiers résultats cantonaux sur le coup de 15 heures. A l'heure du bilan, les socialistes portent une lourde responsabilité dans l'échec du contre-projet, de même que les milieux économiques qui n'ont pas investi un franc pour lutter contre l'initiative UDC.

La Suisse aura quelques difficultés à mettre cette nouvelle législation constitutionnelle en harmonie avec les Accords de Schengen et la Convention européenne des droits humains. Nul doute que la blogosphère, plus proche de la sensibilité du peuple, manifestera son soutien à cette décision populaire, comme elle l'avait fait l'an dernier lors de l'interdiction des minanrest.

Le rejet de la violence, des voleurs et des gangs meurtriers est évidemment légitime. Reste que le vote d'une double peine automatique à l'égard des délinquants étrangers et donc de la création de deux catégories d'êtres humains sont intolérables. Une fois de plus la question de la démocratie est posée.

Il est sur en effet que l'initiative UDC ne supprimera ni les hold-up ni la contrainte et encore moins les germes de cette violence que nous portons tous peu ou prou en nous. Je renvoie à ce sujet à la prochaine réflexion que l'avocat genevois Raphaël Baeriswyl donnera jeudi prochain à 12h30 au temple de la Fusterie.

La volonté populaire a néanmoins ceci de bon qu'elle exercera une pression accrue sur le Département de Calmy-Rey et celui de Sommarruga pour qu'ils fassent preuve d'inventivité législative et diplomatique, notamment pour trouver une solution face aux délinquants "apatrides" au sens où leur pays d'origine refuse de les reconnaître.

Nous allons sans doute entendre à nouveau parler de camps d'internement des criminels étrangers désormais expulsables, mais qu'aucun pays ne veut accepter.

 

 

Commentaires

  • Par Lyonnais_du_69 le 28.11.2010 - 22:15

    Voilà une mauvaise chose de faite !

    - Il est regrettable d’avoir à inscrire dans la Constitution des dispositions aussi détaillées, qui devraient plutôt avoir leur place dans le Code pénal.

    - Il est regrettable d’avoir à inscrire dans la Constitution des dispositions discriminatoires à l’égard des étrangers.

    Il suffisait d’inscrire dans le Code pénal une liste de crimes et les conditions dans lesquelles leur auteur est automatiquement renvoyé dans son pays d’origine :
    - sans aucune discrimination, y compris pour les Suisses !
    Voir le dessin de Stef dans 20minutes :
    http://www.20min.ch/diashow/32594/244criminels-60e91ffe74abb0c4fb3769ef3...
    Merci à B12 et Vitamine..de rien !

    Tant qu’à faire, autant prévoir aussi que TOUS ces criminels-là purgent leur peine dans leur pays d’origine.
    Des accords bilatéraux seraient faciles à négocier avec TOUS les pays concernés :
    - En offrant de prendre en charge le coût du voyage ;
    - En proposant une indemnité journalière ;
    - En finançant une mesure de réinsertion dans ces pays.

    Un détenu coûte environ 300 francs par jour aux contribuables, sans compter le coût de construction de la prison, ni les désagréments car personne ne veut d’une prison dans son voisinage.
    Sans compter les effets désastreux d’une surpopulation carcérale.

    Ces accords bilatéraux seraient à inclure dans les projets de développement local.

    Maintenant, aux généreux 69’950 Genevois de s’impliquer :
    - en s’inscrivant comme visiteur de prison ;
    - en se portant garant d’un prisonnier pour sa libération anticipée ;
    - en offrant l’hospitalité à un prisonnier libéré ;
    - en l’aidant pour sa réinsertion ;
    - etc…

    PS :
    À qui devons-nous attribuer cette monstrueuse affiche ?
    « NOUS SOMMES TOUS DES ÉTRANGERS CRIMINELS »

    Quel lamentable auto-goal, associer « ÉTRANGERS » & « CRIMINELS » !
    Suggérer un rapport avec "Nous sommes tous des Juifs allemands"
    est une comparaison honteuse !

Les commentaires sont fermés.