Swissmetro trop en avance. Et CEVA?...

swisstxt20091102_11439812_6.jpgMon journal préféré m'apprend ce matin que Swissmetro va mettre la clé sous la porte le 20 novembre prochain, neuf jours avant que les Genevois - au terme d'une campagne de dupes sans précédent n'acceptent - 130 ans après les premières ébauches de la ligne - de relier Annemasse à Cornavin.

Un milliard et demi de francs - deux milliards disent les opposants - pour dix sept kilomètres, six stations connectées au mieux tous les quarts d'heure (contre 5,9 km, 14 stations et 650 millions de francs pour le M2 automatique lausannois connectées toutes les trois minutes, y a pas photo comme ont dit - lire ici et ). Et les Savoyards qui voudront aller à Cointrin devont souvent changer de train à Cornavin. Même chose pour les Nyonnais qui voudraient se rendre à Annemasse (pour y faire quoi? On se le demande. Il s'arrêteront aux Eaux-Vives pour rire à la Comédie)

Swissmetro en a fait rêver des ingénieurs des transports et des apôtres de la mobilité moderne et automatique. Il disparaît tout simplement parce que le nombre d'habitants est trop petit en Suisse pour justifier pareil investissement.

chiffres ceva.jpgC'est la même raison qui devrait convaincre la majorité des Genevois de renvoyer le CEVA à son XIXe siècle. Trop peu de densité de population du côté de la vallée de l'Arve et du Chablais pour justifier un RER. Des bus à gaz demain à pile à combustible pouvant à la fois assurer une collecte fine et circuler sur des voies rapides offriraient des dessertes bien plus intéressantes et souples.

Ce n'est pas la seule raison de s'opposer au CEVA. Son tracé dessiné avant 1900 qui ne dessert correctement ni l'hôpital, ni l'Université, ni Cointrin est aberrant. Il obligera le canton à construire une bretelle entre Cointrin et Cornavin via Chambésy - d'ores et déjà prévu dans le projet d'agglomération - pour pouvoir circuler au quart d'heure en raison des capacités insuffisantes de la ligne actuelle Cornavin Cointrin. A quel coût?

Le CEVA n'est que le maillon d'un grand réseau express régional nécessaire à Genève qui doit rattraper son retard, répètent en boucle ses partisans. Personne ne s'oppose au RER genevois. Mais la priorité n'est pas ou plutôt n'est plus le CEVA, comme la traversée de la rade n'est plus la solution pour boucler le périphérique urbain de la ville. Avant de penser RER il faut penser train. Et le train est fait pour connecter des villes distante de 50 à 300 km (500 km avec le TGV). Le RER genevois devrait donc s'inscrire dans une logique tendant à terme à relier Bâle à Grenoble et à la ligne Lyon Turin, via Annecy et Chambéry, le fameux sillon alpin.

Dans les années 90, le gouvernement genevois a imaginé pouvoir convaincre le gouvernement français de construire une nouvelle ligne de train entre Genève et Annecy sous le Mont Sion.  Hélas Paris a failli et c'est Bouygues qui a construit une autoroute... A cette époque Annemasse devait être reliée au centre ville et à Meyrin par un tram train, un véhicule de la dimension d'un tram capable de circuler sur les voies de chemin de fer par l'ajout d'un troisième rail. Cette technologie existe. Elle est même au coeur d'une proposition tendant à relier Nyon à Saint-Julien.

Ce qui a fait basculer les partisans du tram pour le train, c'est et ce n'est que le financement. Le tram-train aurait été largement à la charge de Genève, tandis que le CEVA pouvait être financé à 60% par les CFF en raison d'une vieille convention entre le canton de Genève et la jeune régie fédérale des chemins de fer signée en 1912... Une convention issue elle-même d'une saga ferroviaire qui a empoisonné la fin du XIXe siècle genevois, lesquels ont déjà voté une fois sur ce projet.

L'ironie de l'histoire, c'est que trois ans après le vote historique du Grand Conseil d'un budget global sous-évalué de 950 millions pour le CEVA, la Berne fédérale faisait voter la loi de financement des infrastructures d'agglomération: six milliards de francs. C'est sur cette enveloppe qu'on préleva en urgence les 550 millions du CEVA, participation de la Confédération en raison de la convention, mais aussi que les Vaudois financèrent leur M2.

Le solde du pactole fédéral ne pouvait être distribué qu'aux agglomérations présentant un projet de développement en bonne et due forme. Genève s'est tardivement rendu compte que la région pouvait encore grappiller quelques dizaines de millions pour ses trams renaissants. C'est aisni que le projet d'agglo franco-valdo-genevois est né et a été signé le 5 décembre 2007, trois semaines avant l'échéance fixée par Berne.

Commentaires

  • Que peut-on faire à Annemasse? On peut aller voir des catholiques, comme Ariane d'Auble dans "Belle du Seigneur". Ou aller à Château-Rouge. Ou reprendre le train pour aller à Evian. Ou aller mettre un peu d'encens ou autres offrandes au pied de la statue de Michel Servet, patron spirituel de la noble ville frontalière. Il faudrait organiser un pèlerinage (laïque, bien sûr), pour tous ceux qui croient en Dieu sans croire en la Trinité ni au baptême des enfants. On passerait par chez Voltaire, puis on irait à Annemasse, où demeure l'esprit, l'âme de Servet, liée bien sûr à sa statue. Est-ce que vous ne reconnaissez pas implicitement qu'il est plus agréable de payer pour un train qui emmène à Paris voir la tour Eiffel que de payer pour un train qui emmène à Annemasse se recueillir aux pieds de la statue de Servet?

  • (Par "catholiques", Ariane d'Auble entendait "autochtones", ou "indigènes", bien sûr.)

  • Merci pour cet article, il va dans le bon sens.

    Le ceva est mort, maintenant il faut l'enterrer définitivement.

  • Entièrement d'accord avec vous.
    Je n'ai jamais eu de réponses à mes questions.
    On va construire quelque chose de cher et d'inutile pour les genevois simplement pour ne pas perdre la face.
    Triste époque.

  • Oui au CEVA.
    Comment dire qu'un RER qui desservira des quartiers très densément peuplés, avec des milliers d'emplois, des activités et des infrastructures publiques sera inutile?
    Ce RER est parfaitement structuré dans le tissu urbain genevois, offre emplois, logements et activités, requalifie d'immense parcelles en friche, dessert 7 gares au centre ville et en plus relie deux réseaux nationaux!
    Genève touche le jackpot en payant 600 mio et en héritant d'un projet à 1,4mia!
    M. Mabut, vous restez dans vos idées erronées (un train n'est pas uniquement fait pour 50-300km!) et ne tentez pas de comprendre les vrais enjeux urbanistiques de ce projet.
    Cordialement, Eric

  • Voilà j'essaye d'obtenir certaine réponses à mes questions sur le CEVA,
    je n’ai toujours pas de réponses ni même de certitude quant aux nombres de places réellements disponibles afin de jouer « au collecteur » pour permettre aux Frontaliers de se déplacer de leur logements en voiture jusqu’aux gares du CEVA !
    Et puis cette question des surcoûts…En effet, si je regarde les NLFA ou simplement le Stade de Genève, les surcoûts n'ont jamais été réelements extimés !quant est-il pour le CEVA ?
    Ces deux questions me gênent terriblement pour prendre ma décision sur le vote du CEVA, Pourriez-vous me répondre ? d'avance merci !

  • C'est bon, on t'a reconnu antoinette vieillarde, le ceva n'est absolument pas nécessaire et encore moins en temps de crise.

    les geneveois le refuseront car ils commencent à avoir du bon sens.

    stop au ceva, stop au develloppement de cette région.

    La france, il faut l'oublier, ils veulent venir bosser chez nous, ils se démmerdent pour venir, même si ils mettent 4 h par jour, c'est leur problème, je metterais toujours - de 20 minutes pour aller bosser.

    Construisons par contre ge + vd, 3 ème voies autoroute + rail, c'est ça l'avenir de notre région, en suisse!!! pas en france.

    J'espère sincèrement que les ge refuseront se projet mort né datant d'une autre époque et sera un nouveau signe fort que l'on en a marre d'être envahi.

  • "stop au ceva, stop au develloppement de cette région."

    Tout est dit. Cette petite phrase résume à elle toute seule, les arguments des anti-ceva, c'est juste des anti...français !!

    N’en déplaise aux frileux, aux conservateurs de tous bords et autres neinsager, Le CEVA est le projet d'avenir de notre agglomération et il serait tout à fait irresponsable de dire non, surtout pour des raisons aussi ridicules que nos éventuels ressentiments par rapport à nos voisins.….

    N.B. Quant au Swissmetro, c'était un projet extraordinaire qui sera sûrement bientôt repris par des pays un peu plus audacieux (et moins trouillons) que nous. Quel gâchis !

  • C'est faux!!!

    L'avenir est sur la rive droite pas la gauche, vous savez entre geneve et lausanne.

    Le côté annemasse, thonon etc, ne servent à rien alors pourquoi dépenser des millions pour rien!!

    Je ne suis pas anti francais, je suis anti projet qui servent à rien et le ceva est la plus grande arnaque de la région.

    C'est exclut que mes impôts financent un projet inutile, trop cher et qui ne sera de toute facon pas utilisé car de 1 les frontaliers utiliseront toujours leurs voitures (on est trop bien en voiture, même dans les bouchons, au chaud /clim, musique, bouffe clope etc), de 2 , le ceva ne servira qu'à ceux qui n'ont pas ou presque de voiture, à devinez qui???, je le dis pas mais on s'est compris.

    Alors faudrait un peu changer de discours, ce n'est pas parce que l'on refuse un projet à la con, qui concerne surtout les frouzes, que l'on est raciste, on est juste réaliste.

  • anti ceva

    Vous pourriez m'expliquer pourquoi, selon vous, "L'avenir est sur la rive droite pas la gauche"... "Le côté annemasse, thonon etc, ne servent à rien" ??

    Juste pour mieux vous comprendre !

  • Les commentaires des Pro-Ceva sont digne de la R'vue ! Ce tortillard est inutile, il est, par contre, nécessaire de développer les lignes entre Lausanne et Genève (autoroute et CFF) ! Jusqu^à preuve du contraire, nous vivons en Suisse, nous devons avoir d'excellentes relations avec nos voisins suisses (Vaud, Fribourg, Valais etc.) par contre, les problèmes des frontaliers sont les leurs et ne nous concernent pas ! S'ils ne sont pas satisfaits des voies de communication avec Genève, ce n'est pas grave, ils peuvent toujours trouver un job en France, c'est plus simple pour eux et plus agréable pour nos chômeurs !

  • @vincent , vous avez la réponse dans votre question il me semble!

    D'un côté nous avons la france qui est un autre pays et donc ne nous concerne pas, de l'autre côté nous avons la Suisse qui est notre pays et qui nous concerne grandement.

    L'activité économique est du côté Suisse, du côté français il n'y a rien pour nous, donc le ceva fait pour les français est en conséquence inutile et vraiment ne nous concerne pas.

    Par contre améliorer le grand axe Genève - Lausanne au niveau du rail et de la route est plus que prioritaire.

    Je ne vois pas pourquoi nous devrions prendre sur nos impôts, notre argent durement gagné pour financer un projet du côté français.

    Nous avons beaucoup de projet prioritaire pour notre pays, donc les projets pour les étrangers attendront et / ou ne se feront jamais.

    Est-ce clair maintenant?

  • De plus, comme cela a été dit, si vous n'êtes pas content de votre mode de vie de frontalier, rien ne vous empêche de soit bosser sur france et d'oublier la Suisse, soit, parce que je ne suis pas anti étranger, vous installer en Suisse.

    La mode frontalière cessera un jour car la qualité de vie a vraiment trop baissée chez nous depuis l'invasion, ça va devoir s'arreter ou au pire se stabiliser rapidement, sinon cela risque de mal se passer pour certain prochainement.

    Il faut oublier cet espèce de fusion avec la france, nous sommes en Suisse, on dévelloppe la Suisse, la france ne nous sert à rien, on finance déjà un gros paquet de chomeur francais, on en fait déjà beaucoup trop, cela doit cesser au plus vite.

    Votez contre le ceva sera un signe fort (en plus d'être logique financièrement, on a pas les moyens), de refuser cette vision de région que l'on veut nous imposer de force.

    Stop au ceva, c'est économiser un gros paquet de fric et l'invesstir dans de vrai projets pour la Suisse, refuser un fusion france-ge que l'on ne veut pas, bref un refus sanction pour un système qui par en couille et où les tensions vont grandir jusqu'à l'explosion.

  • L'avenir de notre région est transfrontalier, regardez Bâle et son dynamisme! L'aéroport de Bâle est en France! et cela ne pose de problème à personne. Ils ont un RER hyper performant et une région à cheval entre 3 pays, nous seulement 2!
    A Genève, nous vivons en partage avec les Français, une grande partie des passagers de l'aéroport (et de ses revenus!) sont français par exemple. Nous ne pouvons nier la région transfrontalière et il nous faut la communiquer: grâce au CEVA! un RER performant.
    Annemasse sera le second pôle de la région, d'ailleurs des ONG s'y installent actuellement, elles ont compris la complémentarité des deux villes!
    La région lémanique se développe maintenant de Lausanne à Annemasse et au-delà, si nous voulons compter sur le plan international il nous faut une région ouverte, connectée et dynamique, le CEVA y contribuera.
    L'autre jour, j'ai rencontré un fonctionnaire international devant se rendre pour son travail à Evian... j'ai eu dû mal à lui indiquer de prendre le 12 puis le TER à la gare des Eaux-Vives...
    Avec le CEVA: un jeu d'enfant.

    OUI à cette infrastructure!

  • eric, l'aéroport de Bâle est appelé "Aéroport de Mulhouse" par nos voisins français et "International airport" par les allemands ! De plus, de Bâle à l'aéroport, les bus passent dans un étroit couloir sans possibilité d'en sortir, c'est bloqué ! Cet aéroport ne se développe pas et, quand les français sont en grève, vous pouvez toujours essayer de prendre l'avion ! Le CEVA est un tortillard qui ne doit pas exister car aucun genevois l'utilisera.

  • Une fois de plus, vous tentez de brouiller les cartes M. Mabut !

    Hier c'était en impliquant la nouvelle ligne TGV Genève-Paris - réhabilitation de l'ancienne ligne dite des Carpates entre Bellegarde et Bourg-en-Bresse - dans la problématique du CEVA, aujourd'hui vous procédez de même avec "Swissmétro". Ce n'est pas très sérieux ...

    Bien sûr que l'on peut déplorer la décision française de ne pas construire une nouvelle ligne Genève-Annecy sous le Mont-Sion, mais la politique étant l'art du possible, il faut se rendre à l'évidence qu'il n'y a aucune alternative crédible au CEVA pour le désenclavement ferroviaire de la Rive Gauche, à moins d'attendre une vingtaine d'années ...

    Quant à venir nous parler du "fameux sillon alpin Lyon-Turin" :

    " Le RER genevois devrait donc s'inscrire dans une logique tendant à terme à relier Bâle à Grenoble et à la ligne Lyon Turin, via Annecy et Chambéry, le fameux sillon alpin. "

    Quel est son intérêt pour la Suisse ? Quel est l'intérêt pour la Suisse de relier Bâle à Grenoble, alors que la Suisse réalise aujourd'hui à ses fais, les NLFA : les tunnels de base du Lötschberg et du Gotthard ?

    Un proverbe dit : "Qui trop embrasse, mal étreint ! "

    Proverbe que l'on pourrait appliquer avec vos arguments M. Mabut. A trop vouloir ajouter de termes à l'équation ferroviaire "Rive Gauche", elle devient insoluble !

    Alors un peu de réalisme et surtout de courage en l'avenir !

    OUI au CEVA !

  • A ceux qui disent que le CEVA ne servira à rien pour les purs suisses de la rive droite... il faut juste préciser que le projet de RER prévoit :
    - la circulation de trains rapides (et très capacitaires) entre Lausanne et Annemasse (avec arrêt dans les principales gares entre Genève et Lausanne, et celles du CEVA)
    - les possibilités de correspondances systématique entre les trains grandes lignes et les RER (par exemple, des personnes qui viennent de Fribourg et qui travaillent du coté de la Praille ou à l'hôpital, j'en connais quelques unes...)
    - la ligne Coppet - Genève sera cadencée au 1/4 d'heure...

    @Octave : En France, on parle de l'Aéroport International de Mulhouse-Bâle... mais bon, il est toujours facile d'arranger la vériter pour servir ses positions.

    @Stan : je vous conseille de regarder du coté de la politique de déplacements de la Région Rhône-Alpes (par exemple : http://www.srt.rhonealpes.fr ), ainsi que du coté du projet d'Agglomération ( http://www.projet-agglo.org/ ).
    D'ici 2016, 10 nouveaux P+R devraient être aménagés autour de Genève (avec, par exemple, Réigner, Bons-en-Chablais, Thonon,...).
    La Région de son coté réaménage progressivement, en partenariat avec les communes et autres collectivités concernées, les différentes gares de son réseau régional (stationnement cycles et voitures, équipements d'accueil, rabattement TC avec le Conseil Général de Haute-Savoie, etc...)

    A noter que les frontaliers en provenance de la Vallée de l'Arve, du Chablais, de La Roche pourront prendre leur train directement dans les gares irriguant la Haute-Savoie et qui seront reliées directement à Genève via le CEVA.
    Sur l'agglomération d'Annemasse, il faut aussi compter sur le développement à venir du réseau de transport en commun (le projet de BHNS (ligne de bus en site propre avec cadence importante), l'extension du tramway, le développement des modes doux avec notamment la création d'une vélo-station en gare d'Annemasse, etc...)

    En ce qui concerne les surcouts, je pense qu'il est difficile de se prononcer. Il est possible de citer des exemples tant positifs que négatifs sur le respects des couts initiaux. Le creusement d'un tunnel (routier, ferroviaire,...) est toujours soumis à risque lié à la géologie du terrain traversé et à la présence de couches qui n'ont pas été identifiées.
    Alors oui, le CEVA pourrait couter plus cher que ce qui est annoncé maintenant, comme il pourrait couter le prix annoncé, voir même légèrement moins.

  • Ma décision est prise depuis belle lurette, j'ai posté mon bulletin de vote
    ce matin, pour moi le CEVA c'est NON !
    J'attends le résultat du vote avec sérénité...

  • @anti ceva

    Ce qui est clair c'est que vos arguments ne tiennent pas la route. En comparaison de ceux qui sont mentionnés dans les messages ci-dessus vous faites, en effet, bien pâle figure.

    Surtout que vos théories ont quand même (quoi que vous puissiez en dire) un petit relent d'anti-français primaire.

    Comme si le développement de notre agglomération n’allait se faire que d'un côté parce que de l'autre… c'est les étrangers. Vous êtes en retard de plusieurs trains si vous pensez vraiment cela.

    D'autant que contrairement à ce que vous affirmez cette région n'est pas une vision, c'est notre réalité depuis très longtemps.

    Il est grand temps de vous y faire !

  • cette région est devenue de la merde et y a pas d'autres mots, depuis que l'on nous a forcer à ouvrir la porte sur les frouzes.

    cette région serait parfaite sans les frouzes, donc y aura pas ceva.

    et vincent si tu es frouze, ferme là et retourne dans ton tier monde.

  • @Stan

    Salut, je me suis posé les mêmes questions, sur les P+R et les surcoûts.
    Un ami m'a donné pas mal d'infos.
    Concernant les P+R, en Suisse comme en France, ils sont prévus aux gares de: Tuilleries (déjà en fonction), Bellegarde, Vernier-Meyrin, Bonneville, Cluses, La Roche, Reigner, Thonon, Evian, Perrigner, Bons-en-Chablais.
    Machilly et Chancy seront construits en 2010.
    Ces parkings sont prévus par le projet d'agglomération.
    Avec ces infrastructures, je me dit que le RER sera vraiment accessible pour les habitants de la périphérie qui habitent des coins isolés. Ils pourront parfaitement rejoindre les gares par la route.

    Pour les surcoûts, j'ai également posé la question. Le coût est dû à deux choses, au renchérissement durant la période 2000-2008, ce qui est normal, le prix des travaux et des matériaux augmente, et aux améliorations apportées au projet (sécurité, confort, normes anti-vibrations, etc). Je suis maintenant d'avis que le Conseil d'Etat a bien fait de jouer la transparence en proposant un crédit complémentaire, soumis au Grand Conseil et au vote populaire. Nous sommes fixés sur les coûts, sur les normes mises en oeuvre, les travaux, etc.

    Le projet fait aujourd'hui 1,4 mia, avec 80% des soumissions qui sont rentrées, c'est-à-dire que les coûts sont maîtrisés. Par rapport à d'autres projets, le CEVA n'est pas si cher, la gare souterraine de Zürich a coûté 2,5 mia.
    Tu peux voir le détail du coût ici:
    http://www.ge.ch/conseil_etat/2005-2009/communiques/20091029.asp

    Je ne sais pas si je t'ai aidé Stan mais ces arguments m'ont convaincu. Je pense que Genève a besoin d'une infrastructure efficace dans un région en plein développement et ce pour les 100 prochaines années.
    Moi je voterai pour le CEVA, pour une région ouverte et dynamique.

    A+

  • ET JFM EN RETARD D'UN SIECLE ??, car vous êtes bien seul à critiquer le CEVA cher JFM...et ce n'est pas tous vos nombreux pastiches (pseudos !) qui y changeront quelque chose... les jeux sont faits...les genevois (pas ceux de votre bled) en ont ras le bol des embouteillages et devoir se taper des amendes de parcages. ils prendront le CEVA au grand drame des néo-cons qui veulent rester accrochés à une autre époque...celle des bagnoles et des pollueurs inconscients...
    Allons JFM, il faut passer au nouvau millénaire...rasez donc votre moustache et changez-nous ce pull-over en laine "seventies"...cela fait ringard ...et mettez donc une photo couleur...on est plus en 1950 !!!

    :o)
    David...

  • Le CEVA ne va pas faire disparaître toutes les voitures! Regardez le tracé et demandez-vous combien de temps en vélo vous fait La Praille-Cornavin ou HUG-Thonex, faut-il dépenser 2 millards pour cela? De plus comment nos amis habitants sur France dans tout le 01 et 74 vont faire pour se rendre à Annemasse? Ils prendront leur voiture comme d'hab' et ne trouveront pas l'avantage d'attendre 15 minutes pour prendre un train-tram pour aller dans le centre de Genève. Le CEVA va faire exploser le prix de l'immobilier à Annemasse. Les constructions sur Genève se feront de toutes manières avec ou sans CEVA, cas nous somme dans l'urgence concernant les logements. Genève ferait mieux de déclasser des zones agricoles et villas pour permettre la construction de logements, en favorisant notamment la zone de Bernex(-Chancy) qui sera bientôt reliée à un tram.

  • @Riro, si vous vous étiez renseigné un peu plus (et si vous aviez lu les commentaires au dessus) nos amis habitants en France ne vont pas aller prendre le train à Annemasse étant donné que le réseau s'étendra jusqu'au ville d'Annecy, St-Gervais et Evian pour le coté Français (plus d'une vingtaine de gares!).

  • @ eldwane

    Oui, mais... pour certains c'est plus rapide et certainement moin cher de prendre leur auto. [Si j'habite à Cruseilles, par exemple, je prends un bus pour déscendre à Annecy? Je vais à Annemasse pour payer un parking et prendre le CEVA? ou je vais direct en ville de Genève et je me parque où je peux? ou mieux je vais à Onex, je laisse ma caisse en zone blanche et je prend le futur tram ou le 10?]

    Et existe-il des P+R en centre ville d'Annecy? Le prix du parking + prix du billet français + prix du billet CEVA + prix du bus ou tram = combien? Tout sera gratuit?

  • @Riro : Évidemment, aussi étendu que puisse être le futur réseau RER, il ne pourra desservir l'ensemble de la population frontalière (je pense notamment au Pays de Gex et à la zone entre Bellegarde et Annecy). Cependant, ce réseau est suffisamment étendu pour desservir un potentiel important de population (la vallée de l'Arve, une grande partie du Chablais, le bassin annecien, le pays rochois).

    Si un habitant de Cruseilles souhaite réellement prendre le train, il lui serait inutile d'aller à Annecy étant donné la proximité de la gare de Groisy-Thorens (et de son niveau d'offre équivalent à celui d'Annecy avec le RER).
    Sauf erreur, les parkings des gares TER en Rhône-Alpes sont gratuits ou, au pire, accessible uniquement aux possesseurs d'un abonnement de travail.

    Pour finir sur la tarification, vous vous méprenez, il n'y aura pas de distinction entre réseaux français et suisses: déjà actuellement, il existe des titres combinés TER + Unireso proposant d'importantes réductions. D'ailleurs, les abonnements de travail TER en france sont à des prix très très avantageux (par exemple, pour l'abonnement TER Groisy - Genève, cela coute 135 CHF par mois, soit environ 6 CHF par jour).

    Après il faudrait faire un calcul plus élaboré pour comparer le cout annuel entre un trajet en voiture et un trajet en transport en communs, calcul que je n'ai pas effectué, mais je suis a peu près certains que le gain est en faveur de la solution en transport en commun. Ce qui joue aussi énormément, c'est le facteur temps, et là, coté train, c'est pas glorieux pour Annecy (quelque soit la solution ferroviaire d'ailleurs, Barreau Sud ou CEVA...). Il faut toutefois noter certains positifs dans l'amélioration de cette situation, à savoir l'étude prospective en cours sur les déplacements en Haute-Savoie (initiée par la Région et le Département) et dont les objectifs principaux sont:
    - la diminution du temps de parcours ferroviaire entre Annecy et Genève
    - l'augmentation de capacité du réseau ferrovaire Haut-Savoyard
    - une amélioration et une densification des rabattement en transport en commun (bus, car départementaux) sur les différentes gares du réseau.


    Il faut vraiment prendre le CEVA (et son réseau RER associé) comme le point de départ au développement d'un vrai réseau de transport à l'echelle régionale sur tout le bassin (on part de très loin coté Haute-Savoie, les marges de progression sont donc énormes!)

  • (on part de très loin coté Haute-Savoie, les marges de progression sont donc énormes!)


    rien que pour cette phrase, je suis plus motivé que jamais à voter contre le ceva.

Les commentaires sont fermés.