La démocratie de cabinet et la duplicité de la gauche

pav lup accord mars 10.pngLa "démocratie de cabinet", le terme, un peu déshonorant pour la démocratie, est de mon confrère Christian Bernet qui, ce matin, signe un excellent édito dans mon journal préféré. Il y dénonce à raison la procédure byzantine qui a débouché ces jours sur un accord en vue de construire des logements principalement sociaux dans le quartier industriel de La Praille Acacias Vernets. Faute de place sans doute il n'a pas souligné toute la duplicité de la gauche au pouvoir en ville de Genève.

En effet pour que cette démocratie de cabinet - traduisons cet accord à l'arraché entre le lobby des propriétaires représenté par le couple Muller Aumeunier (chambre genevoise immobilière) et le lobby des locataires représenté par le couple Grobet Sommaruga (Asloca) - puise avoir lieu, il a fallu que la gauche mette en branle un référedum populaire contre le préavis de la commune de Genève d'accepter le projet initial du gouvernement. Or pour qu'un référeundum puisse être lancé il a fallu que le Conseil administraif de la Ville et le conseil municipal à majorité de gauche vote dans un premier temps en faveur dudit projet de loi.  Ceci fait les partis de gauche ont lancé le référendum déjugeant leurs élus.

Elle est belle la démocratie genevoise!

Pas sûr que la démocratie participative que semble chérir la Constituante ni la création d'un sénat des communes puissent régler ce genre de double salto politique

On trouvera l'accord complet ici.

pav accord mars 10.png

Commentaires

  • Bien que cela n'ait pas à faire avec votre blog, je me permets de mettre le lien qui suit.

    SAMEDI les Musulmans de Suisse manifestent à BERNE suite à l'appel au djihad de Khadafi.

    http://regardsdefemmesmusulmanes.blog.tdg.ch/archive/2010/03/04/touche-pas-a-mon-pays.html

  • Je dirais même que c'est de la politique de chio.... et non de cabinet!

    Mais il faut dire que dans ce dossier la gauche a été autrement plus habile que la droite et son pâle représentant, qui est à ce point obsédé par les parcelles privées qui appartiennent à ses petits copains de l'immobilier, que l'essentiel part en fumée.

    PAV est le dernier espace pour mettre en oeuvre une nouvelle ville ville avec une vision moderne sans esprit de clocher et donc sans zone précise.

    Les parcelles de l'Etat destinées au logement vont aller grossir les parcs de ses fonds de pension totalement exsangues au lieu de permettre une forte poussées de logements aux mains de leurs habitants par le biais de coopératives.

    Une fois de plus Genève donne la dans la république d'opérette. Pour le coup c'est bien Muller qui aurait dû aller faire l'ouverture de la pêche!

Les commentaires sont fermés.