Déçu en bien comme disent les Vaudois

tg une du 13 oct.jpgOn m'a changé ma Julie! Après l'âme, longtemps incarnée par Sandra Mamboury - qui, entre nous, tarde à bloguer ;-) - remplacée à la rentrée par sa nouvelle personnification pleine de promesses, voilà qu'on rénove la Julie de fond en combles.

Bon, les blogs, qui font tout de même plus de 250'000 visiteurs uniques par mois, sont tombés dans les caves de la page 36 de ce mercredi historique 13 octobre. Il faut bien occuper les pieds de page. Un nouveau défi comme on dit dans les écoles de management. Les mineurs du Chili parlent d'une nouvelle naissance... J'espère bien franchir à Noël la barre des 300'000 visiteurs. Chers blogueurs, faite la promo de votre blog! (mode d'emploi ici).

A part ça, plutôt réussie cette nouvelle formule, vous ne trouvez pas? Perso j'attends la version Ipad promise pour décembre.

A propos de l'Ipad, lui et ses déclinaisons vont, je n'en doute pas, révolutionner les médias et pas que le média genevois fondé en 1879 par le colonel américain Bates. Même si la pratique de l'appareil démontre que le papier au format berlinois, celui de la Tribune, conserve des atouts: notamment pour le feuilletage, la dimension, la mise en page et des infographies savantes encore à inventer.

Vont-elles, les tablettes, pour autant financer les rédactions? Dans un récent article, me racontait hier Daniel Cornu, le Monde signale que le Times de Murdoch passé entièrement au payant s'en trouve bien. Mais aucun chiffre n'est révélé.

La lettre interne d'Edipresse Idéepresse relayait hier toujours le gros coup de blues du deuxième quotidien espagnol el Mundo. Voici ce qu'écrit Martine Lamunière qui tire l'info de AFP-MediaWatch

El Mundo, le grand journal madrilène, deuxième quotidien du pays et premier site mondial d'information en espagnol avec 26 millions de visiteurs uniques, connaît un gros coup de blues. Et un grave problème très shakespearien: «Etre ou ne pas être sur le web, telle est la question», résume Inaki Gil, son directeur général adjoint. Car, même avec un nombre record de visiteurs uniques -- atteint cet été grâce à la Coupe du monde de Football et une audience croissante en Amérique latine --, El Mundo connaît, comme tous les autres quotidiens ibériques, des difficultés qui ne sont pas seulement imputables à la sévérité de la crise économique en Espagne.

    • «Le web est un succès pour nous, pas un modèle d'affaires. Nous avons trouvé l'audience mais Google a trouvé le marché!», précise Inaki Gil. «Notre réponse à la crise passe par une stratégie double: des contenus gratuits et de la valeur ajoutée payante», dit-il en expliquant la mise en place d'un kiosque Orbyt proposant pour 14,90 € par mois un ensemble de services: versions imprimée et web du quotidien et des magazines du groupe, archives, vidéos, lettre d'infos résumant par e-mail l'actu matin et soir, accès à des loges VIP pour les matchs de Real Madrid, etc. Cette nouvelle offre, à laquelle plus de 15'000 personnes se sont déjà abonnées, est venue compléter des mesures de réductions de coûts (baisse de salaires, du nombre de salariés, de la pagination).
    • Coté information, la valeur ajoutée d'El Mundo passera par des «contenus exclusifs qu'une élite acceptera de payer». «Nous voulons être un média fenêtre, qui aide à voir le monde, pas un média miroir, qui ne fait que refléter le monde. Faute de quoi, nous serons vite morts!», ajoute Gil. «Tous les journaux reculent en Espagne. Les gens n'achètent plus les journaux dans les kiosques».

Gil croit aussi beaucoup aux nouveaux usages liés au développement attendu des tablettes, à commencer par l'i Pad. Mais pour l'instant le web ne lui rapporte que 8 millions d'euros par an.

La rédactrice d'Idéepresse me signale dans la foulée le blog La sociale Newsromm de Benoît Raphaël. Cofondateur en 2007 du site du Monde Le Post.fr, devenu consultant en création de site d'information, Benoît Raphaël est au congrès des éditeurs à Hambourg:

"Les interrogations sont les mêmes, et les conseils donnés sont à peu près identiques, souvent incantatoires : mort du papier (oui, non, peut-être), faites du bon journalisme pour créer de la rareté, passez d’une rédaction papier à une rédaction intégrée (quelques chiffres à ce propos : 39% des rédactions européennes sont “entièrement intégrées”).

"Seule différence : le débat payant/gratuit a pris une nouvelle forme. La tonalité générale à Hambourg, Washington Post compris, est : “Oui, il faut faire payer les utilisateurs”. Reste à savoir, encore une fois, que faire payer.

Celui qui détient la clé est peut-être ce responsable “Médias” de Reuters, pour qui "les utilisateurs ne paieront jamais pour du contenu, mais pour une expérience." L'Ipad est une expérience. Problème ce ne sont pas les propriétaires des rotatives qui l'ont inventé. Gros bouleversement capitalistique en vue.

 

Commentaires

  • Quotidien payant jusqu'à 12:30, puis gratuit.
    Accès payant aux archives indexées, etc.

  • Oui, réussie la nouvelle formule papier. Claire, meilleure vue d'ensemble, police d'écriture simplifiées aussi non? Ou est-ce seulement la mise en page?

    Pour les blogs, là, comme vous dites... faut occuper les pieds de page. Je verrais bien au moins une coloration plus contrastée pour mettre le pavé en valeur. Parce que là c'est quand-même peu visible.

  • La nouvelle Tribune? pourquoi pas... Premières impressions, journal un peu bande dessinée...mais où sont passés les blogs? En fond de page et en couleur très peu lisible! Dommage! L'ancienne version était beaucoup plus efficace et conviviale! M.-Cécile Ribordy Mabut

Les commentaires sont fermés.