Les Vaudois n'existent pas!

economie genevoise oct 08.pngCombien sont-ils les travailleurs domiciliés hors du canton? Je me suis posé cette question en rédigeant un billet dans la Gazette de la Constituante à propos de la représentativité de cett noble assembée. Et bien croyez-le ou non, il m'a été impossible de trouver cette information sur le site de l'Office cantonal de la statistique qui ne recense précisément que les titulaires d'un permis de frontalier, lesquels sont un peu plus de 62'000, dont 51'573 actifs à fin juin 2008.Rien non plus sur le site du Scris, le Service vaudois de la statistique.

En cherchant un peu, je suis tombé sur la dernière publication de l'OCSTAT intitulé Economie genevoise. Le document d'une trentaine de pages, publié avec l'aide de la BCG et la Chambre de commerce, date d'octobre 2008 (5,2 Mo à télécharger). Enfin un chiffre: 24'000 pendulaires, ça doit être nos outre-Versoisiens réduits à l'Etat de pendules. On notera que le nombre des travailleurs frontaliers est précis à l'unité près: le chiffre exact est 51'735 à fin juin 08, tandis que celui des pendules est plus flou "plus de 24'000". Les silences de la statitistiques sont bien bavards, vous ne trouvez pas!

Je vous livre donc brut de coffrage ce résumé de l'économie genevois intitulé sobrement "Les hommes"

Les hommes
Genève…

  • occupe 0.6% de la surface suisse mais fournit plus de 8% des emplois helvétiques,
  • accueille 51’600 frontaliers actifs et plus de 24’000 pendulaires, tandis qu’elle n’observe que 5’100 sorties d’actifs, en majorité vers le canton de Vaud,
  • observe, avec Zurich, le plus fort taux en Suisse de salariés occupant les postes les plus exigeants,
  • détient le record mondial de la densité de postes de travail : 2 emplois pour 3 habitants,
  • a des secteurs économiques très inégalement représentés: 1% des emplois pour le primaire, 14% pour le secondaire et 85% pour le tertiaire,
  • concentre plus de la moitié de ses emplois en Ville de Genève; dans la finance, elle en regroupe même plus de 8 sur 10,
  • est championne suisse des hauts salaires, ainsi que des écarts entre bas et hauts revenus,
  • est le canton le moins inégalitaire de Suisse en matière de disparités de salaires hommes-femmes,
  • dispose du plus haut taux de diplômés d’une Haute Ecole et de porteurs de maturité en Suisse.

Plus loin, en page 9 exactement, on trouve cet aveu:

A ces navetteurs français, il faut ajouter ceux des autres cantons
suisses, essentiellement les “pendulaires” vaudois. Les statistiques
en la matière sont par nature difficiles à établir, mais le
recensement fédéral de la population pour l’an 2’000 a évalué
à 23’500 les entrées d’actifs sur le territoire genevois (pour
5’100 sorties), soit 11.3% de l’ensemble des actifs occupés
résidant dans le canton, une proportion qui a notablement crû
depuis, vu la tendance continuelle à la hausse de leur nombre.

En revanche, on trouve dans la statistique le détail des poules et des lapins dans chaque canton. Et dans cette étude sur l'économie genevoise la statistique des emplois des plus grosses entreprises de Genève, que la Tribune publiait jusqu'à ce que le journaliste qui s'en occupait transhume à PME Magazine. [cliquer sur l'image pour l'agrandir]

emplois par entreprise.png

 

Commentaires

  • ... et je vous conseille vivement d'appeler le Consulat de Suisse à Lyon, afin que vous vous rendiez compte du très grand nombre de Suisses qui ont déménagé en France ces dernières années... où sont les statistiques à ce sujet ? (sans compter ceux qui ont gardé leurs papiers en Suisse qui sont certainement le double de ceux inscrits légalement). Sans parler des très nombreux ex permis C qui sont partis s'installer en France depuis les bilatérales...

    Bonne recherche...

  • ....et malgré ces beaux chiffres, Genève tient le plus haut taux de chômage de Suisse !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Genève vit, visiblement, avec une société à 2 vitesses !?
    Avec mes amitiés
    Ivan

Les commentaires sont fermés.