Un CEVA vaut cinq lignes de tram Cornavin Onex Bernex

DSC03010.JPGLe Dauphiné du jour fait sa une avec un titre choc: "341 millions.... pour gagner 22 minutes". Le quotidien, qui publie une cinquantaine d'éditions régionales dans neuf départements, du Vaucluse à la Haute-Savoie, doute sur deux pages que cet investissement profite effectivement à la Haute-Savoie. Cette une m'a fait penser à deux choses vues et entendues ces jours:

D'une part à la campagne qu'Elisabeth Chatelain mène sur Facebook pour le CEVA. La députée socialiste de Plan-les-Ouates se réjouit que le CEVA permette de grappiller quelques minutes de Cornavin à Annemasse et pour le reste enfile les contre-vérités. Le problème, c'est que la facture du CEVA ne s'élève pas à 341 millions d'euros, soit quelque 512  millions pour mettre Paris à 3 heures de Genève, mais à 1,62 milliard de francs (1,47 suisse + 0.15 français) pour mettre Cornavin à 20 minutes de la gare d'Annemasse.

D'autre part, on m'a demandé combien coûte les trams à Genève. Et combien de trams nous prive le CEVA? J'ai donc fait mes petits calculs. La réponse est cinq. Un CEVA vaut cinq lignes de tram Cornavin Onex Bernex (carrefour de l'autoroute).

combien ça coute le ceva m2.jpg



DSC03012.JPG


ceva chatelain fb 17 oct.jpg

Commentaires

  • Si seulement ont avait plus de journalistes français dans les médias genevois!

  • Mais le CEVA, M.Mabut, n'a rien à voir avec un tram, c'est un RER!
    Vous montrez encore votre confusion des modes de transports, on ne peut comparer un tram, un métro et un RER. Ils n'ont pas les mêmes objectifs, le même sens urbanistique... tout professionnel vous le dira.
    1) le tram a une dessert fine, en surface, avec des arrêts rapprochés et une fréquence élevée. Il sert d'axe principal aux transports publics sur des lignes à fort développement.
    2) le métro, essentiellement souterrain, est plus direct et propose des arrêts plus distants. Il ne perturbe pas la circulation urbaine.
    3) le RER voit plus grand, sur une plus grande échelle, et relie la périphérie à la ville et, pour le CEVA, traverse la ville en desservant des quartiers clé à fort potentiel de développement, denses, et où les emplois sont concentrés. Essentiellement en souterrain, il ne perturbe pas du tout la circulation en surface.
    Impossible donc de comparer les trois, et le CEVA avec 1,4 mia de francs n'est pas du tout trop cher comparativement à ce qui se fait à Bâle, Zurich (gare souterraine à 2,5 mia...) ou Berne.
    Surtout, ce que vous ne comprenez pas, c'est que le RER n'est pas essentiellement fait pour relier Cornavin au Eaux-Vives. Mais bel et bien pour relier Versoix à l'Hopital, Coppet à Chêne-Bourg, Nyon à l'aéroport, les Eaux-Vives à Lausanne ou Annecy à Cornavin... et ça, cela vaut bien 5 trams!!!

    Cordialement, Nicolas C.

  • D'accord avec Nico C.

    Par ailleurs et pour agrémenter encore davantage la confusion M. Mabut, vous faites allusion à la réhabilitation actuelle de la ligne des Carpates entre Bellegarde et Bourg-en-Bresse, qui n'a rien à voir avec le projet du CEVA, ni surtout avec la ligne de tramway Cornavin-Onex-Bernex.
    L'article du Dauphiné dont vous reproduisez la photo parle de la ligne des Carpates, pas du CEVA, ni du tramway TCOB !

    Rappelons que la réhabilitation de l'ancienne ligne dite des Carpates raccourcira le trajet du TGV entre Genève et Paris, mais qu'elle n'a rien à voir avec le CEVA !

    M. Mabut, ne trouvez-vous pas qu'il y a actuellement suffisamment de confusion, d'incompréhension et de rumeurs infondées parmi la population sans ajouter des décibels supplémentaires à la cacophonie ambiante !

    Les électeurs doivent être informés objectivement avant le 29 novembre, il ne faut pas les enfumer !

    Bien à vous !

  • Un, deux, trois CEVA... Il nous faut surtout décupler un vaste réseau RER qui permette à la fois de nous rendre en moins de 20 minutes au coeur de l'agglomération - depuis Gex, Nyon, Bernex, Bellegarde, Saint Julien, etc - et de connecter les différente polarités régionales et locales. Le problème genevois est dans son unique système radial, il nous faut le compléter par un "contre-point", soit un système tangentiel de manière à développer un système maillé tant pour le réseau de transport collectif que pour la charpente paysagère de la région. Pour tout celà la région devra effectivement investir afin d'assurer son propre développement sur la durée. L'inverse conduira à peu près nulle part car le réseau du transport individuel est déjà saturé !

  • Je vous encourage vivement à consulter le Blog TdG : "Le CEVA vu d'en face" de la société civile française, voir nomenclature Fig 1, vous y trouverez, les choix de tracés, leurs coûts et les temps de déplacement.
    Le CEVA partie genevoise c'est 1 milliard d'Euros soit 1500 millions de FS

  • Il n'y a QU'UN SEUL tracé valable: celui du CEVA actuel. Les autres ne sont que pur fantasme car ils n'ont ni financement, ni réserve foncière, ni volonté politique.
    Les barreau sud est un leurre, la France n'en veut pas, la Suisse non plus, et les opposants au CEVA ne savent même pas si leur tracé irait à Bardonnex, St-Julien ou ailleurs... Belle preuve de pragmatisme.

    Autre chose, la "société civile" française, à l'exception d'agfut, est A 100% POUR le CEVA. Toutes les associations se réunissent pour ce projet car tout le monde sait que sans lui, c'est 20 ans de retard dans les transports publics de la région: voyez le site www.ardsl.org pour vous en convaincre.

    Il faut donc remettre les choses dans leur contexte (économique, politique): c'est le CEVA et la première pièce d'un réseau RER dynamique ou rien du tout pendant des lustres.
    Petite remarque également à JFM, dire que Mme Châtelain "enfile les contre-vérités" est très limite, et c'est faire preuve de bien peu d'argumentation que de lancer cela ainsi. Je vous rappelle que le Grand Conseil a toujours adopté à une écrasante majorité les questions liées au CEVA, que toute la classe politique se mobilise, comme les associations et les lobbies...

    Il serait plus constructif de défendre les projets futurs qui rendraient ce RER plus efficace encore à l'avenir que de passer son temps à compter le nombre de trams (ou de vélos électriques...) que l'on pourrait proposer à la place du RER.

    Il nous faut résolument ce premier maillon du RER franco-genevois pour enfin disposer d'un mode de transport de qualité dans la région.
    OUI au CEVA le 29 novembre.

  • Jean-François, là, permets-moi de te dire que ta fougue anti-CEVA t'égares... Faire passer un papier anti-Carpathes (motivé par des rivalités entre le Genevois et Annecy, qui mise sur la ligne du sillon Rhodanien) pour un papier anti-CEVA, c'est assez grossier.
    Par ailleurs on ne peut pas compter comme cela en minutes gagnées. D'ailleurs si c'était 22 minutes, matin et soir, pour aller au boulot, ce serait énorme, et justifierait un transfert de mode de transport à l'autre, ce qui est précisément l'objectif.
    Comparer des lignes de tram à ciel ouvert et empiétant sur la voirie urbaine avec des lignes de RER en souterrain, donc laissant la surface disponible aux autres moyens de transport est également de la pure mauvaise foi.
    Je comprend que vu ton origine géographique, tu préfèrerais un barreau sud, qui irriguerait mieux ta région, qui en a bien besoin. Mais les régions d'Annemasse et du Chablais sont encore plus peuplées, et en ont encore plus besoin. Et les deux sont complémentaires.
    Bats-toi pour un tram carouge Saint-Ju, ou un bus en site propre, ou en tunnel ou ce que tu veux, mais laisse faire le CEVA
    Amicalement

  • Bonjour,

    J'ai une question très simple mais je ne devine pas la réponse qui pourrait m'être apportée, donc je vous interpelle.

    Dans le film de présentation sur le CECA, il y est précisé que les transports publics ne sont utilisés actuellement que par 1 à 10 % de la population frontalière française pour les voyages vers Genève, contre 27 % d'utilisation en Suisse.

    Quelle garantie avez-vous que ce mode de transport fera l'unanimité en France et que l'égoïsme humain, qui consiste à prendre sa voiture tous les jours pour nos déplacements, ne sera pas prépondérant au CEVA et aux tarifs qui seront proposés ?

  • Le choix de la voiture n'est pas qu'une question d'égoïsme loin de là, car sinon, la proportion d'usagers serait la même en France et en Suisse... A moins de présupposer que nos voisins français sont de 2,7 à 27 fois plus égoïstes que nous autres Genevois ???
    A votre avis, quel est le taux de fréquentation de la RATP ? Ou des trams et métros lyonnais ou grenoblois ? Doutez-vous qu'ils sont plus importants que ceux des TPG par les Genevois, Genève restant la ville du monde dotée du plus grand nombre de voitures par habitant ?
    Votre question faussement naïve parait d'autant moins pertinente que le taux de fréquentation dépend essentiellement du caractère pratique ou non et du coût pour l'usager des moyens de transports proposés. Hors de ce point de vue, le CEVA représentera un progrès essentiel.

  • Je veux juste suivre la discussion

  • Il es ridicule de dire que le CEVA vaut 5 lignes de tram, parce que les sources de financement ne sont pas les mêmes !!

    Est-ce que la confédération paierait 3 lignes de tram sur les 5 dont il est question ?? J'en doute fort.

    Rajouter du tram ne sers à rien. Plus de tram, c'est plus de bouchons aux carrefour, moins de place pour les voitures, moins de place de parc en ville car il faudra bien des voies privées au tram.

    Annemasse -> Genève en RER c'est 20 minutes, comptez le double en tram. On perd beaucoup d'attractivité.

    A Zurich, Berne ou Bale on a bien compris. Il y a un réseau de RER ET un réseau de tram, qui n'assurent pas la même desserte. Par exemple : Depuis l'aéroport de Zurich, en tram vers la gare centrale c'est direct sans changement mais comptez une demi-heure. En train dix minutes suffisent.

Les commentaires sont fermés.