La Pravda sur CEVA...

chatelain Elisabeth.jpgLa députée socialiste Elisabeth Chatelain signale à ses 445 amis sur Facebook un nouveau site internet. Très vert tournesols dans son look, www.laveritesurceva.ch se donne pour noble but l'information vraie. Sa page d'accueil affirme sans ambages: "Assez de désinformation! Assez de mensonges! Assez de tromperies!" Que distillent forcément les opposants à ce merveilleux RER, que les Genevois et les Savoyards attendent depuis 1912. C'est dire l'urgence de la merveille! En vidéo, c'est trop parfait.

Une merveille que le Grand Conseil a voté un peu la tête dans le sac, les yeux écarquillés par les 550 millions de la manne fédérale. Et que notre députée vend comme si l'on avait affaire au M2 lausannois. Or le RER genevois n'a rien à voir avec le métro automatique vaudois.

Pour mémoire, le vote historique genevois est intervenu fin juin 2002, au terme de presque 10 ans de valse hésitations et de palabres entre un tram, un train tram, un métro lourd, léger, automatique etc. Pour mémoire encore le raccordement Eaux Vives Cornavin est un serpent de mer aussi vieux que l'arrivée des trains à Genève. Le site officiel du CEVA livre à ce propos une histoire édifiante qui montre que le vote du 29 novembre prochain n'est que le nième épisode d'un vaudeville bien genevois.

Pour mémoire toujours, souvenons-nous que la convention de 1912 qui oblige les CFF a cofinancé le CEVA avait déjà été ressortie des cartons dans les années 70. Les CFF, qui ne croyaient pas à ce tortillard urbain, ont alors imposé la bretelle Cornavin Cointrin. Ont-ils vraiment changé d'avis aujourd'hui?

En fait, la régie fédérale ne payera pas un franc de cet investissement. Certes un protocole d'accord a bien été signé le 26 avril 2002. Mais c'est bien des six milliards ouverts par la loi de financement des infrastructures d'agglomération, votée le 6 octobre 2006, qu'on a sorti en urgence les premiers 550 millions. Berne cherche pour l'heure le complément résultant de la nouvelle évaluation du coût du CEVA, dont la facture, en sept ans, a passé officiellement de 950 millions à 1,45 milliard (+ 50%!). Les Genevois ne se prononceront le 29 novembre que sur un crédit supplémentaire de 113 millions. Le reste sera financé par Berne, ce qui n'est pas encore garanti  malgré les assurances officielles fournies au conseiller national Luscher le 1er juillet 2009, et est à mettre au compte de l'inflation, qui a bon dos...

Pour mémoire enfin (la suite viendra prochainement), le nouveau budget n'est dû que marginalement aux réclamations des riverains, mais bien aux quelque 350 demandes de l'Office fédéral des transports.

Un dernier point: le coût actuel officiel de 1,473 milliards vaut pour les 16,5 kilomètres qui séparent Annemasse de Cornavin et les cinq stations Jean Nouvel du trajet (sept en comptant Cornavin et Annemasse), dont trois Pont-Rouge, Eaux-Vives et Chêne sont déjà desservies par le train. Le budget ne comprend ni les parkings d'échange, ni les aménagements des bus et trams qui devraient rabattre les usagers sur les gares, ni le matériel roulant.

RER Cointrin Cornavin.jpgLe budget ne comprend pas non plus la bretelle Cointrin-Cornavin que prévoit le projet d'agglomération franco-valdo-genevois, sans laquelle le RER ne pourra pas tenir la cadence au quart d'heure sur Cointrin [cliquez sur la vigtnette pour l'agrandir]. Mais il est vrai que CEVA n'a vocation que de relier Annemasse à Cornavin. Le projet de 1912 ne pouvait pas anticiper les pôles de développement que sont l'aéroport, l'Hôpital cantonal ou l'Université au centre ville, tous trois très mal desservis par la merveille que nous conte laveritesurceva.ch.

 

chatelain laverite sur ceva 14 oct 09.jpg

 

Commentaires

  • Aux critiques sur le coût et la desserte, vous pouvez ajouter celle sur l'opportunité au regard des points d'augmentation du trafic depuis 1980 (page 9 du lien)

    http://www.tcs.ch/etc/medialib/sub/ge/pdf_2009.Par.0015.File.tmp/revue_3_2009_paix_des_transports.pdf

    Annemasse: +65%
    Saint Julien : +272%

  • OUI AU CEVA LE 20 NOVEMBRE!
    Vous vous bornez à critiquer ce projet M.Mabut, d'ailleurs avec des arguments pour une bonne partie erronés. Mais vous oubliez de dire que le RER que permettra le CEVA est le SEUL projet à pouvoir démarrer l'an prochain!
    Quelles solution proposez vous? Un barreau-sud en cul-de-sac plus cher dans 15 ans? Une traversée dans 25 ans pour 4 milliards?
    Vos arguments sont faux: l'Hôpital est au centre du projet et aura une station à 100 mètres connectée directement par une chaussée roulante! Comment pouvez-vous dire, en tant que "journaliste", que l'hôpital sera mal desservi!?! La halte de l'hôpital sera à un jet de pierre de la vielle-ville ou et des Bastions. Idem pour Cointrin qui a DEJA 4 trains pas heure!?

    Si on ne fait pas le CEVA aujourd'hui, ce qui serait une véritable inconscience et la victoire de l'immobilisme, on verrouille notre région, on empêche un développement durable de l'agglomération et un immense pourvoyeur d'emplois, de logements (à Chêne, aux Eaux-Vives, au PAV) et une réelle alternative à la voiture tant dans la ville que dans la périphérie.

    De plus, on oublierait les 900 millions d'investissements de la Confédération, loin la manne fédérale, Bâle ou Berne, déjà en avance de 20 ans pour les transports publics, sauraient quoi en faire!

    Enfin, les CFF soutiennent à fond ce projet et ont créé une société, TRANSFERIS, qui a déjà mis sur pied un horaire du RER au 1/4 d'heure reliant 40 gares (dont 25 à Genève) sur 230km.

    Osons un projet d'envergure et structurant pour Genève,
    OUI AU CEVA LE 29 NOVEMBRE!

  • Monsieur Mabut, je partage votre opinion à 100 %.
    Ce n'est pas 1,45 milliard mais 2 milliard (estimation de tous les ingénieurs compétents qui travaillent sur ce projet) pour un train et non un métro.
    Heureux Lausannois qui ont eu tout compris et qui lance le M3.
    Il faut reprendre ce projet et en faire quelque chose d'utile pour la population et le futur développement de Genève.

  • Chêne-Bourg-Lancy en 11 minutes! Sécheron-Hôpital en 13 minutes!
    Le RER sera bigrement efficace!
    Ce projet permet une utilisation intelligente des voies:
    1) Une desserte fine du centre de Genève et de sa périphérie -type métro- (Coppet-Annemasse, avec 15 arrêts intermédiaires).
    2) Une desserte traversante de l'agglomération dans son ensemble, par exemple Nyon-La Roche.
    3) Une desserte plus large à l'échelle de la Région, type Lausanne-Annecy.

    C'est véritablement la force de ce projet, permettre, avec une seule liaison, 3 types de dessertes différentes. Il est absurde de comparer ce projet au M2 lausannois, ils n'ont pas le même rôle.
    Le Réseau express régional rendu possible grâce au CEVA connecte le centre de Genève (Cornavin-Hôpital), la couronne suburbaine au centre (Genthod-Eaux-Vives), et l'extérieur (Versoix-Annemasse ou Nyon Annecy).
    Une voie pour une multitude de dessertes, là est l'économie!
    Le M2 lui, connecte certes la ville, un peu comme notre tram Moillesulaz-Meyrin, mais ne favorise pas les déplacements de/vers l'extérieur.
    Le CEVA est un projet mûr, bien planifié, avec des objectifs clairs et multiples, nous ne pouvons le refuser sous prétexte "qu'il y aurait mieux".
    1) Comme le dit Nico C. on perdrait la subvention fédérale... 900 millions, c'est dommage.
    2) On perdrait en tout cas 20 ans. Et que proposerait-on d'autre? En quoi un autre projet serait meilleur? Qui le financerait? Qui s'y opposerait? Qui irait expliquer à Berne qu'il faut tout recommencer?

    M.Buchs, on peut se dire que ce projet n'est pas parfait, qu'il ne NOUS arrange pas au mieux, mais on ne peut bloquer le développement de Genève sous prétexte que le mieux est l'ennemi du bien...
    Nous devons être pragmatiques, avancer, construire, développer Genève et arrêter la politique du refus continuel.

    C'est pourquoi je vous invite à réfléchir à ce projet vital qui donnera de l'emploi à des milliers de personnes lors de la construction et ensuite, qui permettra la création de centaines de logements, le développement d'infrastructures publiques, de bureaux, et donnera une alternative durable en matière de mobilité.
    Versoix-Champel-Hôpital en 25 minutes, Chêne-Bourg-Lancy en 11 minutes, à toute heure et tous les 1/4 d'heure! Ca c'est une mobilité efficace!

  • M. Mabut, suite à votre billet, je me permet plusieurs remarques :

    1. Le matériel roulant sera logiquement (pour la partie Suisse) acheté par les CFF et non les Cantons de Genève et Vaud. Évidemment, il y aura répercussion dans les couts de fonctionnement par la suite, mais les choses fonctionnent déjà comme cela actuellement. De plus, ces achats de matériels seront nécessaire si l'on veut développement l'offre sur le réseau régional genevois, même sans le CEVA (1/4 d'heure Coppet - Lancy,...). Difficile donc de lier ces surcouts au projet CEVA uniquement.


    2. Au sujet des parkings relais et autres intervention complémentaires au CEVA, il existe déjà des schéma de développement (coté suisse et français) en cours d'application ou sur le point de l'être. La plupart sont d'ailleurs intégrés au projet d'agglo (P+R des Tuileries, P+R de Reignier, etc...). La plupart de ces aménagements se feront d'ailleurs avec ou sans le CEVA. Difficile donc de les associer à un cout élargi du projet


    3. Vous dites que le CEVA n'aura de vocation que de relier Annemasse à Cornavin : je trouve vos propos un peu réducteurs. L'intérêt et la vocation du CEVA, et c'est pour ces raisons que sa construction est considérée comme pertinente, voir indispensable, c'est qu'il relie le réseau suisse au réseau français Haut-Savoyard en proposant un maximum de fonctionnalités, et surtout, en optimisant l'utilisation des réseau existant (je pense notamment à l'étoile ferroviaire d'Annemasse dont l'exploitation est très complexe et très contrainte)
    Au vu de la situation actuelle des réseaux, cette connexion entre les deux réseaux correspond à la première étape indispensable au développement d'un système cohérent de transports ferroviaires sur le bassin genevois.

    Évidemment, je parle du principe de la liaison.
    Pour ce qui est de l'itinéraire, au delà des décisions politiques, il y a aussi des techniciens et ingénieurs qui ont passé du temps à étudier un certains nombre de variantes, leurs contraintes, leur cout et à définir ce qu'il y avait de plus pertinent à faire... Il est trop facile de dire qu'on a simplement réactivé sans réfléchir un projet vieux d'un siècle.


    4.Enfin, en ce qui concerne le premier commentaire :
    Quand est-ce que cessera cette interprétation (volontairement ou pas) erronée des chiffres de l'enquêtes aux frontières de 2005 (cf: page 9 du document TCS mentionné par miam)?
    Cette enquête aux frontières reflète le volume de trafic aux points d'entrée sur Canton, et non l'origine de ces entrants!!

    Il parait assez logique qu'un automobiliste venant du Chablais/Annemasse/vallée de l'Arve et se rendant au Bachet ou Cornavin (par exemple) rentre sur Genève via Bardonnex plutot que Thonex.
    Les +272% d'évolution de trafic via le secteur de St-Julien ne permettent donc en aucun cas d'affirmer qu'on aurait plus d'intérêt à créer une liaison de transports lourde entre Genève et ce secteur!

  • 2 milliards au minimum pour un traclet inutile ! Aucun accès direct aux HUG, aucun parking en France, aucune utilité pour les frontaliers qui viendront TOUJOURS en voitures car c'est le seul moyen de se déplacer facilement. Expliquez-moi comment devrait faire un frontalier qui habite par exemple Mieussy pour venir bosser à Genève. Comment les genevois qui se rendent dans leur résidence secondaire dans la Vallée Verte pourront arriver chez eux avec votre tortillard, y aura-t-il des wagons suffisemment équipés pour placer les achats des genevois qui font leurs courses en France voisine ? A part les coffres de voiture, il me semble illusoire de penser que les gens vous s'emmerder à porter toutes leurs courses à bout de bras. Le CEVA est mort et tant mieux ! Une économie de faite.

  • L'avantage de Feydeau, c'est qu'il donnait une conclusion à ses longs vaudevilles. Le désavantage des critiques du ceva, c'est qu'ils préfèrent la farce de l'impuissance éternelle. Une solution imparfaite sera toujours meilleure qu'une proposition théorique. Et un jour, Cointrin et au-delà seront reliés au ceva. Allez, une petite conversion à la critique constructive...

  • Dans les vaudevilles il y a souvent un cocu.
    Gageons que celui-ci n'y fera pas exception.
    Reste à savoir qui en tiendra le rôle.

  • Le RER desservira aussi bien le centre-ville que la périphérie, à des fréquences élevées.
    Octave, vous jonglez bien avec la désinformation:
    1) 2 milliards? un peu facile de modifier les chiffres sans aucun fondement.
    2)Aucun accès direct aux HUG. Faux. Une chaussée roulante directe reliera les quais au centre hospitalier.
    3) Aucun parking en France? Faux. Un P+R vient d'être inauguré à Annecy, plusieurs sont prévus dans toute la Haute-Savoie.

    Vous habitez Mieussy? Pas de problème, vous prenez votre voiture pour 10 minutes pour Bonneville où un parking sera construit, tout comme à Machilly ou La Roche. Et hop dans le train, en 35 minutes aux Eaux-Vives, en 38 aux HUG.
    Mais c'est également dans Genève que ce RER prendra son sens, avec un Versoix-Hôpital en 25 minutes!
    Le CEVA et le RER franco-genevois sont bien vivants et pourront passer enfin à la phase de réalisation après le 29 novembre!
    OUI AU CEVA!

Les commentaires sont fermés.