Le care et Rappaz

chanvre-3a69e.jpgSage ou scandaleuse? La décision du Tribunal fédéral d'assigner le chanvrier Bernard Rappaz à domicile met provisoirement (?) fin à un macabre feuilleton estival dont l'issue fatale aurait été un véritable scandale. Sage ou scandaleuse? La décision ne laisse personne indifférent. Ainsi, peut penser le quidam, il suffit de mettre sa vie en danger pour bénéficier d'un allègement de sa peine?

Skander Vogt, 30 ans, n'a pas eu cette chance. Incarcéré depuis dix ans au pénitencier de Bochus, il est mort le 10 mars asphyxié après avoir mis le feu à son matelas, sans que les gardiens ne réagissent, la faute, ont-ils dit, au règlement.

La mort scandaleuse de Skander ne laisse pas indemne le système carcéral vaudois.

 

On ne sait pas dans quelle réforme, l'affaire Rappaz engagera le Valais ou la Suisse peut-être.

La décision des juges de Lausanne sauve la mise à la conseillère d'Etat socialiste Esther Weber-Kalbermatten coincée entre son obligation de traiter Rappaz comme n'importe quel condamné et la détermination du prisonnier de contester sa condamnation et d'y échapper au besoin par le suicide.

Quoi avec le care? Bonne question qui renvoie à qu'est-ce que le care? Impossible à traduire en français nous disent les spécialistes qui tentent les mots soin, solidarité, sollicitude, mais étonnamment ne nous proposent tout simplement et tout aussi court que l'anglais le mot français aide. Tombé en désuétude l'aide? Il nous faut toujours trouver outre-atlantique ce que nous avons chez nous. Nous sommes bien des sous-préfets au regard de l'empire américain.

Or donc care ou désormais aide, c'est cette prédisposition de l'humain de porter secours, de prendre soin, de faire preuve d'empathie, de porter assistance, de violer parfois la loi et les convenances pour sauver son prochain, même et surtout si ce prochain se met en danger pour des raisons que notre raison ignore ou réfute.

C'est bien le cas de Rappaz, chanvrier dont la production de chanvre était vouée au commerce présentement illégal sous nos cieux suisses. Notons que cette illégalité varie en fonction des frontières et tout comme les Valaisanes venaient à Genève voir les faiseuses et faiseurs d'ange, le chanvrier Rappaz n'aurait sans doute pas été condamné à 5 ans de prison au bout du Léman. Ce relativisme du droit et de son application fait le charme de ce petit pays et permet d'être relatif et songeur quand une élue socialiste reste droite dans ses bottes de justice.

Aider Rappaz qui n'a tué personne ne fait pas une grande entorse au droit. Aider Skander lui aurait évité de mourrir asphyxier dans sa cellule.

Facile me direz-vous de juger quand on n'est ni gardien de prison, ni conseiller d'Etat. Evidemment.


 

Commentaires

  • Bonne lecture à vous.

    http://walterschlechtenlibre-penseur.blog.tdg.ch/archive/2010/07/21/bernard-rappaz-a-t-il-coupe-l-herbe-sous-le-pied-aux-limites.html

  • Cette décision est parfaitement écoeurante. Monsieur Rappaz est un criminel.

    Il aura cependant le mérite d'avoir indiqué une piste permettant de résoudre le problème de la surpopulation carcérale. Quelques jours de grève de la faim collective ....et le problème est réglé. Si ce n'était la sécurité de mes concitoyens je ne pourrais que souhaiter pareille dénouement qui aurait le mérite de mettre en exergue la déliquescence de notre Etat.

    Cela étant, en fin d'après-midi, j'ai été interpellé par un invalide.

    Voilà 8 ans que l'administration, fédérale en l'occurence, se refuse à verser à l'invalide en question une rente invalidité qui lui est due en vertu d'un jugement d'un Tribunal des assurances sociales. L'administration ne conteste d'ailleurs pas sur le fond que cette rente soit due, mais estime qu'elle se doit de prendre une décision annulant la rente invalidité due et une décision rétablissant la rente, le tout dans le même document administratif (sic). Et l'administration n'a, depuis 8 ans, n'a pas encore trouvé le temps de prononcer ladite décision.

    Peut-être que l'assuré devrait, sur sa chaise roulante, entreprendre une grève de la faim ? En tous cas il m'a interpellé à ce sujet. Que lui répondre ?


    Autre cas : Voilà 30 ans un assuré a été atteint dans sa santé à l'école de recrues. Il en a découlé pour lui une invalidité permanente. Après 16 ans de procédureS, l'administration a "capitulé" (pas d'autre terme) ensuite de l'arrêt d'un Tribunal cantonal des assurances. Il reste encore de nombreux points en suspens. Pour l'un d'entre eux, voilà 11 ans que Tribunal cantonal des assurances a donné gain de cause à l'administré. L'administration se refuse à appliquer sérieusement la décision en question. De plus, elle refuse de prendre de nombreuses décisions sur d'autres points en suspens.

    L'assuré doit il faire la grève de la faim ? Son cas est-il moins digne d'être pris en considération que celui de Monsieur Rappaz ? Qui du Tribunal fédéral ou de l'administration valaisanne doit nous indiquer le lieu le plus indiqué ? Ou doit-il, comme il me l'a par le passé suggéré, prendre en otage le chien du directeur de l'assurance militaire. D'ailleurs si quelqu'en pouvait m'indiquer si ledit directeur à un chien et s'il s'agit d'un gros chien, celà pourrait être utile.

  • @cedh:

    ayant pu vous lire régulièrement je m'étonne du fait que quelqu'un d'aussi renseigné que vous en matière de droit se permette d'écrire que RAPPAZ est criminel là où il n'est tout juste qu'un délinquant...

  • Care: I care for you! Take care! Attention! Prends soin de toi. Je m'intéresse à toi. To care for the prisoners! Prendre soin d'eux.
    Skander Vogt était vraisemblablement un prisonnier qui "n'intéressait personne". La responsabilité du "système" qui l'a laissé mourir est double.

    Au sujet du disque dur et de la disparition du contenu. Demain un ami va venir m'aider. J'ai cherché à vous contacter et je le fais ici. J'ai le disque dur: mais comme vous, je ne crois pas que c'est vide. C'est "déconnecté". Et je crois que ce ne peut être définitif! On verra bien.
    C'est quand même une leçon pour moi. Merci encore.
    claire-marie

  • @ matthieu

    Tout d'abord je me permets de vous rappeler la teneur de l'article 10 de notre code pénal fédéral :

    "1 Le présent code distingue les crimes des délits en fonction de la gravité de la peine dont l’infraction est passible.

    2 Sont des crimes les infractions passibles d’une peine privative de liberté de plus de trois ans.

    3 Sont des délits les infractions passibles d’une peine privative de liberté n’excédant pas trois ans ou d’une peine pécuniaire."

    http://www.admin.ch/ch/f/rs/311_0/a10.html

    A ma connaissance le triste sire a été reconnu coupable, entre autres, de gestion déloyale qualifiée et de transgression grave de l'article 19 de la loi fédérale sur les stupéfiants, telle qu'acceptée en référendum par le peuple.

    Or la gestion déoyale qualifiée est passible d'une peine privative de liberté de 5 ans, le triste sire est donc bien un criminel. De plus, la violation grave prévue à l'article 19 est aussi un crime. C'est donc bien un criminel faisant fi de la volonté populaire.

    Je vous rappelle que la consommation de cannabis par des personnes prédisposées conduit à des décompensations schizophréniformes. Nombre de personnes atteintes de telles décompensations ne s'en remmettent pas et finissent par être invalide ou se suicident.

  • @CEDH

    je crois cher ami que vous devriez essayer un petit joint de temps en temps. Sur une base purement thérapeutique bien entendu, cela vous détenderait et cela vous éviterait de raconter n'importe quoi. Je trouve votre prose assez écoeurante un peu comme la vinasse que les gens de votre espèce ingurgitent en traitant les autres de drogués.

  • Très cher Anastase de la bande à Buchs, je vous rappelle que le peuple a récemment accepté la législation dans son état actuel. Dans la mesure où je ne fais que rapporter sa volonté je ne peux que constater que vous le méprisez. En attendant et au vu de votre recommandation, je vous invite à méditer sur la teneur de l'article 19 LStup

    "Art. 19

    1. ..(..)..

    celui qui, publiquement, provoque à la consommation des stupéfiants ou révèle des possibilités de s’en procurer ou d’en consommer,

    est passible, s’il a agi intentionnellement, d’une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d’une peine pécuniaire. Dans les cas graves, la peine sera une peine privative de liberté de un an au moins qui pourra être cumulée avec une peine pécuniaire."

    Ah oui j'oubliais, je n'ai jamais traité quiconque de drogué. Tout au plus je relève que vous m'incitez à consommer des stupéfiants ce qui fait que je me demande si vous ne me provoquez pas, au sens de l'article 19 Lstup, à consommer des stupéfiant. Ce qui ferait de vous un délinquant.

  • Très cher Anastase de la bande à Buchs,

    En étant favorable à votre protégé, le criminel Rappaz, la consommation régulière de cannabis entraîne une multiplication par 4 de la probabilité de la survenance de la schizophrénie. Au vu des tonnes de cannabis à haute teneur en THT saisi, de combien de cas de shizophrénie voulait se rendre responsable votre protégé. De combien de rente AI ? De combien de mort par suicide ?

    Je vous rappelle que le triste sire n'a pas cultivé du cannabis médicinal pour venir en aide aux employés traumatisés de la banque qu'il avait braqué, mais bien pour se faire du fric, cas échéant en détournant des fonds en sa faveur.

    D'ailleurs que sont devenues ses victimes ?

  • "la consommation régulière de cannabis entraîne une multiplication par 4 de la probabilité de la survenance de la schizophrénie"

    Eh bien il était tant que vous arrêtiez ! dites-moi mon brave CEDH le cannabis entraine-t-il aussi le syndrome du justicier? Je crois mon pauvre CEDH que vos neurones sont irrémédiablement endommagées mais il est vrai que la seule loi que vous bafouez est celle de la pensée. Cela ne fait pas de vous un délinquant, juste un crétin ordinaire qui bêle avec les autres.

  • Mon cher Anastase,

    Je comprends que la réalité soit pénible à supporter. La honte, à défaut de pouvoir éprouver de la culpabilité, vous taraude. En attendant, afin d'atténuer votre souffrance je vous suggère de lire les deux articles suivants :

    Patton G et coll.: « Cannabis use and mental health in young people : cohort study. » Br Med J 2002; 325: 1195-98.

    Arsenault L et coll.: « Cannabis use in adolescence and risk for adult psychosis : longitudinal prospective study. » Br Med J 2002; 325: 1212-1213

    Ah, j'allais oublier, je ne peux pas arrêter faute d'avoir commencé. La provocation à la consommation de cannabis à laquelle vous m'avez exposé a été dénuée d'effet.

  • @Cedh

    Rarement il m'a été donné de lire un esprit aussi obtus que le vôtre, et je me réjouis au demeurant qu'il en ait été ainsi.
    Non content d’avoir des oeillères sur dimensionnées (comme celles que les paysans du temps jadis mettaient sur les yeux de leurs chevaux, pour qu’ils ne s’effrayent pas), voilà qu’en sus, drapé derrière une forme de pensée qui à l’évidence n’à jamais pu germer seule dans votre esprit, vous étalez au grand jour, par vos commentaires ‘politiquement corrects’, les bornes de votre conscience (car je vous laisse le bénéfice du doute en supposant que vous en ayez une).
    A mes yeux vous valez à peine mieux que ces talibans qui viennent de défrayer la chronique en lapidant une jeune veuve enceinte, au prétexte qu’elle avait enfreint la loi qui est la leur.
    Je suppose que vous allez à la messe le dimanche (il parait que ça aide à laver la conscience) et que vous votez UDC.
    .
    Et pour que le calice soit bu jusqu’à la lie vous démontrez sans l’ombre d’un doute que vous ne savez absolument pas de quoi vous parlez dans la manière (par la focale) dont vous traitez ce sujet.
    Je reconnais par contre que vous êtes un manifestement un ‘camé’ de la loi, et j’ose espérer que vous n’êtes pas vigneron, encore moins paysan ; sans quoi vous feriez honte à ces nobles métiers.
    Il n’existe malheureusement pas de médicaments pour soigner votre cas et je crains que ce qui a pu un temps vous servir d’intelligence ne soit définitivement et irrémédiablement irrécupérable.

    Confiant toutefois qu’il existe encore une once d’humanité et de bon sens en vous, je vous invite à essayer de comprendre un peu le domaine traité et l’homme que vous voulez lapider.

    http://video.google.com/videoplay?docid=899965011682457161#

    Badcnx


    PS: si Sarko est tombé sur un gars comme vous lors de sa fameuse visite au salon de l'agriculture 2008, je suis dès lors prêt à lui pardonner ses propos.

  • @Cedh
    ah! j'ai oublié de vous dire...

    Sortir de son chapeau deux titres d’études d’illustres inconnus qui essayent de démontrer les liens qui pourraient exister entre certains risques de maladies mentales et la consommation de cannabis, c’est plus que du n’importe quoi et, dans absolument tous les cas, on ne peut y voir un soupçon de preuve scientifique.
    C’est juste un effet de manche pour faire croire que vous avez quelque chose dans la boîte crânienne, alors qu’en y tapant dessus (et à vous lire ça en donne vraiment envie) on ne pourrait qu’entendre les mêmes vibrations que celles produites par les tam-tam africains.
    La culture c’est comme la confiture mon brave : moins on en a et plus on l’étale !
    ça c'est une certitude!

    Mais puisque ça vous plait tant la marmelade, avez-vous essayé de taper « Etudes sur les méfaits de l’alcool » dans un moteur de recherche comme Google ?
    Vous obtiendrez juste quelque chose comme 290000 liens…
    Pour ma part, et pour qu’à l’avenir vous ayez encore un peu de marmelade à étaler je vous suggère ce lien ci, bien de chez nous et en français :
    http://www2.unil.ch/unicom/allez_savoir/as30/pages/medecine.html

    Maintenant si vous lancez sérieusement une initiative pour l’interdiction de l’alcool ou du tabac, alors là mon brave, je m’inclinerai a plat ventre devant vous et accepterai un coup de fouet de votre part pour chaque phrase que j’ai eu l’outrecuidance de vous adresser. Vous avez ma parole !
    En attendant je m’ajoute volontairement un coup de fouet supplémentaire et potentiel en affirmant à qui veut l’entendre que vos propos sont dignes d’un article dans « le crétin des alpes » (dont je ne doute pas que l’immense culture qui vous habite n'ait pu méconnaître l’existence).

    Bien à vous
    BadCnx-le-génie-des-alpages

Les commentaires sont fermés.