Roses de Carême et haricots du Kenya

rose de carême.jpg- Cette semaine, c'était l'anniversaire d'Aurélie. J'ai acheté des haricots du Kenya. Ils étaient excellents!

- Comment! Des haricots du Kenya! ça n'est pas de saison! Et l'agriculture de proximité et le réchauffement climatique, tu y penses?...

Me voilà aussitôt épinglé grand pollueur, consommateur inconscient, complices des multinationales et j'en passe.

- Ah bon, et les 150'000 roses qu'Action de Carême et Pain pour le prochain s'apprêtent à vendre, 5 francs pièce, le 14 mars prochains, d'où viennent-elles? De Tanzanie! Je ne vois donc pas pourquoi je me priverais de haricots du Kenya!

- Oui, mais ces roses sont labellisées Max Havelaar...

- Et alors? Mes haricots donnent aussi du travail aux Africains. Et, question bilan climatique, roses ou haricots prennent l'avion pour arriver en Europe*.

- ...

- Ton silence en dit long. Et c'est la Migros qui offre les roses. Une bonne action sans doute, qui lui vaut une publicité gratuite dans le calendrier des deux oeuvres d'entraide. C'est comme la Coop, dont la nouvelle carte de crédit verte, qu'elle émet avec le WWF et American express, permettra de financer le sauvetage des dauphins du Mékong. Ce qui n'empêche pas nos deux "généreux et opportunistes" commerçants d'étrangler l'agriculture de proximité, qui ne marche pas selon leurs lois.

 

* Le calendrier 2009 de l'Action de Carême et de Pain pour le prochain cite un rapport de la fondation "myclimate" selon lequel, "les roses Max Havelaar d'outre-mer émettent quatre fois moins de CO2 que celles qui sont cultivées dans les serres chauffées d'Europe. Le chauffage, les engrais, l'emballage et le transport sont inclus dans ce bilan."

Commentaires

  • Et si on arrêtait de justifier les actions dont on se sent coupable en remettant la faute sur les autres "qui ne font pas mieux"?

    Et si on n'achetait ni fraises d'Espagne, ni roses de Tanzanie, ni haricots du Kenya, mais bien des fruits et légumes de saison, produits localement?

    Les africains ne seraient peut-être plus sous-payés à cultiver des fleurs qui ne les nourrissent pas. Les kenyans arrêteraient peut-être de cultiver ces haricots pour redécouvrir toutes les plantes et tous les légumes d'autrefois qu'ils ont du mettre de côté pour ces cultures d'exportation.

    L'agriculture de base DOIT être locale et vivrière, avant tout. Pour le reste, le superflu (bananes, chocolat, café, etc.), on verra après. 1 milliard de nos semblables souffre toujours de la faim. Et ce n'est ni le libre-échange, ni les OGM qui vont les sortir de là, cher JFM.

  • Mon cher Sandro, ne vous acharnez pas sur Monsieur Mabut, il est incapable de vous comprendre. La seule chose qu'il connait en agriculture ce sont les paiements directs et les contingents. Pour le reste l'Afrique c'est bien loin vue de Bardonnex.

  • Erreur, Monsieur MABUT a de bonnes connaissances en agriculture, il a une vigne, il la traite écologiquement...assez bien entretenue, et un petit verger, d'où il aime beaucoup, assis sur son banc, regarder les nombreux vols d'hélicoptères du Complexe d' Archamps...

  • Ahhh Paul mais quelle vie trépidante, quel balcon ouvert sur le grand monde, un peu cpomme Sarah Palin et la fenêtre de sa cuisine donnant sur les Aléoutiennes. Malheureusement côté vision du monde, Mabut c'est un peu Carême toute l'année. Allez dans la paix du Christ mon fils.

  • et toi anastase...racontes nous un peu des journées...tu as des hobbies ormis de te deverser sur les blogs d'autrui....?
    Aimes-tu la Nature, ou seule le fric te met la goutte au frond...mdr!

  • Je me souviens d'une grève des valeureux travailleurs de Air France qui a fait couler toute la production de haricots de contre-saison du Lac Bam au Burkina, excellent projet de la GTZ.
    Mais si les Africains pouvaient gagner un peu d'argent, quel drame ce serait pour les gens de gauche d'Europe, n'est-ce pas ?

  • Juste pour votre gouverne, sachez donc, chers blogueurs anonymes, que dans une vie antérieure certes déjà lointaine j'ai obtenu un diplôme d'ingénieur agronome à Zurich, que je connais un peu l'Afrique et que le problème est un peu plus compliqué. Mon billet avait juste l'intention de relever un paradoxe. Quant au repli sur soi prôné par Sandro Minimo (merci à lui de signer son commentaire), il participe un peu naïvement de la quête d'un paradis terrestre que chacun sait illusoire. Bonne soirée

  • c'est comme vous vuolez ! lol en tous cas moi j'aime bin votre billet.

Les commentaires sont fermés.