Le dernier budget de David Hiler?

hiler main.jpgDavid Hiler est un ministre des finances heureux. Une bonne fée préside-t-elle à la destinée du géant blond, comme l'appelle affectueusement le député Losio? On pourrait le croire à la lecture du projet de budget 2010.

Ayant telle la fourmi de la fable amassé des centaines de millions durant trois ans grâce à des recettes fiscales exceptionnelles - le mot est faible - dont il n'est guère responsable, le ministre genevois des finances termine la législature en redistribuant largement la manne publique: 7,6 milliards de dépenses courantes et presque un milliard de dépenses d'investissements, soit près de 19'000 francs par habitants. Ce qui, comme dirait Patrice Mugny, permet à une famille de 4 personnes de se dire gagnante tant qu'elle ne paie pas 80'000 francs d'impôt cantonal par an! Car à ce montant de dépenses publiques s'ajoutent la dépense communale.

On se demande qui a bien pu être oublié dans la distribution des prix. Les communes? Même pas. C'est l'éclat de rire général à l'écoute des  gérémiades de la Ville de Genève.

Peut-on se fier à ce budget? Impossible de l'affirmer. Il y a trop d'inconnues à cette heure pour savoir s'il pèche par optimisme ou pessimisme. Les choix sont cependant faits en matière d'investissements notamment. On va donc bétonner des kilomètres de tram et le CEVA. Un investissement d'avenir? On peut en douter, mais, à Genève, les bétonneurs ont perdu le sens critique et les Verts ne jurent que pas le fer. Peut-être un investissement pour le futur ministre du territoire qui pourrait bien être David Hiler.

 

Car, à cinq semaines de l'élection du Grand Conseil et à neuf semaines de celle du gouvernement, la question de la succession de Robert Cramer dont la volonté politique et la poigne ont été déterminantes dans l'avancement de l'ambitieux projet d'agglomération franco-valdo-genevois reste entière.

Les choix d'investissement ne sont à ce stade pas neutres. Si la majorité gouvernementale reste en mains socialistes et écologistes, David Hiler pourrait être poussé par les siens à reprendre le grand ministère du Territoire. On voit mal en effet la gauche accéder aux voeux de l'Entente de recomposer une fois encore les départements. Et on ne voit pas qui pourrait conduire à bon port le projet d'agglo sinon David Hiler.

Tout auréolé de sa bonne gouvernance des finances, David Hiler sera sans conteste l'homme fort du futur gouvernement. Il a huit ans devant lui pour laisser sa trace dans la région. Une rocade paraîtra nornale et même vitale pour sa santé et pour la coalition rose verte, car le temps des déficits et de la grogne des fonctionnaires s'ouvrent à nouveau. Majoritaire le 15 novembre - si les Genevois le veulent - la gauche aurait donc tout intérêt à confier les clés du 26 rue du Stand à un libéral.

On mesure aussi l'enjeu des deux futurs scrutins.

A noter que le communiqué de presse n'évoque plus le budget par prestations lancé l'an dernier comme la révolution du siècle et qui devait enfin permettre de connaître le prix de revient des prestations de l'Etat et même, luxe suprême, de pouvoir tenter quelques comparaisons avec d'autres collectivités publiques (Lire à ce sujet ici, ici et ). Encore un projet tué dans l'oeuf par l'administration?

Commentaires

  • Je ne me prononcerai pas ici sur la politique du géant blond, mais je suis assez d'accord pour dire qu'il ne faut surtout pas laisser l'aménagement à quelqu'un de droite. Il est indispensable que ce soit un Vert qui reprenne le département pour poursuivre le développement du rail et des transports publics pour essayer de faire respirer Genève en la débarrassant des bagnoles qui l'asphyxient!

  • Non, non. Le budget par programme va être publié et remis au parlement en même temps que le budget classique, en annexe. Et, conformément à une récente modification législative, le budget par programme deviendra le budget légal à partir de 2011, soit dans une année. On y arrive, gentiment, mais y arrive bien.

Les commentaires sont fermés.