Calmy-Rey vote MCG et Luscher ne défend pas Genève

calmy tsr europe.jpg"J'adresse un appel aux entreprises de ce pays pour qu'elles embauchent en priorité des travailleurs domiciliés en Suisse." Ce n'est pas le Genevois Eric Stauffer qui le dit, c'est la Genevalaisanne Micheline Calmy-Rey qui l'a affirmé ce soir sur le plateau d'Infrarouge à la demi-surprise d'Ester Marmarbachi, toujours maître du débat. On comprend mieux pourquoi le Parti socialiste genevoise a perdu les élections.

Le conseiller national libéral radical Christian Luscher, qui avait attaqué bille en tête une conseillère fédérale souveraine, dont le maquillage cachait bien la fatigue, n'a pas pu faire autre chose que d'adhérer à ce propos populiste, croyant utile d'en rajouter dans la préférence nationale.

Comble de l'ironie, c'est le jeune syndicaliste vaudois Jean-Christophe Schwaab qui s'est fait alors le défenseur de l'embauche des étrangers spécialisés, nécessaires aux entreprises de pointe sans l'apport desquels elles seraient obligées de délocaliser. Pris à contre-pied Christian Luscher s'est retrouvé dans le camp de l'UDC, même s'il a qualifié de folie la demande blochérienne de rompre la libre circulation des personnes relayée par l'Argovien francophile Luzi Stamm.

Quant à l'adhésion, le débat est rouvert très, très timidement.

Calmy-Rey fait mine de croire encore aux bilatérales. Elle sait que les Suisses ne sont pas mûrs: 59% des quelque 650 personnes qui ont participé au sondage de la Tribune ce soir y sont opposés. Et que ce n'est pas elle qui conduira ce dossier. Au grand dam du jeune radical Nanternmod, qui aimerait bien pouvoir en parler sans "être considéré comme un traitre à la patrie". Ce n'est sans doute qu'après les prochaines élections de l'automne 2011 que les Suisses en discuteront sérieusement.

D'ici-là, ils adopteront le Casis de Dijon et continueront à reprendre docilement l'acquis communautaire, dont ils ont largement bénéficié jusqu'à présent. La Suisse est aussi le laboratoire de politiques que l'Europe adopte ou devrait adopter: la redevance poids lourd, le ferroutage, la politique agricole, la réforme de l'aide au développement, la démocratie directe.

Pas un  mot ce soir sur la fiscalité. Un oubli? On ne peut certes pas aborder tous les sujets. Pas un mot non plus sur le renoncement à une force européenne de protection des navires commerciaux contre les pirates somaliens. Pas un mot sur le modèle européen de Bologne contesté par les étudiants. Pas un mot sur la gestion européenne des réfugiés qui arrivent en Italie depuis la Lybie. Pas un mot non plus sur la "disparition" des chauffards russes. Sans doute le grand pays est-il un partenaire plus stratégique que le pays du colonel.

L'Europe vient de se doter un président un peu plus durable que les précédents. C'est un Belge qui ressemble beaucoup à un Suissse. Ce sera sans doute un jour un Suisse, ç'aurait pu être Calmy-Rey.

Commentaires

  • Je trouve choquant la manière dont la presse (vous) modifiez les propos de ces politiciens et êtes subjectifs au lieu d'être objectif.
    Premièrement vous faites ressemblez une socialiste pro-européenne à une femme d'extrême droite pour des propos sur l'embauche tout à fait raisonnable.
    Deuxièmement des remarques subjectives, qui laissent deviner le camp politique du rédacteur telles que "dont le maquillage cachait bien la fatigue", "ce propos populiste", "Argovien francophile Luzi Stamm" (pour se moquer de son accent suisse allemand juste pour que c'est un UDC), ne devrait pas exister dans le langage journalistique.

  • Comment peut-on, madame la Conseillère fédérale, engager en priorité des personnes bien intégrées sur le marché du travail. Ce serait donc qu'elles ont déjà un travail ? Faut-il aller les débaucher dans d'autres entreprises ? Mais vous avez voulu certainement parler de celles qui sont intégrées socialement (résidentes et ayant de bonnes relations dans leur entourage) et pas encore professionnellement.

  • C'est nanterMod, avec un M :-)

  • Oui, Madame Calmy-Rey, vous avez raison ! Les fils d'immigrés et les étrangers, laisser pour compte, domiciliés à Genève vous remercie ainsi que le MCG.
    Ils ne maîtrisent souvent pas le français, une formation incomplète, une scolarité précaire..... à qui la faute ? Dans le feu de l'action, ont'ils eu le temps de s'intégrer, d'apprendre correctement le français, suivre des cours de perfectionnement, etc. ? Et maintenant on les jette comme de vieilles chaussettes !
    Bien sûr, il est plus rentable d'engager un travailleur d'outre frontière sachant parler et écrire parfaitement le français avec quelques diplômes même inutiles !
    Les erreurs du passé c'est nous qui devons, maintenant, les assumer alors n'ayons pas l'hypocrisie d'être étonné quand on reçois une baffe électorale. Populisme avez-vous dit !! Pourquoi certains intellectuels ne supportent'ils pas quand des gens de la base leur font la leçon à juste titre ? Ca fait mal n’est-ce pas ! On ne peut pas tout le temps prendre les gens pour des c. !

  • Allons-y du concret : une femme portugaise qui se fait engagé le 6.2.2009 dans un petit restaurant. Son mari en Suisse mais au chômage depuis son arrivée. Et deux enfants accueillis dans nos écoles sans qu'ils parlent le français!
    En date du 29.3.2009 donc 6 semaines après son embauche et avoir reçu sa carte AVS, la dame tombe malade. Elle s'est rendue à l'hôpital en disant être tombée sur son lieu de travail....mais n'a pas convaincu le médecin de service.
    Elle a donc touché 3 mois d'indemnité journalière, puisque son congé a pu lui être donné après un mois d'absence.
    C'est sans difficulté qu'il a été imposé(par 2 rappels)à l'employeur de remplir les documents relatifs a une demande d'AI!!!!!!Oui!

    C'est sûrement à des cas similaires que pense Calamity quand elle dit qu'il faut mettre au travail des gens intégrés......Les Européens qui débarquent juste pour toucher des prestations sociales.....après quand elle nous aura vendu à l'Europe....et bien nous irons voir si nous aurons la contre-partie!!!!

    Quant à Nantermod et Schwaab, c'est un vrai supplice de devoir suivre "leurs prestations" pour essayer de comprendre ce qui se cache derrière tant de mauvaise foi!!!!
    Jeunes politiques, pas de place sur la scène suisse......leurs seuls objectifs c'est certainement une place au parlement européen qu'on leur offrira gracieusement avec l'adhésion qu'ils souhaitent tant.....pour leurs "bonheurs" personnels.

  • C'est un peu facile de prendre le train en marche après l'avoir empêché de prebdre son départ. MCR n'aurait jamais eu l'audace d'une telle proposition si celle-ci n'avait pas été avancée avec force et conviction, preuves à l'appui dont le succès ne fait plus de doute! L'hypocrisie ne doit plus être la seule arme du politicien : passons à l'action!

    @ EHRSA: le problème que vous soulevez est d'une importance capitale.

  • Cher Monsieur,

    Vous soutenez visiblement l'adhésion de la Suisse à l'UE. Je sais à quel point la tentation de voir le pré plus vert chez le voisin est grande, surtout quand on se sent isolé au milieu d'un océan de pays membres.

    Franco-suisse domicilié en France, je peux vous assurer que c'est une folie. Une folie suicidaire. Croyez-moi, vous n'avez pas envie que la Suisse se mette à ressembler à la France, à ce qui se passe ici en ce moment, économiquement comme socialement. L'Europe de Bruxelles est la garantie pour les Suisses de perdre la capacité à rester maîtres de leur propre destin.
    Ignorez-vous donc que plus de 85% des lois et mesures appliquées ici, en France, émanent directement de Bruxelles sans que quiconque dans le pays y ait son mot à dire?

    Si la Suisse fonctionnait comme les autres pays européens, ses dirigeants, soutenus par une certaine classe médiatique dont vous faites partie, auraient décidé à sa place de l'intégrer de force à l'Union Européenne, ce dont nombre d'électorats se mordent les doigts aujourd'hui. Mais en Suisse, il est plus difficile qu'ailleurs de trancher à la place du peuple, et celui-ci a déjà tranché, à de nombreuses reprises.
    Le peuple a dit NON.
    Mais il est propre au politique de considérer qu'il sait mieux que le peuple, et que s'il dit non, on lui reposera la question, encore et encore, à n'en plus finir, jusqu'à ce qu'il dise oui. C'est ce qui s'est passé dans toute l'Europe avec le traité de Lisbonne. C'est ce que les défenseurs de l'adhésion en Suisse, intimement persuadés que l'absorption intégrale vaut mieux que la situation bilatérale actuelle et son lot d'inconforts, font inlassablement.

    Je ne peux pas ici résumer tous les arguments des pro- et des contre-. La seule chose que je peux faire, c'est vous crier du fond du coeur et de la capitale française que l'indépendance de la Suisse, même relative, par rapport à l'Union Européenne, est actuellement son bien le plus précieux, et de très loin.
    Et qu'au lieu de voir les opposants à l'adhésion comme des passéistes réfractaires par caractère sensibles aux discours populistes, vous gagneriez à vous pencher avec attention sur les arguments qui marquent un de ces refus si nets qu'une insistance aussi lourde à vouloir le mépriser au profit de "réouvertures du débat" tous les ans ou presque, frise l'incorrection.

    Cordialement,

  • C'est donc bien ce qu'a affirmé M. Luzi Stamm UDC......le plus grand nombre des Français, des Italiens, des Allemands, des Autrichiens, des Anglais....etc et sûrement déjà maintenant des Irelandais......RESTER MAITRES CHEZ VOUS, ET N'ENTREZ PAS DANS L'EUROPE.....................

    C O M P R I S !?!?!? Nantermod et Schwaab!

    Merci Monsieur "Naith" et bravo pour votre courage....la nouvelle révolution du 3ème millénaire c'est peut être pour bientôt. Si nous restons forts, dans quelques années à des gens comme vous, nous pourrons demander ou offrir d'adhérer...............à la communauté Suisse !

    Ahahaha....je vois déjà p'tit-Nantermod vert de rage!

  • Il y a eu un débat hier soir sur le CEVA à TV8 Mont-Blanc: vous ne l'avez pas vu, M. Mabut? Il y avait Borrel, Thénard, Stauffer, Rochat (I.), Longet, et le chef de l'association des frontaliers. Rigolo. Il manquait le bon vieil élu local, UMP; cela aurait pu être Birraux. Les Français étaient uniformes.

  • Ce n'est pas un propos populiste, c'est un propos pragmatique qui correspond aux difficultés rencontrés par les résidents en Suisse. Si même Madame Calmy-Rey s'y met, ça dénote la gravité de la situation; La Suisse, cochon-payeur et terre d'accueil financière pour tous, c'est terminé. Une crise est passée par là...Le populisme, c'est de continuer le mythe du "Salut pour tous" par une solidarité disproportionnée qui ne prend nullement en compte les difficultés de nos citoyens. Qui ne voit pas ça aujourd'hui aura toujours un temps de retard face aux difficultés que nous rencontrons demain...

  • une fois de plus, le M.C.G. a raison lorsqu'il revendique haut et fort qu'il faut donner la priorité aux citoyens résidents

    mais ce n'est pas les partis en place genevois qui vont le reconnaître.....

  • " Calmy-Rey vote MCG et Luscher ne défend pas Genève "

    Quel titre racoleur et démagogique pour tenter de résumer le débat d'hier soir sur "Infrarouge" M. Mabut !

    " J'adresse un appel aux entreprises de ce pays pour qu'elles embauchent en priorité des travailleurs domiciliés en Suisse. "

    En s'exprimant ainsi, Micheline Calmy-Rey était parfaitement dans son rôle et je n'y vois pour ma part absolument rien de choquant. Elle renvoie seulement les employeurs de ce pays devant leurs responsabilités qui ne se résument pas à vérifier des chiffres alignés au bas d'un bilan, mais aussi à une réflexion sur la solidarité sociale dont dépend la stabilité politique de la Suisse.
    Est-ce "voter MCG" que de rappeler qu'il y a parmi les quelque 4% de chômeurs (moyenne nationale suisse), bon nombre d'entre eux qui pourraient certainement occuper des postes vacants ?

    Sur la chaîne "TV8-Mont-Blanc" la semaine dernière, les informations régionales relataient la visite dans la vallée de l'Arve de M. Jean-Jacques Queyranne, président de la région Rhône-Alpes. Visite au cours de laquelle l'homme tentait de rassurer les industriels du décolletage en déclarant vouloir sauver l'industrie du décolletage "d'actes de prédation de l'étranger" ... Oui vous avez bien lu, cet ancien ministre au parcours politique long comme un jour sans pain ne fait pas dans le détail et la dérive sémantique n'effraie pas Queyranne : "Actes de prédation", rien de moins ! Non on n'est pas dans la nature sauvage où les fauves dévorent les innocentes proies, mais en France, pays membre de l'UE, dans un marché ouvert ...
    A quel(s) pays étranger(s) l'élu de l'Hexagone faisait-il référence ? A l'Allemagne, autre pays de l'UE ? A la Suisse dont le décolletage est la spécialité de la ville de Moutier qui en produit les machines ? Mystère !

    De tels propos sortant de la bouche d'un responsable politique me laissent pantois !

    Alors, en rapportant les propos démagogiques de Jean-Jacques Queyranne à ceux de Micheline Calmy-Rey, je me dis qu'il y a encore de la marge avant que notre responsable du DFAE ne sombre dans la démagogie !

    Cordialement !

  • Un chômeur non qualifié genevois ne peut pas répondre aux attentes d'un entrepreneur qui recherche une personne avec certaines qualifications comme ingénieur, informaticien... La formation scolaire, post-scolaire, continue doit être maintenue et même accélérée. Combien de jeunes sortent sans diplôme de l'école obligatoire ? On pourrait commencer par ne pas les lâcher dans la nature pour éviter qu'ils ne fassent que des petits boulots et finissent le chômage. Les propos de M. Calmy Rey n'ont pas de sens car pas en phase avec la réalité...

  • Justice,

    Vous n'avez pas compris, MCR a parlé de Suisses pas de permis C ou B ou autres. On doit commencer à s'occuper des Suisses qui ont dû partir en France à cause des logements occupés par les nombreux permis B arrivés dernièrement. Les étrangers de Suisses doivent laisser la priorité aux passeports CH !

Les commentaires sont fermés.