Le "gauchiste" Broulis dégomme le projet du vert Hiler

Boites-de-conserve.jpgDernier petit tour sur le budget de l'Etat par prestations promis par le conseiller d'Etat écologiste David Hiler. Hier matin, sur Radio Cité, Décaillet qui avait invité sa copine Géraldine Savary en fil rouge - la Lausannoise s'ennuie un peu au Conseil des Etat - a eu la bonne idée de demander à Pascal Broulis son avis sur le budget par prestations rendu public la veille par son collègue genevois. Surprise le radical président pour cinq du canton de Vaud a tenu un discours que nos gauchistes d'ici n'auraient pas renié.

Le ministre président a fait la moue: C'est intéressant sussurre-t-il de sa voix d'enfant de choeur, mais il ne faudrait pas que les habitants prennent l'Etat pour un supermarché et viennent à rechigner à payer pour les prestations dont ils ne bénéficient pas directement. Les vieux pourraient refuser de payer les prestations pour les écoles et les parents pourraient refuser de payer les prestations pour les EMS, etc.

Pascal Broulis ne manque pas de mauvaise foi, car les prestations à la sauce Hiler n'ont pas grand chose à voir avec des boîtes de conserve de la Migros et il n'est nullement question de les vendre comme des savonnettes. A Genève comme dans le canton de Vaud, en Valais comme à Berne qui pratique la gestion par mandats depuis respectivement deux et trois ans, l'impôt restera le moyen principal de financement des tâches publiques.

Commentaires

  • Bonjour,

    L'excellent Pascal Broulis n'a malheureusement pas très bien compris la finalité de ce projet. Il s'agit tout simplement de faire porter le débat politique sur les réalisations de l'Etat (est-ce qu'il fait ce qu'il doit faire et est-ce qu'il le fait bien ?) et non plus uniquement sur ses structures et sur les moyens qu'il engage (le budget traditionnel).

    Le budget par prestation permettra à l'Etat de montrer s'il est performant en fonction des trois points de vue de chaque habitant de ce canton. Soit, si l'Etat est efficace (point de vue du citoyen), s'il est efficient (point de vue du contribuable) et si ses prestations sont de qualité (point de vue de l'usager).

    Il n'est bien évidemment pas question d'affecter directement les impôts aux prestations, cela n'a pas de sens. De toute façon, l'Etat doit montrer qu'il est performant, que ses prestations sont utiles, pour que la population comprenne bien la nécessité de l'impôt. Et c'est précisément ce que demandait déjà l'article 14 de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 :

    "Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée"

    Olivier Fiumelli

  • Etrange que le commentateur précédent, du même parti que Broulis, mais employé chez H.... ose traiter le CE vaudois d'imbécile ("... n'a pas très bien compris la finalité de ce projet") et encenser le genevois H.
    Explication somme toute pas trop convaincante...

Les commentaires sont fermés.