Bâle, Pasini, Satigny, France voisine: Non je ne vous ai pas oubliés!

TG page 3 15 mars présidence.pngLes journées n'ont que 24 heures (hélas ou heureusement!). Donc point de billet sur ce blog depuis quatre jours. Mais plusieurs interventions dans la Gazette de la Constituante.

De retour de son escapade studieuse à Bâle, j'ai rédigé quatre longs billets sans épuiser les sujets que j'avais en tête et un album photo. Pour ceux que la gouvernance de Genève intéresse, il pourront donc en lire quelques échos. Leurs titres sont notés dans la suite de ce billet (cliquez sur sur Lire la suite ci-dessous).

Je profite aussi de ce billet pour répondre au commentaire que Nicolas Bonnet a eu l'amabilité de poster sous le billet "Une bombe B à Satigny". Je le publie ci-dessous et y répond.

Je remercie également les très nombreux commentateurs des billets "PDC, la soirée des dupes", "Bientôt des zones suisses en France voisine" et "Adultère: Pasini a passé à côté du sujet". Vos commentaires, souvent fort intéressants, sont d'autant plus appréciés qu'ils sont signés.

 

 

Le voyage d'édute de Bâle de la Constituante

Le commentaire de Nicolas Bonnet posté sous le billet "Une bombe B à Satigny"

Bonjour Monsieur Mabut

Permettez-moi d'apporter une petite précision concernant votre prise de position sur la Cité solaire de Satigny dont mon frère et moi sommes les initiateurs. L'allusion à l'usage de l'électricité d'origine "atomique que vous avez mentionnée est inexacte . Nous allons utiliser exclusivement l'électricité "vitale verte" d'origine hydraulique et solaire pour alimenter les pompes à chaleur qui fourniront non seulement le chauffage mais également l'eau sanitaire. Il aurait été en effet incohérent que ce ne fût pas le cas en regard de la philosophie du projet.
Dans cette optique nous avons essayé également de mettre en place quelques faits complémentaires, par exemple l'exclusion totale d'utilisation de bois exotique et tropical. L'entreprise de construction qui réalise les immeubles est certifiée avec les normes écologiques ISO 14000. Nous travaillons au maximum avec des entreprises locales, plus du 85 % des déchets de chantier sont recyclés, à l'instar des écoquartiers, aucun espace pour véhicules ne se trouve en surface, celle-ci sera entièrement végétalisée, etc.
J 'espère que ces quelques exemples vous permettront de vous convaincre de la volonté qui est la nôtre d'être le plus en adéquation possible avec les principes du développement durable.

Ecrit par : Nicolas Bonnet | vendredi, 12 mars 2010

Bravo bis pour cet engagement citoyen. L'électricité verte est en effet un peu plus chère que l'électricité bleue, qui est elle un peu plus chère que l'électricité jaune, laquelle n'est constitutionnellement pas vendue à Genève. Cela dit, je postule, sous réserve de vérification, que l'électricité verte que vous imposerez à vos locataires, en tout cas pour leur chauffage, est le résultat d'un deal car je crois savoir que l'ancien ministre de tutelle des SIG étaient contre les pompes à chaleur jugées gourmande en électricité.

Quant à l'électricité verte et bleue que les SIG livrent à Genève, cette offre n'est possible que parce que d'autres consommateurs se contentent de l'électricité nucléaire. Tout ce que les Genevois consomment en énergie propre est enlevé de la bouche des autres. Un peu comme si Genève étaitn un restaurant qui ne servirait que des steaks, le reste de la bête étant hâché en hamburger.

Mais je chipote. Une fois encore je salue cette entreprise satignote et vous proposerait même de faire quelques notes de synthèse de cette aventure immobilière, histoire d'aider dans leurs démarches d'autres propriétaires du canton séduits par le bâti zéro carbone.

[PS à 14h: oubliés! Merci à Pierre-André Dupuy]

Commentaires

  • Ha la subtilité de la langue française ! Merci, Monsieur Mabut, de ne pas m'avoir -oublié- ... !!! Bon d'accord, si çà n'est pas pour moi, mais à tous les autres, alors tant pis pour le -s-. Bonne journée.

Les commentaires sont fermés.